1. ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
    Rejeter la notification

Vos accouchements

Discussion dans 'Allaitement et société' démarrée par Gna, 13 Juillet 2017.

  1. yomi

    yomi Fontaine de lait Adhérent(e) LLLF

    MamanRose et Aurelala aiment ce message.
  2. Boucécilou

    Boucécilou Période de pointe

    Vendredi 25 janvier 2019

    Après avoir déposé ta grande sœur à l’école, je me rends à mon dernier rendez-vous chez le gynécologue avant de te rencontrer. J’aurais aimé t’offrir d’autres conditions d’arrivée que ce grand hôpital avec ses néons glauques et ses milliers de blouses blanches qui s’affairent ici et là. Mais la maison de naissance a refusé mon dossier parce qu’il a eu des complications quand ta sœur est née ; il fallait donc s’assurer que toi comme moi soyons en totale sécurité. Cela m’a beaucoup peiné et après avoir beaucoup stressé, je me suis laissé aller dans la bienveillance de ce médecin qui a su me rassurer et montrer sa part d’humanité à mon égard. J’ai confiance.

    Ta venue est proche, je suis sûre que tu arriveras avant « la » date que la sécurité sociale a choisi comme terme. Hier j’ai nettoyé la maison de fond en comble, j’ai été désagréable avec ton papa et j’ai bien entamé ma valise de séjour à la maternité.

    J’ai une pointe d’inquiétude car depuis quelques jours je ressens moins ta présence. Tu as été très actif durant toute la grossesse, et là je te sens tout aussi intensément, mais moins régulièrement. La gynécologue m’annonce alors que par sécurité, nous allons rester 24h à l’hôpital, pour s’assurer que tout va bien. Elle passe le relais à ses collègues des urgences.

    Lors de l’examen échographique, l’interne me regarde et me dit :

    - « il est estimé à combien en poids de naissance votre bébé ?

    - Entre 3,8 et 4,2 Kg, pourquoi ?

    - Parce que là, je l’estime déjà à 4,100 Kg, on va en parler avec le staff mais cela peut être un motif de déclanchement. »

    Et je reste seul dans ce box froid, à regarder les battements de ton cœur se dessiner sur la feuille du monito. Je suis inquiète. Je ne veux pas être déclenchée, surtout sous prétexte que tu serais trop gros…alors que même tu es dans les clous de ce qu’avait annoncé la dernière échographie et que personne ne m’a parlé de cette possibilité. Je suis un peu en colère, et ton papa aussi ; quand je l’appelle pour lui annoncer les nouvelles, il a l’air désemparé…Il doit s’occuper de ta sœur et m’amener des affaires pour adoucir mon séjour ici.

    Après son départ, je me retrouve seule dans cette chambre du service de « grossesses pathologiques ». Je suis triste de ne pas être avec ton papa et ta sœur, mais je me consacre totalement à toi, scrutant les moindres soubresauts de mon ventre. Le personnel est très sympathique et je me dis que j’ai de la chance, je pourrais être dans une chambre à côté, dans l’angoisse de la prématurité ou d’un grave souci de santé pour mon petit ou moi. On échange des mots très forts avec ton papa sur notre messagerie instantanée, tels 2 ados insouciants. C’est très bon.

    Samedi 26 janvier 2019

    La nuit a été courte mais je me lève de bonne humeur : je rassemble mes petites affaires et me prépare à aller marcher, comme je fais chaque matin depuis quelques temps maintenant, ça me fait tellement de bien ce petit exercice physique.

    De retour, je suis prête à partir, on doit aller voir un spectacle cette après-midi avec ta sœur et ton papa. J’ai hâte de partager ce qui sera probablement notre dernier moment à 3, avant ton arrivée.

    Je trépigne mais les échos du couloir me plonge dans une profonde angoisse. Je sens qu’on va m’annoncer quelque chose. Rentre alors dans la salle, l’interne, l’externe, la sage-femme, l’étudiante infirmière. Cela ne présage rien de bon… « Les examens sont très rassurants quant à la diminution des mouvements actifs fœtaux. Par contre nous suspectons une macrosomie pour votre bébé. Le staff s’est réuni ce matin et préconise un déclanchement dès aujourd’hui. Nous avons lu votre dossier et savons que vous vous y opposerez sûrement. »

    J’éclate en sanglots. Le médecin m’interroge… « Ma volonté initiale était de mettre au monde mon enfant en maison de naissance, comprenez que d’en arriver là, c’est difficile pour moi… »

    « Peut-être que votre enfant fait 3,7 Kg et alors tout irait bien, mais peut-être qu’il fait déjà 4,5 kg…on ne peut pas savoir… vous vous exposer à : dystocie des épaules, urgence vitale ; augmentation du risque de césarienne, risque de souffrance fœtale à la naissance, risque pour votre périnée… La décision vous appartient, vous êtes libre de rentrer chez vous. »

    Je suis perdue. Moi qui voulait le meilleur pour toi, je ne sais plus où il se situe. J’appelle ton papa, il ne sait que faire, il dit qu’il va appeler notre sage-femme libérale (un samedi ?) ; j’appelle une copine, je pleure, je pleure, je pleure. Tu n’es même pas encore au monde que je dois prendre une décision très difficile. Je me replonge ainsi dans les méandres de la parentalité. J’ai Sophie, notre sage-femme, au téléphone. Elle me dit que je dois objectiver les choses, regarder les recommandations du collège national des gynécologues obstétriciens, demander l’avis du chef de clinique. Dans la discussion, je lui dis « Si je reste, je renonce définitivement à mon projet à mon projet de naissance physiologique, si je rentre, je serai plongée dans un attente angoissante. Il n’y a pas de bonnes décisions. Je sais par contre que ce que je veux éviter à tout prix, c’est une césarienne. Et de toute façon si je vais à terme il me déclancheront le jour du terme. » « Je crois que dans ta tête, ta décision est prise. Tu n’es pas obligé de prendre la péridurale, tu as déjà accouché sans, tu peux le refaire, tu es capable, courage ! »

    Je rappelle ton papa. Qu’est-ce qu’on fait ? Il a lu les recommandations. Elles vont plutôt dans le sens de l’équipe médicale même si elle concerne plutôt les bébés estimés à 4,5 kg. Ok. Veux-tu que je t’emmène la puce ? Non, 2h de route allers/retours pour voir sa maman stressée, pas sûre que ça soit une bonne idée. Ça me déchire le cœur de ne pas la serrer dans mes bras mais elle sera bien mieux dans les bras rassurants de nounou.

    Entre temps, l’équipe m’annonce qu’il y a beaucoup de naissances et qu’il programme le déclanchement demain matin. Ton papa arrive enfin, je lache prise dans ses bras. Il a eu de la peine à rassembler toutes les affaires qui n’étaient pas totalement prêtes. On va marcher 2h. Boire un thé. Marcher encore. J’ai le secret espoir que tu décides de naître avant tout se protocole. Marcher encore, je me sens si lourde. On se commande un coréen, j’adore la nourriture asiatique ! Puis je décide d’arrêter de broyer du noir. Place à la joie ! J’ai pris cette décision car je m’en voudrais toute ma vie s’il t’était arrivée quelque chose…Alors maintenant, soyons heureux, c’est un jour de fête, je veux t’accueillir dans le bonheur. Je prends de l’homéopathie. Ton papa me fait un massage d’haptonomie, et on te parle, beaucoup, on fait un gros câlin, celui qui peut, selon la maxime populaire, faire venir les bébés. C’est intense, c’est une joie.

    ....
     
  3. Boucécilou

    Boucécilou Période de pointe

    Dimanche 27 janvier 2019

    6h30 je prends le petit déjeuner et une douche comme demandé.

    7h30 on nous emmène dans un petit box plutôt glauque, monito, contrôle du col

    8h00 « Je suis Anne, c’est moi qui vais rester avec vous » Ton papa me dit que tout ira bien, que dans son regard il a lu la bienveillance, et ton papa il est doué pour ça.

    « Mais dit donc, il y a des contractions au monito, et elles ont des effets sur votre col, vous êtes à 2. » Pleine d’espoir, je demande s’il est possible de se laisser quelque temps pour temporise…on me répond que non, « malheureusement » dit Anne.

    8h30 Anne me pose le fameux « Propess ». Le médecin passe avec l’anesthésiste pour me redire que poser la péridurale serait le sens même car il y a une double indication médicale dans mon cas : antécédent d’hémorragie de la délivrance massive et suspicion de macrosomie.

    8h36 Oulala je ressens des contractions douloureuses, on dirait que ça fonctionne.

    Environ 9h30. Punaise ! ces contractions, elles sont énormes, elles me font mal, elles me font mal comme les dernières du premier accouchement, elles ne me donne pas de répit. Elles durent une minute et reviennent toutes les 3. Mais je gère, je respire, je marche, ton papa me masse, ton papa me donne de l’homéopathie, Anne est là. Elle dit « on change de salle, rien qu’a voir votre tête, c’est sûr, c’est efficace, ne restons pas dans ce tout petit box. »

    10h45 Je voudrais prendre une douche, c’est possible. Ce sont des douches de vestiaires, pas très ragoutant mais l’eau chaude me fait un bien fou. Ton papa est là, patient, à l’écoute, aux petits soins. La douche me permet de reprendre des forces.

    11h30 ça commence à être très dur. Les contractions ne me donnent aucun répit. Je continue à bien respirer mais je ne trouve pas de positions qui me soulagent…Je vomis. Plusieurs fois.

    12h30 Anne contrôle mon col. Il s’est bien centré mais il est ouvert à 3. 4h, 1 centimètre, rien à voir avec l’arrivée de ta sœur où les contractions étaient espacées, la douleur gagnant progressivement en intensité. Là, je suis dans le « dur » depuis 4h. Je vomis, encore.

    13h30 Je reprends une douche, mais cette fois-ci, elle ne me procure pas le soulagement de la première. Je lis une grande détresse dans le regard de ton papa. Je commence à douter. L’arrivée de ta sœur s’est faîte dans grande sérénité que je ne suis pas en mesure de t’offrir : je n’ai pas beaucoup dormi, les médecins m’ont mis la pression pour la péridurale…que c’est dur. Je commence à me dire que je devrais prendre la péridurale.

    14h Je discute avec Anne. « vous êtes incroyable, regardez votre force, ça fait presque 6 heures que vous supportez la douleur. Je vois l’intensité et la fréquence des contractions sur le monito et je peux vous dire que vous êtes une battante. La plupart des femmes auraient craqué mais vous êtes là. Si vous prenez la péri, je veux être sûre que vous ne la regrettez pas. »

    « Anne, je voudrais mettre au monde mon enfant dans la plus grande sérénité possible, comme ma grande puce, et là je ne suis pas sereine, j’ai l’impression que je n’arrive pas à lâcher prise, que je ne laisse pas les contractions faire leur travail. Allons-y ! »

    14h30 On me pose la péridurale. « J’ai demandé à l’anesthésiste de ne vous mettre qu’une demi-dose et elle a accepté. Vous avez la pompe maintenant, c’est vous qui gérez ».

    Progressivement, la douleur s’en va. Je ressens le besoin d’être seule. Je dis à ton papa d’aller fumer une cigarette pour se ressourcer. En pleurant, je te dis pardon d’avoir pris cette décision de précipiter ta naissance et pardon de n’avoir pas su être assez forte pour le faire sans anesthésie. Dès lors que nous avons décidé de te concevoir, j’ai juré de prendre soin de toi, et je crois que tu as besoin d’une maman sereine plus qu’une maman fière d’avoir accouché sans péridurale. La situation est venue bousculer mes idéaux, sûrement pour mieux te convenir, tel est notre chemin maintenant.

    16h30 Les contractions reviennent aussi progressivement qu’elle sont parties, mais aussi sûrement ! « Vous avez bien travaillé, col à 8 m’annonce Anne ». Je me demande ce que je peux faire pour t’aider à venir. Anne me montre des positions. Je m’accroche à ton papa en même temps que je bouge comme je peux pour ne pas sortir du lit, en tailleur, à 4 pattes, je fais bouger mon bassin. Je ressens tout à présent. Je pousse des râles pour accompagner cette douleur, mais maintenant je suis sûre qu’elle me guide vers toi, là tout bientôt. Je sens quelque chose aller et venir dans mon vagin « la poche des eaux » me confirme Anne. J’ai déjà envie de pousser « Ce n’est pas encore le moment », mais j’ai vraiment envie. « Vous êtes à dilatation complète, on va pouvoir s’installer, tiens, mettez-vous sur le côté en position de Gasquet, voir c’est confortable et optimal pour la sortie. Ton bébé se présente parfaitement, probablement grâce à tout ce que vous faîtes depuis tout à l’heure. Je vais chercher mes collègues, vous savez, je prépare aussi la délivrance, je n’ai pas envie que vous reviviez votre premier accouchement. »

    Elle passe la porte. Je ne tiens plus. Je regarde ton papa, m’accroche à sa nuque de mes deux bras et pousse en poussant aussi un hurlement sorti du plus profond de mon corps. « Arrête, arrête puce, y’a plus personne et tu vas me briser la nuque »…Je dois pousser, si si, c’est ça qu’il faut que je fasse, je ne peux pas faire autrement…

    Anne est 3 autres personnes entre en trombe dans la salle, je jette juste un regard qui me permet de constater que ta tête est déjà dehors ! Anne me supplie d’attendre 2 secondes, ce que je parviens difficilement à faire. Une dernière poussée et tu sors de moi. Je vois direct que tu es un petit garçon. Anne a oublié de regarder l’heure, mais Papa l’a fait, 17h10. Papa te nomme, et il me regarde les yeux plein de larmes, pose son front contre le mien et me murmure, les yeux dans les yeux, « merci ! ».
     
  4. meleth-marie

    meleth-marie Hyperlactation

    Quelle émotion dans ton récit.
    Merci de ce partage.
    Te lire m'apaise également, craignant la même chose que toi, un déclenchement pour macrosomie des le 19 juillet.
    Oui, tu est maman courage, maman bienveillance, maman plein d'amour pour ton bébé, que disgje tes enfants, tu grande aussi, que tu as voulu protéger.
    Alors bravo d'avoir eu ce courage en janvier, bravo d'avoir eu le courage de le raconter, bravo pour votre belle famille et merci.
     
    Boucécilou et StéphanieJonathanJohann aiment ce message.
  5. Christine13

    Christine13 Fontaine de lait Adhérent(e) LLLF

    Comme @meleth-marie je te remercie profondément pour ce beau recit @Boucécilou ça me donne moi aussi à la fois la force de vouloir vivre un accouchement physiologique pour mon numéro 2 (césarienne pour Esteban car dépassement du terme et fatigué fœtale) et en même temps d'accepter les choses si elles ne se passent pas comme on le souhaite.
    Ça me donne aussi envie de voir mon mari... :p
     
    StéphanieJonathanJohann aime ce message.
  6. Nat08

    Nat08 Lactarium Adhérent(e) LLLF

    Très beau récit et qui me donne le courage d'y arriver sans péridurale dans les jours qui viennent. Ayant été déclenchée la première fois, je commence à douter de ma capacité à gérer ces contractions que j'ai trouvées horribles, mais finalement pas du tout naturelles. Ça me redonne de l'espoir, merci.
     
    Christine13 aime ce message.
  7. Boucécilou

    Boucécilou Période de pointe

    Pour la petite histoire, bébé faisait 4 kilos tout rond! Et j'ai été merveilleusement bien accompagné par cette femme...
    Contrairement à mon premier accouchement dans une maternité vantant la physio...
     
  8. Boucécilou

    Boucécilou Période de pointe

    Merci les filles pour vos retours et vos "compliments":oops::oops:

    @Nat08 je re confirme, pour ma puce c'était largement gérable jusqu'à dilatation à 9.
    Là, avec le déclenchement les premières équivalaient les dernières :confused:. D'ailleurs elle m'a enlever le tampon un peu avant la pose de péri. Ça n'était plus de la douleur, mais de la souffrance!

    J'ai eu mon pti côté "nature" en sortant la tête de Loulou sans présence médicale...

    1er : pas de péri, 1h30 de poussée, et je n'ai jamais ressenti l'envie irrépressible de pousser.

    2e: péri (1/2 dose, je n'ai jamais rappuyer sur le bouton...), 3 poussées!

    Finalement je me suis plus sentie actrice pour celui-là.

    Comme quoi, je reste sur mon idée que tout ça, c'est comme une histoire "d'alignement de planètes": tel jour, telle équipe, beaucoup/pas beaucoup de naissance en même temps, etc..
     
  9. Léonide :)

    Léonide :) Hyperlactation Adhérent(e) LLLF

    ouah @Boucécilou ton récit est très beau, j'en ai eu les larmes aux yeux, merci d?avoir partagé ça avec nous
     
    Christine13 et Boucécilou aiment ce message.
  10. elo87

    elo87 Hyperlactation

    Bravo les mamans ♡♡

    Je ferai peut être me mien un jour quoi quoi y a pas grand chose à dire
    Je crois que je commence maintenant à mettre de la distance et me dire que c'est fini ^^
     
    anicetlaviolette aime ce message.
  11. Gna

    Gna Modératrice Adhérent(e) LLLF

    Quel beau récit @Boucécilou !
    Bravo pour ce bel accouchement. Vous devez en être très heureux
    <3
     
    Dernière édition: 7 Juillet 2019
    Boucécilou aime ce message.
  12. anicetlaviolette

    anicetlaviolette Hyperlactation

    Bravo Boucéliou!

    Un deuxième c'est souvent plus facile, donc c'est pas si surprenant que vous l’aillez sorti bien plus vite!
     
    Boucécilou aime ce message.
  13. Christine13

    Christine13 Fontaine de lait Adhérent(e) LLLF

    Esteban est né par césarienne et j'aimerais accouché le plus naturellement possible pour le deuxième prévu en octobre. Je l'ai expliqué à la SF rencontrée l'autre jour pour l'entretien du 4eme mois (oui je suis un peu en retard ^^).
    Elle m'a expliqué qu'il n'y avait aucune contre indication, que j'aurais des informations vraiment concrètes à ce sujet 15 jours avant l'accouchement si tout se passe selon le calendrier.
    Elle m'a expliqué que ça dépendait par exemple de l'état de ma cicatrice. Mon gynécologue obstétricien ne m'en a pas parlé, je le vois dans 15 jours et j'aborderai le sujet.
    Ce qui me turlupine c'est de savoir comment se passe un accouchement par voie basse alors qu'on a été cesarisée la première fois. Est-ce que c'est vécu comme un premier accouchement par le corps ? Comme je lis que ça va toujours plus vite pour le deuxième est-ce que ce sera le cas pour moi??
    Ca me fait penser que je dois vraiment aller m'inscrire sur cesarine.
     
  14. elo87

    elo87 Hyperlactation

    Jai accouché par voie basse mais c'est mon premier donc pas de césarienne . Donc je ne sais pas si ça peut être utile pour toi

    As tu des questions particulières ?
     
    Christine13 aime ce message.
  15. elo87

    elo87 Hyperlactation

    Ça me fait peur ça car vu que j'ai pas eu le temps de me préparer pour le 1er , alors un deuxieme.... je camperai un mois avant devant la mater ^^
     
  16. Sorcelica

    Sorcelica Fontaine de lait Adhérent(e) LLLF

    Je me souviens au cours de prepa accouchement yavais une femme qui avais fait un accouchement césarienne en effet la sage femme avais dit que faut tout refaire car « le chemin n’a pas été fait » chemin dans le bassin ^^’ raph été rester 3 h dans ce bassin ^^’´ donc je pense que sa dépend beaucoup de quand tu as eu cette césarienne une femme comme @ParisianLawyer qui a eu tout son travail et tout je pense que sa irai plus vite pour un deuxième le corps « ce souvient » (je trouve étrange ce phénomène du reste) et si tu l’a eu très très au début pour urgence ou autre Bahh le corps l’a pas vécu
     
    Christine13 aime ce message.
  17. bzoui

    bzoui Hyperlactation Adhérent(e) LLLF

    Il y un livre très intéressant sur les Avac (accouchement vb apres cesarienne) : " une autre cesarienne non merci" qui est très complet.
    Je peux te dire comment ca s'est passé pour moi dans une mater qui favorise les avac mais cesarienne d'office si 2 césariennes avant (mater de niveau 1, ils prennent pas le risque).
    J'ai commencé par demander à ma gynéco ce que ça changeait dans leurs protocoles.
    Il y avait 3 points vraiment différents par rapport à un accouchement sans cesarienne avant :
    - pas possibilité de declancher avec tampon d'ocytocine (entraîne des contractions trop fortes avec plus de risque de rupture de la cicatrice). Donc si besoin de déclancher, ils ont une méthode plus douce et si ça marche pas c'est direct au bloc.
    - pas de dépassement du terme (mon aîné faisait 4kg100 à terme +2, donc peur de macrosomie).
    - si ralentissement du travail, il attendent moins pour passer au bloc.

    À partir de ces infos j'ai écrit mon projet de naissance, un volet vb, un volet en cas de cesarienne, en m'aidant beaucoup des infos de césarine.

    Je suis allée présenter mon projet de naissance à la sage femme cadre. Elle m'a bien expliqué ce qui était possible ou pas et pourquoi.
    Elle m'a conseillé l'acupuncture pour aider le col et eviter déclenchement et ralentissement du travail.
    Je suis allée voir une homéopathe qui m'a prescrit des trucs pour aider le col et comme elle fait de l'acupuncture, j'ai fait 3 séances. La première à 3 semaines du terme puis 1 par semaine, la derniere la veille de l'accouchement où elle a ajouté un point pour aider au déclenchement...

    Bébé 2 est arrivé par voie basse en express (4/5 h de travail max avec passage de 4 à 8 en 30min) et j'ai pas eu besoin de prendre l'homéopathie. ;)

    Le truc qui m'a le plus "perturbé" c'est quand je suis arrivée à la mater, le sage femme me dit qu'ils ont lu mon projet de naissance et qûils ont donc vu que je ne voulais pas de peri. Vu que je perdait pied, j'ai voulu en avoir une, il m'a dit, non non madame, vous allez y arriver sans..., sur le coup, je me suis un peu maudite :D
     
  18. ParisianLawyer

    ParisianLawyer Modératrice Adhérent(e) LLLF

    J'aimerai bien si j'en ai un deuxième mais oui je pense que ça change qq chose, j'ai été jusqu'à dilatation complète et j'ai poussé, il était trop haut et le rythme cardiaque pas assez bon pour continuer.

    Et dans ce cas en effet, un col qui a déjà "travaillé" ce n'est pas pareil qu'un col de nullipare ou d'une femme avec une césarienne sans travail. Moi j'ai eu jusqu'au bout le col long et très tonique, même le jour J il a mis beaucoup de temps à s'effacer.

    @Christine13 : va t'inscrire sur césarine, il y a bp de femmes avec projet d'AVAC et bp de réussites aussi :)

    Tout dépend des raisons de ta césarienne précédente.

    Et pour mémoire, la reco c'est mini 12 mois après une césarienne pour nouvelle grossesse (certains pays recommandent 2) mais t'es bien toi :)
     
    Christine13 aime ce message.
  19. elo87

    elo87 Hyperlactation

    Moi aussi j'ai dit en arrivant dans la salle nature " mais je peut avoir la péridurale même si j'en voulais pas dans le projet de naissance" et rep ":Mais enfin madame vous êtes dilatée à 9,il arrive "

    .... gros moment de panique quand même
     
    yomi, Christine13, bzoui et 1 autre personne aiment ce message.
  20. Boucécilou

    Boucécilou Période de pointe

    Tu m'étonnes!
     

Partager cette page

Chargement...