1. ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
    Rejeter la notification

Tristesse et sentiment de deuil pour la relation avec mon aînée...

Discussion dans 'Grossesse - Co-allaitement' démarrée par Delph, 23 Août 2012.

  1. Delph

    Delph Montée de lait

    Bonjour à toutes,

    Cela fait longtemps que je ne suis pas venue trouver du réconfort parmi vous, mais la, il m'en faut une forte dose...
    Mon aînée aura trois ans en octobre. Mon bébé à tout juste une semaine.

    J'étais très exclusive avec mon aînée, une véritable adoration, j'ai tout découvert avec elle: la maternité, l'allaitement, le cododo, et toutes les erreurs qui vont avec aussi parfois...
    Je rêvais d'un sevrage naturel, initié par elle, peut être un peu aidé par maman et papa s'il tardait trop, mais décidé par elle et elle seule.

    Seulement c'était sans compter sur ma deuxième grossesse.
    Elle est arrivée plus tôt que prévue. Et la, tout s'est déroulé comme je ne le voulais pas, comme ce que j'avais lu et qui se produisait parfois.
    Plus de lait au bout de quelques mois, ma fille à continué à téter malgré tout, mais cela devenait fortement désagréable pour moi alors je le lui expliquais, et ai eu parfois quelques pleurs déchirants ou quelques crises de colère qui me mettaient moi même en colère, puis nous avons trouvé un terrain d'entente progressivement, une tétée avant de dormir (sieste et nuit) et si "urgence", qui se sont transformées en micro tétées le temps d'une chanson à peine car je n'y tenais plus de ces sentiments contradictoires et exacerbés... mais nous avons tenu le temps de la grossesse.

    J'espérais qu'à la naissance de son petit frère, elle tèterait une ultime fois, pour voir, histoire de se gaver de lait, et déciderait que ce n'était plus pour elle, ou quelque chose d'approchant. Elle a demandé à téter, et je lui ai donné le sein, avec un certain dégoût... Et elle a bu, elle a bu... J'ai retrouvé son air de bébé en totale plénitude, mais moi, cela ne m'a pas plu du tout... Et elle continue de demander, alors avec le papa, on lui explique qu'elle est grande, que le tetou est pour le bébé, etc, mais ça me brise le cœur.

    Cela ne correspond pas au rêve que j'avais avec elle et j'ai l'impression d'avoir brisé notre relation. Je sais qu'elle est grande et peut s'en passer mais je souhaitais tant que ça se passe autrement. J'en souffre terriblement et en pleure au moment ou je vous écris.
    Je pensais me forcer quelques temps pour qu'elle se lasse d'elle même mais je n'y arrive pas, cela me rebute, et cela me peine tant de ressentir ce sentiment...
    Le papa me conseille d'être forte et de l'aider à grandir en étant ferme.

    Je culpabilise énormément de ce sevrage forcé, mal aimé, à contre cœur, et totalement à l'opposé de ce que je souhaitais.

    J'apprécierais tous les conseils et les expériences vécues similaires que vous voudrez bien partager!
    Je vous remercie.
    Delphine
     
  2. MaXAm

    MaXAm Hyperlactation

    j'en pleur aussi en lisant ton mail.

    Je suis enceinte de 5 mois, mon ainé a 2 ans passé, je n'ai plus une goute de lait, j'ai ces sentiments difficils envers lui et je redoute ce que tu vis maintenant....

    Je ne peux t'aider j'en suis confuse, mais je t'envoi tout mon soutiens. Plein de courage à vous quatre parce que vous en souffrez certainement tous.
     
  3. Tigrou

    Tigrou Voie lactée

    Bonsoir Delph,

    Je ne peux pas t'aider... J'espère que les mamans expérimentées en co allaitement vont vite passer par ici.
    Ton témoignage me touche et m'attriste, tu as l'air bouleversée. Ne soit pas trop dure avec toi même, tu fais ce que tu peux. Comme tu dis il y a beaucoup de témoignages qui vont dans ce sens, les hormones de la grossesse/allaitement donnent la priorité au petit.

    Négocier une seule tétée par jour, pour le câlin du coucher? Je ne peux imaginer à quel point ca peut être désagréable...

    Courage! Vous allez retrouver un équilibre, il faut que chacun retrouve sa place... Je t'envoie plein de pensées positives!!
     
  4. isabelle steffan

    isabelle steffan Animatrice LLL Animatrice LLL

    Chère Delphine,

    Je sens beaucoup de tristesse et de remords dans ton témoignage. Tu essaies de raisonner en te disant que ta fille est grande, mais tu sais bien au fond de toi que ce n'est encore qu'une toute petite fille.

    Quel déchirement !

    Lors d'une conférence, j'ai entendu que ce sont nos hormones qui font qu'à l'arrivée d'un nouveau bébé on le privilégie et on a tendance à écarter un peu l'ainé ... Ce sont sans doute ces mêmes hormones qui font que celà te dégoûte te l'allaiter ?
    Peut-être qu'en allaitant tes 2 enfants en même temps, ce sentiment partira ?

    Je ne sais pas trop quoi te dire. Je crois qu'on vit toutes des moments difficiles avec l'arrivée d'un nouveau bébé : la famille est déstabilisée et chacun doit retrouver une place qui lui sera propre ... jusqu'à l'arrivée d'un autre bébé ! C'est l'allaitement qui est pointé du doigt ici, mais même sans allaitement, on vit ces phases de doutes, d'incertitude, de culpabilité envers l'ainé.

    La
     
  5. Delph

    Delph Montée de lait

    Bonjour et un grand merci pour ces premières réponses pleine de sollicitude. Cela me touche, et cela me réconforte...
    Maxam, je n'avais pas vu ton post, et je comprends ce que tu vis, j'y suis passée en effet. J'espère que tu trouveras un compromis satisfaisant et agréable pour chacun de vous d'ici et après la naissance de ton petit bout.
    Tigrou, merci beaucoup pour ta compassion et tes mots confortants et encourageant.
    Enfin, isabelle Stefan , merci aussi.
    Je lui ai redonne le sein avant la sieste aujourd'hui car elle insistait. La bonne surprise, pour moi, c'est qu'elle avait moins l'air en transe que la dernière fois ou elle me semblait revivre quelque chose d'intense, comme étant bébé.
    Elle m'a même demande ce qu'elle avait dans la bouche, du lait, et pourquoi, etc... (on est ds la phase des multiples pourquoi) , mais je l'ai vraiment sentie plus neutre. J'espère qu'en le lui accordant de temps en temps, elle se lassera et je supporterai plus facilement afin d'arriver à un sevrage finalement initié par moi, malgré moi, mais décidé par elle...
    Enfin, cela fait vraiment du bien d'en parler et davoir des avis , conseils, et encouragements.
    Merci encore et j'espère que j'aurais d'autres expériences de la part d'autres mamans!
     
  6. fannie

    fannie Hyperlactation

    je co allaite les deux loulous et c'est très dur au début car l'ainé veut téter tout le temps et on est chamboulé par tout ce qui nous arrive...plus la fatigue plus les hormones qui font le yoyo, et l'arrivée de bébé qui nous fait voir notre premier bébé adoré IMMENSE, trop grand, moi j'ai eu l'impression d'avoir changé d'enfant...en plus les trois jours de séparation de la maternité n'arrange rien je trouve, ni le débarquement de la famille et des amis.

    maintenant cela fait 4 mois, et on commence à retomber sur nos pattes, mon ainé tète avant les dodos, et souvent une fois dans la nuit et parfois au réveil, mais j'essaie de lui proposer un bib à la place. je lui dit: pour toi c'est que dans le lit, petite soeur tète plus car elle ne boit que du lait.l accepte.
    c'est dur pour lui quand je refuse et que la petite soeur tète sous son nez... c'est encore des bébés, les pauvres, déjà que le "nouveau" leur pique leur maman qui est toute bizarre depuis la naissance.

    moi par exemple j'avais sa soeur sans arrêt en écharpe sur moi sinon elle pleurait, du coup je ne pouvais même plus lui faire de calins... pour compenser, on dort souvent tous les trois ensemble.

    moi aussi il s'est demandé ce que c'était eh oui, du lait!

    tu vas voir, tu vas t'adapter à cette nouvelle situation!

    courage!
     
  7. Delph

    Delph Montée de lait

    Merci fannie, de partager ton expérience.
    Quel âge à ton aîné?
    Ici, ça se tasse un peu. Elle ne demande quasi pas et si des fois elle demandait à un moment qui ne me va pas et que je réponds par la négative, elle n'insiste pas et ne semble pas en souffrir surtout. Espérons que ça dure.
    Elle semble avoir cesse la régression depuis ce matin et avoir fait un bond en avant... Un ange! Espérons que ça dure aussi!
     
  8. fannie

    fannie Hyperlactation

    mon ainé avait 2 ans à la naissance de sa soeur il y a 4 mois.
    la tienne a quel age?
     
  9. Salomé

    Salomé Voie lactée

    Ce que tu décris me bouleverse, Delph.
    Je me suis sentie très démunie pendant la grossesse de mon fils et après sa naissance. J'avais un sentiment très ambivalent par rapport à ma fille aînée, que je voyais "grande", et que par ailleurs, je sentais bien "petite" ( elle avait entre 2 ans et 3 ans ).
    J'avais comme le sentiment que j'avais "perdu" quelque chose, "cassé" un lien... c'était très violent comme ressenti.

    Ca s'est doucement reconstruit au fur et à mesure du temps...

    Et là, je suis enceinte du troisième et je suis contente de garder des ressentis sereins par rapport à mes deux grands. Est-ce parce qu'ils sont "plus grands" justement ? et que le lien "bébé-mère" est déjà remplacé par un lien "enfant-mère" ?
     
  10. Delph

    Delph Montée de lait

    Mon aînée aura 3 ans en octobre. Parfois, je me plais à penser que si elle était plus petite, je supporterais mieux les tentatives de tétées, car elle en aurait vraiment besoin. À près de trois ans, je pense maintenant qu'elle peut passer à autre chose... D'autant qu'elle ne demande quasiment plus et lorsqu'elle le fait, si je dis non, elle accepte sans discuter ou sans pleurs...

    C'est exactement ce que tu décris salomé, ce sentiment d'avoir perdu quelque chose, d'avoir cassé un lien... Cela me rend triste... Mon mari me dit qu'elle grandit et que la venue du nouveau bébé l'aide à grandir et m'aide à la laisser grandir... C'est une façon de voir les choses, mais quelle tristesse... Comme c'est difficile...
     
  11. fannie

    fannie Hyperlactation

    oui j'ai ressenti comme Salomé!

    en quelques heures tout change! quand j'ai dit au revoir à mon ainé pour partir à la maternité, au milieu des contractions, je savais que rien ne serait plus comme avant, notre délicieuse fusion! d'ailleurs la nuit avant mon accouchement, j'ai fait une insomnie et je suis aller dormir avec lui dans son lit junior avec mon énorme bidon en me disant que c'était peut être la dernière fois qu'on était tous les deux, tranquille et en effet, c'était le dernière fois...je lui ai fait des énormes calins, et à 8 heures, contractions!

    la naissance du second nous sépare du premier, c'est dur, mais on retrouve son équilibre après.et ton mari Delph n'a pas tord, le nouveau bébé accapare SA maman ( il faut bien qu'il fasse sa place lui aussi!) ce qui laisse un peu d'espace à l'ainé qui le réinvestit svt dans le papa, la famille les copains, la crèche...

    mais pou nous ce n'est pas facile car très soudain!

    c'était notre première séparation quand je suis resté 3 jours à la maternité, et la première nuit, je n'ai pensé qu'à mon ainé.

    mais bébé 2 est là lui aussi, et il n'a rien demandé à personne et a besoin de sa maman, et il sait comment réclamer la satisfaction de ses besoins!
     
  12. Bouclette86

    Bouclette86 Période de pointe

    Bonsoir les filles
    vos témoignages me bouleversent, j'en ai les larmes aux yeux.
    Alors c'est vrai, quand arrive un 2ème enfant, le lien avec le premier se brise... C'est tellement triste !
    Je me doute bien que ce n'est q'uune impression, et qu'en plus c'est temporaire, et que quand la famille retrouve son équilibre, le lien se reconstruit différent et tout aussi fort... Mais ça doit être sacrément dur à vivre, ce chamboulement.
    Ces temps-ci je pense "comme ça" à faire un deuxième enfant, mais parfois je me dis "on n'a pas une minute à nous, entre adultes, et puis quand je suis avec notre fils je ne joue pas assez avec lui, il faudrait que je lui consacre plus de temps, que je sois plus patiente..." alors si on ajoute à ça un bébé n°2!

    En tout cas Delph je compatis car cette situation semble déchirante. En même temps je lis des améliorations, une certaine acceptation de cette nouvelle donne par ta "grande" fille... J'espère de tout coeur que tu vas réussir à vous mener vers ce sevrage semi-naturel ;) dont tu rêvais.

    Bon courage à vous, double-mamans (et plus). Je vous admire beaucoup !
     
  13. fannie

    fannie Hyperlactation

    mais après la phase d'ajustement, c'est du bonheur!

    mon fils s'occupe sans arrêt de sa soeur, et la cherche partout dans la maison quand elle dort.elle dès qu'elle voit son frère elle s'agite sourit et rigole, c'est du bonheur de les voir interagir!

    quand ils tètent ensemble mon fils tient la mains de sa soeur et lui carresse le bras, en disant: un nounou pour moi, un nounou pour Camille!( il dit nounou pour sein), il empèche les autres enfants de s'approcher de sa soeur.

    une fois je tapotais le dos de Camille pour lui faire son rot, et mon ainé s'est fâché en me disant: pas taper Camille! trop mignon!

    pareil, comme il n'aime pas l'eau, il râle en disant " pas mouiller Camille" quand je lui donne son bain, j'ai beau lui expliquer qu'il faut bien la mouiller pour la laver, il se fâche...

    en fait c'est différent mais pas moins bien, aussi bien, passé les 3 premiers mois ou c'est dur car bébé 2 a besoin des bras non stop, pendant que l'ainé a besoin des bras aussi, et la maman est toute fatiguée et chamboulée, et que le Papa est perdu aussi et ne comprends rien à tout cela, et veut que sa femme s'occupe de lui aussi!

    ce n'est plus la fusion comme avec un enfant unique mais c'est la famille et c'est bien aussi!

    et l'amour du second arrive vite, au début on est perdue mais très vite on devient fou d'amour pour le second aussi et on oublie la fatigue!

    ce n'est pas tout rose non plus, l'ainé peut être exaspérant ( quand il lance sa fourchette sur sa soeur par exemple, ou lui tord le petit doigt ou rentre dans sa chambre à 6 h du mat avec son tambour pour lui faire écouter un peu de musique) mais il y a plus de moment heureux que de moments difficiles.

    moi aussi la deuxième grossesse est arrivé un peu trop tôt pour moi, j'aurai bien profité encore un an de fusion avec mon ainé, mais on ne peut pas tout prévoir, c'est les surprises de la vie! et si cela se peut, cela aurait été aussi dur si mon ainé avait eu 3 ans, je vois que tu te poses les mêmes questions que moi.
     
    Dernière édition: 31 Août 2012
  14. MaXAm

    MaXAm Hyperlactation

    Merci pour ce post! Ca fait du bien et ca réconforte de lire vos témoignages!
     
  15. lila

    lila Animatrice LLL Animatrice LLL

    Oh oui, c'est si difficile de s'y retrouver les premiers temps avec deux petits, mais après la phase d'ajustement, comme raconte si bien Fannie, le bonheur revient!

    Mon second avait un peu plus de 2 ans quand j'ai été enceinte, il avait tout juste trois ans à la naissance de son petit frère... j'ai eu beaucoup de difficultés avec les tétées pendant la grossesse, c'était vraiment très douloureux, alors je les ai réduites à ce qui était pour moi le strict minimum (au réveil le matin, avant la sieste, avant l'endormissement du soir), et bien souvent j'ai du les écourter... en même temps c'était important pour moi de continuer cet allaitement, j'étais bien consciente que sans la grossesse je lui aurais donné bien plus souvent, alors je tentais au maximum de me mettre en bonne ambiance pour bien vivre ces moments.
    J'avais lu beaucoup de témoignages sur la difficulté d'accepter l'ainé dans la nouvelle relation d'allaitement avec le petit, j'avais très peur de vivre ces sentiments de rejets et de dégouts que j'ai si souvent lu... Je ne voulais pas le sevrer juste après la naissance de son frère, ça me semblait bien brutal dans notre relation a lui et moi, déjà avec le bébé en plus! Du coup je me suis énormément préparée à l'éventualité de traverser ça, et de le faire le plus sereinement possible pour nous tous.. J'ai beaucoup lu sur l'origine hormonale/biologique de ces sentiments de rejets, et je voulais garder à l'esprit que sentiments venaient de là, ne pas me laisser envahir par eux et oublier quels étaient mes sentiments réels pour mon enfant plus grand. En même temps j'étais (et je suis) vraiment convaincue que malgré ses trois ans l'allaitement était encore très important pour lui, qu'il en avait réellement besoin, peut-être pas sur le plan alimentaire (mais sur le plan immunitaire oui), mais que ça lui apportait énormément de bénéfices au niveau affectif et relationnel..
    Je ne sais pas si c'est dû à ma préparation, aux lectures, à mon travail sur moi pendant la grossesse, au déroulement de l'accouchement, mais j'ai eu la chance de ne presque pas vivre ces sentiments de rejet après la naissance, mais pendant plusieurs semaines j'en suis restée au trois tétées maximum, c'était mon seuil à ne pas dépasser, au-delà je le vivais très mal.

    Je ne supportais pas du tout de les faire téter en même temps, je préfère les avoir seuls dans ce moment, mais je sais que pour d'autres mamans ça peut être le contraire, il faut se donner le temps de trouver ce qui nous convient le mieux.. ce n'est pas toujours simple avec la fatigue et tout le bouleversement après une naissance..
    Quelque chose qui m'a beaucoup aidé à bien vivre les tétées de mon grand, c'était de lui proposer dans un moment où moi j'étais disponible et que je me sentais bien à l'idée de l'allaiter, et sans que lui ne demande. Et en plus il voyait ainsi que ce n'était pas que je ne voulais plus de lui, vu que je lui proposais sans sollicitation de sa part, juste que ce n''était pas toujours possible selon le moment.. après ça il acceptait sans problème quand je lui disais non ou que je lui demandais d'attendre.

    Pendant plusieurs semaines nous sommes restés à 2, parfois 3 tétées par 24h, je ne pouvais faire plus sinon le sentiment de rejet montait en moi. Et au bout d'un pti temps c'est passé, ces sentiments sont tout à fait partis, les tétées de mon ainé sont redevenues sereines (et n'ont pas augmenté en nombre... au bout d'un certains nombres de mois il est passé à juste une tétée par jour, celle du soir).

    Au final je trouve que grâce à l'allaitement je n'ai pas eu ce sentiment de quelque chose de brisé entre mon grand et moi, l'allaitement m'a permis de maintenir le lien, la continuité entre avant et après l'accouchement, comme entre avant et pendant la grossesse... Il a permis à mon grand de trouver plus facilement sa place dans notre nouvelle composition familiale, de ne pas se sentir écarté, il n'a jamais eu de réaction violente ou de jalousie envers son petit frère, juste énormément d'émerveillement.
    Mon seul regret par rapport à moi-même est de ne pas aimer les allaiter ensemble, parce que les rares fois où je l'ai fait, ils ont énormément apprécié, c'était magique de les voir se regarder, se tenir la main, arrêter de téter pour se sourire, c'était si beau à observer!
    Mais je vois que même sans ça, poursuivre l'allaitement nous a énormément aidé à vivre au mieux tous ces changements...

    Delph, je te souhaite vraiment de pouvoir bientôt retrouver de plus en plus de sérénité, que le tourbillon de la naissance et de ce le chamboulement qui s'en suit s’apaise, et que vous puissiez retrouver en douceur vos places à chacun dans votre nouvelle famille!
     
  16. Bouclette86

    Bouclette86 Période de pointe

    Oui, merci pour vos posts ! Fannie, Lila, j'ai adoré vous lire. En fait c'est comme pour le premier enfant : c'est dur, il faut se préparer à un grand bouleversement, mais après quand chacun retrouve sa place, c'est du bonheur !
    Delph, comment se passent les tétées ces temps-ci?
     
    Dernière édition: 8 Septembre 2012
  17. Delph

    Delph Montée de lait

    Comme fannie, mon séjour à la maternité à été la première séparation d'avec ma fille. Et de la même façon, les jours qui ont précédé mon accouchement, je passais du temps le soir à l'embrasser, la câliner, la couvrir de bisous et de mots doux, pour la rassurer, pour me rassurer.
    Quel bouleversement à mon retour c'est violent en effet comme le dit salome.

    ..J'aurais revé de les faire téter ensemble, mais c'était trop pour moi... Et les faire téter séparément au moins, mais vraiment, j'ai du mal avec ma grande. Comme lila je m'étais beaucoup documenté sur le sujet mais malheureusement cela n'a pas suffit...
    Les tétées avec mon tout petit sont un peu compliquées ces derniers temps car il souffre de muguet et à mal à chaque tétée. Le traitement est pénible à administrer à un petit bout comme ça.
    Mais du coup j'ai utilisé cet argument pour dissuader ma grande de téter, en lui disant que son petit frère est malade et qu'elle risque d'attraper ses microbes si elle tête après lui... Je sais... Ce n'est pas très beau, mais elle a compris et ne me semble pas trop affectée. De plus elle a attaqué l'école et est très contente, ce qui lui change les idées. Depuis ses deux ans environ, je lui disais que lorsquelle irait à l'école, il serait bien qu'elle arrête le tetou, (c'était une sorte de date butoir pour l'inciter à se sevrer à peu près à ce moment) alors finalement, ça ne s'est pas passe comme je le voulais mais on est à peu près à la date et surtout, encore une fois, elle semble le vivre correctement. C'est elle même qui m'appelle ou me pousse à donner le sein à son petit frere , qu'elle veut tout le temps embrasser, tenir, toucher...
    En fait, je crois que je me pose beaucoup de questions et que c'est moi qui vit le plus mal cette situation et cette ambiguïté des sentiments...
    Pensez vous que je devrais m'efforcer de lui donner le sein de temps en temps afin de favoriser le lien avec son petit frere?

    En tout cas, cela fait beaucoup de bien de vous lire toutes et de partager expériences et avis divers...
     
  18. fannie

    fannie Hyperlactation

    c'est personnel comme réponse, mais je trouve qu'il faut se simplifier la vie un maximum car elle est déjà bien compliqué comme cela, alors si ta fille veut bien se sevrer, saute sur l'occasion!! même si cela lui demande un petit effort, tant pis.

    le co allaitement est quand même fatiguant et un peu compliqué( cela fait 5 mois que je co allaite!), moi si mon ainé avait voulu se sevrer, j'aurai sauté sur l'occasion, mais il n'était pas prêt, il a un an de moins que ta fille...

    il vaut mieux partager des moments sympas avec elle que donner le sein à contre coeur et épuisée, surtout si bébé 2 a des problèmes...

    le lien avec son frère elle l'a même sans allaitement! il suffit de la faire participer un maximun à sa vie!
     
  19. Delph

    Delph Montée de lait

    Merci fannie pour cette réponse.
    Je crois que tu as raison, rien de pire que de faire les choses à contre cœur, surtout avec nos petits bouts qui lisent en nous comme dans des livres ouverts!
    Elle ne demande plus le sein, mais me dit de le donner à son petit frère. En revanche, elle garde sa manie de triturer mon décolleté des qu'on fait un câlin, comme lorsque elle tetait.
    J'espère qu'elle le vit bien, je crois qu'elle était proche d'être prête, alors ça passe assez bien.
    Merci encore.
     
  20. Oléa

    Oléa Hyperlactation

    Merci pour ce beau post :)
    Merci de nous avoir fait partager vos expériences et vos difficultés et vos solutions.
    Merci à Fannie et Lila de nous avoir montrer qu un co allaitement pouvait également bien se passer :)
     

Partager cette page

Chargement...