• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

 Anesthésie et allaitement ??

melan

Voie lactée
Bonsoir à ttes (et bonne année, il est encore temps )
Alors voilà, je me demandais s' il était possible d'allaiter après une Anesthésie générale et s' il est possible de garder bb avec soi ds la chambre?
Je dois me faire opérer de 2 hernies (ligne blanche et ombilicale ) logiquement rien ne presse sauf que...depuis qqles jours j ai très mal, ça me donne nausées et vertiges donc je vais aller consulter mais j ai peur qu on me dise --> opération.
Mon bb à 4 mois et je veux poursuivre l'allaitement. Des avis/expériences ? Merci et bonne soirée !
 

Alix

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice LLL
Bonjour @melan

Je te partage cet article http://vigitox.cap-lyon.fr/revues/54/articles/276 que j'ai trouvé très clair, rédigé par les
les médecins et pharmaciens du service Hospitalo-Universitaire de Pharmaco-Toxicologie des Hospices Civils de Lyon.
On peut lire :
Allaitement et anesthésie générale, loco-régionale et locale

Une interruption de l’allaitement, pendant un temps plus ou moins long, est trop souvent recommandée aux mères lorsqu’elles ont eu une AG, voire même une AL. En effet, bien que les données disponibles sur l’innocuité de la poursuite de l’allaitement après la réalisation d’une anesthésie soient rares, les caractéristiques pharmacocinétiques des produits anesthésiques sont rassurantes.

Les quantités d’anesthésiques injectables retrouvées dans le lait maternel sont très faibles (propofol, thiopental) ou décroissent rapidement (étomidate) en raison d’une demi-vie plasmatique très courte, de l’ordre de quelques minutes, ce qui limite le risque d’accumulation dans le lait. En outre, leur biodisponibilité par voie orale est souvent négligeable. Ainsi, même s’il existe un passage de certains anesthésiques dans le lait maternel, leur absorption par le nouveau-né sera quasi nulle et aucun effet indésirable n’est attendu. Concernant les gaz anesthésiques, il n’existe pas ou peu de données sur leur utilisation chez la femme qui allaite. Toutefois, ils ont eux aussi une demi-vie plasmatique très courte, et leur excrétion lactée est très probablement nulle. Enfin, il n’existe pas de précaution particulière liée aux curares, quant à l’allaitement.

Parmi les anesthésiques locaux et régionaux, les seules données disponibles concernent la lidocaïne et la bupivacaïne. Leur passage dans le lait est très faible et aucun effet indésirable n’a été observé chez les enfants allaités. Les autres molécules ont des propriétés similaires avec une biodisponibilité orale faible, et il est très

improbable qu’elles puissent induire un effet indésirable chez le nourrisson allaité. Il est cependant préférable de choisir une molécule pour laquelle des données sont disponibles. La durée et la qualité de l’analgésie peuvent être significativement augmentées par l’adjonction d’un agent vasoconstricteur (adrénaline ou noradrénaline) dont le passage dans le lait est possible, mais qui sera détruit dans le tractus digestif du nourrisson avant de pouvoir être absorbé.

Dans la mesure où l’utilisation d’anesthésiques est un événement ponctuel et que ces molécules sont très rapidement éliminées du compartiment plasmatique, la quantité susceptible de passer dans le lait est généralement très faible, avec une absorption digestive improbable chez le nourrisson. Habituellement, une reprise de l’allaitement est donc possible dès lors que la mère a retrouvé un niveau de vigilance autorisant son lever. En effet, le retour à des capacités mentales normales est le signe que les produits ont été éliminés du compartiment plasmatique et donc du compartiment lacté.
Est-ce que ça répond à ta question ?
 

melan

Voie lactée
Oui merci!
Dans l'idéal, je voudrais attendre encore qqles mois et éventuellement tirer mon lait pour 1 jour ou 2 pour lui donner, mais je ne l ai jamais fait et il n est pas habitué au biberon donc si les choses doivent se précipiter ça va être compliqué! C est déjà une bonne chose si c est possible, après pour le garder ça je pense que ça doit dépendre des hôpitaux !!
 

Alix

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice LLL
C'est important d'évoquer le sujet avec l'équipe de l'hôpital si une opération est envisagée, pour définir les produits qui seront utilisés, savoir s'il est possible que par exemple le papa et ton fils restent avec toi jusqu'à l'opération puis qu'ils te rejoignent après. Une maman de notre groupe s'est fait opérer et avait négocié que son fils soit amené par le papa en salle de réveil : elle l'a fait téter dès qu'elle s'est sentie bien réveillée.
 

melan

Voie lactée
Oui, je sais que ici, la maternité en tt cas, encourage l'allaitement, à voir l'hopital, mais en discutant on peut voir ce qui est envisageable, en tt cas l'article me rassure, en posant la question je pensais vraiment que c était impossible !
 
Haut