• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

Quand l'allaitement devient un enfer...

Kamil

Colostrum
Bonsoir à toutes/tous,

J'ai une petite fille de 3 ans et 2 mois. J'ai choisi de l'allaiter dès la naissance (ou plutôt, dès que je suis sortie de réanimation, au bout d'une semaine, après avoir tiré et jeté mon colostrum).
Tout s'est bien passé, mis à part les crevasses ainsi que quelques mastites quasi inévitables durant les premiers mois.
Vers ses 6 mois, j'ai tenté la diversification. Elle ne voulait rien manger, régurgitait tout quand on forçait quoi que ce soit dans sa bouche, je n'ai pas insisté. J'ai continué de l'allaiter.
À un an, je me suis dis qu'il était temps de la diversifier sérieusement. Mais il n'y avait RIEN à faire. Et j'ai tout essayé. Elle n'a jamais rien voulu manger. Ni les purées maison, ni les fruits mixés, ni la viande, ni le fromage, ni même le chocolat et autres trucs pas très sains que tous les gosses aiment.
J'ai continué et continué à essayer. Ma fille a finalement été allaitée EXCLUSIVEMENT, jusqu'à ses 2 ans. Vous n'êtes pas obligée de le croire, ce n'est pas vraiment le but de ce post.

En fait je vous écris aujourd'hui parce que je suis à bout. J'ai choisi mon allaitement parce que ça me paraissait complètement naturelle, que nous sommes des mammifères, qu'on ne peut rien offrir de mieux à nos enfants et je ne voyais pas les choses autrement. Je suis même malgré moi assez intolérante envers les femmes n'allaitant pas, je les regarde d'un air méprisant, à donner de la poudre chimique à leurs gosses. Je l'ai choisi et aujourd'hui je le subis.

Ma fille a plus de 3 ans, et elle n'a JAMAIS fait ses nuits. Pas UNE SEULE nuit. Elle dort toujours au sein. Elle se réveille 3-4-5 fois par nuit pour téter. Mais pire que ça, elle me viole la nuit, elle soulève mon pyjama pour téter pendant que je dors.
Je n'ai pas le luxe de me payer un appart avec 2 chambres, je vis seule avec elle, je n'ai pas le choix, elle dort dans ma chambre. Son père est à l'étranger, il m'a quittée quand j'étais enceinte.
Je suis épuisée. Aujourd'hui, je suis vraiment à bout, je regrette amèrement cet enfant, je n'ai plus de vie, je n'ai plus de temps libre. Je n'en peux plus. Je n'arrive pas à la sevrer. Je n'ai aucune autorité, je baisse les bras, et pourtant; elle est adorable, polie, gentille, elle est en parfaite santé, sa courbe de croissance est bien dans les normes.

Je ne veux pas la sevrer complètement, je pense que c'est l'enfant qui doit choisir quand le moment est venu, mais j'aimerais qu'elle ne tète que le matin et le soir au maximum, pas 10 fois par jour comme maintenant. Elle n'a pas de doudou, n'a jamais eu de tétine, elle se rassure auprès de sa mère. C'est bien beau, mais je suis épuisée. J'ai une thèse à rédiger, un doctorat à terminer, je n'ai pas les moyens de payer une baby-sitter. Je n'ai aucun soutien, que des reproches du genre "quoi, t'allaites encore? c'est malsain", "elle va être névrosée plus tard", etc etc.
Les propos qui font bien culpabiliser, comme si ce n'était pas assez difficile comme ça.

J'ai besoin d'aide, de conseils, de soutien, de mots gentils, de n'importe quoi, s'il vous plaît.
Je me sens très seule.
 

gamazoe

Hyperlactation
Adhérent(e) LLLF
Alors déjà je tiens à te dire bravo pour cette conviction que tu as. Tu veux donner le meilleur à ta fille et tu t'y tiens malgré la difficulté que cest. Bravo aussi de l'élever seule (même si t'as pas eu le choix visiblement mais on a tjs le choix de baisser les bras) en étant étudiante en plus et en l'allaitant. Bref je t'admire même si je n'envie pas la situation qui doit être en effet plus qu'épuisante.
Je suis désolée car je nai pas de solution à t'apporter, mon plus long allaitement est l'actuel et mon fils n'a que 9 mois.

Ton appel au secours me touche. Je me revois quand j'étais au bord du burn out et ca ne faisait que 6 mois que je l'allaitais. La fatigue nous bouffe de l'intérieur, on ne répond plus de rien, on est guidé par nos émotions les plus radicales et cest souvent dans ces moments là qu'on fait les plus mauvais choix.

J'imagine que tu l'as fait mais as tu parlé à ta puce ? Lui as tu expliqué les raisons de ton choix de l'allaiter et les raisons qui pourraient te pousser à arrêter ? Elle va à l'école ? Elle est gardée la journée ? As tu des moments à toi ? C'est important que tu te retrouves toi, avec toi. Que tu puisses poser ton cerveau une soirée, un après midi, un we.

Des mamans plus expérimentées vont sans doute te donner de bons conseils.
En attendant je t'envoie tout mon soutient. C'est dur de subir ce dont on est intimement convaincu comme étant le meilleur.
 

Sorcelica

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Bonsoir @Kamil je lit et comprend ta tristesse et ta haine envers ton allaitement.
Apres je ne peux que t'envoyer mon soutien mon bebe a seulement 6 mois et ne dort qu'au sein cela me convient pour le moment et le soir on en rigole avec mon compagnon il met dit qu'a 18 ans notre fils va rentré bourré de boite et aurai besoin des seins de sa mere pour dormir.
Pour l'instant j'en rigole je suis pas sur que dans 30 mois je rigolerai encore de dormir avec mon bébé accroché au sein.
Je ne me souviens plus mais il y a eu un post d'un maman qui partageait aussi qu'elle regrettait d'avoir choisi d'allaitter et que de server son bambin bah c'est pas facile comme tache.

En tout cas tu a su ecouter ton enfant et tu lui a permis de grandir malgre le refus d'aliment solide quand on y reflechi tu est comme un super-héros :) je sais c'est ridicule mais dans les moment dificille ou je doute face a mon tire-lait au boulot me dire que je suis un super heros et bien sa me remonte le moral.

Voila c'etait mon post plein de compassion et d'encouragement pour ton sevrage peut en esperant que des maman qui on sevrer leur bambin pourront t'aider :)
Amicalllement Adeline
 

chiloé

Période de pointe
Adhérent(e) LLLF
Je n'ai pas vraiment de solutions à te donner, mais tout mon soutien. Je comprends que la situation te pèse et c'est normal d'être fatiguée, d'en avoir marre, ça ne fais pas de toi une mauvaise maman ! As tu la possibilité de prendre un peu de temps pour toi? De te reposer? De faire quelque chose juste pour toi?
Moi je te tire mon chapeau, tu élève ta fille toute seule et fais tout pour qu'elle aille bien, tu as quoi être fière de toi, car je vois comme parfois ça peut être épuisant à deux parents, alors solo...
Les gens qui te tiennent des propos tels que "c'est malsain" sont des idiots, c'est tout, et toi t'aurais plus besoin d'un coup de main que de paroles culpabilisantes. Peut être que rencontrer d'autres mamans qui allaitent des "grands bébés" te ferait du bien? Il y a peut être des réunions lll par chez toi?
N'hésite pas à revenir te décharger ici, on t'écoutera. Bon courage à toi !
 

Pollen

Hyperlactation
Tu as l'air dans une grande souffrance et j'espère que tu pourra trouver une solution pour apaiser tout ca. Je n'ai pas de solutions par contre javais lu un sujet dd plusieurs pages dans la categorie sevrage d'une maman qui a eu de grandes difficultés et qui evoquait sa haine de l'allaitement. Je suis sur mon tel mais si quelqu'un trouve le lien vers ce sujet qui date un peu mais ca evoquait la haine de l'allaitement pour cette maman qui vivait comme toi qon allaitement comme une violation de sa personne.
je t'envoie tout mon soutien
 

Oléa

Hyperlactation
J'ai eu une période où je vivais mal l allaitement de mon grand. Il restait plusieurs jours sans téter puis était demandeur et surtout il tétait trop longtemps.
Une fille du forum m a conseillée d utiliser un minuteur. Cela a super bien marché, dès la première fois il a accepté de lâcher quand la sonnerie sonnait au bout de 5 minutes de tétées . On m a également conseillée de ritualiser les tétées.
 

Sikaliv

Montée de lait
Quelques mots pour t'apporter tout mon soutien...
Je n'ai pas de solutions miracles mais je sais que vous allez trouver une issue favorable à cette situation ta fille et toi... Ensemble. Elle est grande, parle lui, explique lui ce que tu ressens et prépare la au sevrage progressif.
J'ai allaité ma grande jusqu'à 4 ans, je l'ai toujours bien vécu et elle était peut-être moins accrochée que ta louloute mais le moment était venu pour que ça s'arrête j'en ressentais le besoin... Je crois que ce qui a évité le drame(elle ne s'était jamais endormie dans le sein depuis sa naissance) c'est vraiment le dialogue, mettre des mots sur tout ça...
J'ai un fils de 7 mois qui tète toute la nuit je ne sais pas comment je vais tenir...Le sevrage c'est vraiment la face noire de l'allaitement !!!
Force et courage à toi.
 

Kamil

Colostrum
Un grand merci pour toutes vos réponses ! Elle me touchent tellement. Vous êtes adorables.

Pour répondre aux questions en vrac:

- Oui, j'ai essayé de parler à ma fille, mais honnêtement, j'ai l'impression qu'elle ne comprend pas grand chose. Ou alors elle fait bien semblant. Je me cache pour pleurer, je refuse de pleurer devant elle et lui montrer l'image d'une mère faible ou vulnérable. C'est difficile d'assumer le rôle des deux parents. Je lui dis que je n'en peux plus, parfois je crie, il m'est même arrivé à bout de la frapper la nuit, avant de l'enfermer dans la chambre pour la laisser pleurer. Evidemment ce genre de situation me fait encore plus culpabiliser, d'ailleurs j'en ai les larmes aux yeux rien que de me remémorer ce moment et de l'écrire. Je lui ai expliqué que j'en avais marre qu'elle soit au sein en permanence, que j'étais à bout. Ça n'a finalement rien changé. Je ne pense pas qu'elle soit capable de comprendre.
J'aimerais préciser aussi qu'elle n'a que moi, et elle a pu être traumatisée par sa naissance (on me l'a à peine montrée avant de l'emmener en néo-nat', puisque j'ai dû être opérée 2 fois à cause d'un choc hémorragique...), elle est restée une semaine seule, sans sa maman. J'ai mis extrêmement longtemps à m'attacher à elle. Si elle en garde un traumatisme aussi grand que moi, je ne peux même pas lui en vouloir d'avoir peur de se détacher.
Mais de mon côté, je fais tout pour qu'elle ait un attachement "sécure".

- Elle ne va pas à l'école. Elle y est allée en septembre, que le matin, elle a aimé ça, mais comme je fais mes études à l'étranger, j'ai dû la prendre avec moi. Je ne peux pas la scolariser où je suis. Ça se passait bien, je dirais même mieux que la moyenne, elle n'avait plus peur de me quitter au bout d'une semaine, elle me faisait un bisou et courait vers sa classe. En règle générale, elle peut courir partout dans les parcs, dans les magasins, sans se soucier de ma présence; en fait je pense que dans son esprit, c'est juste inconcevable que je disparaisse. Elle n'a jamais eu "l'angoisse des 8 mois". C'est assez paradoxal.

- J'ai très peu de moments à moi. En fait, quasi pas, à part quand je suis en cours. Sinon je l'ai en permanence avec moi. Je n'ai jamais eu un seul week-end pour moi, je ne sais même plus le dernier film que j'ai vu, j'ai laissé tomber la musique, je n'ai plus de loisirs, en fait. Je n'ai plus le temps.

Je vais aller lire le sujet quoté plus haut en espérant en dégager quelques pistes pour me sortir de là. Je fais des crises d'angoisse quotidiennes, c'est devenu invivable, j'en arrive à penser au pire pour me sortir de là.

Encore un grand merci, vous n'avez pas idée à quel point tous vos messages m'ont fait du bien.
 

Jaccotte

Hyperlactation
Adhérent(e) LLLF
Kamil, on lit effectivement beaucoup de detressse dans tes mails. Ce qui ressort surtout c'est ton isolement. Or, c'est quand on est seule et malheureuse qu'on peut se retrouver dans des situations incontrôlables, notamment de violences. Aucun jugement là-dessus, juste la réalité, on est tous humains. Je suis moi-même seule avec mes trois enfants la semaine, et il y a eu des moments où j'aurais pu vraiment péter un cable. Aurais-tu la possibilité de te faire aider par un psychologue, soit pour toi-même, soit pour ta fille, soit pour toutes les deux. Il y a aussi des numéros d'appel pour Parents En Difficulté. Est-ce que tu as accès à tout cela à la où tu es ? Peux-tu aussi essayer de faire garder ta fille par une baby-sitter histoire de te consacrer deux heures de temps pour souffler un peu? Ce que tu vis est de la torture morale, et il faut essayer pas a pas de sortir de cette spirale. Seule, fatiguée, c'est quand même compliqué. Peux tu te faire aider par un tiers bienveillant? Je suis de tout cœur avec toi.
 

gamazoe

Hyperlactation
Adhérent(e) LLLF
En tous cas sache qu'on est la. Grâce aux super nuits de nos loulous y'a tjs une maman ou 2 qui traînent par ici.

Et pleurer n'est pas de la vulnérabilité c'est de l'humanité. Alors ne culpabilise pas de tes émotions. Y'en a plus d'une qui aurait tout abandonné à ta place.

Dans combien de temps rentres tu en France ? As tu de la famille ou amis en France qui pourront t'aider à ton retour ?
 

Pollen

Hyperlactation
J'espère vraiment que tu trouvera des pistes dans le lien que j'ai mis ce n'est pas vivable cette sotuation. Je comprends que tu puisses craquer. Est ce que la ou tu es tu pourrais trouver du soutien ? Meme assister a une reunion LLL. Peut etre qu'il y aurait des cafes parent enfant je ne sais pas trop mais je rejoins Jaccotte tu as l'air tres isolee et c'est important que tu sortes de cet isolement.
n'hésite pas a venir exterioriser ici ca aide a ne pas depasser certaines limites et decharger le trop plein
tu as vraiment beaucoup de courage pour gerer ta fille en plus de tes etudes et toute seule
 

Sonia Panchout-Dusart

Montée de lait
Bonjour Kamil
Je comprends ta détresse. Mon fils de 9 mois ne fait pas ses nuits et je l'allaite toujours.
As tu pensé à l'emmener voir un pedopsychiatre ? Elle fait sûrement un blocage quelques part. Tu sais il n'y a pas de honte à faire consulter son enfant. Ça pourrait lui faire du bien. Quand penses tu?
Avec tout mon soutien.
 

Kamil

Colostrum
Bonjour Kamil
Un petit mot pour prendre des nouvelles...
J'espère que tu vas un peu mieux...
C'est gentil de prendre des nouvelles. Ça ne va pas mieux, je n'arrive plus à gérer. J'ai encore bien crié et pleuré cette nuit, ras-le-bol, je n'en peux plus.
Bonjour Kamil
Je comprends ta détresse. Mon fils de 9 mois ne fait pas ses nuits et je l'allaite toujours.
As tu pensé à l'emmener voir un pedopsychiatre ? Elle fait sûrement un blocage quelques part. Tu sais il n'y a pas de honte à faire consulter son enfant. Ça pourrait lui faire du bien. Quand penses tu?
Avec tout mon soutien.
J'y ai pensé, j'ai pensé à un peu toutes les possibilités en fait. Mais elle n'a pas un niveau de communication suffisant je pense pour que ce soit très utile. Et autant elle parle et rit beaucoup avec moi, autant quand un étranger lui parle, elle se renferme, elle est assez timide. Je doute qu'elle comprendrait ce qu'on lui dit, aussi.
 

Jaccotte

Hyperlactation
Adhérent(e) LLLF
C'est le travail des pédopsychiatres d'apprendre à parler des enfants même quand ils ne savent pas communiquer. La communication peut passer par plein de vecteur, le jeu, la simple observation il ne faut pas imaginer que ce sera efficace que si elle peut communiquer. Et toi de ton côté, as-tu trouvé quelqu'un sur qui t'appuyer ?
 

Sikaliv

Montée de lait
Aïe aïe... Désolée d'apprendre que c'est encore difficile...
Si je comprends bien ce sont surtout les tétées nocturnes qui deviennent insupportables... Comment reagit-elle quand tu lui refuses une tétée ?
Les crises sont ingérables j'imagine...
Est-ce qu'elle a déjà accepté un refus?
Peut-être que tu peux essayer de commencer par diminuer progressivement les tétées de la journée en lui proposant autre chose ou en multipliant les sorties et activités si tu en as la possibilité...
Peut-être que tu pourrais négocier avec elle un nombre de tétées auquel elle aurait droit et le matérialiser par des images ou autre qu'elle te donnerait en échange... Je ne sais pas trop comment te conseiller mais je sais à quel point le sevrage d'un bambin peut être difficile et éprouvant...
 

BbTt

Colostrum
Bonjour Kamil,
Que je comprends ce que tu écris.... Je suis maman solo, je travaille, et j'allaite ma petite qui a 2 ans et qui s'endort au sein. Et c'est l'enfer. J'ai maintenant l'allaitement en horreur. Je n'ai plus de temps pour moi, je suis au bord du burn out. Je n'ai même pas ce petit espace de liberté que je pourrais avoir (en soirée quand elle est couchée), puisqu'elle hurle au bout de 30 min dès qu'elle se rend compte que je ne suis pas près d'elle. Pendant la nuit elle me grimpe dessus pour m'arracher un sein. Je vis ça comme une réelle intrusion. Je me sens comme son esclave. Je parle avec elle (ou lui hurle dessus...), je lui dis que je veux arrêter, que je veux récupérer ma liberté et mon corps. Elle a l'air de comprendre sur l'instant, mais ses envies de tétée reprennent très vite le dessus.
J'ai pris rdv avec un pedopsy dans 2 semaines, et je vais aussi voir quelqu'un pour moi, car j'ai bien conscience d'y être pour beaucoup (lien avec l'histoire de ma séparation, et de ma relation avec ma mère). Ça va au-delà de l'allaitement je pense, il y a pour nous une histoire de cordon à couper, du moins de dé-fusion, pour que l'on puisse gagner en autonomie.

Tu as tenu 3 ans en menant tes etudes... RESPECT. J'étais assez sceptique pour le pedopsy, mais j'ai une amie qui m'a certifié avoir obtenu des résultats spectaculaires et rapides avec son fils de 3 ans.
Je te dirai ce qu'il en est pour ma fille.

Je t'envoie des tonnes de courage, et surtout ne culpabilise pas pour tes excès de colère, et ton envie d'arrêter. On fait toutes ce qu'on peut, et c'est déjà beaucoup. Et dans ton cas ce que tu fais est surhumain....
 
Haut