• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

anti-douleur fort (type tramadol)

lineginger

Colostrum
bonjour a toutes (j'irais me présenter quand je serai un peu plus en forme),

j'ai une petite fille de bintot 6 mois que j'allaite (elle est au mixte depuis 1 semaine).

je souffre de douleur intense (articulation, nerf, muscle).
je prend deja du neurotin, mais sa n'est efficace que sur les petites douleurs.


mon médecin m'a donc prescrire d ixprim (tramadol/paracétamol).

mais je trouve rien de vrmt concluant sur se médicament.


qu'es qu'on peut prendre comme anti-douleur fort quand on allaite?
je suis perdu, j'ai vrmt mal et je ne veux pas aretté d'allaiter.


sa devient urgent de trouvée un compris, je vais pas tenir a se rythme la.
je m'en veux deja de devoir passer au mixte (pour pouvoir me reposer, etre plus libre niveaux des médoc).

sans compter que si je dit a mon médecin que j'allaite il ne me donne rien (du coup depuis qu'elle a 3 mois je lui est dit qu'elle est sevrer :( )

j'avoue que je suis pas quoi faire.
y'a certainement des mamans qui allaite et qui on aussi des douleurs intense.

enfin tout conseil est bon a prendre.

merci
pascaline
 

Myriam

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice à la retraite
Bonjour Pascaline,

Voici un extrait de la rubrique Le coin du prescripteur des Dossiers de l’Allaitement n°72 (Juillet – Août – Septembre 2007) sur les Les analgésiques opiacés
Tramadol
Le tramadol (Biodalgic®, Contramal®, Monocrixo®, Orozamudol
®, Takadol®, Topalgic®, Zamudol®, Zumalgic® et génériques; en association avec le paracétamol dans Ixprim® et Zaldiar ®) et son métabolite actif sont sécrétés dans le lait. D’après les données publiées par le fabricant, la quantité totale de tramadol et de son métabolite excrétée dans le lait pendant les 16 heures suivant l’administration d’une dose unique de 100 mg en IV était respectivement de 100 et 27 μg. La posologie habituellement recommandée pour le tramadol est de 50 à 100 mg toutes les 4 à 6 heures, sans dépasser 400 mg/jour. L’excrétion lactée lors de doses répétées n’a jamais été évaluée, et la quantité excrétée dans le lait dans ces conditions pourrait donc être supérieure.
En conclusion
Une étude rétrospective a porté sur des enfants qui avaient présenté un épisode d'apnée, de bradycardie et/ou de cyanose. Lorsque le problème était corrélé à l’exposition à un morphinique par le biais du lait maternel, 83% des nourrissons concernés refaisaient d'autres épisodes du même genre, contre 69% des enfants qui n'avaient pas ou très peu été exposés aux morphiniques par le biais du lait maternel. Bien qu'il soit difficile de montrer qu'il existe une relation entre le taux sérique infantile de morphiniques et la survenue de tels problèmes, il est préférable de recommander d'éviter les morphiniques chez les femmes allaitantes dont le bébé a présenté un tel épisode. Des doses faibles et/ou ponctuelles de morphiniques prescrites à une femme allaitante ne semblent guère poser de problèmes à court terme au bébé allaité né à terme et en bonne santé. Il est toutefois préférable de les éviter chez le prématuré, ou quand le bébé présente un quelconque problème médical. La littérature médicale sur les morphiniques reste peu abondante, même si toutes les études qui existent actuellement font état d'un faible passage dans le lait, et les effets secondaires sérieux semblent exceptionnels. Si les morphiniques doivent être utilisés chez une mère dont le bébé est prématuré ou présente un problème médical, il sera indispensable de surveiller l'enfant sur le plan respiratoire et neurologique.
ainsi que la fiche du CRAT :

Tramadol​

Mise à jour : 30 novembre 2010


BIODALGIC® - CONTRAMAL® - MONOALGIC® - MONOCRIXO® - OROZAMUDOL® - TAKADOL® - TOPALGIC® - TRASEDAL® - ZAMUDOL® - ZUMALGIC®

En association avec le paracétamol : IXPRIM® - ZALDIAR®

Le tramadol est un antalgique de palier 2 (opioïde léger).
Certaines équipes utilisent le tramadol dans l’analgésie obstétricale.

ETAT DES CONNAISSANCES

  • Aspect malformatif
    [*]Il n’y a pas de donnée publiée chez des femmes exposées au 1er trimestre de grossesse, mais aucun élément inquiétant n’a été signalé à ce jour.
    [*]Le tramadol n’est pas tératogène chez l’animal.​
  • Aspect néonatal

    [*]Le tramadol passe le placenta. Les concentrations néonatales et maternelles sont équivalentes.
    [*]En cas de traitement prolongé jusqu’à l’accouchement, le tramadol peut entraîner un syndrome de sevrage néonatal aux morphiniques survenant dans les jours qui suivent la naissance (irritabilité, trémulations, cri aigu et hypertonie).​
EN PRATIQUE

  • Traiter une femme enceinte
    [*]On préférera utiliser, quel que soit le terme de la grossesse, du dextropropoxyphène (Diantalvic®) ou de la codéine (Codoliprane®), antalgiques de palier 2 mieux connus chez la femme enceinte.
    [*]En cas d’inefficacité de ces de ces options, on pourra avoir recours au tramadol quel que soit le terme de la grossesse.​
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    [*]Rassurer la patiente quant au risque malformatif du tramadol.
    [*]Si un traitement antalgique doit être poursuivi, on préférera utiliser (en dehors de l’analgésie obstétricale), quel que soit le terme de la grossesse, du dextropropoxyphène (Diantalvic®) ou de la codéine (Codoliprane®), antalgiques de palier 2 mieux connus chez la femme enceinte.
    [*]En cas d’inefficacité de ces de ces options, on pourra avoir recours au tramadol quel que soit le terme de la grossesse.​
  • Allaitement
    [*]La quantité de tramadol et de son métabolite actif ingérée via le lait est faible : l’enfant reçoit environ 3% de la dose maternelle (en mg/kg), (calcul effectué sur plusieurs dizaines de femmes traitées pendant 2 à 4 jours juste après l’accouchement, avec 100 mg de tramadol 4 fois par jour par voie orale).
    [*]Aucun événement particulier n’a été observé chez les enfants allaités.
    [*]Au vu de ces données, l’utilisation du tramadol par voie orale est possible dans les 2 à 4 jours qui suivent l’accouchement. Au-delà de cette période, on préfèrera utiliser un autre antalgique.
Seuls quelques noms de spécialités sont mentionnés dans ce site. Cette liste est indicative et n’est pas exhaustive.

CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Tel/fax : ++33 (0)143412622 - www.lecrat.org
Le site e-lactancia, http://e-lactancia.org/ingles/inicio.asp, indique : "Risk level 1. Moderatly safe, mild risk possible, follow up. Check up for Sedation."

Le site Cybèle, http://pharm.kuleuven.be/pharma_care/cybele/CybeleF/whnjs.htm, indique
ALLAITEMENT :

Classification : (8)
Catégorie de risque :L3

Catégories de risque en période d'allaitement L3 : innocuité relative
Des études contrôlées chez des femmes qui allaitent ne sont pas disponibles. Toutefois, le risque d'effets indésirables chez l'enfant allaité ne peut pas être exclu; ou, alternativement, des études contrôlées ont seulement montré des effets indésirables mineurs et inoffensifs. L'administration de cette drogue ne peut être envisagée que si le bénéfice escompté justifie le risque potentiel pour l'enfant allaité.

Cinétique : (8,3,2)
% de liaison protéinique (mère) : 20
Demi-vie d’élimination (mère) : 6 heures
Pic sérique (mère) : après 2 heures
Passage dans le lait maternel : oui
Rapport lait/plasma : 0.1
Estimation de la dose maximale ingérée (nourrisson) : inconnue

Information clinique et toxicologique :
Environ 0.1% d’une injection i.v. unique de 100mg a été retrouvé après 16 heures dans le lait maternel (2,6). Etant donné que la biodisponibilité du tramadol par voie orale se situe entre 60 et 95% (3), on peut considérer que des quantités plus importantes passent dans le lait maternel après ingestion de doses thérapeutiques normales (50-100mg, toutes les 4 à 6 heures; max. 400mg/24 h) (2). L’effet de ce passage sur le nouveau-né n’est pas connu.
Enfin le site LactMed indique :
Tramadol​
CASRN: 27203-92-5

For other data, click on the Table of Contents

Drug Levels and Effects:
Summary of Use during Lactation:
Tramadol produces low levels in milk and a study in breastfed newborn infants found no adverse effects attributable to tramadol. Tramadol is unlikely to adversely affect healthy, full-term infants and acceptable to use during breastfeeding. However, monitor premature infants for increased sleepiness (more than usual), difficulty breastfeeding, breathing difficulties or limpness, and contact a physician immediately if any of these occur.

Drug Levels:
In adults, tramadol has 70 to 100% oral bioavailability and is metabolized to the active O-desmethyltramadol. The half-life of tramadol in newborns is about 7 hours while that of the active metabolite is about 8.5 hours.[1]

Maternal Levels. Detectable levels (>12 mcg/L) of tramadol were found in samples of breastmilk collected 10 hours after a 50 mg maternal dose of intravenous or oral tramadol.[2] No other clinical details or milk levels were reported.

Seventy-five mothers who were 2 to 4 days postpartum provided 3 milk samples from both breasts during the 6 hours following a dose of 100 mg of oral tramadol after taking at least 4 doses. The average milk concentration of tramadol was 748 mcg/L (range 681 to 815 mcg/L) and of its metabolite, O-desmethyltramadol, was 203 mcg/L (range 188 to 217 mcg/L). These values translate to an average infant dosage of 112 and 30 mcg/kg daily of the drug and metabolite, respectively, or about 14% of the therapeutic dose for a child. An exclusively breastfed infant would receive maternal weight-adjusted dosages of 2.24% of tramadol and 0.64% of its metabolite.[1]

One mother was taking oral tramadol 1800 mg daily during pregnancy and postpartum for chronic back pain. On approximately day 3 postpartum (time not specified), the breastmilk concentration of tramadol was 1.8 mg/L.

[3]

Infant Levels. An infant was born to a mother who as taking 1800 mg of tramadol daily for chronic back pain. By day 3, the infant was exclusively breastfeeding and a serum concentration was obtained (time not specified). The infant's tramadol serum concentration was 2 mcg/L.[3]

Effects in Breastfed Infants:
One woman received alglucerase 30 international units/kg intravenously every 2 weeks during pregnancy and lactation. Her breastfed infant reportedly grew and developed normally.[5]

A woman received imiglucerase 30 units/kg every 2 weeks during pregnancy and for 3 months while breastfeeding. The dose was then increased to 60 units/kg every 2 weeks because of disease progression, and she continued breastfeeding until the infant was 1 year old.[6]

A woman receiving long-term therapy with imiglucerase 60 units/kg intravenously every 2 weeks became pregnant twice during therapy and breastfed both infants (extent not stated). Both infants developed normally during the observation periods of 13 and 33 months.[4]


Possible Effects on Lactation:
Tramadol can increase serum prolactin.[3] However, the prolactin level in a mother with established lactation may not affect her ability to breastfeed.

Alternate Drugs to Consider:
Acetaminophen, Ibuprofen, Morphine

References:
1. Ilett KF, Paech MJ, Page-Sharp M et al. Use of a sparse sampling study design to assess transfer of tramadol and its o-desmethyl metabolite into transitional breast milk. Br J Clin Pharmacol. 2008;65:661-6. PMID: 18294329
2. Kmetec V, Roskar R. HPLC determination of tramadol in human breast milk. J Pharm Biomed Anal. 2003;32:1061-6. PMID: 12899994
3. Hartenstein S, Proquitte H, Bauer S et al. Neonatal abstinence syndrome (NAS) after intrauterine exposure to tramadol. J Perinat Med. 2010;38:695-6. PMID: 20707626
4. Seitz W, Kirchner E, Schaps D, Wagner T, Hesch RD. [Endocrine reaction pattern in the course of a one-phase tramadol-N2O combination anesthesia]. Anasth Intensivther Notfallmed. 1982;17:325-31. PMID: 6297329

Substance Identification:

Substance Name: Tramadol

CAS Registry Number: 27203-92-5

Drug Class:
Analgesics, Opioid
Narcotics

Administrative Information:

LactMed Record Number:
391

Last Revision Date:
20110104
Disclaimer: Information presented in this database is not meant as a substitute for professional judgment. You should consult your healthcare provider for breastfeeding advice related to your particular situation. The U.S. government does not warrant or assume any liability or responsibility for the accuracy or completeness of the information on this Site.
Voilà les informations que j'ai pu trouvé sur la partie tradamol de ton médicament.
Le paracétamol est compatible avec l'allaitement.

Vu que je ne suis pas médecin je ne peux te dire si tu peux ou non prendre ce traitement avec ton allaitement. Il serait peut-être judicieux que ton médecin se mette en contact avec le CRAT, le Réseau Médic'al (http://reseau-medic-al.monsite-orange.fr/), le service de pharmacologie pédiatrique et pharmacogénétique de l'Hôpital Robert Debré (http://robertdebreparis.aphp.fr/fr/profsante_service.php?serv_id=UA3451&serv_type_id=BIOLO) information sur les médicaments administrés pendant la grossesse et chez l’enfant (IMAGE), ou certains centres de pharmacovigilance : ce sont différents interlocuteurs pour les professionnels de santé en matière de prescription chez les femmes allaitantes.
 
Haut