• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

L'amour parental

Jud

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Salut les mamans,

J'ai une amie qui n'a pas d'enfants et qui a parlé parentalité sur un podcast. Dedans, elle dit qu'elle pense qu'elle ne sera pas le genre de mère à "aimer son enfant de manière inconditionnelle" parce qu'elle pense que ce type d'amour n'existe pas, qu'on ne peut pas aimer quelqu'un quoiqu'il arrive.

Moi, j'ai l'impression d'avoir découvert cet amour en devenant Maman. Mais je me demande si c'est vraiment le cas, ou si c'est juste une "injonction sociale" (= "je suis maman donc je dois aimer mes enfants plus que tout, malgré tout, au-delà de tout"). J'ai l'impression que quoiqu'il se passe, mon amour pour l'Ourson restera. J'ai l'impression que c'est ce que vit ma grand-mère malgré toutes les difficultés qu'elle rencontre avec mon père.

J'ai envie d'en discuter avec elle mais je déteste marteler ce genre de vérité "tu comprendras quand tu seras grande". Du coup, ça me ferait plaisir d'avoir votre retour sur ce sujet.

A votre avis, ça existe l'amour inconditionnel ? est-ce que l'amour maternel est un amour inconditionnel ?
 

Nat08

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Je pense que ça dépend des mamans. Il y a celles qui le ressentent et d'autres au contraire qui ne ressentent rien, parfois même de la haine (j'avais vu un témoignage là dessus).
Moi j'y crois car je le ressens, mais je comprends qu'on ne puisse pas le ressentir. Ceci dit, l'affirmer avant de l'avoir vécu, ça, je n'y crois pas.
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Oui je pense aussi que ça dépend des gens (pas seulement des mamans, pour les pères c'est pareil). Ma mère me disait que l'amour qu'elle ressentait pour ses enfants était le plus fort des amours qu'on puisse imaginer. Et moi je ressens la même chose pour mes enfants, un amour complètement fou, et inconditionnel.
Mais je peux tout à fait croire que ce ne soit pas le cas de tout le monde.
 

Jud

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Je peux comprendre aussi que tu ne le ressentes pas, même si ça me semble être une anomalie par rapport à l'état naturel qui veut que les parents protègent leurs enfants pour la survie de l'espèce, non ? Enfin je peux comprendre qu'avec la société dans laquelle on vit, ça peut arriver de ne pas ressentir cet amour. Mais de là à dire qu'il n'existe pas, ça me fait un peu bizarre.
Ceci étant, je n'avais jamais ressenti ce que je ressens pour l'Ourson avant d'être maman. Je me souviens d'une amie qui m'avait dit, quand l'Ourson avait 15 jours : "tu verras, tes enfants passeront avant tout, même ton mari, quel que soit l'amour que tu lui portes" et je l'avais un peu prise de haut, j'avais un peu jugé que son couple ne devait pas se porter très bien. Depuis, mon amour pour l'Ourson n'a fait que grandir et même si mon couple se porte à merveille et si j'aime énormément mon conjoint, je comprends ce qu'elle voulait dire.
Et je vois bien que le premier mois, ce que je ressentais pour l'Ourson était masqué par tout un tas d'autres sentiments : peur d'être incompétente, fatigue, émotions liées à l'accouchement...
 

bad mom

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
moi je crois que nous ne sommes pas tous égaux face à l'amour filial.
on a bien des gens qui manquent totalement d'empathie alors ^^
pour ma part j'aime ma fille mais j'ai réellement découvert la dévotion (oui oui) que l'on peut ressentir avec mini. Oui ça a été un chamboulement pour toute la famille et il a fallu faire des choix (pas que pour mini) et du coup prioriser ... curieusement c'est pas moi et mon "avenir" que j"ai priorisé mais celui de ma famille et de mes enfants... et je crois que c'est surtout dans les moments de crises qu'on se rend compte de la force de son amour (peu importe qui il concerne d'ailleurs).
quand on jette l'éponge c'est qu'il n'est pas bien ancré cet amour ...
 

Gna

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Elisabeth B. a écrit tout un livre là-dessus. Bon je l’ai acheté (quelle drôle d’idée hein ? Mais la question m’interpelait À l’époque) mais je ne l’ai pas lu :D
Je suis comme vous, et comme @bad mom en particulier. J’ai envie de parler d’abnégation moi mais je crois que l’idée est la même.
Je me souviens aussi que la rencontre avec mon garçon a tout bouleversé : mes émotions, mes opinions, mes besoins, mes envies, etc... ça avait la force d’un raz de marée et je peux bien croire que tout le monde ne le vit pas.
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Salut les mamans,

J'ai une amie qui n'a pas d'enfants et qui a parlé parentalité sur un podcast. Dedans, elle dit qu'elle pense qu'elle ne sera pas le genre de mère à "aimer son enfant de manière inconditionnelle" parce qu'elle pense que ce type d'amour n'existe pas, qu'on ne peut pas aimer quelqu'un quoiqu'il arrive.

Moi, j'ai l'impression d'avoir découvert cet amour en devenant Maman. Mais je me demande si c'est vraiment le cas, ou si c'est juste une "injonction sociale" (= "je suis maman donc je dois aimer mes enfants plus que tout, malgré tout, au-delà de tout"). J'ai l'impression que quoiqu'il se passe, mon amour pour l'Ourson restera. J'ai l'impression que c'est ce que vit ma grand-mère malgré toutes les difficultés qu'elle rencontre avec mon père.

J'ai envie d'en discuter avec elle mais je déteste marteler ce genre de vérité "tu comprendras quand tu seras grande". Du coup, ça me ferait plaisir d'avoir votre retour sur ce sujet.

A votre avis, ça existe l'amour inconditionnel ? est-ce que l'amour maternel est un amour inconditionnel ?
J'aime ma douce d'un amour inconditionnel, mais je ne suis pas sûre de l'aimer encore si elle devenait serial killeuse. J'aimerai encore nos souvenirs mais plus la personne qui aurait fait ça.
 

Jud

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
J'aime ma douce d'un amour inconditionnel, mais je ne suis pas sûre de l'aimer encore si elle devenait serial killeuse. J'aimerai encore nos souvenirs mais plus la personne qui aurait fait ça.
Oui c'est vrai, mais tant qu'elle est enfant...
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Moi j'ai découvert cet amour au fil du temps. Quand j'ai accouché je n'ai pas ressenti ce flot d'amour dont tout le monde parle. J'avais un bébé et mon but 1er était d'assurer la survie et le bien être (ça inclue de tuer tous ceux qui lui auraient fait du mal :) et ça inclue aussi souffrir à en pleurer et suer à grosses gouttes lors des tétées mais continuer quand même ;) et aussi dormir 4h par nuit par tranches de 1h )
L'amour s'est vite développé pour devenir inconditionnel.
 
Dernière édition:

sdel

Lactarium
Les mamans qui n’aiment pas d’un amour fort leur bébé et dont les relations d’attachement sont difficiles ne le font pas par choix.
La difficulté maternelle est encore très taboue et méconnue et la société tellement culpabilisante...
Je n’ai pas ressenti tout de suite cet amour dont les livres parlent. Ma relation avec ma fille s’est construite et je l’aime plus que tout.
 

AngyRegg

Hyperlactation
Adhérent(e) LLLF
Alors plus qu'un "amour" inconditionnel, avec mon compagnon on a surtout été frappé par le sentiment que notre fils s'est automatiquement intégré à notre vie comme une évidence, comme une partie de nous en quelque sorte. On a été frappé par notre capacité à nous adapter à lui, à lui faire une place dans notre vie.
Du coup je dirais qu'il compte pour moi de manière inconditionnelle et je pense que même si en grandissant il faisait des choix que je ne pourrais pas accepter /supporter, ce lien serait toujours là.
Peut être que le terme "amour" inconditionnel est un peu ambiguë car il peut renvoyer à l'idée qu'on doit se sentir en admiration ou heureuse (je trouve pas les bons mots) comme dans une relation amoureuse. Pour moi ce n'est pas ça, mais plutôt un attachement qui fait que je ne peux pas l'ignorer, pas le renier.
Et d'ailleurs quand on traverse une dépression on peut se rejeter soit même alors pourquoi pas son enfant ? Ça me semble cohérent du coup.

Bref c'est très personnel aussi tout ça.
 

bad mom

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
L'attachement est un phénomène chimique dans le cerveau (dopamine ?) Donc il existe forcément des différences d'une personne à une autre.
Et puis on dit que l'amour se construit...
 

Jud

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Ouais donc vu vos témoignages je vais rien lui dire à ma pote, en fait. Elle ne connaîtra peut-être jamais ce truc en effet...
 

Lily-Roze

Montée de lait
Adhérent(e) LLLF
L'amour inconditionnel j'y crois à fond !!! Ensuite apparemment ce lien d'attachement ne se créé pas forcément comme ça pour tout le monde. Et effectivement ce n'est pas un choix. ça se travaille, aider les mamans etc...En tout cas de ce que j'ai pu lire c'est que l'allaitement participe beaucoup à la construction de ce lien.

J'ai eu un désir d'enfant tardivement, les bébés ça n'était pas du tout mon truc. L'allaitement je pensais que c'était ringard, parce qu'on le disait. Aliénant pour la femme qui travaille, indépendante tout ça. Aujourd'hui je pense totalement l'inverse. Quand la petite est née c'était hyper bizarre pas de wouah c'est mon bébé, non non. Déjà physiquement c'était une personne nouvelle. Idem que l'une de vous ma priorité était de bien m'en occuper et c'est vraiment avec le temps que ce lien s'est établi au point qu'un jour je me suis dit mais c'est dingue cet amour qu'on ressent c'est incroyable.
Clairement de mon côté l'allaitement y est pour beaucoup ! D'ailleurs je me demande si ce lien se modifie après l'allaitement.
 

Nat08

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Il y a eu dernièrement un reportage dans 7 a 8 life, sur un centre d'aide aux mamans en détresse qui n'arrivent pas à créer le lien avec leur bébé. C'était très intéressant.

Et j'ai arrêté d'allaiter à 8 mois, le lien est toujours là pour ma part. Même si l'allaitement peut y participer, il ne fait pas tout.
 

ValGenna2206

Montée de lait
Pour ma part, je ne savais pas quels sentiments j’allais développer lors de la première rencontre avec mon bébé. Un lien commençait à se créer lorsqu’il était dans mon ventre car je le portais constamment avec moi (logique), mais aussi parce que je lui parlais, je caressais mon ventre, et le faisait interagir avec moi par des petits coups…

Quand il est né, j’ai été très émue, j’ai pleuré, et j’ai ressenti un gros poids : est-ce que je vais y arriver ? Comment je vais faire ?

Maintenant, je sais que j’aime mon bébé plus que tout. Ce lien d’attachement s’est créé rapidement, et pour ma part, je fais passer mon bébé avant tout. Je serai prête à tout pour lui, car je l’aime plus que tout, et je donnerai ma vie pour lui.

Ce n’est absolument pas comparable à l’amour que je porte à son père. Je l’aime aussi très fort, mais c’est différent.

Je n’aurais jamais pu imaginer porter cet amour à quelqu’un avant d’avoir mon fils.
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
L'amour inconditionnel j'y crois à fond !!! Ensuite apparemment ce lien d'attachement ne se créé pas forcément comme ça pour tout le monde. Et effectivement ce n'est pas un choix. ça se travaille, aider les mamans etc...En tout cas de ce que j'ai pu lire c'est que l'allaitement participe beaucoup à la construction de ce lien.

J'ai eu un désir d'enfant tardivement, les bébés ça n'était pas du tout mon truc. L'allaitement je pensais que c'était ringard, parce qu'on le disait. Aliénant pour la femme qui travaille, indépendante tout ça. Aujourd'hui je pense totalement l'inverse. Quand la petite est née c'était hyper bizarre pas de wouah c'est mon bébé, non non. Déjà physiquement c'était une personne nouvelle. Idem que l'une de vous ma priorité était de bien m'en occuper et c'est vraiment avec le temps que ce lien s'est établi au point qu'un jour je me suis dit mais c'est dingue cet amour qu'on ressent c'est incroyable.
Clairement de mon côté l'allaitement y est pour beaucoup ! D'ailleurs je me demande si ce lien se modifie après l'allaitement.
L'allaitement a aussi fait de moi une maman. et oui ce lien continue de grandir quand l'allaitement est terminé. C'est très animal encore, sans allaitement.
 

Gabyshka

Hyperlactation
Je pense que la probabilité qu'un enfant élevé avec tout l'amour de ses parents et dans de bonnes conditions deviennent un serial killer est quand même très faible ;)

Pour moi aussi, l'amour que je porte à mon fils est très différent que celui que je porte à mon mari. Je dirai qu'on parle d'amour inconditionnel car on attends rien en retour, contrairement à l'amour conjugal où on attend de l'affection et de l'attention (et plein d'autres choses). Bien sûr qu'on a envie que notre enfant nous aime et nous le montre mais ce n'est pas pour ça qu'on l'aime, enfin il me semble.

Parfois j'ai aussi l'impression qu'il y a une part de l'amour qu'on portait à notre compagnon qui est transféré à l'enfant en tant que fruit de cet amour .

J'ai été très émue par la naissance de mon fils, et les quelques jours suivant nous étions sur un petit nuage de bonheur avec mon mari mais à ce stade c'était plutôt le bonheur d'avoir créé et mis au monde ce petit être ensemble. Petit à petit, je me suis mise à aimer mon fils en tant qu'individu unique, et j'étais traversée par des sentiments vraiment très forts, physiques vers ses 3 mois. Un immense amour et aussi une immense inquiétude de chaque instant face à ce petit être encore si fragile. Je donnerai ma vie pour sauver la sienne sans hésiter une seconde et ça je pense que c'est vraiment propre à l'amour parental.
Par contre l'amour maternel c'est pour moi un don de soi permanent et j'ai besoin aussi de l'amour plus équilibré que je trouve dans mon couple, j'ai besoin à nouveau d'être câlinée et de me ressourcer dans les bras de mon mari.
 

ValGenna2206

Montée de lait
Je pense que la probabilité qu'un enfant élevé avec tout l'amour de ses parents et dans de bonnes conditions deviennent un serial killer est quand même très faible ;)

Pour moi aussi, l'amour que je porte à mon fils est très différent que celui que je porte à mon mari. Je dirai qu'on parle d'amour inconditionnel car on attends rien en retour, contrairement à l'amour conjugal où on attend de l'affection et de l'attention (et plein d'autres choses). Bien sûr qu'on a envie que notre enfant nous aime et nous le montre mais ce n'est pas pour ça qu'on l'aime, enfin il me semble.

Parfois j'ai aussi l'impression qu'il y a une part de l'amour qu'on portait à notre compagnon qui est transféré à l'enfant en tant que fruit de cet amour .

J'ai été très émue par la naissance de mon fils, et les quelques jours suivant nous étions sur un petit nuage de bonheur avec mon mari mais à ce stade c'était plutôt le bonheur d'avoir créé et mis au monde ce petit être ensemble. Petit à petit, je me suis mise à aimer mon fils en tant qu'individu unique, et j'étais traversée par des sentiments vraiment très forts, physiques vers ses 3 mois. Un immense amour et aussi une immense inquiétude de chaque instant face à ce petit être encore si fragile. Je donnerai ma vie pour sauver la sienne sans hésiter une seconde et ça je pense que c'est vraiment propre à l'amour parental.
Par contre l'amour maternel c'est pour moi un don de soi permanent et j'ai besoin aussi de l'amour plus équilibré que je trouve dans mon couple, j'ai besoin à nouveau d'être câlinée et de me ressourcer dans les bras de mon mari.
Merci @Gabyshka, tu as exactement exprimé ce que je ressens :)
 

Cactus2002

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Je suis quelqu'un de terriblement égoïste. Je pense à moi avant les autres et ai peu de compassion (je sais que c'est mal mais je ne sais pas comment faire pour changer). J'étais sûre de ne pas ressentir d'amour pour mon bébé, cela me faisait peur, je pensais que ce serait difficile de l’apprécier, etc. Et pourtant à la naissance, ça a été un déferlement d'amour incommensurable. J'en ai pleuré, je n'avais jamais ressenti cela. Et cela ne s'est pas tari.
Mais je pense également que nous ne sommes pas égales face aux sentiments, compte tenus de nos parcours différents et de notre bagage génétique. Donc non, je ne pense pas que tout le monde ressente la même chose même si pour moi, cela a été inattendu.
 
Haut