• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

Article allaitement et maternage

Tautau

Hyperlactation
J'ai lu l'article, je le trouve bien moi. Ce que tu évoque @Sekhmet c'est des nanas qui témoignent. J'ai pas limpression que l'article en tire des conclusions.
 

Isahora

Période de pointe
Adhérent(e) LLLF
L'article est pas mal parce qu'on remet au centre la mère, l'enfant, l'allaitement, le naturel par contre on met de côté le deuxième parent. Le deuxième parent va permettre à la mère d'être en totale fusion avec le nourrisson pour répondre à ses besoins sans se poser de questions. Et plus tard le deuxième parent peut tout faire comme la maman, c'est ce qui va lui permettre de reprendre tranquillement le travail.

Bon c'est pas ce qui se passe chez moi mais dans ma vision féministe le deuxième parent prend un congé parental ou partiel et s'occupe autant de bébé que de la maison.

Dans un sens c'est écolo de ne pas prendre de douches tous les jours ! Vive les économies d'eau !
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Mon mari a porté nos bébés dès la naissance (et câliné, et changés...). Donc même sans allaiter il peut tout à fait prendre une place importante dès le début.
Mais sinon, je trouve aussi que l'article ne généralise pas forcément les comportement "extrêmes" à toutes les mamans maternantes, il parle juste de comportements que certaines mères adoptent en disant qu'il faut faire attention à ce que ça ne soit pas trop extrême justement... Mais c'est comme tout en fait. N'importe quel comportement bon à prendre, peut s'avérer moins bon si on le pousse à l'extrême.
 

Elyuna

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF

La suite de l’article!
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Hum bah j'aime pas trop la suite.
La première partie, on savait pas trop quelle était leur idée sur la question et ça restait relativement ouvert, mais là pour le coup je trouve que le parallèle maternage = la mère s'oublie complètement est clairement énoncé... Alors que c'est un parallèle très abusif ! Il y a des burn out maternels aussi chez les femmes qui ne maternent pas, et à l'inverse il y a des parents maternants pour qui tout se passe plutôt bien.
C'est dommage parce que la suite de l'article est bien, mais le fait qu'ils désignent le maternage proximal comme la source des maux qu'ils dénoncent, ça me reste en travers de la gorge :(
 

Isahora

Période de pointe
Adhérent(e) LLLF
J'ai l'impression qu'il montre ça comme un effet de mode, des mères tombent dans ce piège de maternage.
Personnellement cette façon d'être et d'agir pour mon bb est arrivé naturellement. Je n'ai pas eu le temps de me renseigner sur quoique ce soit avant d'accoucher, même l'allaitement c'est les puéricultrices qui m'ont coaché ! Et puis à force de tomber sur le site de LLL en posant mes questions à Google + lire les recommandations de l'OMS et de certain.es grand.es pédiatres je me suis dit que je faisais du mieux que je pouvais pour mon babychou <3 et que ne pas prendre de douche tous les jours ben ça fait faire des économies !
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Ben oui c'est ça : le maternage c'est tout ce qu'il y a de plus naturel.
Ce qui ne l'est pas, c'est que les parents soient les deux seuls à s'occuper de leurs enfants.
Ce qui est responsable du mal-être de nombreux parents c'est ce morcellement de la société en familles nucléaires. (... Les confinements n'ont pas aidé...) C'est ça qui pose problème, c'est à ça qu'il faut trouver des solutions... Et c'est en fait ce qu'il dit dans son article, sauf qu'il relie ça au maternage et met le maternage en avant alors que ça n'a juste aucun rapport avec le schmilblik en fait !
 

Tautau

Hyperlactation
Trouvé aprés avoir lu un article sur la culpabilité maternelle, qui disait que d'abord la culpabilité ça vient de soi. (C'est pour l'anecdote rigolote vu comment commence l'article)
Bref par rapport à cet article je ne sais que dire, si son passage sur la culpabilité est anecdotique, qu'en est il sur ce qu'il dénonce par rapport aux études, qui n'auraient pas de valeurs car faites sur un trop petit échantillon?
 

Laitmotiv

Hyperlactation
Adhérent(e) LLLF
Trouvé aprés avoir lu un article sur la culpabilité maternelle, qui disait que d'abord la culpabilité ça vient de soi. (C'est pour l'anecdote rigolote vu comment commence l'article)
Bref par rapport à cet article je ne sais que dire, si son passage sur la culpabilité est anecdotique, qu'en est il sur ce qu'il dénonce par rapport aux études, qui n'auraient pas de valeurs car faites sur un trop petit échantillon?
Je crois que c’était @Apicobi qui avait publié une fois un résumé très instructif des arguments bidon pour tirer des conclusions bidon de manière scientifico-bidon , résumé que je ne retrouve pas malheureusement et qui explique ça beaucoup mieux que moi… mais cet article me paraît en être un joli exemple 😃

- prendre 1 SEUL ex ( traitement de la ménopause) pour mettre en doute TOUTES les recommandations basées sur des études (et sur l’allaitement en particulier)

- ne pas tenir compte des biais:
« de nombreux pays présentant un fort taux d’allaitement ont également un fort taux de mortalité infantile et, parallèlement, beaucoup de pays ayant un faible taux de mortalité infantile ont aussi un faible taux d’allaitement. ».
Bah, évidemment , là où on n’a pas le « luxe » de donner du LA, on allaite beaucoup… et les conditions de vie sont moins bonnes, moins d’accès aux hôpitaux , soins, vaccinations etc… se font cruellement sentir… malheureusement par la mortalité enfantine.

- présenter une affirmation comme une vérité:
« Aucun rapprochement entre les taux d’allaitement et la santé des nourrissons n’a jamais pu être établi ». Raté: https://www.lllfrance.org/vous-info.../1108-le-lait-maternel-cest-bon-pour-la-sante

- exageration:
… A moins que l’auteur ne suggère que « la santé du nourrisson » ne se résume qu’à la « survie du nourrisson ??? » . Dieu merci, donner le bib ne tue pas ! ( quoique, à une certaine époque pas si lointaine, c’était le cas …) .

- ne pas citer ses sources:
« On a dernièrement assisté à une augmentation du nombre de chutes de nourrissons, tombés du lit d’hôpital de leur mère, et de cas d’étouffements. En outre, une hausse de graves complications chez les bébés a été rapportée, notamment déshydratation, malnutrition, lésions cérébrales et même décès. En effet, l’allaitement exclusif à la sortie de la maternité est désormais le principal facteur de risque de réadmission » ( le comble: l’auteur avoue lui-même que c’est difficile à évaluer… )

- minimiser:
« En particulier lorsque les bienfaits connus ( de l’allaitement) pour les nourrissons (rhumes et diarrhées un peu moins fréquents) sont si minimes. »
Ah bon ??? 3 fois moins d’otites, 20 fois moins de risque de maladies diarrhéiques graves , c’est minime ? (Ce ne sont que 2 ex, je ne vais pas reprendre toute la littérature LLL, cf l’article ci-dessus et les études associées de la bibliographie)

- discréditer le « camp » adverse pour camoufler ses propres lacunes:
« Ces cinq dernières années, plus d’une dizaine d’articles ont été publiés pour révéler ces effets négatifs ( faire croire que l’allaitement est meilleur) . Et pourtant, la croyance populaire selon laquelle rien ne vaudrait l’allaitement prévaut. »
l’auteur dénonce les biais des études en faveur de l’allaitement et leurs faibles échantillonnages, alors qu’elles ont été menées à bien plus grandes échelles et de manière beaucoup plus rigoureuses que la pauvre dizaine d’études ( ah non, en fait ce sont juste des articles???) qui dénoncent des désavantages de l’allaitement ( d’ailleurs, où sont les sources???)

Bon, je m’arrête là, parce que l’article commence à m’énerver :
« Mais nous devons arrêter de prétendre que donner le sein est «ce qu’il y a de mieux», alors que les dernières recherches montrent que ce n’est souvent pas le cas. »
c‘est de la désinformation!!! PAS une seule recherche n’est citée…
Il y a d’autres manières de déculpabiliser les mères de ne pas vouloir/pouvoir allaiter sans raconter n’importe quoi , non ?
 
Dernière édition:

Catherine06

Lactarium
Trouvé aprés avoir lu un article sur la culpabilité maternelle, qui disait que d'abord la culpabilité ça vient de soi. (C'est pour l'anecdote rigolote vu comment commence l'article)
Bref par rapport à cet article je ne sais que dire, si son passage sur la culpabilité est anecdotique, qu'en est il sur ce qu'il dénonce par rapport aux études, qui n'auraient pas de valeurs car faites sur un trop petit échantillon?
"Presque tous les bienfaits affirmés de l’allaitement proviennent de l’extrapolation d’études de petite envergure, qui n’ont jamais été reproduites à grande échelle."

Ça, ce n'est pas un argument...
C'est une mauvaise compréhension de la loi des grands nombres. Un petit échantillon suffit à observer un effet fort, si celui-ci est réel. D'ailleurs, la mesure d'un effet fort sur une étude de petit échantillon est le signe qu'un phénomène est observé.
Après, il faut vérifier si l'étude n'est pas biaisée (parfois on introduit des biais sans s'en rendre compte). C'est à ça que va servir un plus gros échantillon.
On se dit : "bon, malgré toutes nos précautions, il y a peut-être un biais que l'on n'avait pas pris en compte. Qu'est-ce que ça peut être. Ah, verifions ça. Choississons tel population pour isoler ce possible impact et vérifier s'il introduit un biais qui conduit à une fausse mesure de l'effet sur le petit échantillon (sur, sous, exactement mais faussement estimé, tout est possible)".

Mais si l'effet est réel et fort, il sera mesurable sur un petit échantillon.

Après, je ne sais pas si dans les études qu'elle dénonce l'effet est fort ou faible. Mais son argumentation n'est pas logiquement valable : c'est juste une série de yakafokon.

D'ailleurs, on pourrait lui rétorquer qu'elle devrait commencer par debiaiser son raisonnement et verifier l'impact d'une mauvaise formation des accompagnants à la naissance ou de l'isolement des mères sur les bénéfices de l'allaitement.

Typiquement, voilà qui pourrait annuler des bienfaits de l'allaitement. Dans le fond, elle n'a pas tort : il est possible qu'un mauvais accompagnement de l'allaitement produise des effets délétères sur certaines populations. Ça pourrait être testé éventuellement... Pas évident mais pensable j'imagine (pas en reproduisant les conditions bien sûr, mais en ciblant les bonnes populations).

Le fait qu'elle ne raisonne pas de cette manière montre à mon avis qu'elle essaie d'instrumentaliser la demarche d'études scientifiques pour faire passer son opinion en politique publique de santé.

Edit : ou alors, elle tenait à peu près ce discours, car il y a finalement quasi tous les éléments et le journaliste a remanié l'ITV pour que ce soit sexy en bousillant l'argumentaire. Parfois, on n'a pas la main, malheureusement.
 
Dernière édition:

Caro_le

Période de pointe
Adhérent(e) LLLF
Je n'ai pas lu l'article jusqu'au bout, ça manque cruellement de faits scientifiques. Ils sortent des chiffres du chapeau mais n'indiquent pas d'où ils viennent.

Slate a toujours un gros problème de sources. C'était complètement sur un autre sujet, j'avais déjà indiqué que le contenu de l'article était faux.
 

Catherine06

Lactarium
Est-il légal de publier ce genre d'article ?
Il n'y a pas de diffamation et c'est suffisamment flou pour que l'on ne puisse pas prouver la fausseté des affirmations, donc oui, j'imagine.

Ce qui est pénible avec ce genre d'article, c'est que c'est en plus une traduction sans lien vers l'original. Pour avoir une idée de la position et de la rigueur argumentaire de l'autrice, je suis allée voir son blog. Ce post, ici est très proche du sujet, il reflète au moins sa manière de penser.
C'est quand même très différent de l'article de slate.

Edit parce que mefi :
Instrumentaliser les resultats d'un papier en les simplifiant à l'extrême pour valider des propositions est une démarche qui doit inciter à la méfiance.
 
Dernière édition:

Apicobi

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Comment ? Tu oses affirmer qu'aucune probité scientifique n'est accessible sans un minimum d'effort intellectuel ? C'est scandalant !

Signé : la meuf qui s'auto-diagnostique en allant sur le forum doctissimo et s'informe sur TF1 et BFM


(Ouille, ce tir groupé sur l'ambulance, c'est bas ! Dire que j'ai même pas honte ... 🥴 )

@Laitmotiv , est-ce que c'est ce truc (en PJ) auquel tu pensais ? J'adore le poster partout et le partager avec plein de gens... On a les hobbies qu'on peut..
 

Pièces jointes

  • shophismesliste.png
    shophismesliste.png
    495.3 Ko · Affichages: 41
Dernière édition:

Laitmotiv

Hyperlactation
Adhérent(e) LLLF
@Laitmotiv , est-ce que c'est ce truc (en PJ) auquel tu pensais ? J'adore le poster partout et le partager avec plein de gens... On a les hobbies qu'on peut..
Ouiiii ! C’est celui-là! 😍 Très complet , une petite bible ultra condensée de l’art d’embobiner.🤪

Mais j’éviterais de l’envoyer à tout le monde: risque de se faire griller le jour où on a besoin de convaincre une connaissance de nous prêter une brique…😜
 

Gabe

Hyperlactation
Je viens de lire ça, en cherchant une définition du mot "mère".

"Le mot qui signifie « mère » est un des plus répandus au monde à travers toutes les langues indo-européennes (racine ma), ainsi que dans beaucoup d'autres (en chinois par exemple : pinyin ma). En français, le mot maman résulte d'une formation enfantine par redoublement, semblable au latin, au grec mamma qui veulent dire « sein » (cf. mamelle)".

Ça veut tout dire non ?
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Oui je savais, enfin je l'avais deviné en entendant mes nourrissons dire "mamamam" pour réclamer la tétée.
J'en ai déduit que ce "mamamam" avait donné à la fois "maman", "mamelle", "manger" et "miam".
 
Haut