• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

 encore des questions.......

soleil

Colostrum
Bonjour,
Voilà j'ai de nouveau des questions sur mon futur allaitement et peut-être que vous pourrez me répondre.

J'étais déjà venue vous parler de mon sevrage d'antidépresseur mais au fur et à mesure que ma grossesse avance d'autres questions d'ordres médicales me viennent.
Ne faisant jamais les choses à moitié j'ai un autre "problème de santé". Voilà j'ai subi un bypass en 2013 pour maigrir, une perte de 62 kg. Seulement ce genre d'opération n'a pas que du bon sauf sur la perte de poids et c'est son but.
Pour résumer mon opération, pour ceux qui ne connaissent pas, on m'a"coupé" les 3/4 de mon estomac et court circuité 1,50 m d'intestin.
Quand je dis qu'elle n'a pas que du bon c'est que je suis sous vitamines (azinc avant la grossesse et gynefam aujourd'hui) et fer, cela à vie car mon corps n'assimile plus correctement certains minéraux.
Bref durant mes bilans sanguins durant ma grossesse, les anémies se font de plus en plus, notamment le fer et le calcium donc lourd "protocole" pour essayer de faire remonter tout ça mais ma question est celle ci, en étant anémiée durant ma grossesse est ce que je vais tout de même fabriquer un lait suffisamment complet pour mon loulou?
Mon médecin traitant n'est pas contre l'allaitement mais n'est pas pour non plus et donc il ne peut pas trop me répondre car c'est pas son truc. Je vais à la réunion lll la semaine prochaine mais bon si je peux déjà avoir quelque renseignements ici c'est toujours ça de prit!
Désolée de venir sans cesse vous demander de l'aide.
A bientôt et merci d'être là.
Soleil
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Il me semble avoir vu passer une discussion sur ce sujet il y a quelques mois. J'essaye de te retrouver ça.
 

chiloé

Période de pointe
Adhérent(e) LLLF
J'ai trouvé ça en fouillant un peu sur le net : http://www.cairn.info/revue-devenir-2007-3-page-261.htm
J'ai lu cet article en diagonal, mais j'aurais tendance à penser qu'il est sérieux car il vient de Cairn. Je te cite la partie sur l'anémie "L’allaitement maternel combat bien l’anémie de la jeune mère. En effet, mis à part les saignements du post-partum immédiat, l’allaitement maternel diminue la durée des saignements du premier mois du post-partum et, de par l’aménorrhée de lactation, évite la perte de sang et donc la perte de fer maternel mensuelle. De même, le fait que la mère qui allaite se nourrisse en plus grande quantité, consommant de ce fait plus de fer, et que le lait maternel, lui, contienne peu de ce métal, crée un surplus qui contribuera également à combler le déficit maternel."
 

Pollen

Hyperlactation
Rien a voir mais je trouve très bien que ton medecin n'essaie pas a tout prix de te donner des infos sur un sujet qu'il ne maitrise pas.
j'avais lu ton precedent et te souhaite plein de bonheur dans ton allaitement a venir :)
 

Myriam

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice à la retraite
Voici un lien avec une discussion proche de la tienne : http://forum.lllfrance.org/threads/allaitement-et-bypass.7897/

Voici également une traduction d'un article parue dans une revue scientifique de langue anglaise :
Chirurgie bariatrique et allaitement
Weight-loss surgery and breastfeeding. Lamb M. Clin Lact 2011 ; 2(3) : 17-21. Mots-clés : lactation, obésité, chirurgie bariatrique.

Le traitement de l'obésité fait appel à des mesures diététiques et à des modifications comportementales. Toutefois, en cas d'obésité importante, ces mesures ne seront pas suffisantes. Une chirurgie bariatrique sera recommandé en cas d'indice de masse corporelle (IMC) > 40, ou s'il est > 35 en présence d'au moins 2 problèmes associés (hypertension, diabète de type 2, apnée du sommeil, arthrite, hypercholestérolémie, troubles de la reproduction chez la femme, dépression). Toutefois, on demandera dans la plupart des cas à la femme de perdre 7 à 8 kg avant d'entreprendre la chirurgie, et d'effectuer une préparation à cette chirurgie (suivi de cours sur la nutrition, arrêt du tabagisme...).

Ce type de chirurgie a commencé à être utilisé chez les obèses après avoir constaté que les patients qui avaient subi une résection partielle de l'estomac pour le traitement d'ulcères perdaient du poids. Divers types de chirurgie sont actuellement pratiqués : by-pass gastrique, pontage gastrique en Y, anneau gastrique ajustable par laparoscopie… Cette chirurgie oblige à diminuer les apports, et/ou induit une malabsorption. Le pontage gastrique en Y de Roux est couramment utilisé. Une poche stomacale de 20 à 30 ml est créée sous l’œsophage et connectée à l'intestin grêle distal en court-circuitant l’essentiel de l’estomac, le duodénum, et 1 m à 1,5 m d’intestin grêle proximal. Cette méthode induit une perte rapide de poids, au prix d’une malabsorption nécessitant une supplémentation vitaminique et minérale, et d’une fréquence élevée de dumping syndrome. L’anneau gastrique, également couramment utilisé, est beaucoup moins invasif, et cette méthode est facilement réversible : un anneau est placé par laparoscopie afin de former une poche dans la partie supérieure de l’estomac. Le volume de la poche peut facilement être adapté. Cela limite les effets secondaires, mais la perte de poids est moins rapide. Les gastroplasties et les dérivations bilio-pancréatiques sont nettement moins courantes.

Près de 85% des chirurgies bariatiques sont effectuées sur des femmes en âge de procréer. L’obésité importante a un impact négatif sur la fertilité, et nombre de ces femmes deviendront enceintes. Or, une grossesse pendant une période perte de poids importante pose des problèmes spécifiques. Après une chirurgie bariatrique, il est préférable d’attendre 12 à 24 mois avant de débuter une grossesse. Pendant la grossesse, les mères auront besoin d’un suivi nutritionnel adapté pour limiter le risque de carences. En cas de pose d’un anneau gastrique, l’ajustement de l’anneau pourra être modifié pour faciliter le maintien de l’état nutritionnel de la femme, ou abaisser la prévalence du reflux. Ce suivi sera poursuivi pendant l’allaitement. Une supplémentation adéquate en vitamine B12 est en particulier nécessaire : une femme carencée en vitamine B12 accouchera d’un enfant déjà carencé en cette vitamine à la naissance, et si elle allaite son lait sera carencé en cette vitamine. On a publié plusieurs cas de carence en vitamine B12 chez des bébés allaités par une mère ayant subi une chirurgie bariatrique. Il semble que ces chirurgies abaissent le taux lacté de lipides, mais aucune étude n’a évalué objectivement ce fait. Il sera également nécessaire de discuter avec la femme des éventuelles chirurgies mammaires subies. En effet, la perte de poids importante induira habituellement une ptose mammaire également importante, qui sera souvent corrigée chirurgicalement ; cette chirurgie peut avoir un impact négatif sur l’allaitement.

Si les mères qui ont subi une chirurgie bariatrique auront besoin d’un suivi adapté à cette condition, elles auront également besoin de recevoir les informations de base sur la pratique de l’allaitement : importance de l’allaitement à la demande, du contact peau à peau, d’une bonne prise du sein… Si ces chirurgies ont des effets secondaires, on a constaté que leur fréquence était plus basse que celle des effets négatifs constatés chez la femme et ses enfants en cas d’obésité maternelle importante. La croissance du bébé sera régulièrement suivie, et on envisagera d’effectuer chez lui des examens biologiques (vitamine D, vitamine B12, folates, calcium et fer).
La carence en vitamine B12 est également mentionnée sur cet article du site LLLFrance : http://www.lllfrance.org/vous-infor...arence-en-vitamine-b12-chez-un-enfant-allaite

Dans le Breastfeeding answer book (©2012), il est indiqué que généralement la perte de poids et les carences se stabilisent 12 à 18 mois après la chirurgie.
Dans cet ouvrage, il est indiqué également au niveau des carences et de la lactation :
Les besoins nutritionnels de la mère
La quantité et la qualité du lait maternel sont généralement suffisantes pour la croissance des nourrissons tant que la mère allaite prend 1800 calories par jour ou plus et aussi longtemps que sa perte de poids s'est stabilisée.
Manger suffisamment de protéines après chaque type de procédure est important et chacun des repas de la mère devrait être composé d'environ 50% de protéines. Après une procédure de malabsorption, la supplémentation quotidienne minimale pour les mères allaitantes doit toujours inclure :
• Vitamine prénatale quotidienne.
• B12 1000 mcg appliqué sous la langue tous les jours.
• Fer 65mg sous forme de fumarate ferreux quotidiennement avec 250mg de vitamine C pour maximiser l'absorption.
• Et citrate de calcium 600 mg deux fois par jour.
Toutefois, un pourcentage élevé de personnes ne parviennent pas à prendre des suppléments comme prescrit la chirurgie postbariatrique, et la perte de sang post-partum nécessite souvent des doses beaucoup plus élevées de fer, de sorte que les niveaux de la mère de fer, B12 et la vitamine D devraient être vérifiés périodiquement.
Concernant le suivi du bébé, il est indiqué :
Surveiller le bébé
Il est crucial de surveiller le gain de poids du bébé au fil du temps ainsi qu'une carence éventuelle en vitamine B12 ou des problèmes de production de lait qui peuvent causer léthargie et l'échec à bien grandir chez le bébé. Dans la petite enfance, la carence en vitamine B12 peut également causer l'anémie, des retards de développement, et des problèmes neurologiques permanents en plus de l'échec à grandir. Les nourrissons peuvent devenir symptomatiques après même quelques mois d'ingestion insuffisante de vitamine B12. Il est également important pour une mère de savoir comment s'assurer que son bébé ait une prise de sein optimale et obtient du lait, car le tissu mammaire est souvent lâche et extensible après la chirurgie bariatrique. Les nourrissons prospères n'ont pas besoin de supplémentation en vitamines et en minéraux en dehors de la vitamine D, de la vitamine K et du fer comme recommandé pour tous les nourrissons qui allaitent.
L'article se conclue en indiquant
Quatre-vingt-dix pour cent des personnes auront une perte de poids significative et des améliorations spectaculaires dans la santé globale après la chirurgie bariatrique. Avec une attention particulière à la nutrition et à l'observance du dosage de supplémentation recommandé, ainsi qu'une surveillance étroite de la croissance des nourrissons, les grossesses à risque réduit et les expériences réussies d'allaitement sont la norme pour les femmes dans cette population en croissance rapide.
 

soleil

Colostrum
Merci de vos retours ainsi que de vos liens ou documents. C'est très gentil.

En lisant tout ça, je pense que mon allaitement ne va pas être possible! Je suis carencée en fer et calcium, il faut que je vérifie pour la vit b12 mais je crois qu'il y a un bon moment qu'on ne l'a pas dosé!
Et quand je vois tout les médecins que je consulte depuis le début de ma grossesse(chirurgien de mon bypass, gynéco, sage femme, nutritionniste et mon médecin traitant) qui ne sont absolument pas au clair avec le fait de devoir gérer un bypass avec une grossesse ! Ça angoisse!!!!!

Encore merci de vos retours en tout cas et j'espère que je n'ai déjà pas carencé mon petit bout qui grandit en moi! Ma 2eme écho officielle indique qu'il se développe bien mais il est quand même dans les limites des courbes "officielles"! Ça fait répétition dit comme ça!

Merci encore en tout cas
Soleil
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Que ce soit lors de la grossesse ou de l'allaitement, l'enfant est prioritaire (dans une certaine mesure). Il y a peu de risques que ton bébé soit carencé ; si tu es carencée, le risque pendant la grossesse ou l'allaitement est surtout que toi, tu le sois encore plus. Mais ton enfant aura, lui, tout ce qu'il faut.
 

soleil

Colostrum
Bonsoir à toutes,
Merci encore de retour.
Mon dernier bilan sang montre que mon anémie en fer se creuse de plus en plus malgré les 2 comprimés de tardyferon quotidien:-(
La vitamine b12 vient d'être dosée et je suis dans les normes donc de ce côté là, je suis moins stressée.

Pas facile de manger tout ce qui contient du fer car je suis très vite écœurée par la nourriture.

Bref, je ne fais pas les choses à moitié.

Par contre bébé fait des siennes car il peut faire la java dans mon ventre un jour et le lendemain plus rien. Ça me stresse énormément :-(

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année et merci d'être là.
Soleil
 
Haut