• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

Vos accouchements

MmeMarguerite

Hyperlactation
Superbe récit @Doobida ! Moi j'adore lire tes pavés !! Je venais juste de finir de lire les premières pages (que je n'avais jamais pris le temps de lire avant 🤭) alors j'ai pu avoir tes deux récits dans la soirée !
J'en ai profité pour relire le mien et constater que j'en avais la gorge serrée, mais pas de la même manière qu'avant. J'espère vraiment pouvoir accoucher naturellement au moins une fois dans ma vie et avoir une belle histoire comme les tiennes à raconter (peut être sans la partie avant les
:zz: Hihihi)
On m'avait toujours dit que ce n'était pas possible de naître avec la poche des eaux...encore une idée reçue idiote !
Plein de bonheur à vous 4 !!
Vous êtes déjà rentrées chez vous, ta douce Cabriole et toi ?
 

titite121

Montée de lait
Bonjour tout le monde !
Après les péripéties rencontrées pendant le dernier trimestre de grossesse, petit bonhomme est arrivé... Le 29 avril, soit à 3 jours du terme. Pour un bb qui était MAP depuis mi-février. Avec un poids de 3,4kg pour un bb qui "oh là là, il va être petit hein".
Boooon... Le lundi, j'en pouvais plus, je voulais qu'il naisse. Le mardi, avec mon grand on a fait plein d'activités, pâte à sel, peinture, tout ça tout ça.
Mercredi, 7:15. Hum, soit je me fais pipi dessus, soit je perds les eaux... (Pour mon premier pas de perte des eaux, poche fissurée donc je ne savais pas ce que c'était...) Ah non, je perds les eaux je crois.
7:30. Papa appele grand-mère pour venir garder le grand. Tranquille, je prends une douche. Zéro contractions. Je traîne bien sous la douche, ça me fait du bien...
8:15. A y est, sortie de la douche et habillée. Zéro contraction. Mon grand se réveille. Je lui explique que grand-mère va arriver pour le garder. "Maman part avec Papa ? "Pital"? Chercher bébé frère ?" Oui mon chaton, tu as tout compris. "Ouais!!!!". Grand-mère arrive.
8:30. Bon, je tourne un peu en rond, papa met les affaires dans la voiture, je laisse des consignes à grand-mère pour s'occuper de mon grand, je joue un peu avec lui... Toujours pas de contraction.
8:50. Bon, on se met en route, je sens que ça pousse un peu pour sortir là. Go.
9:05. Installée en box, premier examen. Poche des eaux rompue. Quelques contractions. Col à 2. Le sage-femme (chouette, celui qui m'avait accouché de mon grand il y a 3 ans 😃) propose de me mettre une perf pour aider à faire avancer le travail. Hmmmmm, pourquoi pas...
9:20. Installée en salle d'accouchement. Tiens, je contracte toutes les 5 min. Pose du cathé pour la perf, mais pas encore de la perf.
9:45. Punaise, pas le temps de respirer entre deux contractions. Je me tortille dans tous les sens. Je dis au papa "je te promets, il n'y a que de pousser qui me soulage un peu." Il ne sait pas trop quoi faire...
9:50. Là ça devient compliqué à gérer. Une auxiliaire puériculture passe la tête, me voit, dit au Papa "je rêve où elle pousse là ?" Lui "ah non non, elle dit que ça la soulage". Panique à bord. Le sage femme revient, veut m'examiner (non non non, c'est pas le moment, je veux juste pousser pour que bébé sorte, donc on essaye pas de voir à combien mon col est dilaté... 😂), bon, là plus le choix, col à 7, plus de péri possible et de toutes façons anesthesiste pas dispo de suite...
10:00. J'ai maaaaaal... Et enlevez moi ce truc sur mon index pour mesurer le taux d'oxygène là !!! Mon mari est... Désemparé. À ce moment, je ne suis pas certaine d'avoir bien saisi moi-même que j'étais en train d'accoucher...
10:05. "Il va pas rester coincé ? Dites-moi qu'il va pas rester coincé ?" (Mon grand, accouchement fini par ventouse et forceps...)
10:10. "2 secondes, juste laissez moi 2 secondes"
10:14. Hey, bonjour joli bébé ! Mon petit bonhomme...
Voilà voilà, au final 20/25 minutes où je ne savais plus comment je m'appelais tellement j'étais ailleurs. Un petit bonhomme arrivé en pleine forme. Un papa super heureux mais "vacciné" pour les accouchements "c'est terrible de te voir souffrir à ce point et être impuissant". Aucune séquelle physique pour moi.
Et le pire souvenir qu'il m'en reste, vingt jours après ? L'expulsion du placenta... Beurk beurk beurk, non, vraiment...
Le sage-femme et l'auxiliaire sont encore un peu sonnés. "J'ai même pas eu le temps de vous mettre la perf, vous avez accouché pire qu'un TGV, à toute vitesse !". Ma gynéco passe me voir "le troisième c'est une fille et vous accoucherez à la maison parce que pas le temps d'arriver c'est ça ?". L'équipe de maternité "c'est vous l'accouchement express ?!?".
Je pense que j'en garderai un bon souvenir au final. Oui j'ai eu mal, mais ça s'est passé tellement vite que ça n'a rien d'insurmontable. De toutes façons, il fallait qu'il sorte... Ce n'était pas ce que j'avais imaginé, c'était... Différent. Intense.
Voilà pour mon accouchement...
 

Chocob

Voie lactée
Bonjour les mamans !
Pour moi ce sera un retour très positif de la naissance de ma petite puce qui va bientôt avoir 3 mois. Une naissance par césarienne programmée, qui pourra peut-être rassurer des mamans dans la même situation.
On m'a diagnostiqué un placenta presque sur le col à 20 SA, lorsque j'ai du me rendre aux urgences pour de gros saignements. Grossesse au repos par la suite avec travail à la maison et déplacements limités. Mon placenta a fini par remonter un peu au 3ème trimestre mais restait bas, et après discussion avec le gynéco et réflexion j'ai choisi la césarienne planifiée plutôt qu'une tentative de voie basse qui aurait été médicalisée, avec un risque de césarienne en urgence.
Le jour J nous nous sommes rendus à l'hôpital avec mon mari; habillage tenue de combat avec pyjama de bloc pour le papa et jolie chemise fesses à l'air pour moi (mais en tissu et ce genre de détail ça change tout mine de rien!). L'équipe était particulièrement bienveillante, nous a donné beaucoup d'explications et nous a bien entouré. Monito pour écouter bébé et pose de perf puis passage au bloc à pieds pour moi avec l'infirmière qui me demandait pendant ce temps là quelle musique je voulais écouter 😀. Pose de la rachianesthesie puis de la sonde urinaire. J'ai fait un malaise vagal bien cogné après la rachianesthesie mais l'anesthésiste m'a bien rassuré et c'est vite allé mieux après une petite injection dans la perf pour remonter ma tension.
Une fois tout le matériel installé le papa est venu me rejoindre et l'intervention a débuté. Tout est allé tellement vite...je ne réalise toujours pas à quel point quand j'y repense 🙄. Ils nous ont demandé si on voulait voir naitre bébé et en quelques minutes ils ont donc baissé les champs pour que nous puissions le voir, puis la sage femme est vite venue me déposer mininous surprise dans les bras en nous demandant si nous avions vu le sexe (nous avions gardé la surprise). Mon mari a de suite crié "petite fille", moi ben je l'ai cru car j'ai buggué et je n'ai pas connecté en regardant j'étais totalement ailleurs 😂. J'ai pu la garder un peu contre moi avec un drap chaud, avant de la retrouver en salle de reveil peut-être 15 à 20 minutes après, en peau à peau avec papa (avec dans ce laps de temps l'anesthésiste qui avait fait un petit film de la naissance et de l'examen de bébé pour me le montrer).
En salle de reveil tout était organisé pour que nous soyons seuls tous les trois dans l'intimité. Première tétée directement quand je l'ai retrouvée...immédiatement elle a cherché le sein😍 🙂. Nous sommes restés tous les 3 sous surveillance pendant environ 2 heures, puis le papa est parti habiller petite puce pendant sur l'on m'enlevait la perf, sonde et que l'on me donnait à boire. J'ai pu remanger en montant dans la chambre et me lever en début d'après-midi sans trop de douleurs grâce à la bonne prise en charge antalgique. (Au passage aucun retard de "montée de lait" pour moi, peut-être car ma puce a passé ses 2 premiers jours au sein quasi en permanence).
Nous sommes rentrés à la maison 4 jours après avec une pensée particulière pour cette équipe qui a su prendre bien soin de nous, sans que nous ayons eu à demander quoi que ce soit à aucun moment...toutes ces "attentions" et prise en charge avaient l'air naturelles pour eux, et j'espère que je n'étais pas une exception!
 

Siana

Voie lactée
Adhérent(e) LLLF
Coucou!

C'est vraiment sympa de lire tous ces témoignages, que d'émotions!

Pour ma part, terme prévu pour le 27 octobre 2018. Ma sage femme m'avait prévenu qu'elle comptait "au plus large" pour éviter les déclenchements intempestifs à la maternité, vu la politique française des "5 jours de dépassement pas plus".
Le lundi 22 octobre, au réveil, je sens comme une petite "fuite". La fuite se poursuit toute la matinée, au point que je doive mettre une serviette parce que ça devient gênant, quand même.
J'envoie un petit SMS à ma sage-femme (libérale, qui me suivait déjà pour le suivi gynécologique depuis quelques années et qui s'est chargée de toute la préparation à l'accouchement) pour lui demander son avis, s'il peut s'agir d'une fissure de la poche des eaux, et si je peux attendre ou s'il faut que j'aille à la maternité.
Elle me répond 4 minutes plus tard que vu qu'il y a un doute, il vaut mieux y aller. Pour évaluer, elle me dit de mettre une serviette et si celle-ci est bien imbibée au bout de 2-3h, on y va!

A 13h30, pas de doute: ça coule toujours, il faut y aller. On prend les sacs pour la maternité (sac bébé, sac maman, sac nourriture :D) et hop, en voiture. Je passe un petit coup de fil à la maternité pour les prévenir que j'arrive, elle est à 10 minutes en voiture donc nous y arrivons rapidement.
Un examen rapide confirme la fissure de la poche des eaux, et nous voilà partis pour m'installer dans la chambre.
On me pose une perf d'antibiotiques pour éviter les infections (snif, moi qui ait fait une grossesse sans médicaments autre que l'homéopathie, j'aurais bien aimé m'en passer!

Et... Ben, rien :D
Première nuit à la maternité, mon conjoint rentre à la maison, monitoring régulier, de jour comme de nuit. Une des sage-femme se prend un coup de stress en lisant le monitoring le mardi 23 à7h, du coup elle me descend en salle de travail "au cas où pour que ses collègues me voient". J'y passe 1h, mon conjoint arrive et ne me trouve pas dans la chambre, heureusement le personnel l'a aiguillé pour qu'il vienne me trouver.
Bilan: tout est normal, retour dans la chambre.
Avec mon conjoint, on décide d'essayer d'accélérer le mouvement (d'autant que quand la poche des eaux est fissurée, si rien ne se passe au bout de 48h, c'est le déclenchement d'office). Donc marche dans la maternité, à l'extérieur, montée et descente des escaliers... En fin de journée, les contractions commencent à apparaitre mais de loin en loin, bébé n'est pas pressé!
En soirée je remonte dans ma chambre, une aide soignante adorable me donne un ballon de gym pour que je puisse faire des petits exercices et soulager un peu les douleurs lors des (rares) contractions.
Mon conjoint hésite à rentrer pour la nuit, il a peut de louper quelque chose. Il décide de passer la nuit sur la chaise inconfortable à côté de mon lit
Mauvaise nuit pour tous les deux, lui sur sa chaise, moi avec les contractions, plus les visites intempestives de l'équipe médicale plusieurs fois dans la nuit.
Le mercredi 24 vers 8h, les contractions s'intensifient, je marche, fais du ballon, me pendouille au coup de mon conjoint en m'accroupissant et en soufflant... Vers 11h, visite de la sage-femme qui me dit qu'elle va m'examiner mais que si rien ne se passe, elle va devoir voir avec le gynécologue-obstétricien pour prendre une décision (déclenchement...)
A l'examen, alléluia, col dilaté à 4! Enfin, il se passe quelque chose!!

On me descend en salle de travail, installe le monito du bébé, mon conjoint m'accompagne. Je demande à l'aide-soignante qui m'installe qui est l'obstétricien de garde, quand elle m'annonce son nom je deviens toute verte: je sais qu'il est détesté par beaucoup de membres du personnel de la maternité, et j'ai eu des retours d'amies ou de connaissances qui ont eu affaire à lui et qui l'ont détesté (froid, hautain, méprisant, très "old school" du style à faire sortir le père)
Je dis "Ah..." et l'aide-soignante me répond "Oh, il n'est pas si horrible que ça"... Merci, me voilà rassurée!!! :lol::lol::lol:
Je croise très fort les doigts pour ne pas avoir besoin de son intervention!
Je veux un accouchement sans péridurale et aussi naturel que possible...

Mon conjoint se demande s'il peut rentrer à la maison prendre une douche et manger un morceau, il est midi et à part quelques biscuits (du "sac de nourriture" ramené de la maison) il n'a rien mangé depuis ce matin. L'aide soignante lui répond qu'il a largement le temps d'y aller. J'approuve, inutile qu'on soit deux à poireauter, d'autant qu'il ne peut pas faire grand chose pour m'aider...
Bon, j'avoue, j'ai vite regretté de l'avoir joué aussi "rilax" XD

Il part donc. Une petite demi-heure après, la sage femme arrive, m'examine et me propose une petite injection d'ocytocine "mais pas trop dosée" pour "accélérer le travail". J'avais lu que l'ocytocine de synthèse entrainait des contractions très douloureuses mais j'avoue qu'après avoir passé 2 nuits à la maternité, j'avais envie que ça s'accélère, donc je dis banco!
Elle me fait passer ça dans la perf. Il doit être autour de 13h quand je sens que les contractions s'intensifient. En plus il y a des travaux un peu plus loin dans la maternité, le bruit me saoûle, je commence à avoir mal mais je n'ose pas trop descendre de la table de travail.
Ouf, mon conjoint revient! Il n'a été absent qu'une heure, mais ça m'a paru long!

Avec lui, je descends de la table, marche un peu, et surtout me pendouille à son cou pour soulager mes lombaires. Je sens que la fuite s'intensifie, ce n'est plus le petit filet d'eau, on approche plutôt des chutes du Niagara. J'ai peur d'en mettre partout. Efficace, il va se servir dans le meuble de matériel médical et tapisse le sol d'alèses. A un moment, je lui dis que je meurs d'envie de faire pipi, et ça pousse... Hop, il place un bassin par terre, et je me débrouille pour faire ça accroupie/pendouillée à son cou (ah ça, je ne vous cache rien hein XD)
A un moment, j'ai l'impression que je vais faire un énorme caca. J'essaie de me retenir, je lui dis que "c'est horrible, je vais me chier dessus"...

Et là. Là, le futur Papa a la phrase magique, libératrice: "Mais non, rappelle-toi, c'est comme ce qu'Angélique (ma sage-femme) nous a expliqué pendant les cours de préparation: c'est la tête du bébé qui appuie pour passer. Rappelle toi la balle de ping-pong"...
Je ne sais pas si vous avez eu ça pendant vos cours, mais ma sage-femme nous avait distribué à chacun un ballon de baudruche vide avec une balle de ping-pong. Il fallait faire entrer la balle dans le ballon, puis le gonfler. La balle vient naturellement de mettre à la sortie du ballon et l'empeche de se vider.... Vous l'avez deviné, le ballon figure l'utérus et la balle de ping-pong, le bébé :lol:
Et elle nous avait expliqué comment aider le bébé à sortir en expirant fort et longtemps lors de l'effort, ce qui appliqué au ballon de baudruche fait descendre la balle et finalement, l'expulse (gros fou-rire d'ailleurs quand la balle fuse à travers la pièce, assortie d'un "Euh, j'espère que ça ne fera pas ça avec le bébé!!!!!")

Bref, ça a été comme si un rayon de lumière traversait mon cerveau embrumé, j'ai arrêté de retenir mon "caca imaginaire" et je me suis contentée d'accompagner chaque contraction en soufflant/poussant doucement. A un moment je sens qu'il va nous falloir de l'aide, je regrimpe (péniblement) sur la table et je demande à mon conjoint de sonner pour faire venir quelqu'un (on nous a fichu une paix royale, personne n'est venu nous voir jusqu'à ce qu'on appelle)
L'aide-soignante arrive, jette un oeil et... "Aaaaaah oui, là il est temps hein! On voit les cheveux!", et passant la tête par la porte de la chambre, crie dans le couloir "Claiiiiiiiiiiire, tu peux venir tout de suite s'il te plait?!?".
Voilà donc la sage-femme qui s'installe, me dit "mais vous avez presque tout fait toute seule!", et me propose de toucher la tête de mon bébé. Je m'exécute et "Ahhh, c'est gluant!!" D Une fois que la sage-femme a été là pour me guider, quelques poussées supplémentaires (avec son compliment "en tout cas vous maitrisez très bien la respiration, c'est impeccable") et une petite épisio (j'aurais aimé m'en passer, mais l'application de chaleur sur la zone n'a pas suffit :( ) et à 16h45 bébé était né! :joie:

Le Papa coupe le cordon et on me pose le bébé sur la poitrine. Mais tout de suite, la sage-femme me dit: vous avez vu ce que c'est? Et nous "Euh... non. Un bébé XD". Donc elle soulève le bébé et oooooooooooh! Une petite fille!!! Nous avions voulu garder le mystère jusqu'au bout, j'étais ravie!

Ma petite poulette tétouille vaguement, mais semble plus intéressée par le fait de se taper un petit roupillon post-effort. Nous passons une bonne heure comme ça (aucun souvenir de l'expulsion du placenta! il a du suivre tout de suite) puis l'aide-soignante emmène bébé et papa pour les premiers soins et l'habillement.
J'ai droit à quelques points que je ne sens pas plus que ça, puis on me ramène ma Poulette et son Papa, encore une petite heure en salle et finalement, on nous remonte dans la chambre.

Détail amusant, en remontant nous avons croisé le fameux obstétricien tant redouté... Un vieux croûton déffraichi et pas très propre sur lui. Qu'est ce que je suis heureuse qu'il n'ai pas participé!!!

Au final je garde de très bon souvenir de l'accouchement et des jours qui ont suivi, avec des soignantes présentes et réactives (pour l'allaitement notamment, et le portage: c'est une infirmière qui m'a montré comment faire le premier nouage en écharpe!)
Et je dois un merci tout particulier à mon conjoint, qui a participé activement et a eu cette phrase libératrice, et à ma sage-femme :pom pom:qui s'est chargée de nous préparer à l'accouchement et nous a donné toutes les clés pour que ça se passe le mieux possible. Je savais ce qui allait se passer, j'ai pu comprendre mon accouchement et m'adapter pour accompagner la naissance de ma fille au mieux de mes possibilités :)
 

Pauline76

Voie lactée
Bonjour,
J'ai raconté la naissance de mon bébé du 11 avril dernier dans le post des bébé du printemps 2020 mais j'avais envie de partager avec vous la naissance de mon aînée grande prématurée, ça date de 2014 mais je ne l'ai jamais raconté à personne, je vous en voudrai pas si vous lisez pas le paver mais j'ai besoin d'exorciser ! Vous pouvez directement aller à la journée du 17/12 si vous voulez que "l'accouchement" ^^

15 Décembre 2014 : Ce matin là j'aurais dû me lever pour aller bosser, j'étais à 28SA et 3 jours, mais j'étais arrêtée depuis 1 semaine déjà. J'avais trouvé ça un peu "abusé" que ma gynéco de ville m’arrête pour 15/9 de tension à 6 mois de grossesse...
Mais au lieu que ce soit mon réveil c'est mon téléphone qui a sonné avec au bout le gynéco de ma mater qui me dit qu'il a reçu mes résultats d'analyse d'urines et qu'il y a beaucoup trop de protéines, il faut que je passe à la mater dans la matinée pour reprendre une tention et faire un monito.
Mon conjoint est en vacances cette semaine donc on y va ensemble. On me demande de refaire pipi dans le gobelet, on reprend ma tension, me refait un monito et on me refait une prise de sang "en urgence", je plaisante avec la personne qui me prélève en disant que de toutes façons tout doit être urgent pour eux. La sage femme me dit une fois le prélèvement fait que ma situation est inquiétante et que bébé risque d’être prématuré. Dans ma tête je me dis qu'il faut qu'elle se détende celle là, je suis à 6 mois, mon bébé ne peut pas sortir voyons !
Je vois ensuite une gyneco qui me dit qu'on va me garder quelques jours en observation et sous perfusion, elle me fait une écho et là le verdict tombe : Pré Eclampsie, et elle ajoute que c'est sévère, je le précise parce que tous les professionnels du milieu qui m'ont vu après me l'ont bien rappelé...
Bébé est estimé à 800g alors qu'elle devrait avoir dépassé le kilos, mes artères sont bouchée, bref c'est la cata, mais surtout elle me fait des petits tests neuro et là elle me dit qu'en fait il faut que je sois transférée tout de suite dans une mater de niveau 3 car à mon terme il n'y a qu'eux qui puisse me prendre en charge correctement. 1ère claque.
On sort de la salle et elle alpague une sage femme pour me poser une perf d'urgence avant que l'ambulance n'arrive me chercher, la SF lui dit "mais t'attends pas les résultats de prise de sang?""Non y'a déjà de sérieux troubles neuro, faut la mettre sous sulfate de magnésium avec une dose de charge à 60ml"
La sage femme m'installe dans une pièce, transperce ma peau avec le cathé mais n'arrive pas à le pousser dans la veine : échec, elle essaye à une autre veine : échec, elle appelle une collègue : échec, qui appelle une autre collègue : échec et finalement on entend les sirènes de l'ambulance, la gynéco appelle l'anesthésiste qui arrive avec son air hautain et parle mal à tout le monde pour finalement m'empaler le bras et poser le cathé avec un regard à mon conjoint, seul homme de la pièce, qui veut dire que les nanas sont trop nulles (mon conjoint à confirmé cette impression)
Puis 5-6 personnes débarquent dans la pièces, me disent qu'il vont me brancher de partout, effectivement, saturation, ECG etc
Puis je suis transportée jusqu'à l'ambulance, et là je sens le sulfate de magnésium faire effet... Vous voyez cette demi seconde avant un malaise totale ? Cette bouffée de chaleur avec tête qui tourne ? Ben c'est ça mais X10 et chaque secondes qui passent. J'ai l'impression de me faire pipi dessus mais je ne dis rien.
J'arrive au CHU toujours dans mon brancard, je vois les lumières au plafond défiler au dessus de ma tête et j'ai chaud bordel, éteignez le four !
On reprend mon dossier, on me demande si cette grossesse est désirée, parce que si c'était pas le cas on la sauverait pas ?
Puis on me dit qu'on va me faire un "truc pas cool", la pose d'une sonde urinaire car à partir de maintenant interdiction de ne serait ce que me mettre assise dans dossier ! Bon en fait je me suis pas fais pipi dessus, c'était une impression dû au sulfate de magnésium, quel charmant produit.
Je suis enfin installée dans ma chambre et mon me prend ma tension toutes les 3h, avec des tests neuros et monito avant chaque repas, pourquoi à ce moment là ? Parce que si il faut partir au bloc j'aurais pas mangé avant, au bloc ? Oui ça sera une césarienne d'office, je ne suis pas en état d'accoucher par voies basses et mon bébé encore moins. Grosse claque.
Je passe la journée du 16 car c'est la même routine, monito, tension, neuro etc

17 Décembre 2014 : Je me réveille donc dans ma chambre à l'unité de grossesse patho, le chef de service vient me voir avec son équipe d'internes, mes résultats sont pas bons, je suis la priorité du service... Je vous passe tous les détails de ce que ça implique d'être alitée stricte (j'avais pourtant essayé de négocier avec la sage femme pour me lever juste 2 minutes pour aller faire la grosse commission dans les toilettes et non dans un pot sous mes grosses fesses alitée !)
Je gonfle énormément, ma poche à urine ne se remplie pas.
Au passage on m'a reposé un cathé la veille car celui de ce cher anesthésiste avait transpercé la veine et ce très gentil sulfate de magnésium se répandait gentiment sous ma peau brûlant tout sur son passage ! J'ai eu un magnifique bleu pendant des semaines.
Un pédiatre vient me voir dans l’après midi pour me parler de la prématurité, quand il s'en va j’éclate en sanglot, moi qui était optimiste et qui me disais que j'allais continuer longtemps à faire caca dans mon pot alité, ben j'y croyais plus.
Le monito avant le repas du soir s'est révélé sans mouvement de la part de bébé, on me monte en salle de naissance pour y être surveillée étroitement niveau monito, le gynéco arrive dans ma chambre (j'apprendrai plus tard qu'il s'agit d'un gynéco connu pour avoir opéré une certaine actrice de son Endométriose) et prend connaissance de mon dossier, puis il repart en parler avec l'équipe.
Il revient et lâche cette phrase que j'entends encore :"Bon, on va faire la césarienne maintenant" moi je lui réponds "OK" mais ces 2 lettres pour moi ça voulait dire "Oui sortez la car je suis en train de la tuer"
On me fait avaler un produit dont j'ignore le goût tellement je suis comme en état de choc, la sage femme vient me voir et m'explique que ça va aller vite et qu'une fois bébé sortie, soit elle va bien et elle me la montre 10 secondes pour un bisou puis elle part en réa neo nat, soit elle va moins bien et elle l'embarque sans attendre.
Je suis amenée seule au bloc, papa n'a pas le droit de venir. Il fait froid, une première pour moi. On attend désespérément mes résultats de NF pour savoir si je dois être anesthésiée totalement ou si je peux avoir une rachidienne. En attendant l'infirmière essaie désespérément de mettre toute ma touffe de cheveux pas lavés depuis 3 jours dans la charlotte.
Puis les résultats arrivent, je peux avoir la rachidienne (youpi ?)
On me pique le dos, je ne sens rien, j'ai pas la tête à avoir mal. Puis mes jambes s'engourdissent et je n'arrive plus à les bouger, étrange sensation.
Le gynéco commence à opérer, je suis secouée dans tous les sens pendant 10 minutes, j'imagine pas ce que ça fait quand c'est un bébé de 3-4kg !
Puis la sage femme m'annonce qu'elle va prendre mon bébé mais qu'elle doit y aller... Puis elle s'en va, sans un bruit, pas même un cri, rien le silence le plus lourd du monde.
Puis après ce fut long, ne j'arrive pas a arrêter de trembler sous mon camps opératoire, les bras attachés en mode "Jésus"
La sage femme revient après un temps, elle m'annonce que bébé pèse 700g, qu'elle a été intubée car elle est très fatiguée par tout ça, encore une claque.
Je sens tout leurs mouvements dans mon ventre sans en sentir la douleur, on me recoud puis on me met un couverture chaude sur moi. Quelqu'un (mais qui ?) vient me voir et me dit "Félicitations", comme si j'étais à féliciter, sérieux ?
J'arrive en salle de réveil, mon conjoint peut me rejoindre, il a vu bébé une fois qu'elle était intubée, il me montre des photos, je lui demande de me cacher "çà" ça fait trop mal au cœur, ça fait mal au ventre, ça fait mal à la vie.
Je vomis mon goûter, puis quand on me demande si j'ai mal, je suis franchement à 0/10, la morphine fait effet. Je suis donc autorisée à sortir au bout d'1h car je vais "bien".
Puis toute la nuit, je n'ai jamais été aussi bien physiquement, la morphine faisait que je ne ressentais aucune douleur, par contre impossible de dormir, mon esprit était mort, il m'avait quitté je crois, j'étais là dans ma chambre, seule. Beaucoup disent qu'après un accouchement prématuré elle sente des coup dans le ventre comme si bébé était encore là mais moi je ne ressentais qu'un vide intersidéral.
Le lendemain on me balance un tire lait et on m'annonce que grâce à ce cher sulfate de magnésium je n'aurai pas le droit d'aller voir ma fille car impossible de me lever, encore une claque...
Au final, devant la situation et mon désarroi, l'anesthésiste qui m'a fait la rachi, et qui était vraiment gentil, m'a autorisée à aller en réa, mais il m'a fallut 3h pour me lever étape par étape et me coller dans un fauteuil roulant en route pour l'enfer, le lieu où les bébés sont entre la vie et la mort...
 

Belfée

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
@Pauline76 j'espère qu'aujourd'hui ta belle est en pleine forme.
Ton témoignage je l'espère aidera certaines mamans qui vivent ce genre d'épreuves inimaginables.
Cette histoire m'a vrillé et les tripes et pourtant je ne peux qu'imaginer enfin meme pas vraiment je pense...

Je vous souhaite beaucoup de bonheur et de sérénité désormais
 

Nat08

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
J'en ai les larmes aux yeux... c'est incroyable ce que tu as traversé, j'ai du mal à imaginer.
Merci pour ton partage.
 

Sekhmet

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Ça prend aux tripes. Pu**** :calin: Respect à vous.
(Elle est où la suite de l'histoire, qu'on sache ce qui se passe ensuite ?)
 

c_elo

Période de pointe
Adhérent(e) LLLF
@Pauline76 :calincoeur: :calincoeur: :calincoeur: :calincoeur: :calincoeur:
Je suis très émue par ton récit, je n'ai pas levé les yeux de ton texte avant d'être arrivée à la fin. Vous êtes très courageuses toutes les deux d'avoir traversé tout ça. Tu nous raconteras la suite ? J'espère que ça t'a fait du bien de raconter tout ça.
 
Dernière édition:
Haut