• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page fecebook "réunions virtuellles LLL France")

 douleurs articulations et allaitement?

spalato

Montée de lait
Bonjour à toutes,

J'aurai besoin de votre avis,
10 mois après ma 1ère grossesse j'ai eu une fracture de fatigue au pied> métatarse fracturé avec 2 mois de plâtre il y à 4 ans.
J'ai mon 2ème bébé que j'allaite depuis 12 mois maintenant et je ressent la même douleur au même pied..
impossible de poser les pieds parterre au matin et au soir, les jambes sont lourdes le soir et la nuit et j'ai mal aux hanches également, cela depuis mon accouchement , est ce que cela pourrait être liée à l'allaitement?
Je me sent complètement "verrouillée ". j'ai mal au dos , aux hanches et aux jambes à chaque mouvement ca deviens vraiment génant .... les séances d’ostéopathie m'ont aidés un peu mais sans plus..

Est ce que d'autres mamans ont déjà eu cela ?

Merci d'avanve

Spalato
 

Eclira

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Bonjour @spalato,

Pour ma part j'ai aussi des douleurs articulaires, j'en avais déjà avant la grossesse, j'ai fait beaucoup d'examens sans qu'on puisse me diagnostiquer de manière sûre.

Pendant la grossesse, ça s'est amplifié au niveau des sacro-illiaques et des hanches forcément et depuis l'accouchement, j'ai mal partout ! Surtout dos, hanches, poignets et doigts. Le matin ou quand je dois me lever la nuit, je suis comme rouillée, et ça s'améliore dans la journée.

Je me suis retrouvée donc dans les témoignages des autres postes du forum, mais je n'ai pas trouvé de solution.
 

spalato

Montée de lait

spalato

Montée de lait
Bonjour @spalato,

Pour ma part j'ai aussi des douleurs articulaires, j'en avais déjà avant la grossesse, j'ai fait beaucoup d'examens sans qu'on puisse me diagnostiquer de manière sûre.

Pendant la grossesse, ça s'est amplifié au niveau des sacro-illiaques et des hanches forcément et depuis l'accouchement, j'ai mal partout ! Surtout dos, hanches, poignets et doigts. Le matin ou quand je dois me lever la nuit, je suis comme rouillée, et ça s'améliore dans la journée.

Je me suis retrouvée donc dans les témoignages des autres postes du forum, mais je n'ai pas trouvé de solution.
Bonsoir Eclira,

Merci pour ton témoignage !
En effet, c'est tout à fait ce que je ressent.
Surtout au niveau des hanches/bassin et bas du dos.
Je me demande si ce ne ce sont pas les hormones d'allaitement ?
Les séances d'osthéopathie n'aident pas trop, la j'ai très mal au pied le soir et le matin, ca s'empire mais je sens bien que ca proviens de la hanche.
Je vais voir un podologue dans quelques jours, je suis curieuse ..
 
Dernière édition:

Eclira

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
C'est toujours difficile de trouver quelle est la cause et quels sont les douleurs secondaires...

Tu as des sensations d'etre rouillée / bloquée le matin au niveau du bas du dos, mais que ça se débloque ensuite au cours de la journée ?
Ça peut être un signe de maladie rhumatoïde. D'après certaines études qui ont aussi été citées dans les autres posts du forum, les hormones peuvent augmenter les crises...

As tu consulté un rhumatologue ? (Après il faudrait en trouver un compétent et ouvert sur ces questions...)
 

Myriam

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice à la retraite
J'ai poursuivi mes recherches :)

Il arrive parfois qu'on parle de cas d'#ostéoporose liés à la grossesse et à l'allaitement mais généralement ils surviennent nettement plus tôt :

Les Dossiers de l'allaitement n°94
Ostéoporose associée à la grossesse et à la lactation
Five-year follow-up of a woman with pregnancy and lactation-associated osteoporosis and vertebral fractures. Iwamoto J et al. Ther Clin Risk Manag 2012 ; 8 : 195-9

L’ostéoporose liée à la grossesse et à la lactation est une pathologie rare, qui se caractérise par d’importantes modifications dans l’homéostasie osseuse suite aux besoins calciques plus élevés pendant ces périodes. Les auteurs présente un cas de femme ayant présenté une ostéoporose avec fractures vertébrales, qu’ils ont suivie pendant 5 ans.
Cette femme de 32 ans a consulté en raison d’une douleur lombaire aiguë. Elle pesait 57 kg pour une taille de 1,55 m. Elle avait accouché 3 mois plus tôt, et elle allaitait son enfant. Elle n’avait aucun antécédent de pathologie osseuse, et n’avait jamais pris de médicaments susceptibles d’avoir un impact osseux. Elle n’avait pas non plus de facteurs de risque de problème osseux. L’IRM a constaté des fractures au niveau de L2 et de L5. Une ostéoporose a été constatée, et le bilan biologique a montré une augmentation importante du turn-over osseux. Elle a arrêté l’allaitement, et a été hospitalisée, mise au repos allongée, avec prise occasionnelle d’AINS. Après 2 semaines d’alitement, la douleur avait significativement diminué, et elle a commencé la rééducation. Un traitement par 1 µg/jour d’alfacalcidol (un précurseur de la vitamine D3) a été débuté, et elle est sortie de l’hôpital. 2 mois plus tard, la douleur avait disparu, et tous les paramètres cliniques et biologiques s’étaient normalisés, sauf la densité osseuse qui restait légèrement inférieure à la normale pour son âge. Le traitement par alfacalcidol a été poursuivi. Après 5 ans de traitement, il n’y a eu aucune récidive, tous les paramètres osseux étaient normaux, et la femme n’a présenté aucun effet secondaire.
La grossesse et la lactation modifient le métabolisme osseux de la mère, afin de couvrir les besoins calciques du fœtus et du bébé. Normalement, ces modifications permettent de pallier l’augmentation des besoins en calcium de la mère, même si une baisse temporaire de la densité osseuse est constatée pendant l’allaitement. Chez cette patiente, la fonction des parathyroïdes était partiellement inactivée, probablement en raison de modifications de l’absorption intestinale du calcium, et de sa réabsorption rénale. L’ostéoporose liée à la grossesse et à l’allaitement disparaît habituellement 6 à 12 mois après l’arrêt de l’allaitement, même en l’absence de traitement.
Les Dossiers de l'allaitement n°100
Ostéoporose du post-partum
Compression fracture in postpartum osteoporosis. Kim TH et al. J Bone Metab 2013 ; 10 : 115-8.

La prévalence de l’ostéoporose est de < 2% chez les femmes de moins de 50 ans. L’ostéoporose du post-partum est donc un problème rare. Les auteurs présentent un cas d’ostéoporose du post-partum s’étant traduit par des fractures de compression.
Cette femme de 42 ans, multipare, s’est présentée aux urgences pour un important problème de douleur lombaire depuis 7 jours. Elle avait accouché par césarienne 1 mois plus tôt, et elle allaitait son bébé. Elle n’avait pas d’activité physique régulière, et n’avait aucun antécédent médical, chirurgical ou traumatique. L’examen a constaté une douleur lombaire diffuse importante. L’examen radiologique a constaté des fractures de compression récentes au niveau des vertèbres D12, L1 et L3. Un scanner osseux a également constaté de multiples fractures de compression récentes entre D12 et S1. La mesure de la densité osseuse a révélé une baisse de cette densité au niveau des vertèbres lombaires et du fémur (col et corps). On lui a prescrit un supplément de calcium, ainsi que le port d’une ceinture lombaire, et on lui a recommandé d’éviter de porter du poids.
Les facteurs pouvant être à l’origine de l’ostéoporose du post-partum sont la laxité ligamentaire liée aux modifications hormonales pendant la grossesse, l’alitement pour éviter un accouchement prématuré, les fractures de stress pendant l’accouchement. La grossesse et l’allaitement induisent une mobilisation du calcium pour les besoins du fœtus et du nourrisson. Toutefois, les éventuelles corrélations entre l’allaitement et l’ostéoporose du post-partum restent à évaluer. En cas de fractures, elles surviennent le plus souvent au niveau vertébral. Le traitement repose sur la prise de calcium et de vitamine D ; l’arrêt de l’allaitement sera discuté avec la mère. Les biphosphonates sont efficaces pour augmenter la densité osseuse.
Ostéoporose liée à la grossesse
Pregnancy-associated osteoporosis with hypercalcemia. HA Tran, N Petrovsky. Intern Med J 2002 ; 32(9-10) : 481-5. Mots-clés : ostéoporose, lactation.
Il est rare de voir survenir une ostéoporose suite à une grossesse. Ce problème survient essentiellement pendant les premiers mois de l’allaitement chez des primipares minces. Ces femmes peuvent présenter des fractures vertébrales en l’absence de traumatisme, ou suite à un traumatisme minime. Il est rare que cette ostéoporose s’accompagne d’une hypercalcémie. Cette pathologie est toutefois relativement bénigne, et les femmes peuvent espérer voir leur densité osseuse revenir à la normale dans les 6 à 12 mois qui suivent la fin de l’allaitement.

Ostéoporose pendant la grossesse et l’allaitement
Osteoporosis during pregnancy and lactation. ML Bianchi. www.obgyn.net/pb/articles/osteo_pglactation_bianchi.htm

Cette jeune femme a été envoyée dans une consultation spécialisée dans le métabolisme osseux en 1996. Originaire de l’Italie du sud, elle avait 26 ans, pesait 57 kg pour une taille de 1m67, ne fumait pas, ne consommait pas d’alcool sur une base régulière, n’avait aucun antécédent médical particulier, et n’avait pris aucun médicament jusqu’à l’âge de 24 ans. A cet âge, elle a été enceinte. En fin de grossesse, elle s’est plainte de douleurs dorsales. Elle avait pris 13 kg, et le bébé semblait de poids important. Une césarienne a été programmée. Après l’accouchement, les douleurs vertébrales se sont aggravées. Elle est par ailleurs restée alitée pendant 2 mois en raison de complications infectieuses de la césarienne.
La douleur dorsale est devenue tellement importante que la mère n’arrivait plus à porter son bébé dans ses bras. A 4 mois post-partum, un examen radiologique du rachis a été effectué. Il a retrouvé une déformation de D9, ainsi qu’une diminution diffuse de la densité osseuse de tout le squelette. On lui a donc prescrit de la vitamine D pendant 3 mois, mais le médecin a refusé de lui prescrire des antalgiques parce qu’elle allaitait. A 7 mois, la mère a décidé de sevrer son enfant pour pouvoir recevoir des antalgiques, la douleur devenant insupportable. Elle a eu son retour de couches. Le traitement antalgique a permis une diminution de la douleur, mais pas sa suppression. A 15 mois, un nouvel examen radiologique a été effectué, qui a retrouvé une aggravation : déformation plus importante de D9, et apparition de déformations au niveau de D7 et D8. C’est à ce moment qu’elle a été envoyée dans une consultation spécialisée.
L’interrogatoire détaillé a retrouvé des antécédents familiaux de pathologies osseuses et d’ostéoporose. Elle-même n’avait jamais présenté de fractures. Elle faisait peu d’exercice physique, et ses apports calciques étaient bas (< 600 mg/jour). Tous les examens biologiques pratiqués ont retrouvé des valeurs parfaitement normales. La seule anomalie était un abaissement global de la densité osseuse au niveau de tout le squelette.
On a posé le diagnostic d’ostéoporose. On a prescrit à cette femme un programme d’exercice physique modéré, une alimentation apportant au moins 1g/jour de calcium, de la codéine et du paracétamol pour la douleur, et de l’acide alendronique (10 mg/jour) pour l’ostéoporose. Lors de la première visite de contrôle, 8 mois plus tard, l’amélioration était nette. Elle avait suivi scrupuleusement les recommandation concernant l’exercice physique et les apports en calcium, et ne prenait plus qu’occasionnellement les antalgiques. La densité osseuse avait augmenté. Elle présentait toutefois des manifestations d’œsophagite, qui ont amené à supprimer la prise d’acide alendronique. A la seconde visite de suivi, 10 mois plus tard, elle ne prenait plus du tout d’antalgiques, et continuait à faire les exercices physiques prescrits et à veiller à ses apports calciques. L’examen radiologique a montré une masse osseuse stable. Les déformations vertébrales apparues avant le début du traitement sont toujours présentes, mais aucune nouvelle déformation n’est apparue.
 

Myriam

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice à la retraite
Voilà ce que partageait aussi un cas de douleurs articulaires publié dans les Dossiers de l'allaitement n°56 :
Douleurs articulaires pendant allaitement
Cas présenté par Mme Claire BUGNER, Lille (59)

Cette mère de 33 ans allaitait son troisième enfant, âgé de 8 mois lorsqu'elle a commencé à présenter des douleurs articulai-res au niveau des poignets et des doigts (avec impossibilité de porter un poids), et dans une moindre mesure aux genoux et aux chevilles. La douleur était plus intense la nuit, et elle était ag-gravée par le froid humide.
Un traitement par arkogélules de feuilles de cassis n'a amené aucune modification de la symptomatologie. Un traitement médical a alors été institué pour les périodes de crise : Xénid 1% gel (diclofénac), Geluprane 500 (2 comprimés toutes les 8 heures) et Aspégic 1000, 1 sachet le soir. La radiographie des mains et des poignets était normale. Au bout de 2 mois de trai-tement, aucune amélioration n'était survenue. Les résultats du bilan inflammatoire avec les examens hématologiques et immu-nologiques n'étaient pas inquiétants : il n’y avait pas de signe biologiques d’inflammation. La recherche d’autoanticorps anti-nucléaires était positive à un taux faible à la limite d’un signe de rhumatisme articulaire.
La mère a alors contacté l'AFLAR (Association Française de Lutte Anti-Rhumatismale - Pavillon Layani, Hôpital de la Pitié, 75651 PARIS Cedex 13 - 01 45 83 56 26). Il lui a été recommandé en traitement préventif de faire du sport et de la gymnastique « pour protéger ses os et ses articulations ». La mère a commencé un programme sportif pendant les vacances d’été : randonnées en montagne, vélo, kayak, puis séances heb-domadaires de gymnastique à partir de la rentrée. Des gestes simples d'assouplissement 5 minutes tous les matins au réveil ont aussi été effectués.
Au niveau alimentaire, il lui a été recommandé de veiller à un bon apport de vitamine E (10 mg par jour), que l’on peut trouver dans les huiles naturellement riches en vitamine E (80 mg pour 100 g), et à un bon apport de fruits et de légumes.
Les douleurs articulaires ont complètement disparu au bout de 3 années de gymnastique. Ensuite, la pratique légère du vélo et de la natation on permis la persistance de la disparition de la douleur jusqu'à la fin de l'allaitement (4,5 ans) et au-delà. Cette mère allaite maintenant son quatrième enfant. 18 mois après sa naissance, il n’y a pour le moment aucun problème articulaire. Des douleurs dentaires importantes sont survenues à deux et huit mois post-partum. Dans les deux cas, l’examen a retrouvé une carie à un stade avancé, qui a été soignée. Même si l’hypothèse d’une « décalcification liée à l’allaitement » a été de nouveau soulevée, aucun signe objectif d’une telle décalcifi-cation n’a pu être mis en évidence.
Il est difficile de savoir si l'allaitement a joué un rôle dans la genèse de la symptomatologie rhumatismale de cette mère. Des études ont retrouvé que la prolactine pouvait, chez certaines femmes, avoir un impact sur la polyarthrite rhumatoïde (aggravation des symptômes). Dans le cas présenté ici, les problèmes articulaires sont apparus alors que la mère allaitait depuis 8 mois, et que le taux de prolactine était vraisemblablement revenu plus ou moins à la normale. Il est donc fort improbable que la prolactine soit en cause, d'autant qu'aucune récidive n'est pour le moment survenue pendant le quatrième allaitement, alors que le taux de prolactine est le plus élevé en début d'allaitement.
 

Myriam

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice à la retraite
Enfin voilà quelques pistes supplémentaires :
Il y a peu de chance pour que l'allaitement soit la cause des fractures (cf. cas d'ostéoporose lactationnelle décrit ci-dessus car c'est vraiment au tout début de la lactation que cela se passe). Donc ta première fracture n'a - a priori - pas en lien avec l'allaitement.
La douleur réminiscence peut avoir plusieurs causes mais il n'est pas rare d'avoir des douleurs qui rappellent par temps humide par exemple une ancienne fracture/foulure/entorse.
Si tu n'avais pas eu ton retour de couches, les jambes lourdes et les douleurs articulaires auraient pu avoir comme origine l'impregnation hormonale de la grossesse qui se poursuit parfois jusqu'au retour de couches.

Une maman en réunion avait évoqué la piste de l'alimentation pour avoir une bonne structure osseuse, d'autant qu'on est en plein hiver et que ça manque de soleil (en tout cas en région parisienne ) :
- suffisamment de protéines (car les os sont fait à partir une trame protéique)
- des sels minéraux (calcium mais également phosphore...) en quantité adéquate (trop de l'un inhibe l'absorption des autres)
- de la vitamine D en quantité suffisante (en hiver notre corps ne la synthétise que moins bien car nous ne prenons pas le soleil il peut être nécessaire de prévoir une supplémentation) https://www.lllfrance.org/vous-info...-allaitement/1549-da-80-importance-vitamine-d
- de l'exercice physique : les os se minéralisent en fonction des pressions musculaires exercées dessus.

Que penses-tu d'en parler avec ton médecin, il verra alors en fonction de ton age, de ton poids et de ta taille ce qui est pertinent et pourquoi pas te prescrire un bilan : prise de sang pour dosage de la vitamine D et des marqueurs osseux, radio des pieds...
 

spalato

Montée de lait
C'est toujours difficile de trouver quelle est la cause et quels sont les douleurs secondaires...

Tu as des sensations d'etre rouillée / bloquée le matin au niveau du bas du dos, mais que ça se débloque ensuite au cours de la journée ?
Ça peut être un signe de maladie rhumatoïde. D'après certaines études qui ont aussi été citées dans les autres posts du forum, les hormones peuvent augmenter les crises...

As tu consulté un rhumatologue ? (Après il faudrait en trouver un compétent et ouvert sur ces questions...)

En effet, le matin et le soir je suis complètement bloquée du bas du dos, + hanche, bassin et pied droit.
Je comptais consulter un podologue ou un posturologue, ou un orthopediste .. je ne sait pas trop vers qui me diriger.
Après ma première grossesse je me suis sentie comme ca aussi, mais c'était surtout le pied droit et finalement j'avais un métatarse bien fracturé , je n'ai jamais compris d'ailleurs.
 

spalato

Montée de lait
Enfin voilà quelques pistes supplémentaires :
Il y a peu de chance pour que l'allaitement soit la cause des fractures (cf. cas d'ostéoporose lactationnelle décrit ci-dessus car c'est vraiment au tout début de la lactation que cela se passe). Donc ta première fracture n'a - a priori - pas en lien avec l'allaitement.
La douleur réminiscence peut avoir plusieurs causes mais il n'est pas rare d'avoir des douleurs qui rappellent par temps humide par exemple une ancienne fracture/foulure/entorse.
Si tu n'avais pas eu ton retour de couches, les jambes lourdes et les douleurs articulaires auraient pu avoir comme origine l'impregnation hormonale de la grossesse qui se poursuit parfois jusqu'au retour de couches.

Une maman en réunion avait évoqué la piste de l'alimentation pour avoir une bonne structure osseuse, d'autant qu'on est en plein hiver et que ça manque de soleil (en tout cas en région parisienne ) :
- suffisamment de protéines (car les os sont fait à partir une trame protéique)
- des sels minéraux (calcium mais également phosphore...) en quantité adéquate (trop de l'un inhibe l'absorption des autres)
- de la vitamine D en quantité suffisante (en hiver notre corps ne la synthétise que moins bien car nous ne prenons pas le soleil il peut être nécessaire de prévoir une supplémentation) https://www.lllfrance.org/vous-info...-allaitement/1549-da-80-importance-vitamine-d
- de l'exercice physique : les os se minéralisent en fonction des pressions musculaires exercées dessus.

Que penses-tu d'en parler avec ton médecin, il verra alors en fonction de ton age, de ton poids et de ta taille ce qui est pertinent et pourquoi pas te prescrire un bilan : prise de sang pour dosage de la vitamine D et des marqueurs osseux, radio des pieds...
 

Eclira

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Le podologue peut te dire si y a un problème de posture mais si tu as mal aussi le matin ça peut pas être que ça.

Je pense qu'en parler au généraliste et lui demander si ça ne vaudrait pas la peine de voir un rhumatologue serait pas mal...
 

spalato

Montée de lait
Merci Myriam pour ces pistes,
Je vais prends des vitamines de grossesse , mais en effet il manque certainement de la vitamine D par ce temps humide et froid qui n'arrange surement pas les choses.
Et j'avoue je ne fait pas beaucoup voir pas du tout de sport.. à part marcher tout les jours mais je devrais me muscler un peu le dos ou reprendre la natation.
Je vais en effet me diriger vers le médecin géneraliste et voir vers qui il pourra me guider..
J'avais l'allaitement en tête car c'est aussi comme ca que je me suis sentie après ma première grossesse (10 mois après )
 

spalato

Montée de lait
Le podologue peut te dire si y a un problème de posture mais si tu as mal aussi le matin ça peut pas être que ça.

Je pense qu'en parler au généraliste et lui demander si ça ne vaudrait pas la peine de voir un rhumatologue serait pas mal...
J'ai de toute façon un problème de posture suite à un accident il y à longtemps et puis 2 grossesses.
Je demanderai au médecin géneraliste
 
Haut