1. ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
    Rejeter la notification

Besoin d'aide moi aussi pour stop tétées la nuit

Discussion dans 'Sevrage' démarrée par biscotte48, 14 Septembre 2019.

  1. biscotte48

    biscotte48 Montée de lait

    Bonjour à toutes,
    Évidemment, le titre que j'ai choisi fait écho à de multiples discussions à ce sujet et je vois que je ne suis pas la seule à rencontrer ce genre de difficultés ! J'ai parcouru quelques discussions, mais les situations de chacune sont particulières et ne correspondent jamais tout à fait à la mienne. Je manque de temps, je suis fatiguée, épuisée, alors je choisis la solution de facilité d'écrire une nouvelle discussion pour appeler à l'aide.

    J'ai 2 fils, un de 7 ans et un de 2 ans et demi. Je vis une situation très particulière avec la papa puisque nous sommes "séparés", mais celui-ci vient habiter avec nous une semaine sur deux car jusqu'ici, je me sens incapable d'assumer une garde alternée et être séparée de mes enfants. Autant dire que le papa ne m'apporte pas beaucoup de recours pour ce qui est des tétées de la nuit (évidemment, il dort dans une autre chambre). Mes enfants et moi dormons dans la même chambre ; moi, dans le même lit que le petit et le grand dans un lit à côté. J'ai toujours endormi le petit au sein et c'est toujours le cas. La journée, je lui donne le sein à la demande depuis toujours, même si j'essaie de limiter de plus en plus parce qu'il demande beaucoup et ça commence à me peser. Mais pour le moment, le jour, ça va, je gère. La nuit, en revanche, je n'en peux plus. Il se réveille beaucoup, demande chaque fois à téter. Alors, vous connaissez, c'est le truc infernal, soit je craque et lui donne, c'est ce qui est le plus rapide pour rendormir tout le monde, mais ça ne fait qu'encourager les tétées, soit je résiste et il pleure et c'est encore plus épuisant. Détail important : il est porteur d'une maladie génétique qui le contraint à prendre un produit au milieu de la nuit ; jusqu'ici et de ce point de vue, ça a aussi toujours été pratique qu'il se réveille pour téter, comme ça, je n'ai pas à le faire. Chaque soir depuis maintenant des semaines, je lui explique que je suis fatiguée, que j'ai besoin de dormir la nuit et que "voilà comment ça va se passer cette nuit : je te donne à téter pour t'endormir, puis une fois pour la poudre (le produit), puis seulement quand il fera jour demain, et si tu te réveilles à d'autres moments en disant "tété", je te dirai, non, on fait juste un câlin et tu te rendors." Il dit oui oui tout le temps. Le problème que j'ai aussi, c'est la présence de mon autre grand fils dans la chambre. J'aime ce dortoir commun, lui aussi et ne veut pas envisager autre chose pour le moment, mais les réveils du petit finissent quand même par déranger son sommeil. Résultat, quand le petit se met à pleurer, je suis aussi anxieuse qu'il le réveille et ça ne m'aide pas à être patiente. J'en viens finalement à adopter une attitude depuis déjà pas mal de temps qui ne me convient pas du tout, et qui plus est, ne fonctionne pas puisqu'on en est toujours au même point. J'ai essayé de mettre en place un truc du style "ici, c'est la chambre, on fait dodo, il y a ton frère qui dort et qui a besoin de se reposer. Si tu as besoin de pleurer, on va dans le couloir." Alors souvent, on fait un petit séjour dans le couloir où il décide d'arrêter de pleurer pour pouvoir revenir dans la chambre. Mais avec l'épuisement et l'énervement, le manque de patience, tout ça se transforme rapidement en menace de ma part pour arriver le plus rapidement à mes fins. Je l'empêche de pleurer coûte que coûte pour qu'il ne réveille pas son frère et qu'on se rendorme vite. Et c'est tout pourri, je suis vraiment dégoûtée de me voir faire ce genre de choses à répétition. Et je le répète, en plus, ça n'évolue pas... Je lui propose aussi de boire de l'eau, un biberon, il n'en veut pas, il veut TETER !

    Voilà, en gros. Des petits trucs à essayer pour faire évoluer la chose ?... Je suis preneuse !
    Merci !!
     
    Tags:
  2. elo87

    elo87 Hyperlactation

    Tenir bon et pas ceder et surtout etre syr de ton choix et de ta décision

    Le mien a longtemps fait ses nuits ,avec des périodes où il TT une fois mais passé ses 8 mois il a commencé à se réveiller en hurlant à tel point que le seul truc qui le calmer s'était le sein .
    Mais j'ai fait des engorgements et ce tait pas pour se nourrir et sachant qu'il ne TT pas avant j'ai décidé d'arrêter.
    Il y a eu des pleurs car il est petit encore et c'était pour être rassurer mais ça me pesé.
    Du coup j'ai appliqué le sevrage que propose Véronique darmangeat.

    Chaque situation est différente

    Aujourd'hui plus de TT la nuit depuis un moment et il est dans sa chambre maintenant donc plus de tentation de sentir le lait mais même avant qu'il y aille il ny avait plus de tetou et il se réveillait mais c'était le papa qui se chargeait de le rendormir.

    Mais c'était clair dans ma tête. Quoi qu'il arrive plus de sein
     
  3. biscotte48

    biscotte48 Montée de lait

    Merci pour ton témoignage elo87. C'est quoi le sevrage proposé par Véronique Darmangeat ?
     
  4. elo87

    elo87 Hyperlactation

    Tu peux le trouver sur son site lactissima.
    Il y a un peu de ce tu fais déjà mais fait pas céder si tu es sur de toi
    Ça va être dur quelques nuits mais après ça devrait le faire .
    Moi je proposer un peu d'eau au bib et je lui expliquais à force il.comprendsais c'est dur surtout que le mien est encore petit mais plus besoin à son âge de TT la nuit pour se nourrir donc ça le rassurait de savoir que je ne lui enlevais pas un besoin .nutritif
     
  5. biscotte48

    biscotte48 Montée de lait

    Ok je vais regarder ça ; merci !
     
  6. Ninoushka

    Ninoushka Montée de lait

    J'ai commencé la méthode sans pleurs d'Élisabeth pantley (tu peux trouver le livre sur Amazon) et j'ai déjà des résultats avec ma puce au bout de 3 semaines !
    Temps de d'endormissement plus court, rituel de coucher plus simple, moins de tétées de nuit, réveils plus espacés et bb qui apprend à se rendormir seule (pas à tous les coups mais il y a du mieux chaque semaine !)
    Il y a un sujet sur le forum aussi, tu peux le chercher (sinon dis moi je te le trouve !)
     
  7. MamanRose

    MamanRose Hyperlactation Adhérent(e) LLLF

    Moi aussi j'ai sevré ma fille de nuit vers 2 ans et il y a eu des moments de pleurs au départ mais je le savais d'avance et j'étais déterminé donc je n'ai jamais cédé.

    Donc au départ je dormais encore moins bien, j'avais prévu de le faire pendant une période de vacances pendant laquelle il y avait plusieurs adultes disponibles pour me relayer la journée (papa, papi et mamie), donc je faisais la sieste la journée.
    Tu peux trouver mon journal sur le forum dans la partie sevrage.

    Dans ta situation est-ce que tu pourrais faire du cododo inversé juste le temps du sevrage ? T'endormir dans la chambre puis au 1er réveille migrer dans le salon, comme cela ton grand serait tranquille.

    Et aussi comment accompagnes-tu les pleures de ton petit la journée ?
    Ma fille a continué de se réveiller la nuit même une fois sevré de nuit (elle a 3 ans et 2 mois et je l'allaite encore 1 fois par jour).
    C'est seulement depuis que j'applique la méthode d'aletha Solter que ma fille ne se réveille plus du tout ni plus aucuns cauchemars. Et son lit est encore dans ma chambre.
    En gros c'est une méthode qui encourage l'expression des émotions chez l'enfant en arrêtant les techniques de contrôle qui l'empêche de pleurer (sucette, tétée, diversion, discution, grignotage, bercements etc), le parent est invité à nommer l'émotion puis à encourager l'enfant dans son expression, puis à rester silencieux en spectateur bienveillant, à distance mais tout en restant bien présent.
     

Partager cette page

Chargement...