1. ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
    Rejeter la notification

Perdue et ambivalente...

Discussion dans 'Les premiers jours - les bases' démarrée par nadeije, 1 Octobre 2013.

  1. nadeije

    nadeije Colostrum

    Bonjour,
    J'ai longtemps hésité à poster car durant ces dernières semaines, j'étais prise entre déprime et espoir...
    Mon bébé est né il y a de cela 8 semaines. La grossesse et l'accouchement se sont bien passés. Pas d'anesthésie et une naissance rapide, en 2h environ, pour un premier enfant qui a eu la tétée de bienvenue.
    A la maternité, les débuts ont été très difficiles. Crevasses et saignements, je maintenais l' allaitement malgré tout, jusqu'au jour où bébé refusait de boire car je saignais trop. Là panique. On m'a alors proposé des bouts de seins en silicone qui m'ont fortement soulagé. Trop peut être, car j'ai continué à les utiliser durant plusieurs semaines pour soulager des douleurs aux seins que personne n'a su expliquer à ce jour( j'ai vu des consultantes en lactation qui ont supposé une peau trop fragile ou un souci hormonal).
    Mais la suite a empiré. La sage femme venue à la maison suite à l'accouchement a pris peur et m'a fait paniquer car bébé avait perdu du poids. Elle m'a prescrit un tire lait en urgence, mais le stress et l'épuisement des tétées ( bébé restait au sein non stop) n'ont pas pu me permettre de tirer quoi que ce soit. Lors de la visite suivante, bébé avait encore maigri, donc elle m'a conseillé les compléments. Elle m'a dit que compte tenu que j'utilisais déjà des embouts, le bébé avait l'habitude de téter des tétines, et je suis passée aux biberons et au lait artificiel en associant toujours avant une tétée plus ou moins longue.
    Après plusieurs semaines à ce rythme, j'étais sur les rotules et j'ai voulu arrêter régulièrement, culpabilisant et ayant la sensation d'avoir échoué dans mon projet. Mais bébé reprenait du poids.
    J'ai donc décidé de diminuer les biberons pour revenir à un allaitement unique, je le mettais au sein à la demande, comme depuis le début, et je conservais les biberons pour le soir ou la nuit, espérant diminuer les doses.
    Mais cela faisait un mois que je ne dormais que 3h par nuit, avec des tétées allant de 1 à 3 h non stop... J'étais épuisée, et de nouveau son poids s'est stabilisé sans augmenter.
    J'ai consulté, pris divers avis, on a essayé toutes les méthodes décrites dans les articles du site ( j'avais déjà pris des infos bien avant d'allaiter et je savais que ce serait difficile, mais pas à ce point. J'ai été suivie et conseillée par une consultante egalement).
    Bref, rien n'a réellement fonctionné et on en est arrivé à la conclusion que je n'avais pas assez de lait. Les biberons sont nécessaires à la santé et à la croissance de mon bébé. Il est plus souriant depuis que j'ai remis en route des biberons réguliers après chaque tétée. Il se porte mieux, grossit et grandit.
    A l'heure actuelle, j'ai fait le deuil de l'allaitement unique. En revanche, j'ai l'impression de sevrer mon enfant en lui donnant des biberons régulièrement. Le soir, il,fatigue et ne semble plus savoir téter alors qu'il n'y a pas de problème dans la journée. Il se régule et les tétées sont plus courtes, mais j'ai l'impression de n'être qu'un doudou et qu'un petit apéro avant son " repas" .
    Je n'utilise plus du tout les embouts depuis des semaines, je cumule des galactogènes ( tisanes au fenouil, anis, fenugrec, homéopathie...) mais rien n'a l'air d'être flagrant sur ma production de lait. J'en ai toujours eu, mais jamais assez...
    En dernier recours, on m'a prescrit de la domperidone. Mais j'ai décidé de ne pas en prendre. Je m'acharne depuis suffisamment longtemps pour ne plus avoir envie de voir l'allaitement comme un combat contre mon corps et ses " capacités".
    Je me sens juste déçue, terriblement ambivalente sur l'envie d'arrêter ( mais c'est tellement tôt!) et l'envie de continuer tant que je peux encore donner un petit quelque chose...mais c'est dur de voir bébé pleurer devant le sein et s'acharner dessus en me faisant mal...

    J'aimerai avoir du soutien, plus que des conseils, car je pense que sur ce plan, j'en ai eu beaucoup, et très différents...

    Je me sens résignée, et en échec malgré tout. Je vois bien que mon bébé s'en fiche un peu car il va bien, et que c'est plus une question d'ego, et de pression personnelle que je m'étais mise sur un allaitement qui aura jusqu'à présent été vécu comme compliqué et plein de souffrance...

    Merci pour vos réactions.
     
  2. cerise

    cerise Modératrice Adhérent(e) LLLF

    Bonjour nadeije,
    comme je comprends ta souffrance et ce que tu dois ressentir ! Mais ce que tu as fait pour ton bébé est déjà énorme. Bravo de continuer malgré les difficultés !

    Alors, tout d'abord, le fait que tu ne puisses pas produire assez de lait, je n'y crois pas. Une maman est toujours capable de produire assez de lait pour son bébé. Par contre, il est possible que ton bébé ait des problèmes de succion qui l'empêchent de stimuler correctement le sein ! Du coup, il prend moins de lait, et cela entraine aussi pour toi une baisse de lactation... Le fait que tu aies eu des crevasses à la maternité confirme cette hypothèse. Les crevasses sont généralement dus à un problème de succion : mauvaise position du bébé, frein de langue trop court, etc.

    Mes questions sont donc : la position de ton bébé au sein a-t-elle été vérifiée ? Ses freins de langue et de lèvres ont-il également été vérifiés ? C'est bien que tu aies pu consulter une consultante en lactation. Que t'a-t-elle conseillé ?

    D'autres mamans plus calées que moi te répondront certainement pour essayer d'apporter une solution aux problèmes que tu rencontres !
    Si tu as l'occasion d'aller à une réunion LLL, s'il y en a près de chez toi, cela pourrait être une bonne idée également.
     
  3. Del0911

    Del0911 Période de pointe

    Bonjour nadeije,je comprends ta déception de ne pas allaiter exclusivement..Tu es très courageuse de t'accrocher comme tu le fait!
    J'ai accouché il y a 6 semaines et depuis la sortie de la maternité,ma fille a commencé à perdre du poids puis a stagné pendant un long moment, j'ai eu des conseils d'une sage femme qui m'a dit qu'elle tétait super bien,qu'il fallait juste qu'elle reprenne un peu de forces pour qu'elle retète correctement. Sauf que ça ne s'est pas du tout passé comme ça!Je ne comprenait toujours pas pourquoi elle tétait très peu de temps.Elle se fatiguait très vite et ne prenait pas le lait gras en fin de tétée.
    J'ai vu un ostéopathe qui a vu qu'elle était bien bloqué (du à un mauvais positionnement dans mon ventre) et là j'ai tout de suite mieux compris pourquoi elle ne tétait pas efficacement!J'ai décidé de voir une consultante en lactation qui m'a de nouveau dit qu'elle était bloqué.Elle m'a également dit qu'il fallait que j'aille voir un orl pour lui couper son frein de langue (pourtant pas très prononcé,mais ça + le blocage,ça n'arrange rien)
    Ma fille n'est plus bloqué (3 semaines après la consultation),mais tète tjs aussi mal.
    Dans ma tête,j'ai fait une croix sur un allaitement exclusif et aujourd'hui,elle a + de bib de LA que de LM.Je l'ai accepté mais le fait de voir d'autres mamans y arriver avec beaucoup de facilité me fait encore du mal..car on a toujours l'impression d'être la seule alors que non!
    Je prends du dompéridone depuis 1 semaine et je vois de + en + les effets (je tire au tire lait et à la main) Je comprends que tu ne veuilles pas en prendre car ça ne fait plus trop naturel.

    Courage!
     
  4. Sylvie

    Sylvie Modératrice Membre de l'équipe Animatrice LLL

    Bonjour Nadeije,

    Comme je comprends ta déception, ta tristesse, et ton ambivalence également !
    Certaines histoires d'allaitement sont particulièrement compliquées, n'est ce pas ? et on regarde les autres mamans avec envie... presque avec colère ! se dire que ça peut bien se passer et que nous, on est dans une galère énorme ! c'est un fort sentiment d'injustice !

    Après deux allaitements tout à fait "normaux", j'ai connu vos déboires, vos peurs, vos pleurs... quelle souffrance ! que de larmes, n'est ce pas ? je disais que j'aurais très bien pu nourrir mon bébé de ces larmes !!!
    Chez mon bébé, il s'agit ( car rien n'est encore résolu, même après 9 mois !) de freins très très serrés, et qui se cicatrisent même après les sections !
    C'est le premier bébé pour qui il a été nécessaire de stimuler +++ ( j'utilise un tire lait en parallèle de l'allaitement au sein ) car je n'ai pas assez de lait avec sa seule succion. C'est un comble après deux allaitements ( et l'avant dernier allaitement a été une grande réussite : mon bébé avait pris 1kg 500 en moins d'un mois !).

    Tu es une super maman, Nadeije.
    Tu es capable d'allaiter ton bébé.
    Trouver ce qui ne va pas est vraiment un parcours de détective !
    Tu pourras trouver du soutien si tu le souhaites dans cette recherche.
    Une chose est sûre : tu as déjà mené un combat courageux et plein d'amour pour ton bébé ! chapeau à toi !
     
  5. nadeije

    nadeije Colostrum

    Merci. En effet, on avait pensé aux problèmes de succion. On a tout vérifié et on m'a dit qu'il avait une succion correcte et que mes positions étaient bonnes. On est aussi allé voir un ostéopathe qui a travaillé justement sur la succion pour l'améliorer... Je pense que le réel problème s'est situé dans la trop rapide prise de complément à la sortie de la maternité ( en partie en tout cas). Je suis déjà allée à une réunion et je projette d'y retourner bientôt...
    Merci en tout cas pour votre soutien. :rolleyes:
     
  6. Vanou

    Vanou Période de pointe

    Bonjour Nadeije,

    Surtout n'hésite pas à aller aux réunions, ça fait du bien. C'est vrai que les jeunes mamans reçoivent beaucoup de conseils mais peu d'écoute. Et aux réunions, il y a un peu de conseils et beaucoup d'écoute. Et cela m'aide encore beaucoup ( mon problème n'était pas l'allaitement mais le sommeil ).

    Et surtout, tu es une maman formidable. Tu allaites déjà ton bebe depuis 8 semaines, même si c'est en mixte en ce moment. Beaucoup de bébés ne connaissent même pas cela.

    Vanou
     
  7. picorette

    picorette Colostrum

    Bonjour Nadeije,

    Lorsque j'ai lu ton message, je me suis dit qu'à quelques détails près, j'aurais pu l'écrire.
    Je ne vais pas te refaire l'historique mais, en gros, j'ai connu le même découragement et épuisement que toi avec mon fils ces dernières semaines: toujours pendu au sein, à s'énerver parce qu'il n'y arrivait pas (ce que j'ai interprété comme une baisse de lactation), grosses crises de larmes, très peu de sommeil...avec des compléments de lait artificiel, seule chose qui semblait l'apaiser et qui confortait mon idée selon laquelle il manquait de lait.

    J'étais prête à passer au biberon et à laisser progressivement tomber le sein. Trop épuisée, lasse de vivre l'allaitement comme un combat, triste de voir mon bébé toujours en pleurs, l'impression de passer à côté de notre relation en m'entêtant avec l'allaitement.

    Et puis j'ai rendu visite à mes parents pendant quelques jours. Voyant à quel point j'étais fatiguée et perdue, ma mère m'a beaucoup secondée pour apaiser mon fils quand il pleurait, en le promenant, le berçant...Et j'ai vu mon fils sombrer dans de profonds et longs sommeils alors qu'il dormait très peu jusque là. Non seulement, cela lui a permis d'être bien plus reposé et calme mais ça m'a aussi permis de comprendre que ce que j'interprétais comme des demandes de manger s'apparentaient plus souvent à une difficulté à trouver le sommeil.

    Dès le premier jour, les tétées se sont espacées et sont devenues de vraies tétées pendant lesquelles mon fils, plus calme et plus gaillard, se nourrissait vraiment et à la fin desquelles il était repu. Je n'ai même plus complété.

    Mon fils s'est avéré réglé comme une horloge: il se réveille pour se nourrir toutes les 2h30/3h.

    Désormais donc, je veille à lui permettre de dormir suffisamment. S'il n'y arrive pas seul, je le balade dans la maison en le berçant.

    Et, oui, je l'avoue, je mets en pratique des choses déconseillées: parce que ça m'épuise psychologiquement de passer mes journées à rester sur un canapé avec mon bébé qui tétouille au sein pour s'apaiser sans y arriver, parce qu'il est fatigué, s'énerve et ne parvient pas à téter efficacement, parce que tout ça entretient le cercle vicieux bébé en manque de sommeil - tétée pas efficace - lactation en berne - pleurs ++ - mise au sein continue pour tenter de relancer et d'apaiser sans succès - maman épuisée, j'assouvis son besoin de succion en lui proposant une sucette lorsque je sens qu'il est fatigué et qu'il s'agace parce qu'il ne parvient pas à s'endormir.
    La confusion sein/sucette n'a pas lieu, c'est notre chance dans tout ça. Et pourtant, mon fils est loin d'être un téteur né. Mais les tétées ne se sont jamais aussi bien passées que depuis que je lui permets de dormir autrement qu'en se pendant à mon sein.

    Du coup, je me retrouve avec un bébé dormeur, qui fait de bonnes tétées, qui multiplie les temps d'éveil calme et moi, je me sens bien plus apaisée et confiante dans mon allaitement et mon rôle de maman.

    Je ne dis pas qu'il faut faire pareil et je ne dis pas non plus que c'est gagné pour nous (bébé n'a que 5 semaines). Mais ayant connu ton désarroi, je me permets de te faire part de ma courte expérience, bien qu'elle ne suive pas tout à fait les recommandations (très judicieuses, je ne les remets absolument pas en question) en matière d'allaitement.

    Je te souhaite vraiment de trouver ton équilibre avec ton bébé, quels que soient tes choix !
     
  8. Brusieg

    Brusieg Hyperlactation Animatrice à la retraite

    Picorette, ton témoignage est vraiment très touchant ! Tu expliques fort bien comment une jeune maman peut se sentir déconcertée et très vite à bout face au comportement de son nouveau né. Etre maman, ce n'est pas inné. L'allaitement non plus ! Cela demande du temps, de l'apprentissage, de la patience et aussi du soutien ! Tu en as trouvé Picorette et c'est formidable !

    J'ai l'impression qu'aujourd'hui, la situation s'est apaisée un peu pour vous, n'est-ce pas ? Peut-être ce "passage" de relais" t'a-t-il permis de te retrouver, de faire le point et de te rendre compte, qu'après tout et malgré tout, TU es la maman qui convient parfaitement à ce petit bout ;) !?

    Néanmoins, je lis que ton bébé avait 5 semaines lorsque la situation s'est un peu compliquée, n'est-ce pas ?
    As-tu entendu parler des pics de croissance, Picorette ? Les bébés allaités en connaissent plusieurs à divers étapes de leur développement. Justement, les spécialistes estiment qu'il y a en un vers les 6 semaines de l'enfant...
    C'est un moment très délicat pour les mamans, car le bébé réclame ++++ le sein et donne l'impression de toujours vouloir "y être pendu". Cela est un passage perturbant, fatigant, mais pourtant normal, car en faisant cela, le bébé stimule +++ la lactation maternelle afin que celle-ci se réadapte à ses nouveaux besoins.
    L'expérience nous montre que plus la mère répondra aux sollicitations de son bébé et plus vite elle le fera, moins longue sera cette période délicate. Une fois la lactation réadaptée, le bébé retrouve "son calme" :eek: !

    Tu parles de "biberons de compléments" et de "crainte de manquer de lait" : c'est EXACTEMENT ce que vivent la plupart des mamans lors de ces épisodes de pics de croissance.
    Pour ton petit garçon et toi, tout s'est apparemment bien terminé... Pour d'autres mères, c'est le début des ennuis :( ! (confusion sein tétine, baisse de lactation...)

    Au fond, l'expérience nous montre que peu de mamans sont au courant de l'existence de ces pics de croissance...

    BeLLLe continuation !
     

Partager cette page

Chargement...