1. ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
    Rejeter la notification

Pourquoi faire semblant et maintenir un tabou ?

Discussion dans 'Allaitement et société' démarrée par Nounine, 31 Juillet 2019.

  1. Jud

    Jud Lactarium Adhérent(e) LLLF

    Je suis plus partagée vue mes expériences de discussion avec mon entourage. Effectivement, il y a les histoires des mères parfaites (mais souvent, pour celles que j'ai rencontrées, c'est des mamans dont les enfants sont déjà grands qui me disent ça). Mais j'ai aussi la "surenchère de galères" comme pour dire "non mais tu peux pas comprendre, ce que je vis c'est beaucoup plus difficile que ce que toi tu vis". A part ici ou dans mon asso de parents bienveillants, y a pas grand monde qui est équilibré ? :ennui:
    J'ai un Ourson facile à vivre je pense. Qui ne fait pas des nuits très longues, qui m'inquiète parfois vu le peu de solides qu'il avale par moment, qui a des envies de grimpette crevantes, on a eu des galères d'allaitement pas chouettes à vivre... Mais il est aussi tout câlinou, il se marre tout le temps, il ne pleure pas tellement, il est sociable...
    Y a eu des moments où je me suis sentie très seule, très nulle, où j'ai l'impression de passer mes journées à ne rien faire, où je n'arrive pas à rester bienveillante, où je suis fatiguée dès le matin... Et d'autres où je suis fière d'avoir réussi un chouette caramel au beurre salé, où j'ai été efficace pendant une sieste, où j'ai passé un chouette repas avec des copains, où je me suis fait une sortie et je suis heureuse de retrouver mes ptits mecs, où je suis fière du petit loulou qu'il devient, tout rempli de notre amour (et de mon lait).
    Bref, comme ça a été beaucoup dit, il y a des hauts et des bas (donc pas que des hauts et rarement que des bas). C'est ce récit là que je porte auprès de mes amis futurs parents (ou très futurs parents ;) ). J'espère qu'ils comprennent aussi que le message caché c'est "si besoin, on est là" <3
     
  2. Sekhmet

    Sekhmet Lactarium Adhérent(e) LLLF

    En fait avoir un enfant, c'est un peu comme partir en randonnée à l'aventure. C'est quelque chose qu'on a dans l'ensemble choisi, et on ne sait pas toujours ce que ça va donner, même si on s'y prépare un peu.
    Et la rando, ben c'est fatigant et pas facile. Y'a des montées qui coupent le souffle, des descentes qui tuent les genoux. Des moments où on se paume et on se demande où est passé le sentier. Où on se dit qu'on va jamais y arriver. Où on a besoin du soutien des autres parce que c'est dur.

    Et puis c'est aussi des beaux paysages, du grand air, le bonheur de manger des pâtes à la lumière d'un feu de camp et de profiter de la nature, tout ça avec des personnes qu'on aime.

    C'est pas facile, et pourtant, pour rien au monde on ne voudrait y renoncer. :)
     
  3. ParisianLawyer

    ParisianLawyer Modératrice Adhérent(e) LLLF

    Dans ton cas, surtout si t'as fini en césa sous AG, j'ai tendance à croire que même si toi tu te rends pas compte, ton corps "sent" qu'il y a un problème.

    Parce que une césa sous ag, c'est quand même un truc lourd.
     
  4. bad mom

    bad mom Fontaine de lait Adhérent(e) LLLF

    @Nounine vouloir un bb mais ne pas vouloir accoucher c'est spécial. Ça merimé de faire le point avec quelqu'un
     
  5. Sekhmet

    Sekhmet Lactarium Adhérent(e) LLLF

    @Nounine C'est super triste comme histoire. Ça vaudrait le coup de trouver quelqu'un avec qui évacuer tout ça.
    Peut-être trouver un moyen (hypnose ?) de revenir sur cet événement...

    Et au pire, il est peut-être possible de demander une césarienne pour un numéro 2, si tu en as déjà eu une, ça doit être possible non (généralement il faut se battre pour le contraire alors... :D) ?

    Pour la petite histoire, j'ai failli vivre la même chose. Après une loongue nuit de contractions hyper intenses toutes les 2 minutes sans que le col ne veuille s'ouvrir, je n'arrivais plus à gérer les contractions, j'étais seule (mon conjoint mort de fatigue), j'ai cru que j'allais mourir et j'étais limite à dire "ouvrez moi le bide et sortez le"... Et ils ont *accepté* même avec des réticences à me poser la péri (quitte à devoir relancer à l'hormone artificielle), et finalement ça m'a détendue et le travail s'est fait tout seul...
    Dans ton cas si la douleur t'a traumatisée, ça peut être aussi une idée, car pour ce genre de profil (un peu comme le mien), ça peut au contraire détendre et accélérer le travail et super bien se passer !
    Et surtout, ce qu'il m'aurait fallu et qui t'aurait aidée, c'est une bonne sage-femme ou une doula qui te "coache" et t'aide psychologiquement !

    (et pu**** de respect pour 30h de contractions sans péri :jap: moi j'ai pété un câble au bout de """seulement""" 12h et après avoir vomi 5 fois mes tripes... je suis petite joueuse à côté de toi !)
     
    Nounine aime ce message.
  6. ParisianLawyer

    ParisianLawyer Modératrice Adhérent(e) LLLF

    @Sekhmet j'ai eu un peu comme toi, col qui bougeait quasiment pas malgré les contractions très rapprochées pendant des heures (et même après la perte des eaux). J'ai essayé de changer de position, ca faisait encore plus mal, j'ai jamais trouvé de position vraiment supportable avec ses satanées contractions dans les reins.
     
  7. Eclira

    Eclira Modératrice Adhérent(e) LLLF

    @Jud tu exprimes exactement mon sentiment !!! A l'exception de qq rares copains / connaissances, j'ai l'impression que les discours c'est toujours dans un extrême ou l'autre.
    Le pire étant je trouve les remarques très bêtes et mesquines genre les collègues qui se font une joie de te décrire tous les malheurs que tu vas avoir, genre un gamin c'est forcément le diable venu te faire la vie dure... (pas vécu moi même mais c'était les discours de la pause café dans mon précédent boulot...)

    L'inverse (mère parfaite / bébé parfait) ça relève plus de la compétition voir de l'envie de ne pas faire peur, mais c'est plus naturel...
     
    Grou, Nounine, Lumi et 2 autres personnes aiment ce message.
  8. Cactus2002

    Cactus2002 Lactarium Adhérent(e) LLLF

    Moi ce que je trouve absurde est la prévenance des gens (dans la rue, le bus, au supermarché etc) à l'égard des femmes enceintes et le total désintérêt pour ces femmes lorsqu'elles ont accouché. Or, certes, la grossesse fatigue mais un bébé de quelques semaines ce n'est franchement pas de tout repos
     
  9. Eclira

    Eclira Modératrice Adhérent(e) LLLF

    C'est clair ! Pour certains tu passes de la "femme enceinte que c'est merveilleux de donner la vie" à la "chieuse avec son gosse qui braille et sa poussette qui encombre" du jour au lendemain...
     
    Jud, Badabouprincess, Nounine et 6 autres personnes aiment ce message.
  10. Sekhmet

    Sekhmet Lactarium Adhérent(e) LLLF

    Clair ! Moi je pétais la forme à la fin de ma grossesse, j'aurais pu rester debout dans le RER tranquillou, alors que 5 jours après mon accouchement j'avais du mal à marcher 10 minutes...
    Et tout le monde te dit "tu es super belle" quand on est enceinte (ouais, le gros bidou c'est séduisant il paraît), et quand tu viens d'accoucher, que tu as encore du bidou (normal) et des cernes, personne ne vient te dire que tu est belle, et pourtant... c'est beau un corps qui a donné la vie. :)
     
  11. AngyRegg

    AngyRegg Hyperlactation Adhérent(e) LLLF

    @Nounine @Sekhmet il ne serait pas possible d'utiliser le gaz légèrement anesthésiant qu'ils ont à l'hôpital pour au moins détendre la personne dans ce type de cas ? Je pense que ça bloque moins le travail que la peri, mais bon je dis peut-être une bêtise..
    En tout cas j'aurais aimé aussi avoir une sage femme ou autre près de moi en continue car perso j'ai pris la péri plus par panique que par douleur (je dis pas que j'aurais pas finit par la prendre hein)..

    Sinon, dans mon entourage j'ai pas trop ce genre de tabou sur les enfants. La plupart des gens sont pudiques c'est sur mais quand on discute ils disent généralement ce qui ne va pas. Après je n'ai pas d'enfants scolarisé alors je ne connais pas les relations entre parents d'élèves..
    Bref, ce que j'ai trouvé le plus dur personnellement c'est plutôt les tabous sur tout ce qui est physique en post partum. L'immense fatigue après l'accouchement à vraiment était dur pour moi et l'inconfort à la maternité.. Franchement pour le second s'il y a j'essayerais vraiment de mieux organiser mon repos post accouchement..
     
  12. Sekhmet

    Sekhmet Lactarium Adhérent(e) LLLF

    Fort possible... encore faut-il qu'ils y pensent et qu'ils le proposent !
    Mais il y a beaucoup d'autres choses qui peuvent détendre. Un bon bain chaud, par exemple, chose que je n'ai pas pu avoir (y'avait pas là où j'étais). Ou tout simplement une personne pour me prendre dans ses bras, me câliner, me masser, m'encourager et me faire penser à mon bébé plutôt qu'à la douleur... C'est juste dommage que tout cela n'était pas disponible. Sans compter l'ambiance anxiogène d'un hôpital, c'est pas l'idéal pour être détendue, ça demande pas mal de capacité à se mettre dans sa bulle, on ne peut pas toujours y arriver...
     
    AngyRegg aime ce message.
  13. ParisianLawyer

    ParisianLawyer Modératrice Adhérent(e) LLLF

    Non tu as raison, le gaz hilarant ca aide :)

    Et ca bloque pas, rien à voir avec une césa
     
  14. Nounine

    Nounine Montée de lait

    Après étant une ancienne anorexique je dois avoir une relation au corps un peu spécial. En fait j'avais eu une rachi anesthésie (genre de péri pour la cesa) mais elle n'a pas fonctionné partout alors pendant l'opération ils ont dû faire l'AG. Mais vous avez raison, faut que j'en parle à qq. C'est ce qui m'avait ete dit par une sage femme.
     
    bad mom aime ce message.
  15. Sekhmet

    Sekhmet Lactarium Adhérent(e) LLLF

    C'est vraiment pas de bol dis donc ! :calin:
    Je pense que c'est une bonne idée de faire le point là-dessus, reste à trouver la bonne personne (psy-quelque chose, ou autre ?) qui t'aidera à faire le ménage dans ce "bazar" :D :calin:
     
    Nounine aime ce message.
  16. bad mom

    bad mom Fontaine de lait Adhérent(e) LLLF

    Tu as déjà du mérite d'avoir voulu être enceinte vu ton histoire :confused: le corps qui change pendant la grossesse c'est pas simple !

    :calin:
     
    Nounine et Sekhmet aiment ce message.
  17. Lullalynne

    Lullalynne Période de pointe

    Ma sf m'avait prévenue pour ce qu'on appelle la "phase de désespérance" mais quand on y est, on a du mal à s'en rendre compte. J'ai tenu bon jusqu'à un certain point où j'ai fini par me dire "après cette contraction, stop, je demande la péri, j'en peux plus!" Bah, j'ai perdu les eaux pile à ce moment-là donc j'ai fait sans finalement :p
    Et je confirme : le gaz, ça existe et ça fonctionne pas mal. A défaut d'avoir eu accès à la super "salle nature" de ma clinique (avec baignoire, grand lit, etc) comme je l'avais demandé dans mon projet de naissance, j'ai au moins eu droit au gaz. Et je ne m'en souvenais même plus alors merci d'avoir fait remonter ce souvenir :)
     
    Nerialka et Sekhmet aiment ce message.
  18. AngyRegg

    AngyRegg Hyperlactation Adhérent(e) LLLF

    Le truc c'est que j'ai perdu les eaux le matin et les contractions sont venus au fur et à mesure et je gérais bien mais en fin de journée j'ai eu très envie de pousser et l'impression de plus rien gérer et la sf me disait qu'il fallait continuer (j'étais dilaté à 5 je crois) mais quand elle est partie j'ai demandé la péri car je voulais être en salle d'accouchement et que les poussées s'arrêtent. Plus tard on m'a expliqué que je sentait les poussées fortes à cause du fait qu'il n'y avait plus le liquide amniotique et bref ca sert à rien de refaire le match mais le fait d'être seule (avec mon mari tout de même mais c'est pas pareil) joue c'est sûr
     
    Lullalynne aime ce message.
  19. Sekhmet

    Sekhmet Lactarium Adhérent(e) LLLF

    Ce petit message me rappelle quelque chose. Le fait de passer dans une salle d'accouchement change tout.
    Déjà parce que ça met dans l'esprit "la finalité, c'est le bébé", et en plus il y a plein de choses qui font penser au bébé : je crois que j'ai failli fondre en larmes quand j'ai vu la petite table à langer avec le matos prêt pour le bébé (une petite couche, une pipette de chépaquoi pour le cordon je pense...).
    Et avant, j'étais dans une salle d'examen (parce qu'ils ont pas mieux), et ça me rappelait juste les trouzemille examens de la grossesse, donc clairement pas le bon état d'esprit. Et l'état d'esprit, ça change tout !
     
    AngyRegg et Lullalynne aiment ce message.
  20. bad mom

    bad mom Fontaine de lait Adhérent(e) LLLF

    Jai jamais vu que des salles d'accouchements sauf pour les faux départ de noeunoeuf
     

Partager cette page

Chargement...