• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page fecebook "réunions virtuellles LLL France")

Elisa

Colostrum
Bonjour à toutes (tous ?),

Je voudrais témoigner de mon allaitement car j'ai eu un certain nombre de difficultés. Aujourd'hui mon fils a 6 mois et je continue de l'allaiter.

Lorsque mon fils est né, je suis restée une semaine à la maternité afin de mettre en place correctement l'allaitement. La mise au sein a été problématique : sa bouche attrapait difficilement l'aréole car sa bouche était petite et mes tétons ne sortaient pas pour l'aider. Les puéricultrices m'ont conseillé d'acheter des tétons en silicone mais ça nécessitait beaucoup d'énergie de sa part : il a perdu rapidement du poids et la montée de lait ne se faisait pas. Il a donc fallu procéder à la montée de lait grâce à un tire-lait électrique : on lui a donné le colostrum tiré à la pipette et on l'a complémenté au lait maternisé. Une fois le lait monté, je lui ai donné le sein avec les tétons en silicone car il n'arrivait toujours pas à téter sans. Le tire-lait a créé des crevasses et ma montée de lait a été très importante : il fallait vider le sein à la main et au verre d'eau chaude.

Quand je suis rentrée de la maternité, j'ai continué à lui donner le sein avec les tétons en silicone. Je commençais la tétée avec puis au bout de quelques minutes je retirais les tétons en silicone pour qu'il prenne l'habitude de téter sans. Au bout de quinze jours je n'ai plus eu besoin des tétons en silicone. Mais j'ai enchaîné sur une lymphangite. On m'a prescrit une pommade (incompatible avec l'allaitement !) et de bander mes seins. Quand j'ai vu ça, je me suis dit que je resterais avec mes seins rouges et brulants et je lui ai beaucoup donné le sein. Ca a été longtemps douloureux. D'autant plus que je n'arrivais pas à guérir de crevasses. Je me suis donc rendu à la PMI et la puéricultrice m'a montré comment positionner le petit correctement. Mes seins ont été très sensibles pendant les deux premiers mois d'allaitement. Ils ont fini par guérir lorsque j'ai commencé à porter des coussinets lavables en coton bio car je ne supportais pas les jetables.

Une fois le rythme pris, il a commencé à diminuer le nombre de tétée et a commencé à faire ses nuits. Mais il a enchaîné sur la poussée de croissance des trois mois : j'ai refait une montée de lait et le lait s'éjectait trop rapidement. Il s'étranglait à moitié au début de la tétée : j'étais obligée d'arrêter la tétée pour le faire roter et il refusait de reprendre le sein après. Du coup il demandait le sein beaucoup plus souvent et le nombre de tétées a considérablement augmenté. Il me réveillait toutes les deux heures la nuit et les tétées étaient devenues une corvée. En désespoir de cause, je vidais mon sein dans un biberon. Je lui donnais la tétée et finissais avec le premier lait recueilli au biberon. Ca a fonctionné et mes seins sont revenus à une taille normale.

Mais le rythme restait terrible. Il me réveillait toutes les heures la nuit. J'étais tout simplement épuisée. Du jour au lendemain, au bout d'un mois, il a recommencé à espacer les tétées toutes les deux-trois heures. Pendant les trois premiers mois, il a fait des coliques terribles : il était porté en permanence par son père et moi-même. Ca s'était calmé lorsqu'il avait commencé à faire ses nuits et ça a repris de plus belle. Lorsque j'ai constaté que les coliques étaient persistantes et qu'il ne dormait jamais plus de trois heures d'affilée, j'ai fini par consulter : on a diagnostiqué une intolérance au lactose à 5 mois et demi ! Aujourd'hui j'ai supprimé le beurre, la crème, le lait et les yaourts de mon alimentation pour confirmer le diagnostic et nous avons commencé la diversification. Il dort de mieux en mieux même s'il réclame encore une tétée la nuit, il parvient à dormir quatre-cinq heures d'affilée. Il n'a plus de douleurs intestinales, de gaz et a beaucoup moins de rots.

Aujourd'hui je suis heureuse d'avoir fait le choix d'allaiter en dépit de ces difficultés car une intolérance au lactose est terriblement difficile à gérer pour les bébés soumis au lait maternisé : ils ont des difficultés à grossir et à grandir. Mon fils fait près de 7 kg à 6 mois et est en pleine forme.
 

Emmanuelle

Hyperlactation
Merci Elisa pour ton témoignage : )
L'allaitement n'est pas toujours facile mais ce sont des moments tellement forts ...
J'ai juste une question ; tu dis que ton bébé est intolérant au lactose et que tu l'allaites toujours, or le LM est très riche en lactose, n'est-ce pas plutôt une intolérance aux protéines de lait de vache ??
 

Elisa

Colostrum
Merci Elisa pour ton témoignage : )
L'allaitement n'est pas toujours facile mais ce sont des moments tellement forts ...
J'ai juste une question ; tu dis que ton bébé est intolérant au lactose et que tu l'allaites toujours, or le LM est très riche en lactose, n'est-ce pas plutôt une intolérance aux protéines de lait de vache ??
Bonjour Emmanuelle,

Effectivement, nous avons effectué le Diallertest qui consiste à évaluer la tolérance aux protéines de lait de vache.

D'après ce que j'ai compris l'intolérance n'est pas un allergie et c'est un problème transitoire. Il semble qu'on pourra à l'avenir introduire très progressivement le lait de vache et ses dérivés dans l'alimentation de mon fils.
 
Haut