• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page fecebook "réunions virtuellles LLL France")

 sevrage naturel , un mythe?

Cactus2002

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
J'avais envie de vous faire part de mes réflexions du jour. Petit castor, 2 ans et demi, a toujours été très en demande de tétées. Avec la fermeture de la crèche et le fait qu'elle est avec moi 24h sur 24, je craignais une augmentation massive du nombre de tétées par jour. Heureusement, je réussis à négocier la journée, à les limiter à une ou deux par jour, sans compter le réveil, l'endormissement et la nuit (oui, je trouve que c'est quand même beaucoup à cet âge).
On parle beaucoup de sevrage naturel mais est-ce vraiment si naturel que cela? Je me pose cette question après avoir passé une partie de l'après midi à observer des moutons dans un pré avec petit castor. Les mères passaient leur temps à repousser les agneaux qui voulaient téter, parfois même de manière brutale. Dès lors je me demande si, chez les animaux, le sevrage n'est pas imposé par la mère.
Un sevrage naturel chez l'être humain est-il réellement possible ou s'agit-il d'une négociation avec son enfant, un refus de plus en plus souvent de la part de la mère, ou un détournement de l'attention du bambin sur d'autres choses?
Et dernière question: qui a connu un sevrage naturel de nuit en cododo sans être enceinte? Est-ce seulement possible? Et à quel âge? (j'ai parfois l'impression que petit castor pourrait se rendormir si je n'étais pas à côté d'elle mais qu'elle sent mon sein et l'attrape dans un demi-sommeil, un peu comme un automatisme).
Quelles sont vos expériences de sevrage, naturel ou non, de bambins de 2, 3, 4 ans ou même d'enfants plus âgés?
Désolée pour le roman:whistle:
 

Catherine06

Hyperlactation
Ma foi, comme nous sommes des animaux aussi, je dirais que le sevrage naturel contient entre autres choses le fait que la mère montre des signes d'impatience ;).
Mais ils ne sont pas forcément exactement semblables à ceux des chattess, vache etc.

Moi, j'ai connu 2 chats mâles qui se sont laissés "téter" par respectivement une chatonne et un chaton. Jusqu'à fort tard dans leurs vies.
Je ne me prends plus la tête entre les vieux débats inné et acquis (ou naturel et culturel) ^^.
 

Trefle

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Bonjour oui quand je regarde mes chèvres je vois bien que ce sont aussi les mères qui gèrent. Elles les repoussent quand elles ont pas envie ou vont les réveiller pour téter quand ils dorment . Avec une évolution au fil qu'ils grandissent .
Je pense que c'est un apprentissage à faire à son enfant pour lui montrer qu'il y a d'autres possibilités . Même nous adultes on est rassurés par nos habitudes et de soi même on va pas forcément les changer, ça demande un effort . Alors ça m'étonnerait que naturellement un enfant se dise tiens je me réveille la nuit je vais demander un coup de veilleuse plutôt qu'un coup de tétée, mais je peux me tromper .
C'est vrai que ca porte à confusion "sevrage naturel" parce que dans la nature ce sont les mères qui décident et pas les petits . Si ça consiste à ne jamais refuser ou différer ou proposer autre chose à la place d'une tétée, je suis pas convaincue que c'est rendre service à son enfant .
Mais bon je suis aussi convaincue que l'allaitement long doit surtout convenir à la mère . Que si c'est pour continuer à contre coeur c'est pas la peine . Quand je lis des allaitement longs qui ne sont pas heureux je me demande toujours pourquoi les mères s'infligent ça :oops:
 

Catherine06

Hyperlactation
Bonjour oui quand je regarde mes chèvres je vois bien que ce sont aussi les mères qui gèrent. Elles les repoussent quand elles ont pas envie ou vont les réveiller pour téter quand ils dorment . Avec une évolution au fil qu'ils grandissent .
Je pense que c'est un apprentissage à faire à son enfant pour lui montrer qu'il y a d'autres possibilités . Même nous adultes on est rassurés par nos habitudes et de soi même on va pas forcément les changer, ça demande un effort . Alors ça m'étonnerait que naturellement un enfant se dise tiens je me réveille la nuit je vais demander un coup de veilleuse plutôt qu'un coup de tétée, mais je peux me tromper .
C'est vrai que ca porte à confusion "sevrage naturel" parce que dans la nature ce sont les mères qui décident et pas les petits . Si ça consiste à ne jamais refuser ou différer ou proposer autre chose à la place d'une tétée, je suis pas convaincue que c'est rendre service à son enfant .
Mais bon je suis aussi convaincue que l'allaitement long doit surtout convenir à la mère . Que si c'est pour continuer à contre coeur c'est pas la peine . Quand je lis des allaitement longs qui ne sont pas heureux je me demande toujours pourquoi les mères s'infligent ça :oops:
Je me permets de rebondir avec une petite nuance sur ceci :
"Dans la nature ce sont les mères qui décident et pas les petits".
Oui, c'est ce qu'il nous semble à nous humains. Mais il ne faut pas oublier qu'au sein d'une espèce, les modes de communications sont très subtils (au point que tous les signes ne sont pas captés par les humains, chez d'autres humains).

Je suis d'accord qu'à force de côtoyer certains animaux, on peut détecter des choses non évidentes qu'un autre humain ne verrait pas, pas je ne pense pas qu'on aie accès à toute leur gamme d'expression.

Ce que je veux dire, c'est que l'on ne perçoit que des choses relativement grossières chez les animaux. On pourrait avoir l'impression que l'initiative ne vient que de la mère, alors qu'il y a peut-être tout un jeu de communication en amont, de la part du petit comme de la mère.
Peut-être même qu'on ne perçoit que les épisodes de ras-le-bol de la mère (et ça, effectivement, même entre humains on arrive souvent à les percevoir).
 

Trefle

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Oui tu as raison @Catherine06 , je vois que je me suis mal exprimée il manque des morceaux . Mon idée c'était ça :

C'est vrai que ca porte à confusion "sevrage naturel" si ça a pour signification " ne jamais refuser ou différer ou proposer autre chose à la place d'une tétée ", parce que dans la nature les mères décident ( d'accepter ou non une demande de tétée ) .
D'ailleurs je suis pas convaincue que c'est rendre service à son enfant ( d'accepter toutes les demandes de tetees ou de ne rien proposer comme alternative) .
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Le sevrage naturel ça veut pas dire que seul le petit décide. C'est un jeu à deux.
 

Elodie01

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Sevrage de nuit chez nous vers ses 2 ans (totalement c’était épisodique si douleur ou maladie)
Sevrage de jour... petit loup est parti 10 jours en vacances chez ses grands-parents à 2 ans et 8 mois. On a reprise uniquement tétée sieste et endormissement
En septembre j’étais enceinte et lui est rentré à l’école
Un soir j’ai pas proposé il a pas réclamé
Et voilà
 

Trefle

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Du coup comment on définirait le sevrage naturel par rapport au sevrage induit ?
 

Elodie01

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Du coup comment on définirait le sevrage naturel par rapport au sevrage induit ?
Aucune idée
J’avoue que je ne me suis pas posé la question
Étant enceinte les tétées étaient hyper désagréables du coup j’étais bien contente qu’il arrête !
 

MamanTroll

Hyperlactation
A mon sens, chaque dyade mère-enfant peut avoir sa propre définition du sevrage naturel. Ce qui prime pour moi, c'est que tout le monde se sente bien et que personne ne subisse quelque-chose qu'il ne veut pas.

L'article que je recopie ci-dessous me parle bien :
Faites vous confiance, partez sans a priori et vivez votre allaitement au jour le jour

Il n’y a pas de “bonne” durée d’allaitement, uniquement des durées recommandées. La décision de continuer ou d’arrêter l’allaitement vous appartient.

(...)

Si vous souhaitez tenter l’expérience d’un sevrage naturel avec votre bébé, écoutez-vous et écoutez-le. Votre bébé décidera lui-même quand l’allaitement n’aura plus d’intérêt, et arrêtera tout simplement de téter. Cela ne vous empêche pas de lui mettre des limites.

Selon les mots de Claude Didierjean-Jouveau dans Allaiter aujourd’hui:

“ Le sevrage naturel [est] comme une danse complexe entre mère et enfant. (…) Envisager un sevrage naturel, c’est certes se lancer dans une aventure dont on ne sait ni quand ni comment elle se terminera. Ce qui peut être déstabilisant, voire angoissant. Mais c’est offrir à son enfant le cadeau magnifique d’une relation d’allaitement pleinement achevée, et en retirer soi-même un sentiment d’accomplissement ô combien précieux.”
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Du coup comment on définirait le sevrage naturel par rapport au sevrage induit ?
Je dirais que sevrage naturel c'est si plus besoin de lait du tout, induit si encore besoin de lait mais qu'il est remplacé par du lait animal (yaourt, fromage etc).
Mais du coup, à moins de ne pas consommer de lait dans la famille, c'est un peu flou : comment faire la différence entre un enfant qui mange des yaourts parce qu'il a encore besoin de lait, et un enfant qui en mange parce qu'il aime ça et que ses parents en mangent ?
 

Cactus2002

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Je dirais que sevrage naturel c'est si plus besoin de lait du tout, induit si encore besoin de lait mais qu'il est remplacé par du lait animal (yaourt, fromage etc).
Mais du coup, à moins de ne pas consommer de lait dans la famille, c'est un peu flou : comment faire la différence entre un enfant qui mange des yaourts parce qu'il a encore besoin de lait, et un enfant qui en mange parce qu'il aime ça et que ses parents en mangent ?
chez nous, pas de consommation de produits laitiers à la maison(petit castor en consomme occasionnellement, avec ses grands parents ou à la crèche). Mais ça voudrait dire qu'un sevrage est forcément naturel à partir d'un an et demi environ, quand l'enfant peut manger de tout sans avoir de carences?
 

Cactus2002

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
En attendant tu veux nous raconter comment tu vois la suite de votre allaitement ? Comment ça serait si tu avais une baguette magique ?
si je pouvais choisir, j'aimerais que petit castor arrête de téter pendant la nuit et se limite aux tétées d'endormissement et de réveil. J'aimerais pouvoir négocier avec elle l'arrêt de tétées durant la journée (c'est ce que je fais de plus en plus souvent, quand elle est occupée ou que son attention est détournée, elle n'y pense pas du tout, c'est seulement quand elle est fatiguée ou qu'elle s'est fait mal). Je ne veux pas lui imposer brutalement la fin des tétées mais je ne veux pas non plus être constamment à son service. Je parle beaucoup avec elle de mon souhait qu'elle arrête de se réveiller pour téter la nuit. Lorsque nous en parlons, elle est d'accord. C'est quand elle se réveille la nuit qu'elle ne l'est plus et il est trop difficile de le lui rappeler à 4h du matin, quand elle est angoissée et qu'elle ne veut que le sein pour se rendormir. C'est aussi ma solution de facilité car avec le sein elle se rendort en quelques minutes tandis que sans, nous avons droit à une nuit blanche (déjà testé).
Je ne veux pas lui imposer quelque chose de brutal, mais je commence à penser qu'elle grandit et qu'elle devrait gentiment se diriger vers un sevrage. Elle en est consciente car parfois elle me dit qu'elle est une grande fille et qu'elle ne va plus téter. Mais en général, quand arrive le moment d'aller au lit, elle revient sur sa décision et veut téter "juste un petit moment".
Donc pour résumer, je vois notre allaitement comme un chemin au bout duquel nous ne sommes pas encore parvenues. Je désire lui suggérer une diminution puis, un jour, quand je sentirai qu'elle sera prête, un arrêt de l'allaitement, sans que ce soit trop brutal pour elle, tout en tenant compte moi aussi de mes désirs et de mes besoins. Un peu comme lors de l'habillement le matin: je la laisse choisir ses vêtements, mais ne lui permets pas non plus de sortir en t-shirt et en sandales en plein hiver.
Je crains d'avoir été un peu confuse dans ma description..
 

Doobida

Lactarium
As-tu déjà essayé de limiter la durée des tétées pour avoir la tétée réconfort d'endormissement mais s'endormir autrement que le sein en bouche ?
Ici c'est ce qui fait que je me dis qu'il arrivera à s'en passer à un moment donné.!
 

Trefle

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Oui une diminution de la durée ca peut etre une piste .

Est ce que vous avez réfléchi ensemble à quelles alternatives elle pourrait avoir à la place des tetees ?
 

Moumoune64

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Du coup comment on définirait le sevrage naturel par rapport au sevrage induit ?
Perso naturel c'est quand ça vient de l'enfant, qui ne demande plus et/ou refuse de téter si maman propose
Induit c'est si maman dit stop j'en ai marre on arrête, on supprime telle tétée etc

Ici j'estime que loulou s'est sevré naturellement
Il avait stoppé les tétées de nuit de lui-même à 9 mois.
A 14 mois puis 16 mois il avait supprimé des tétées de jour, j'avais proposé il refusait.
Je ne sais plus à quel âge il s'est mis à avoir une préférence pour un sein jusqu'à totalement délaisser l'autre.
A 2 ans et demi il s'est mis à raccourcir la tétée du matin puis parfois la faire sauter.
Quelques temps plus tard il a à peine tété le soir puis pareil le lendemain et faisait la grimace puis a fini par me dire '' pas bon ''
Voilà c'était fini

Pour moi (mais ce n'est que mon avis par rapport à mon vécu de maman allaitante)
On peut très bien considérer qu'il y a sevrage naturel même si on a fait un sevrage induit de nuit à un moment donné.
Si l'enfant continue de téter de jour puis diminue et arrête sans qu'on pousse à arrêter, pour moi c'est du sevrage naturel.

Comme ça à été dit plus haut, je crois qu'il peut y avoir autant de définition que de diade mère-enfant
 

Cactus2002

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
As-tu déjà essayé de limiter la durée des tétées pour avoir la tétée réconfort d'endormissement mais s'endormir autrement que le sein en bouche ?
Ici c'est ce qui fait que je me dis qu'il arrivera à s'en passer à un moment donné.!
Oui. Échec total, gros hurlements. J'ai arrêté assez vite l'expérience
 
Haut