1. Bonjour ! Vous pouvez désormais (un peu comme sur l'ancien forum) poster vos albums (et les garder privés ou restreindre la visibilité à certaines personnes), public, et même ajouter des photos dans les albums existants qui l'autorisent. C'est le cas des albums "allaitement dans l'art", 'mammifères" et "allaitement autrefois", n'hésitez à y ajouter des photos que vous aimeriez partager !
    Rejeter la notification

Allaitement/Mammiferes

Discussion dans 'Allaitement et société' démarrée par MaXAm, 16 Janvier 2012.

  1. MaXAm

    MaXAm Hyperlactation

    Salut les filles!!

    Ma super BS à semé le doute dans la tête de mon mari ce week-end (en dehors de ma présence bien sur!) elle lui a dit que passé 6 mois le lait n'était plus nutritif, que ça allait lui causer des problèmes neurologiques... et elle sait de quoi elle parle elle est orthophoniste :mad:
    Bref mon homme en est venu à me dire que "les maman mammifères elles repoussent bien leur petits au bout d'un moment, et puis jamais elles n'allaitent deux petits de portées differentes en même temps"... ceci dit j'ai été un peu troublée car je ne lui avais jamais parlé de co-allaitement, il lit en moi comme dans un livre c'est un peu déstabilisant.
    Enfin tout ça pour dire que j'ai fait quelques recherches, voyez un peu :
    La gestation d'une éléphante est la plus longue de tous les mammifères terrestres. Elle dure de 20 à 22 mois. La durée d'allaitement est comprise entre 36 et 48 mois[8]. Les mises bas s'espacent d'environ 2 ans et demi à 5 ans[18].

    http://www.info-allaitement.org/sevrage-chez-les-singes.html

    Le co-allaitement

    Une autre particularité humaine dans le domaine de l'alimentation des jeunes enfants, est la pratique du co-allaitement. En effet, il arrive que les femmes allaitent plusieurs enfants en même temps, qui ne sont pas des jumeaux, mais se succèdent dans la fratrie[2]. Chez les autres animaux, les femelles n'ont le plus souvent pas de relations sexuelles durant l'allaitement de leur petit et elles se consacrent entièrement à lui. Elles connaissent ainsi une longue période d'infertilité : ainsi, il s'écoule 6 ans entre deux naissances chez les chimpanzés, et quatre ans et demi chez les bonobos[3]. Le sevrage sonne la fin de cette symbiose, et la possibilité de nouveaux accouplements. De fait, il n'y a pratiquement jamais de co-allaitement chez les animaux[4]. Chez l'homme, les relations sexuelles reprennent plus ou moins rapidement après la naissance (là aussi, on note de grandes variations sociales et individuelles). Même si l'allaitement assure un effet contraceptif, celui-ci diminue avec le temps, et il arrive qu'une femme qui allaite son enfant se retrouve enceinte. Durant la grossesse, les seins deviennent souvent très sensibles et l'allaitement désagréable. Le lait change également de composition, pour se mettre au goût du futur nouveau-né (il devient colostral).
    Dans certaines sociétés traditionnelles ou modernes, la naissance d'un autre enfant, parfois seulement le début d'une grossesse, sont des signaux pour un sevrage avancé (voir plus loin). La qualité du lait est alors mise en cause, continuer d'allaiter pouvant avoir des répercussions très négatives pour l'enfant allaité ou pour le développement du fœtus (ce qui est largement contredit par les études scientifiques modernes).
    Le sevrage peut également avoir lieu sur l'initiative de l'enfant. Dans les deux cas (sevrage initié par la mère ou par l'enfant), il arrive que l'allaitement reprenne à la naissance du bébé.
    Plus généralement, les mères humaines, qu'il y ait co-allaitement ou non, doivent affronter une difficulté supplémentaire par rapport aux femelles singes : élever plusieurs enfants d'âges différents. Cela est particulièrement vrai dans nos sociétés occidentales modernes, où l'éducation des enfants est presque exclusivement sous la responsabilité des mères, souvent sans participation d'autres adultes (de la famille ou du groupe social). Dans certains cas et de plus en plus souvent, le père intervient parfois régulièrement dans l'éducation des enfants. Des personnes rétribuées par les parents peuvent également avoir un rôle important auprès de l'enfant. Tous ces éléments peuvent avoir une répercussion sur l'allaitement d'un bébé, et sur la disponibilité de la mère et sont évidemment inconnus des singes.


    Effectivement les mamans mammifères repoussent leurs petits pour les sevrer mais c'est aussi souvent à ce moment qu'elles cessent des s'en occuper, de les élever, de les éduquer....

    Allé j'espère vous avoir donné matière à faire réfléchir nos détracteurs!!!

    Bonne journée à toutes et bonnes tétées!!!!!!
     
  2. flo

    flo Voie lactée

    Concernant le côté nutritif du lait, elle n'a pas l'air de savoir de quoi elle parle? Pour vérifier, il suffit de lire les études qui parlent de la composition du lait en fonction de l'âge de l'enfant et on s'aperçoit qu'il continue à être nutritif. Sur le site de LLL, on en trouve, mais j'ai pas eu le temps de chercher les références exactes. Une infirmière m'avait aussi dit la même chose, c'est une vieille croyance non fondée, comme supposé manque de lait fataliste. Bravo, les marchands de lait en poudre ont fait une belle désinformation.

    Concernant le côté orthophoniste, c'est bizarre parce qu'un orthophoniste m'a justement expliquer que le pouce ou la tétine pouvait donner (parfois, pas tout le temps) des mauvaises habitudes avec la position de la langue mais que la tétée au sein au contraire fortifie la machoire et ne donne pas de mauvaise habitude de positionnement.
     
  3. Isabelle

    Isabelle Lactarium

    http://www.lllfrance.org/Dossiers-de-l-allaitement/DA-49-Allaiter-plus-de-12-mois.html

    http://www.lllfrance.org/Dossiers-d...et-developpement-des-structures-faciales.html

    http://sante.aujourdhui.com/info/de...l-detruisent-les-cellules-du-cancer-00878.asp

    http://www.lllfrance.org/Dossiers-de-l-allaitement/DA-55-prevention-des-allergies.html

    http://www.lllfrance.org/Dossiers-d...tolerance-aux-proteines-du-lait-de-vache.html

    http://www.lllfrance.org/Dossiers-d...-Quel-est-le-probleme-avec-l-allaitement.html

    Bises
     
    Dernière édition: 18 Janvier 2012
  4. allreset

    allreset Lactarium

    Ce serait intéressant de savoir pourquoi ils ont parlé de çà?
    Qui a amené la conversation, la belle soeur ou le mari et dans quel but?

    J'ai le sentiment que le chéri est responsable du sujet qui fâche. :mad:
    Sa soeur a soutenu son frère sans chercher midi à 14 heures, elle doit se cultiver sur France 5 le matin!
    Orthophoniste, oui très bien mais pas pro allaitement. :)

    Il faut que tu parles à ton mari Maxam. :eek:
     
  5. MaXAm

    MaXAm Hyperlactation

    Merci Isabelle pour tous ces documents très instructifs.

    Allreset, le sujet est venu lorsque je suis sortie de la pièce aprés que mon petit lou m'ai demandé (pas très discrètement) "tété néné"; elle a pris l'aire choquée et : "elle l'allaite encore?" alors que pour noël je ne m'étais pas cachée mais cela aurai trop porté à polémique au milieu de tout le monde. Et non je sais que ce n'est pas mon homme qui a abordé le sujet, leurs rapports sont trop conflictuels pour qu'il parle d'un sujet épineux comme celui ci. Mais ça lui a rappelé que dans notre culture ce n'est pas la "norme" que d'allaiter "si longtemps"

    En tout cas je pense que je ne vais pas tarder à ramener le sujet sur le tapis!!

    J'aimerai tant avoir des mamans allaitantes de bambins plus vieux que le mien ou même co-allaitantes...
     
    Dernière édition: 17 Janvier 2012
  6. Isabelle

    Isabelle Lactarium

    Comme toi dans mon entourage je suis la seule à allaiter, donc on ne parle même pas de co allaitement !

    Comme ton mari, mon mari préfère que je reste discrète pour allaiter, donc j'apprends à Paul à ne pas réclamer en public, ce qui ne l'a pas empêché de réclamer encore la semaine dernière mais je lui ai rappelé que je ne montre pas mes nénés devant les gens donc il doit patienter, sinon je m'isole. ça me permet aussi de mieux profiter des tétés comme d'un moment privé, privilégié, qui ne concerne que mes enfants et moi.

    Après 18 mois, 2 ans, il est plus facile d'expliquer à l'enfant qu'il ne peut pas téter n'importe où et n'importe quand. Reste que lorsqu'il est malade ou s'ennuie, c'est maman qu'il réclame, donc tété. Avec Paul j'avais toujours de quoi le nourrir autrement que au sein, de quoi l'occuper et si il est fatigué, on peut aussi s'isoler pour la tété dans la chambre, mais le plus souvent on ne reste pas trop longtemps si les enfants sont fatigués. Eléonore n'a que 14 mois donc elle dort encore très bien en pagne, et sans le sein, elle le prend juste pour s'endormir et après je le range. Mais Paul a plus de 4 ans, donc il doit faire l'effort de laisser la place à la petite soeur, ce qu'il gère très bien.

    Pendant la grossesse, les tétés étaient trop douloureuses, le sevrage partiel s'est très bien passé, Paul savait que j'avais mal, il a très bien compris et accepté que j'écourte la tété et fasse des guilis. Je fais encore comme ça, quand je ne peux donner le sein, je lui fais un câlin et des guilis si il veut.

    Lorsque nos enfants sont malades, reste que le sein est béni. Paul est très malade, il a eu une forte fièvre hier, et ne mange presque pas. Le sein, le lait maternel, permettent qu'il mange quelque chose.

    Il y a des mères qui allaitent longtemps en France, et qui co allaitent, mais plus l'enfant est grand, plus on peut rester discrète et que ça reste privé.

    Dans notre culture on élève les enfants avec le martinet et des claques ! Mais on n'est pas obligée de faire comme ça heureusement. En couple, ce n'est pas que l'allaitement qui est sujet à discussion, mais toute l'éducation qu'on veut transmettre à nos enfants.

    Lors de la grossesse, on avait bien réduit les tétés, sevrage partiel. A la naissance de sa soeur, Paul a pu avoir beaucoup de lait et ça a bien aidé à sa croissance. Il peut bien téter depuis peu, il profite d'un allaitement normal depuis la freinectomie. Il a des soucis de constipation et eczema, le lait maternel aide jusqu'à la maturation de ses défenses immunitaires, mais il prend quand même des probiotiques pour aider. Il grandit et je vais l'encourager à se détacher du sein, petit à petit, quitte à ce que je lui donne mon lait à la tasse quand il ne tètera plus ou presque plus. La substitution du sein par les câlins se passe bien, si je préfère qu'il ait mon lait encore quelques années, ce n'est pas du tout obligé que ce soit au sein, il peut tout à fait le boire à la tasse. Donc je l'encourage au sevrage du sein, et je continue d'assurer son bon développement on lui donnant mon lait autrement que au sein.

    Je connais une maman qui allaite son bébé de quelques mois et qui tire son lait qu'elle partage pour ses 3 autres enfants. Tu vois, il y a des mères qui font leurs choix, même si c'est pas aussi à la mode que donner du lait de croissance et toutes sortes de trucs que je ne connais pas mais qui sont connus des mères qui ne nourrissent pas leurs enfants. Leur donner notre lait aide aussi à ce qu'ils consomment beaucoup moins de médicaments.

    Les animaux ne co allaitent pas de portées différentes ( quoi que j'ai vu ça avec les moutons de ma mère ), car les naissances ne sont pas si rapprochées. Ce n'est pas le co allaitement qui est contre nature, mais plutôt les naissances rapprochées. D'après le périmètre crânien des bébés humains, ils naissent immatures par rapport aux animaux d'autres espèces, on a estimé si je me rappelle bien à 9 mois. Donc pour atteindre la bonne proportion du périmètre crânien par rapport à la naissance des autres animaux, le bébé humain doit finir de grandir hors du ventre de sa mère tout simplement car il ne pourrait pas naître par vois basse à 9 mois. C'est aussi pour ça qu'un nourrisson a besoin de beaucoup de contact et beaucoup de portage pour son développement la première année. Il est donc contre nature de ne pas materner ses bébés, de les laisser pleurer ou de les confier à une inconnue qui va le nourrir autrement.

    Bises
     
    Dernière édition: 17 Janvier 2012
  7. MaXAm

    MaXAm Hyperlactation

    Merci beaucoup isabelle, ton message m'a fait beaucoup de bien, j'espère avoir ta force pour continuer à me "battre" quasi seule pour que mon loulou ai le meilleur!
    Je suis déjà bien convaincue de beaucoup des bienfaits du LM et on ne les connais pas tous... alors il n'est pas questions de l'en priver!!!
     
  8. allreset

    allreset Lactarium

    Je trouve dommageable que les rapports familiaux soient conflictuaux.
    Tiens bon dans tes certitudes MaXAm, a t-elle des enfants?
    Si vous deviez aborder à nouveau le sujet, prépare ton argumentation. Après tout elle est ignorante et elle a la chance d'avoir une belle soeur capable de lui parler d'allaitement, une mine d'informations précieuses. :D
     
  9. Isabelle

    Isabelle Lactarium

    Moi au contraire je ne me justifie plus, j'ai le droit d'allaiter et ce choix ne regarde que mon mari et moi. Chacun ses gosses !

    Elle tète encore ? Oui

    Tu comptes allaiter longtemps ? Tant que ça nous convient

    Bon, moi j'ai été bien échaudée avec le sevrage de Paul, il a été en contact avec le lait de vache dès 3 mois 1/2 et ça l'a rendu bien malade, donc c'est normal que je défende la santé de mes enfants, mais c'est aussi défendre ses choix et demander le respect.

    J'ai une amie qui voyage beaucoup elle m'a dit que c'est très Français qu'on dise aux mères comment elles doivent élever leurs enfants, d'ailleurs même les médecins se permettent des conseils de maternage...

    Pour certains commentaires, je ne me fatigue même plus à répondre, d'ailleurs je crois que ma belle mère a compris. On n'en parle plus ! C'est comme ça et ils font avec ! Avoir des petits enfants allaités n'est pas le pire qu'ils peuvent avoir donc y a pas de quoi en faire un fromage ! Pas besoin de faire un conseil de famille pour demande si on peut allaiter et jusque quand. Quand tu veux changer de voiture tu demandes pas la permission ou tu n'as pas honte de changer de voiture, ben c'est pareil ! Si tu veux allaiter et que ça ne vous dérange pas ton mari et toi, alors ça regarde qui ?

    Là, tu es jugée sur le fait que tu allaites et quand les enfants ne tèterons plus tu seras jugée sur autre chose... On peut pas empêcher les gens de penser... ce n'est pas ta faute si ils ont peu de respect pour ceux qui ne pensent pas comme eux. Nous on n'aime pas élever nos gosses avec des claques, on passe pour des fous, et alors ? On pense à nos gosses et les gens pensent ce qu'ils veulent. Même si tu te justifies et que tu montres toutes les études qui prouvent que ce que tu fais n'est pas nocif, ça l'empêchera pas de penser ce qu'elle veut.

    J'ai toujours eu tendance à attendre plus des gens qu'ils ne peuvent donner. Peut-être mon côté Saint Bernard que je cherche chez les autres. Mais on ne peut pas attendre de la compassion de quelqu'un qui ne sait pas écouter les autres et qui n'écoute que son avis. Peut-être tu espères qu'on reconnaisse la valeur de ton allaitement, ce qui est normal, ce n'est pas toujours le choix de la facilité de faire le choix d'allaiter, on fait le choix de faire passer l’intérêt et la santé de nos enfants avant notre confort. Pour certaines mères c'est bien des complications de se borner à allaiter, et il faut tenir compte de ces personnes qui pensent comme ça. Tu as le droit de faire ce choix pour tes enfants et chaque mère fait une succession de choix parfois très difficiles pour ses enfants. Certaines personnes ne savent pas écouter parce qu'ils ont été élevé comme ça.

    On prend les gens comme ils sont, on voudrait bien qu'ils soient meilleurs, mais on ne peut pas les forcer à écouter, juste les écouter plus et affirmer ses choix, même si ils sont différents. Pas besoin d'entrer en conflit juste pour des avis différents sur le maternage, peut-être il vaut mieux éviter ces sujets si vous ne pouvez pas en parler sans gêne.

    Bises
     
    Dernière édition: 18 Janvier 2012
  10. yoda

    yoda Période de pointe

    Je ne pense pas non plus que les naissances rapprochées soient contre-nature, puisqu'elles sont possibles et arrivent naturellement. C'est notre espèce qui est un peu à part là-dessus, c'est tout.
    Dans la plupart des espèces de mammifère, le sevrage a lieu quand le petit peut se débrouiller tout seul pour survivre, et il n'y a pas de relation sexuelle avant ce moment. Dans notre société, ça signifie 18 ans, ce qui fait un peu longuet... ;-) Hors plaisanterie, un petit humain doit quand même attendre longtemps avant d'être apte à se débrouiller, ce n'est pas surprenant qu'on puisse en avoir un autre quand le premier est moins dépendant, même s'il n'est pas encore totalement autonome.
     
  11. Lisemeuh

    Lisemeuh Période de pointe

    Très juste :).
    D'une manière générale, c'est toujours un peu délicat de se comparer aux autres mammifères, je trouve.
    La plupart du temps, la métaphore est à double tranchant, et elle n'est pas convaincante...

    Du coup, si les mammifères repoussent leurs petits au bout d'un moment, grand bien leur fasse. Moi, non ;-)

    L
     
  12. Isabelle

    Isabelle Lactarium

    Moi j'ai vu un "agneau" téter alors qu'il était aussi gros que sa mère... faut dire que les autres étaient déjà dans le congélateur.

    Repousser ses petits quand ils ont la maturité pour se nourrir seul c'est aussi encourager à devenir autonome. Il y en a pas mal dans la nature qui se font bouffer aussi.... Mais pour en revenir à nos petits humains, effectivement quand ils commencent à se servir seuls dans le frigo et se préparent à manger, alors oui, c'est le moment d'encourager au sevrage... mais on n'est pas obligé de sevrer un enfant quand il commence à marcher.

    Le livre sur le sevrage dispo dans la boutique LLL est très bien fait. ça montre bien aussi le sevrage comme une étape naturelle même si parfois l'enfant a besoin qu'on l'encourage un peu.

    Les mères qui repoussent leurs petits, dans ce que j'ai vu, c'était l'inverse. J'ai vu une poule couver et élever des canards et elle était horrifiée de les voir aller nager... j'ai vu une petite poule cacher des poulets aussi gros qu'elle sous ses ailes pour dormir.... je crois que je suis un peu mère poule moi... lol. Je couve très tard mes poussins. Je sais, les poules n'allaitent pas...

    Mais dans la nature comme pour nous il y a de tout. Des chats qui tètent toute leur vie une couverture etc...

    Le sevrage c'est surtout l'enfant qui le gère passer un certain âge. Quand un enfant décide qu'il est prêt et que le sein c'est pour le petit frère, c'est pas la mère qui décide.

    On peut imposer le sevrage ou le subir quand on a des difficultés, mais quand l'enfant grandit, c'est le développement de sa confiance en lui qui va faire qu'il sera prêt à se détacher du sein. Par exemple avec Paul qui a 4ans donc il n'est pas un petit de 2 ans, quand je l'encourage à se détacher du sein, c'est aussi pour l'encourager à prendre confiance en lui. Dans le livre sur le sevrage il y a quelques témoignages où la mère sentait que l'enfant était prêt et il a fallu peu de chose pour que le petit passe l'étape du sevrage sans difficulté, fière d'être grand.

    Je pense qu'il n'y a pas de notice, c'est selon comment on le sent, et avec LLL et l'allaitement on apprend à être à l'écoute de nos enfants et on est aussi à l'écoute de quand ils sont prêt pour le sevrage, peu importe le temps que ça prendra. Maintenant que j'arrive à cette étape avec Paul, je réalise que réussir un sevrage du sein c'est aussi important que réussir son allaitement. On garde un bien meilleur souvenir de l'allaitement quand le sevrage se passe bien autant pour la mère que pour l'enfant.

    Et on a la chance de pouvoir faire des choix, ce que les animaux ne font pas.

    Bises
     
    Dernière édition: 18 Janvier 2012
  13. yoda

    yoda Période de pointe

    Il faut faire aussi attention à notre vocabulaire. Si on justifie l'allaitement par le fait que c'est naturel, on s'expose aussi à des arguments mettant en scène des animaux, la nature. Je pense qu'il est plus parlant de parler de données scientifique et de ce qui existe dans les autres sociétés humaines. Pas en disant que c'est mieux, mais simplement que ça marche comme ça, et que c'est plus une vision sociale qui impose un âge de fin d'allaitement qu'une raison de psychologie, et que chacun fait comme il le souhaite.
     
  14. Isabelle

    Isabelle Lactarium

    C'est juste ! De toute façon c'est plus une question de pratique culturelle que biologique.

    ça me gêne un peu de comparer l'allaitement et le maternage au sein comme d'une mode ou tendance culturelle, mais finalement c'est quand même plus ça.

    Il ne s'agit plus de savoir si c'est bon ou pas, mais juste de s'adapter aux pratiques culturelles de l'instant et de notre pays.

    Chacun fait comme il le souhaite mais subit quand même la pression culturelle de son entourage.
     
  15. CarolineUK

    CarolineUK Colostrum

    Bonjour,

    c'est un sujet très interessant.

    Connaissez vous Michel Odent ?

    J'admire son travail et tout ce qu'il a fait jusque la dans le demaine de l'accouchement et l'allaitement.

    Bref, dans l'un de ses livres, il pose la question de l'allaitement long dans notre societe. En clair, est ce que l'allaitement long est compatible avec notre mode de vie monogame ?
    Je comprends tout à fait ce qu'il veut dire.

    Comme certaines l'ont dit ici, beaucoup de mammifères se consacrent entierement a leurs petits jusqu'a ce qu'ils deviennent autonomes et n'ont pas d'autres rapports sexuels.
    Si nous nous écoutons bien, bien souvent nous ne voulons pas avoir de rapports sexuels avec nos conjoins, tout le temps de l'allaitement en tout cas. l'allaitement est un frein à la reproduction, puisque ton corps est dédié a ton petit que tu nourris et materne. Dans beaucoup d'autres societes humaines, les meres sont separés des papas pendant les années d'allaitement. Et la on en vient à la polygamie. Attention, je ne suis pas pro polygame, mais la question a le mérite d'etre posée.
    Mon mari est ivoirien, et avant que notre petite naisse, il etait un peu paniqué, pensant que nous allons plus avoir de rapports pendant toute la durée de l'allaitement. Il m'a meme dit que faire l'amour allait rendre le bébé malade. cela vient de croyances très anciennes, mais ca veut bien dire ce que ca veut dire : la relation mère-enfant est primordiale et remporte sur la relation de couple.
    Dans ce cas, il est nécessaire que des discussions se fassent au sein du couple, pour que l'un n'oublie pas l'autre, sans pour autant oublier le petit.
    C'est une situation très difficile et je suis sure que cest la premiere raison pour laquelle certains peres n'encouragent pas l'allaitement long.

    Chez beaucoup de mammifères, le male s'en va et va semer sa graine ailleurs...

    Pour le reste, je trouve qu'il est primordial de se considérer comme mammifère aussi. je vais pas faire un texte trop long mais les problemes que nous voyons lors des accouchements et de l'allaitement seraient grandement résolus si nous arretons de nous considérer au dessus de la Nature, supérieur et j'en passe. Oui nous avons un intellect que les autres mammifères n'ont pas. Mais dans certains domaines (donc en particulier, en ce qui concerne l'accouchement et l'allaitement), il faut que nous acceptions une bonne fois pour toute nos racines primitives.

    Je pourrais developper un peu plus tard si vous voulez !! ;)

    A bientot
     
  16. CarolineUK

    CarolineUK Colostrum

    Bon allez, je vais continuer, je suis assez inspirée pour écrire ce soir ! la petite dort bien avec papa...

    Je ne suis pas d'accord avec certaines qui pensent qu'il est délicat de se comparer aux autres mammifères. Et puis l'allaitement est naturel et normal. le lait artificiel ne l'est pas. c'est aussi simple que ca.

    Pourquoi faut il se comparer aux autres mammifères dans le demaine de la naissance et l'allaitement ?
    Parce que la grossesse, la naissance et l'allaitement sont des actes primitifs que nous avons TOUS en commun. Un mammifère se caractérise par sa manière a accoucher et a nourrir son petit.

    Pour faire très simple, notre cerveau est constitué de deux parties : le cerveau primitif et le nouveau cerveau (neocortex). Tous les mammifères ont ce cerveau primitif.
    Cest ce cerveau qui est responsable de notre respiration, de notre digestion, de nos sentiments. Le nouveau cerveau (qui s'est developpé petit a petit au fil des millénères) est responsable de notre intellect (c'est avec cette partie de ce cerveau qu'on peut parler, écrire, résoudre des problemes, etc).
    Le cerveau primitif se développe chez l'humain dès le stade embryonaire et devient mature vers le premier anniversaire de l'enfant. Le nouveau cerveau se développe constamment jusqu'à la fin de la vie d'un humain.

    Dans notre société, nous accordons plus d'importance a notre intellect qu'a notre coté primitif. hors il ne faut pas le nier.
    les relations amoureuses, les rapports sexuels, la conception, la grossesse, l'accouchement et l'allaitement chez les humains fonctionnent de la meme manière que chez les autres mammifères.
    On voit la grossesse et l'accouchement comme quelque chose de medical, risqué et qu'il faut controler a tout prix pour éviter des problemes. On a oublié que la grossesse et l'accouchement sont des phénomènes naturels et normaux.

    Lorsque le travail commence chez la femme enceinte, c'est son cerveau primitif qui fonctionne comme chez les autres mammifères. Une femme en travail a besoin d'intimité plus que tout autre chose. Elle veut se sentir non observée, elle préfère rester dans la pénombre et dans le silence, comme tous les autres mammifères. Une brebis va se retirer seule dans un coin sombre pour mettre bas, de meme pour les singes (la liste est longue !)
    Ce désir de s'éloigner seule n'est pas pour se protéger de predateurs mais de se protéger des autres membres de son groupe.
    Quand une femme est en travail, son cerveau primitif dégage des hormones (oxytocine et endorphine pour les plus connues). ces hormones sont nécessaires à la bonne continuité du travail. L'hormone oxytocine est responsable des contractions (et est responsable de la poussée lors de la lactation). Hors, pour obtenir un bon taux d'oxytocine, il est important que la femme ne se sente pas observée et se sente en sécurité. Sinon une autre hormone contrebalance, et va espacer voire arreter les contractions (l'hormone adrenaline, c'est pour ca que la peur, le stress, etc peut bloquer le processus de l'accouchement). c'est pour ca que beaucoup considère la femme qui se déplace en voiture pour aller a l'hopital comme la première intervention lors de l'accouchement.
    Puis à l'hopital, on va alors lui donner cette oxytocine mais artificiellement, chimiquement.

    La plupart des docteurs n'ont jamais vu de vrais accouchements qui arrivent sans aucune intervention.

    Une femme, pour accoucher pleinement, doit arreter son intellect (l'adrenaline est la consequence du travail de l'intellect, du nouveau cerveau). La femme doit arreter provisoirement le fonctionnement de son nouveau cerveau. C'est son cerveau primitif qui doit prendre le dessus.

    Au debut, les changements ne sont pas flagrants (le col de l'uterus est ouvert généralement jusqu'a 3-4cm), mais plus le travail avance, plus elle doit se concentrer sur elle meme, se centrer sur elle meme. elle ferme d'ailleurs généralement ses yeux. a ce moment, il est impossible pour elle de parler. non pas a cause de la douleur, mais parce que justement son intellect ne marche plus tres bien. elle ne peut plus reflechir de facon sensée. La meilleure chose a faire est donc de la laisser tranquille, de ne pas parler. Son corps, son attitude, son souffle signifient l'evolution de son travail. il n'y a meme pas besoin de faire un examen vaginal.
    Au moment de la transition (le col est généralement ouvert de 8 à 10 cm), les choses s'accélèrent. jusque la, si quelque chose de grave se passait, les contractions pouvaient s'arreter, et tu pouvais fuir le danger (pareil pour tous les autres mammifères), mais maintenant la naissance est tellement imminante que la femme ne peut plus retourner en arriere, les dernières contractions sont donc souvent intenses et très rapprochées. C'estla ou les femmes craquent souvent et n'arrivent plus a gérer la situation. Cette transition est difficile mais normale dans le processus de l'accouchement.
    Certains accouchements dont les besoins de la femme ont ete bien respectés, parfois, le bébé nait de la meme manière qu'un bébé mammifère : une seule poussée et le voila arrivé au monde !!
    Quand le bébé est né, il est primordial de le mettre directement sur le ventre de la maman, elle va le toucher, le sentir, d'abord timidement puis avec convictions. tout cela facilite une autre montée d'oxytocine pour rendre la naissance du placenta necessaire.
    Le contact peau à peau ainsi que les premières stimulations au sein favorisent cette montée d'oxytocine....

    Dans notre société, nous faisons tout de travers... les personnels de santé ne comprennent pas du tout les réels besoins de la mere et du bébé.
    C'est fou que de nombreuses recherches ont été faites sur les autres mammifères. A la place du mot "femme", mettez le mot "vache" ou "cheval" et chaque fermier ou vétérinaire confirmera ces paroles.
    Une personne qui veut élever des chevaux de course sait tres bien qu'un poulain qui n'a pas eu de colostrum ne gagnera jamais une course.

    Alors, sommes nous des mammifères ??? Oui définitivement.

    PS : je parle en connaissance de cause, j'ai moi meme accouchée a la maison et n'ai eu aucune intervention chimique ni contre douleurs chimiques. J'ai vecu tout ce que j'ai décrit plus haut. C'est justement cette experience (puis l'allaitement) qui m'a fait comprendre a quel point nous sommes des mammifères.

    merci de m'avoir lu !! ;)
     
  17. yoda

    yoda Période de pointe

    Je dis juste qu'avec ce genre d'argument, tu t'exposes à avoir en retour des arguments de comparaison avec les autres mammifères pour t'expliquer qu'il n'est pas naturel de co-allaiter/allaiter un enfant si vieux/laisser l'enfant téter quand il veut...
    Il est très délicat de se comparer aux autres mammifères, parce que la question est "quels mammifères ?". Il n'y a pas un unique modèle d'élevage des jeunes chez les mammifères, il y a une grande diversité de comportement selon les espèces, leur mode d'alimentation, leur vie sociale... Si on veut savoir ce qui est naturel et normal dans l'élevage des jeunes, il y a beaucoup de choses et leur contraire qui sont "naturelles et normales" en prenant le bon exemple. Nous ne parlons pas du fait d'allaiter, mais de choses un peu plus délicates comme la durée de l'allaitement et le co-allaitement.
    L'un des gros facteurs de différence entre mammifères, c'est la vie sociale. Le ou les jeunes sont éduqués tantôt par la mère seule, tantôt par les deux parents, tantôt par tout un groupe... Et là, nous constatons que chez l'homme, en matière de vie sociale, il y a de grosses différences culturelles. ça n'aide pas non plus à trouver un modèle...
    De plus, je n'aime pas trop l'idée de justifier quelque chose par le fait que c'est naturel. La pilule n'est pas naturelle, ni le fait de pouvoir planifier plus ou moins les naissances. C'est quand même vachement bien, et j'ai pas l'intention d'avoir une ribambelle d'enfants sous prétexte que c'est naturel (surtout qu'en laissant faire la nature, la plupart devrait mourir jeunes).

    C'est un phénomène naturel, mais il ne faut pas oublier que nous avons des spécificités uniques dans le monde animal : notre forme de bassin (dû à la bipédie), la taille de notre cerveau (et de la boîte crânienne du bébé), et le fait que le placenta soit expulsé après le bébé et pas en même temps. Les deux premières nous valent un sacré problème de passage, outre que ça nous fait enfanter dans la douleur, les risques de la naissance sont plus élevés. Il y a encore peu, l'accouchement était la principale cause de mortalité des femmes, si je ne m'abuse ça montait à une sur deux. Certes, c'est naturel de souffrir le martyr à chaque accouchement et d'y risquer sa peau, mais franchement, ça n'a rien de confortable. Je préfère que ce soit médicalisé, même si effectivement des progrès sont possibles, parce que les problèmes ne sont effectivement pas rares. Contrairement à ce que pense mon homme, j'aurais peut-être survécu à l'accouchement sans notre matériel de pointe, mais mon fils sûrement pas (et en laissant faire la nature, on serait morts tous les deux... du moins si la sage-femme n'est pas "naturelle" chez l'espèce humaine, ce dont je ne suis pas sûre). Cela dit, c'est un mauvais exemple, car en laissant faire la nature, je serais tombée enceinte plus tôt ou plus tard, donc ce ne serait pas le même enfant et pas le même accouchement. En fait, parmi les naissances que j'ai connues dans mon entourage l'an dernier, j'en compte plusieurs où la médecine moderne a sauvé des vies.
     
    Dernière édition: 19 Janvier 2012
  18. Vervaine

    Vervaine Voie lactée

    Bonjour, et merci particulièrement à CarolineUK.
    Je lisais ce sujet sans réagir, cela m'intéressait sans que je participe pour autant. Mais -je l'ai évoqué dans une autre rubrique- j'ai été confrontée récemment à une drôle d'anecdote: le fils de la nourrice de ma fille qui a eu une crise de pleurs en me voyant allaiter ma puce pour la première fois. Lui a été élevé au biberon (il a maintenant 5 ans 1/2). Et quand j'en ai reparlé à la nounou le lendemain, elle m'a dit que pour son fils, l'allaitement, c'était pour les animaux et qu'il avait été "choqué" en me voyant (j'avais évidemment demandé à la nounou si je pouvais allaiter chez elle avant de le faire!) Bref, c'est juste pour l'anecdote rapport au sujet.

    Mais sinon, je voulais vous faire partager mes réflexions et lectures, car je me pose bcp de questions sur ce phénomène d'allaitement, non pas en donneuse de leçons évidemment, mais je voudrais juste comprendre comment le biberon a pris tant de place en France ces dernières années (il est quasiment devenu la norme, cela m'insupporte!). Il y a pas mal de textes sur la toile (je n'ai pas encore tout lu!), notamment là :
    http://lesvendredisintellos.com/category/allaiter-son-enfant/

    J'ai notamment lu ce texte que je trouve très instructif:
    http://lemondeetnous.canalblog.com/archives/2011/11/17/index.html

    En résumé, il explique que l'allaitement n'est pas qu'un comportement inné et qu'il comporte une part d'acquis, d'apprentissage, notamment pour la maman.
    Cela m'a bcp apporté, car je me plaisais souvent à comparer la grossesse et l'allaitement: on ne choisit pas (encore) entre porter son bébé dans son ventre ou dans un utérus artificiel, on ne choisit pas entre procréer naturellement ou artificiellement... Mais quand il y a des problèmes, c'est là qu'on a recours à d'autres méthodes, PMA, FIV, voire mères porteuses (pas en France), etc. Pour moi, avant de découvrir toute cette polémique bib vs sein, je croyais que le biberon était pour les femmes qui n'arrivait pas à allaiter, je ne pensais pas qu'il fallait "choisir" dès le début de ne pas allaiter!
    Et c’est là que ma comparaison avec la grossesse s’arrête, car, comme décrit dans ce dernier article, l’allaitement n’est pas inné et demande un apprentissage, une transmission de savoirs, de gestes, alors que la grossesse, ça se fait tout seul [enfin, à 2 ;)]
    Et je pense que c’est cet apprentissage qui fait que l’allaitement est si influencé par ce qu’on appelle le “culturel”, et donc si différent d'un pays à l'autre, d'une famille à l'autre. Mais c'est cet apprentissage qui donne aussi une part d'humanité dans un acte très primitif (au sens noble du terme, mais c'est vrai, nous sommes des mammifères!). Et qui donne lieu à tant de débats!

    De la même manière que l'être humain a codifié, mis en scène et donc mis du sens dans un acte très primitif qui est l'alimentation: nous avons des repas organisés, on ne mange pas n'importe quand n'importe comment, on ne dévore pas la viande crue à même le sol... Mais nous avons tout de même besoin de manger, tout intellectuel que nous sommes !

    Voilà mes réflexions bien philosophiques du matin !
     
  19. Ingrid

    Ingrid Période de pointe

    Très éclairant
     
  20. Lisemeuh

    Lisemeuh Période de pointe

    Mmm... Ca fait du bien tout ça :)

    Merci à chacune pour vos interventions. Bienvenue, Caroline, je n'avais pas encore eu l'occasion de te saluer.
    Je comprends ce que tu veux dire de la part de "nature" dans les grands actes fondateurs/biologiques de nos existences...
    Quoique je suis très sceptique sur la comparaison des relations amoureuses et sexuelles des mammifères avec celle des humains telle qu'elle est définie dans notre culture. (L'intégration de tabous notamment, justifié en partie par la nature -consanguinité et risques associés notamment- est largement imposée par la culture au détriment de la nature, et marque l'intégralité de nos usages en la matière de manière incontournable).
    Comme je le disais, je trouve délicat cette comparaison avec un périmètre non défini avec les mammifères. En ça, je ne veux pas dire que je suis en désaccord avec toi quand tu dis qu'il nous faut reconnaître / accepter / accueillir nos racines primitives, pour ce qui est de la naissance, l'allaitement notamment, mais je pense que c'est un argument qui peut facilement se retourner contre nous, comme on l'a dit plus haut.
    Certains mammifères dévorent leurs petits en temps de famine, pour être sûr que la génération suivante puisse avoir une chance d'arriver, par exemple. Je n'ai absolument aucune envie d'avoir à disserter sur ce type d'arguments et entrer dans une sorte de macrodiscussion sur le fait que oui, mais chez les hommes, ça serait sans doute mieux, dans l'absolu, etc.
    Tu vois ce que je veux dire? Je pense que la communication, l'expression seraient difficiles à maîtriser et que je ne pourrais ni convaincre ni détourner de moi la pression.
    D'autre part, je me sens mammifère sur bien des points... J'ai besoin de renifler mes enfants, s'ils sont absents, je cherche leur odeur sur leurs affaires abandonnées, et lorsque j'ai l'impression qu'ils sont en danger, je me sentirais bien le goût de grogner...
    De la même manière, quand ma fille m'énerve beaucoup et que je sens que je vais perdre patience, il m'est arrivé de lui faire "Fschhhhhhhhhhhhhhh!" comme un chat. :)

    En gros, on en revient toujours à la pondération: nous ne sommes pas QUE culture et nous ne sommes pas QUE nature. Ca nous sert, ça nous dessert... en tout les cas, c'est comme ça et c'est à prendre en compte.
    Mes arguments sont à cette image lorsque je dois en user:
    - un peu d'arguments chiffrés et vérifiables (qui plus est, ça n'est pas là que nos premiers arguments sont attendus, ça fait toujours de l'effet.), sans animosité. Je cite les pratiques des pays nordiques sur le sujet en général, puisqu'ils ont le vent en poupe et qu'on peut difficilement les accuser de passéisme. (De la même manière, Caroline, toi qui a eu cette si belle expérience, que l'accouchement à domicile est bien davantage la norme aux Pays-Bas qu'il ne l'est en France). Aux pharmaciens, je donne nonchalemment l'adresse web du site de l'OMS, ça permet de couper la conversation ;-)
    - un peu de "c'est mon choix, et c'est mon histoire avec bébé" du type: oui, j'aurais pu arrêter avant, mais ça me permet de m'assurer que bébé a mes anticorps en cette période d'hiver tout en me permettant de poursuivre le maternage dans ma vie trépidante de maman qui travaille - ça n'est pas évident, et pour l'instant, ça marche bien. J'arrêterai sans doute bientôt, mais pas tout de suite.
    - un peu de "je mets fin à la conversation". A mon chef, qui me taquinait très respectueusement sur le sujet du "encore, mais pourquoi?", j'ai dit que d'un autre côté, lui ça ne le gênait pas beaucoup que je le fasse, donc que ça n'avait pas à lui poser de problème. L'impertinence permet de garder un peu de légèreté tout en laissant planer suffisamment d'autorité... ;-)

    Si j'avais été une lionne, par exemple, je lui aurais mis un bon coup de papatte sur le groin, par exemple, mais là, ça serait moins bien passé... ;-) Encore une raison de bien délimiter la comparaison avec les mammifères (arf!)

    Je me souviens de ton anecdote, Vervaine, et j'y ai repensé récemment en entendant un nouveau grand frère de 2 ans 1/2 dire à sa maman en voyant le nouveau bébé tèter: "Ca va? Il te mange? Ca fait mal?". Pour peu que les enfants imaginent que bébé mange sa maman, ça a de quoi largement leur faire peur la première fois qu'ils voient un "bébé-ogre" ;-).
    J'aime aussi ce que tu dis du fait que l'allaitement nécesite une part de transmission de savoir, une part d'apprentissage. C'est ô combien vrai... Et qui n'a pas entendu une copine d'allaitement débutante dire "je m'étais toujours imaginé que l'allaitement était un acte si naturel que le corps saurait faire tout seul - et du coup je n'avais pas anticipé les difficultés ni le côté techniques"?

    Il faut cultiver notre jardin ;-)

    L
     

Partager cette page

Chargement...