• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

Votre accouchement ...

Struzza

Période de pointe
Bonsoir à toutes !

Je serais très curieuse de lire, pour celles qui souhaitent témoigner, le récit de votre accouchement.
Comment ça s'est passé ? En combien de temps ? Comment l'allaitement s'est mis en route ? Quelles furent vos premières sensations ?

Voici mon témoignage :
C'était un vendredi soir. Mon mari lisait, moi je regardais un film. Romanzo Criminale lol, je me souviens très bien.
A 23h on décide de se coucher. Mon mari s'endort tout de suite, moi je n'arrive pas à trouver le sommeil. Je suis agitée. Je pense à plein de choses.
Vers 1h je commence à avoir de petites contractions, mais toutes petites. Ca m'empêche encore plus de dormir.
Mon mari sent que je ne dors pas et me suggère que le moment est peut-être arrivé ... Moi : "Mais nooooon, il manque 6 jours !!!"
Je vais aux toilettes, un peu de sang.
Ah.
"Chéri je crois que j'ai perdu le bouchon muqueux"
"Et donc ?"
"Et donc je prends une douche et on y va"

J'ai pris ma douche. On s'est fait un thé. Puis un autre. On a rangé la cuisine. Bref, cool attitude.
Je nous revois encore sortir de la maison à 4h du matin, dans le froid et la brume, ma valise à la main.

Je perds les eaux dans la voiture, peu de temps avant d'arriver.
Nous arrivons à la maternité vers 5h30 (oui nous sommes très distants de ma maternité!!).
On m'ausculte. Je suis déjà à 4 centimètres de dilatation!!
On me demande si je veux la péridurale.
Non.
On respecte mon choix et on me prévient que j'ai le droit de changer d'avis jusqu'à 8 centimètres de dilatation.

On me donne un gros ballon pour que je fasse mes exercices de relaxation. Mon mari est avec moi.
La douleur commence à être forte. Je respire fort, je tourne bien mon bassin sur mon ballon... le travail continu.

Puis arrive LA douleur. La vraie lol. Celle qui fait qu'on ne peut plus se tenir debout, qui fait qu'on ne voit plus rien ni personne ...
On me transfère dans ma chambre ... mon mari me caresse les cheveux, me serre la main et m'encourage.
Je lui dis "je n'y arriverai pas, je n'y arriverai pas" ... je vomis tellement la douleur est grande.
On me propose de prendre un douche (malheureusement ils n'avaient pas de baignoire).

Ok pour la douche. Je fais un effort énorme pour me lever et rester debout mais l'eau chaude apaise quelque peu mes contractions.
Le problème c'est que dès que j’arrête, je souffre de nouveau énormément.
Du coup je passe 2h sous la douche.
Je n'ai jamais été aussi propre lol !!!

A 10h je suis à 9 centimètres.
Les contractions on fait leur effet !!
4h de travail pour un premier accouchement ... je ne pouvais pas rêver mieux!

On me transfert en salle de travail. Le plus dur est fait.
Je ne souffre plus.
Je sais que ma fille est là. Que je vais la voir dans quelques minutes.

Je pousse. Je ne sens plus la douleur, ni les contractions.
Je ne vois que l'infirmière et mon mari.
La lumière est douce dans la salle de travail, c'est presque la pénombre. C'est agréable.

A 10h28, tu es là.
On te met sur moi. Tu ne tètes pas encore. Ton père rit et pleure en même temps.
Moi je suis sereine. Heureuse.
Je n'ai jamais connu le bonheur comme à cet instant.

Souvent on se moque des femmes qui disent "Le plus beau jour de ma vie c'est lorsque j'ai accouché".
C'est vrai que ça peut paraitre incroyable que tant de souffrance soit malgré tout du bonheur.
Ce fut mon cas.
Mon accouchement était une expérience physique et émotionnelle incroyable et parfaite.

Ce fut et ça restera le plus beau jour de ma vie ...

Après 10 h de peau à peau continu avec ma fille, elle prit finalement le sein, à 20h, lorsque tout le monde - parents, amis, infirmières - fut parti ...

Un beau tête à tête mère-fille ... :)

Pardon pour le pavé...

J'attends vos témoignages !!
 

mamanbonheur

Fontaine de lait
Il est trop beau ton témoignage Struzza :)

Pour moi ça a été un peu plus compliqué! Déja j'ai été allité à partir de 6 mois car mon col avait bougé donc grossesse assez difficile...

Quelques jours avant d'accoucher je sentais que ça se préparais et puis un matin à 9h j'entends un "clac" dans mon ventre qui me sors du lit. C'etait la poche des eaux qui c'était rompue, une vrai fontaine :) Je n'ai pas encore de contraction du coup je prends tranquillement une douche pendant que chéri va chercher le petit déj à la boulangerie.
Les contractions arrivent vite et assez fortes mais très supportables, on arrive à la maternité à 10h15 et je ne pouvais plus marcher pendant la contraction, j'etais deja pliée en 2!
La sage femme m'ammene en salle de naissance, m'osculte et m'anonce que mon col est dillaté à 5cm super!
La je suis assise/debout sans arret, je n'ai pas de monito. La sage femme est super elle respecte notre intimité, et n'intervient quasiment pas.
On met la musique, tout va bien. Puis à 11h dillaté à 7cm et je commence vraiment à ne plus pouvoir gérer donc je prefere utilisé la peridurale à ce moment là car j'ai peur...
L'anestesite arrive à 11h30 et là, la peri ne prend pas, donc l'horreur car je ne peux plus bouger mais j'ai encore plus mal... en plus ça a ralentit le travail.
Le travail d'expulsion commence à 15h40 mais bébé avait la tete tourné donc après 45min de poussées surhumaines la gynéco est venu le sortir avec les forceps:(

Quand je l'ai pris et l'ai posé sur mon ventre, plus rien n'a eu d'importance, j'étais la plus heureuse du monde... et le papa versait sa petite larme...
J'ai fais une hemorragie et les jours qui ont suivis ont été très dur mais j'étais tellement heureuse d'avoir ma merveille...

Pour la mise au sein elle s'est fait directement en salle de naissance, il l'a pris 20min après etre sorti comme un chef! Que du bonheur...
Je l'ai gardé contre moi en peau à peau jusqu'à 20h et après on l'a habillé, les soins ont été fait le lendemain matin!

C'est vrai que ça a été le plus beau jour de ma vie et que ça restera gravé dans ma tete...
 

Misscactus062

Hyperlactation
Ouh la.. que de souvenirs... mais j'adore le raconter...en tout cas j'avais prévenu mon mari qu'il arriverait avant...j'avais parié pour le 17 novembre

6 semaines avant la date prévue, j'ai des contractions, rapprochées et toutes les 5 min environ régulière... ca fait drole mais je sais que ce n'est pas le travail. Alors direction le bain et apres dodo.. Je dors mal, réveillée par les contractions qui sont toujours la mais pas très douloureuses. Mon mari non plus pas du tout inquiet :"ce n'est rien t'inquiete"... lol
au bout de 2 jours je me décide à aller aux urgences.. Mon mari travaille, j'y vais seule..Et la col non ouvert, mais contraction au monitoring réguliere mais pas très importante : et la on me dit bon repos obligatoire pdt encore 15 jours car s'il arrive maintenant il sera considéré préma et surement mis en couveuse..j'ai le droit a une cure de loxen pour arreter les contractions et spasfon et doliprane si j'ai mal..Et je rentre..
Toute sage, je presse mon mari.. Il faut finir la chambre (on n'avait que l'armoire, pas de lit, pas de table a langer, pas de lumiere)..Je l'envoie tout seul a IKEA avec la liste et moi je reste sagement a la maison (j'étais bien verte de pas faire les magasins, mais j'ai vraiment peur qu'il arrive avant)..
LEs jours passe, le loxen n'est pas efficace et je contracte toujours..au bout de 15 jours je retourne aux urgences encore toute seule car pas de changement je contracte toujours ce n'est pas très douloureux mais ca me fatigue car je dors mal....ET la monitoring pareil contraction un peu plus intense et col mou mais non ouvert..ET la plus de pb de prématurité.. JE peux bouger faire ce que je veux..
La semaine d'apres apres un week end ou les contractions sont plus douloureuse je décide le mardi 12 novembre de retourner aux urgences et j'emmene monsieur avec moi car ca devient plus dur de conduire....Moni : les contractions sont plus fortes mais ce n'est roujours pas du travail, et col ouvert a 2.. LA sage femme me dit que maintenant le travail risque de commencer et que lors de ma consultation d'anesthesie qui est prévu l'apres midi meme je devrais faire mno bilan sur place comme ca si j'accouche d'ici les 24h ils auront tout sous la main et ne seront pas obligé de me repiquer... elle me redonne une ordonnance pour du spasfon et du doliprane..j'en abuse meme si ce n'est pas efficace....

Et .....

le jour j :
le mercredi 13 novembre.. a 5h réveillée par les contractions qui se sont intensifiées et qui sont toujours régulieres mais ca reste supportable.. je vais prendre un bain ca ne me soulage pas ni le spasfon ni le doliprane.....en plus qu'est ce que ca me fait mal dans les reins......a chaque contractions je suis pliées en 2 à essayer de trouver une position pour me soulager....En dehors des contractions tout va bien..
Je fais du ballon pour me soulager, je marche et quand la contraction arrive je me met en avant les coudes sur la table et je souffle comme me l'a appris la sage femme...J'ai horriblement mal dans les reins et le bas du dos mais ca reste supportable, ca ne dure pas longtemps.....mais je pleure..
Mon mari s'inquiete...eT moi je m'entends encore lui répondre "ca va c'est pas pire qu'hier ca fait juste mal dans les reins et c'est ca qui est dur..." il travaille d'apres midi mais ne veut pas y aller... je lui dit si vas y... je t'appelle si ca va pas..
Il part travailler et moi je vais faire mes courses je devais absolument acheter un mixeur..puis direction la pharmacie et ensuite la poste..MArcher me fait du bien...
En rentrant j'ai encore envie de faire pipi..Et la du sang rouge..Je m'inquiete, je me dis je ne vais pas encore retourner aux urgence juste pr un peu de sang...j'appelle ma soeur qui me dit que ca peut etre normal vu que mon col se modifie, qui si je saigne plus je devrais alller aux urgences... Ca me tracasse, je m'inquiete, est ce que j'appelle les urgences pour avoir des infos.. et en meme temps je me dis que encore une fois je m'inquiete trop (j'ai tendance avec mon boulot a etre un peu hypercondriaque) je continue a contracter mais tjrs les meme douleurs...pas augmentées alors je ne m'inquiete pas..
De toute facon j'ai une amie (qui est puéricultrice) qui passe en fin d'apres midi.. donc si ca va pas mieux je lui dirais de m'emener aux urgences car la je ne suis pas en état de conduire..
Et a 15h ma mère m'appelle pour prendre des nouvelles.. je lui dit que je contracte et que je saigne un peu..Elle s'inquiete et elle sent à ma voix que ca ne va pas..Elle veut venir me chercher pour m'emmener aux urgences, je lui dit que ca va que mon amie vient pour 17 et qu'elle m'y conduira si ca ne va pas....Mais maman oblige elle sent vraiment que ca ne va pas et elle vient me chercher..
A 15h15 j’appelle mon chéri : je lui dit, met toi en route, ma mère me conduit aux urgences tu viens prendre le relais et prendre les affaires qu'elle a dans sa voiture..
16h j'arrive aux urgences..Je ne vois pas mon mari.. JE l'appelle il est toujours au boulot..La je vois rouge, je l'engueule lui rappelle qu'il va avoir les bouchons et qu'il a intérêt à se magner le cul..
je retombe sur la meme sage femme que la veille qui voit ma tete et me fait passer devant tout le monde..elle m'examine fait un "ouh la la" et appelle direct la salle d'accouchement :"je vous envoie Me D... pour son premier bébé et qui est a 8"....Hein j'ai bien entendu je suis a 8..NAN ce n'est pas possible.. JE ne suis pas prete, il ne peut pas deja etre la.....Je suis complétement abasourdi, hébétée ..et Geoffrey qui n'est pas la..Il ne peut pas ne pas etre la.....il faut qu'il soit la...
et moi je ne suis pas prete......je m'attendais a rester un moment, à perdre les eaux à aller dans la baignoire......On me propose la péridurale mais je n'en voulais pas..
Je rappelle Geoffrey, il est bientot la, je lui dis de se dépecher sans en dire plus pour ne pas le stresser..
On m'ammene en salle d'accouchement, ma super maman est toujours la et elle elle en rigole..mon mari arrive, ma mere sort pour lui donner mes affaires qui sont dans sa voiture et elle lui annonce la couleur, lui n'en revient pas..
17h je suis en salle d'accouchement.. Il n'y a qu'une césarienne en cours et personne d'autre...j'ai une équipe sage femme et auxiliaire de puériculture pour moi toutes seule..Elles sont au petit soins j'adore..
17h15 mon mari est la..j'ai toujours la meme douleur, qui n'a pas augmenté d'intensité et toujours aussi mal dans les reins..
17h30 elle doit aller chercher mon dossier d'anesthesie.. Qui est de l'autre coté du batiment..Comme jai toujours mal dans les reins elle propose de m'installer sur le coté pour me soulager ce que j'accepte..
Elle part et 5 min apres je regarde mon mari horrifié et je lui dit..Le bébé arrive.. ca pousse, il faut que je pousse, appelle la sage femme...C'est une de ses collègues qui arrive car elle n'est pas revenu... Je suis obligé de pousser je n'arrive pas à ne pas pousser la sage femme revient et me dit d'attendre..il faut qu'elles se préparent mais je n'y arrive pas..Et la les vrais douleurs arrivent...elles ne s'attendaient pas à ce que ca arrive si vite, mais la position sur le coté a acceleré les choses
Ma sage femme m'avait bien préparé donc les contractions de travail j'avais réussi à gérer, mais la les contractions d'accouchement..Je peux dire merci à mon mari d'avoir été la, d'avoir su trouver les mots pour m'encourager et la super équipe médicale qui a été géniale..
LA sage femme perce la poche des eaux pour que le petit arrive plus facilement..Ca fait bizarre. puis je reprends le travail tout se passe bien j'ai un bon effort de poussée..et au moment au sa tete est prete à sortir, j'hurle de douleur, ca fait mal, je n'y arrive plus, j'ai l'impression que m'arrache le vagin..et la je n'y arrive plus..plus de jus plus d'énergie..Ca devient un peu critique car le bébé reste comme ca quelques minutes et ca peut devenir dangereux pour lui...Elles m'encouragent me motive,..Elles me disent on voit ses cheveux..JE touche je ne sens qu'un truc gluant..mon mari regarde ebahi et me confirme que bébé à plein de cheveux..
Je recommance à pousser, c'est horrible mais ca va plus vite..et la tete passe et j'entends la sage femme me dire : "arretez de pousser "..Hein quoi pourquoi faut que j'arrête???on me l'avait pas dit...mais moi j'ai encore envie de pousser..Elle me dit arreter de pousser....Elle degage les épaules.. et mon mari sort le bébé pour le poser sur moi et couper le cordon..Il est magnifique ce bébé, tout beau, tout propre (pas de truc blanc sur lui) une peau toute rose..Elles l'essuient, l'emmaillote et je le regarde je l'admire...Jai envie de l'appeler par son prénom...Mais au fait c'est quoi son prénom??c'est un garcon ou une fille???
18h30 bébé est la
Euh chéri??ta regardé le sexe??Non qu'il me répond, j'ai oublié :p ..(quel boulet lol)..donc on redeshabille bébé et la c'est notre petit william.. qui est sur moi...
Par contre déchirure, donc il faut recoudre et William a besoin d'etre aspire..j'ai peur de la suture et de l'anesthesie locale, tout est tellement explosé en bas que j'ai peur d'avoir mal quand elle va recoudre alors je demande a l'auxiliaire quelle fasse ses soins pendant ce temps la..
quand elle a fini de s'occuper de William, la sage femme est toujours en train se suturer..donc elle le donne à mon mari pour qu'il fasse le peau a peau (ou plutot comme elles ont dit le peau à poil lol) et des que c'est fini, je reprends possessivement avec moi..Et la je ne le lache plus, je l'admire, je l'observe et lui aussi m'observe..il est magnifique avec tous ses cheveux c'est beaux yeux grands ouverts, ses petits doigts...je ne veux plus le lacher..hors de question que mon mari le reprenne, il est a MOI...la sage femme me propose de le mettre au sein vu que je souhaite l'allaiter.il le trouve direct, il sait tout de suite comment faire..
Et la que dire je ne trouve pas les mots, mais ma vie a changé, notre vie a changé...Nous sommes comblés et aimé par ce petit bout qui nous donne tout a 100% et qui est merveilleux, plein d'amour...et la douleur fut vite oublié...
Et comme tu dis, c'est le jour le plus beau de notre vie car quelque chose se passe qui change nos vies, nos coeurs, nos ames à tout jamais..


Bref, si ma mere n'avait pas été la j'accouchais à la maison avec ma copine pupu donc merci maman
et si mon mari avait raté l'accouchement il n'aurait pas vu son fils avant le lendemain matin tellement ca m'aurait foutu en rage....
et j'avais prévenu Mr qu'il arriverait avant (.3 semaines) eet il ne me croyait pas

et désolé aussi pour le pavé

et je crois que je vais adorer lire toutes ses histoires meme si certaines sont un peu plus difficiles que la mienne
 

sophie43

Hyperlactation
Hihi j'adore l'idée de ce post et de faire nos guerrières !

Mes derniers jours de grossesse, je me souviens avoir l'impression de déplacer les meubles à chaque pas. J'étais ENORME, un bidon monstrueux et je me dandinais comme une canne :). Un soir j'ai commencé à sentir des pincements dans le ventre. Peu fréquents. Puis de plus en plus fréquents, à peu près toutes les 20 minutes. Pas douloureux, mais bien réels. Comme nous avions été super briefés à la maternité, on se dit avec mon mari "bon, oké, ça commence, on attend qu'on soit à 1 toutes les 5 minutes". Je fignole ma valise. Et on attend.

On attend.

On attend.

Bon, comme ça faisait un moment qu'on attendait, on va se coucher. Maintenant que c'est là, autant se reposer avant le grand moment.

Je n'ai jamais aussi mal dormi de ma vie. Des contractions bien régulières, toutes les 20 minutes. Et de plus en plus fortes. Impossible de dormir mais j'étais dans un état second, presque shootée au bonheur de savoir que "ça" allait venir.

Le lendemain matin : plus rien. Boon, pas grave, fausse alerte. Le soir: rebelote, contractions douloureuses toutes les 20 minutes. Je prends un bain (avec quelques difficultés pour immerger mon bidon) qui accélère le rythme des contractions. Hop, valise dans la voiture, on file à l'hosto. La sage-femme, adorable, regarde tout ça ; aucune modification du col, faux travail : spasfon, doliprane et bain chaud !

Retour à la case maison. Nuit à contracter comme une pauvresse dans mon canapé et à respirer bien comme avait expliqué la sage-femme. Une copine m'avait dit "une contraction, c'est comme une vague : quand elle arrive, tu plonges au fond et tu la laisses passer.". J'ai passé la nuit à laisser passer des vagues au-dessus de ma tête :).

Le lendemain matin, très fatiguée : plus de contractions.

Et rebelote le soir. Là j'étais épuisée, crevée, au bout de patience, de nerfs de tout et je dis à mon mari "m'en fous tu m'amène à l'hosto et ils vont bien trouver un truc pour m'arrêter ça ou je pète un câble !"
- On prend la valise ?
- NOOOOON ! Je te dis qu'ils vont m'arrêter ça c'est rien qu'un faux travail de (censuré) !

Nous voilà à l'hosto. Je raconte mon truc à la SF : j'en peux plus je veux dormir, arrêtez moi ça siouplé que je revienne dans une semaine quand ce sera mûr. La SF me donne des granules d'homéopathie et charge mon mari de me les administrer tous les 1/4 d'heure. Grosse rigolade : je suis très sceptique sur l'homéopathie. Bon, il prend son rôle au sérieux et me donne mes petites granules. Une heure après ce traitement : modification du col, je suis entrée dans le "vrai" travail. Sauf que j'avais pas du tout prévu ça : je voulais juste dormir, pas de valise, rien... "Vous voulez la péridurale ?" Oh ben ouais, c'est sûr que je la veux la péridurale...

On nous installe dans une chambre de la maternité et en voyant des photos de femmes avec leurs bébés, je me demande si on ne vient pas de faire la plus grosse bêtise de notre vie, à faire un enfant.

L'anesthésiste vient plusieurs heures après pour me dire que mes analyses sont pas terribles. Je ne comprends rien à ce qu'elle me dit, c'est mon mari qui lui donne les éléments médicaux dont elle a besoin. Moi j'avais qu'une idée fixe : ma péridurale et le monde pouvait s'écrouler. Et malgré mes mauvais résultats, elle me l'a fait. Toute la bonté du monde avait le visage de mon anesthésiste ce soir là ;)

Une fois posée, fin des douleurs. Nous sommes installés dans la salle de travail et nous dormons, moi dans mes étriers, mon mari dans un fauteuil qui a vraiment l'air inconfortable. L'équipe soignante est aux petits soins, un vrai bonheur.

Tôt le matin, j'entends une parturiente HURLER dans la salle d'à côté. Je me dis "mais je vais pas passer par là moi aussi ?". Quand un peu plus tard, la SF m'apprend, aux douleurs qui se sont réveillées et qui me broient le bassin, que ben si, ça va être ça, il va falloir s'y mettre, je panique "j'y arriverai pas, c'est pas possible, je saurai pas faire". Elles m'apaisent, mon mari aussi. Et quand elles me disent de pousser je donne tellement tout qu'en quelques minutes, la luciole est là, toute jolie, toute mimi, le monde s'efface, je m'entends dire "mon bébé, mon bébé", la prendre dans mes bras, la laisser trouver le sein et savoir que là, je viens de tomber sacrément amoureuse.

Et ben depuis, je n'ai jamais plus repensé qu'on avait fait la bêtise de notre vie en faisant ce bébé :)
 

Struzza

Période de pointe
Merci beaucoup les filles pour vos super témoignages !!
J'adore ...
Depuis que j'ai accouché, quand je vois à la télé ou que je lis des récits d'accouchement je suis hyper émue lol!!
Je me souviens qu'à la maternité, deux jours après le grand jour, je suis tombée sur un reportage à la télé ... sur les sages-femmes!!
J'ai pleuré comme une madeleine dès qu'ils montraient une femme qui accouchait ... ahahahah.

Merci encore et avis aux autres filles qui veulent nous raconter leur expérience :D
 

wilka

Montée de lait
Oumiza, en effet, c'est très court !!

Pour moi ça a été cool : le samedi à 23h je perds du sang en m'essuyant, on me dit de ne pas m'inquieter au téléphone des urgences. A 3h du matin je n'arrive pas à dormir parce que j'ai des contractions irrégulières. A 10h du matin je vais reveiller mon homme et je lui dis que j'ai les contractions depuis 3h du matin, et qu'on risque de devoir partir. Mais au final je décide d'attendre, ce n'est toujours pas régulier et s'est supportable. A midi on mange, je regarde maison à vendre, à 16h on décide de jouer à la ps3. Et puis à 18h, ce n'est toujours pas régulier, un coup 5 min, un coup 7, puis 15, puis 5 ... et toujours supportable. Mais on y va quand meme.

A la maternité, je me brosse les dents sur le parking ... j'avais un pull crade que j'avais depuis 2 jours, on a pas trouvé l'entrée des urgences et on a fait le tour du batiment pour qu'on nous dise "y a pas d'entrée des urgences, c'est l'entrée de la maternité".
A 19h30 (on a perdu 30 min de marche pour trouver cette entrée ...)on me met le monito, et au bout d'une heure on me conseille d'attendre 1h avant de refaire des monito car ce n'est pas régulier encore. Je me souviens avoir eu très peur d'avoir un faux travail et j'étais trop contente d'avoir mal.
On se promène pendant une heure, on appelle nos parents pour les prévenir que c'était pour la nuit, on visite l'hopital, et puis à 20h30 on retourne dans la salle. On me refait une séance de monito. A 21h30 la sage femme me dit que je suis dilatée à 2, et qu'on passe en salle de travail pour la pose de la péridurale. Je lui réponds "déjà ?? j'ai meme pas eu le temps de souffrir", elle m'explique que c'est plus simple pour elle et pour moi de mettre la péridurale, de mettre de l'occitocine pour accelerer le travail et de percer manuellement la poche des eaux. Et elle avait raison.
de 22h à 4h du matin on a attendu, j'avais chaud, ça me grattait, j'avais faim et soif.
A 4h du matin, la sage femme me place avec un coussin entre les jambes parce que mon bébé arretait pas de bouger et se positionnait mal.
A 4h20 il était bien placé, à 4h30, il était mal, à 4h40 il était bien, du coup elle m'a dit qu'on allait passer à la poussée même si j'étais dilaté à 9.
La poussée était un peu bizarre parce que je ne sentais rien du tout, et c'était à moi de pousser quand je sentais une contraction. Donc j'ai fait au hasard au départ, mais une fois le petit bien engagé, c'est bon je savais quand pousser XD
Sa tête bloquait je leur ai dit "j'ai l'impression d'être une poule" puis quand le bébé est sorti je leur ai dit "haaa, c'est degueulasse comme sensation" , j'ai vu sa tete entre mes jambes et j'ai gueulé "haa, c'est horrible"
La sage femme m'a dit d'arreter de dire des betises et de tendre les bras pour attraper mon bébé,
(merci la péridurale et la fatigue !!)

Ensuite ils l'ont nettoyé un peu, on m'a recousu, et tout ça reste assez flou pour moi. Après ça on me la donné pendant 2h pour la première tétée, puis c'est son père qui l'a pris.
Mais j'avoue que c'est ce que j'ai préféré dans ces 9 mois de calvaire. C'est vraiment la délivrance, on se sent très bien après, et je n'étais même pas fatigué.
 

wilka

Montée de lait
J'ai lu vos commentaires, je dis bravo à celles qui ont accouché sans péridurale, parce que je l'ai eu et le moment de la poussée a été douloureux alors que j'étais sous anesthésie. Vous êtes trop courageuses ! (et cependant je n'ai pas envie de tenter l'expérience de faire mon 2 accouchements sans péridurales)
 

cindirella

Hyperlactation
J'ai lu vos commentaires, je dis bravo à celles qui ont accouché sans péridurale, parce que je l'ai eu et le moment de la poussée a été douloureux alors que j'étais sous anesthésie. Vous êtes trop courageuses ! (et cependant je n'ai pas envie de tenter l'expérience de faire mon 2 accouchements sans péridurales)
on va pas faire de clivage entre celles qui ont eu la peri,et les autres,mais j'ai connu les deux, 1er accouchement avec peri,tres bel accouchement,dans la joie et le bonheur(je ne dirai pas que ce fut sans douleur quand meme) et le 2eme accouchement je n'ai pas eu de péri(j'ai repoussé trop longtemps la demande,et apres c'etait trop tard!) et celui là j'en garde un souvenir trés intense,mais aussi assez traumatisant.si j'en avais un 3eme,je crois que je demanderai la péri,meme si je suis extremement fiere de mon accouchement naturel,mais je ne me sens pas capable de repasser par ça.
 

oumiza

Hyperlactation
j'ai pas eu le temps de prendre la péri pour ma 2eme je n'ai aucun mérite lol je l'ai demandé en arrivant mais trop tard je devais deja pousser. mais quelque chose me dit que les femmes qui était a la mater en plein travail ont du la prendre en m'entendant !!

sinon j'ai eu plus de mal a me remettre de mon accouchement sans la péri, j'ai tellement eu mal, j'étais toute contractée que pendant plusieurs mois j'ai eu le dos bloqué. d'ailleur le lendemain impossible de m'allonger et de respirer normalement.
 

lutin malin

Hyperlactation
sinon j'ai eu plus de mal a me remettre de mon accouchement sans la péri, j'ai tellement eu mal, j'étais toute contractée que pendant plusieurs mois j'ai eu le dos bloqué. d'ailleur le lendemain impossible de m'allonger et de respirer normalement.
Tiens c’est marrant moi c'est l'inverse, mon premier accouchement sous péri les suites ont été hyper difficiles et douloureuses, j'avais du mal à me lever, j'avais mal au dos, un gros oedème...
Les deux suivant sans péridural, je me levais seule pour aller aux toilettes alors que j'étais encore en salle de naissance (donc ds les 2h00 après l'accouchement)

Comme quoi c'est vraiment très différent d'une femme à l'autre !
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Je repasserai peut-être faire des récits plus détaillés (ou les copier-coller d'endroits où je les ai déjà écrits ;)), mais j'ai accouché deux fois sans péri. La première fois ça a été, la deuxième c'était plus dur, car plus intense (mais aussi plus court). Cependant, la douleur s'oublie vite, et au final je garde un excellent souvenir de ce deuxième accouchement, très fort. Je ne sais pas si j'aurai de 3ème enfant, mais si c'est le cas, je pense que je ne prendrai pas la péri non plus.
 

Struzza

Période de pointe
Je pense comme toi Cerise :) Si c'était à refaire, je le referais tranquillement sans péridurale, même si c'est la plus grande douleur que j'ai jamais connue ...
Je garde vraiment un super souvenir de mon accouchement!
 

sophie43

Hyperlactation
Vous êtes trop fortes les filles... Moi je crois que je recommencerai avec péridurale parce que même avec, j'ai trouvé que c'était sacrément douloureux !
 

Lili69

Hyperlactation
J'ai eu deux césariennes. La 1ère, je ne l'ai mal vécu qu'après coup. Décollement placentaire à 35SA, pas le choix, il fallait ouvrir. La 2ème est très douloureuse. Je viens en parler ici, j'en pleure encore souvent.

Pour ce second accouchement j'avais pris un maïeuticien qui m'a suivi toute la grossesse et qui devait m'accompagner lors de l'accouchement en plateau technique. Le but étant d'accoucher le plus naturellement possible. Utérus cicatriciel, bébé macrosome, dépassement du terme : malgré tout, je suis autorisée à accoucher par voie basse. A J+3, je ressens les 1ères contractions aux 6 minutes vers 15h. La nuit se passe, je ne dors pas. Le lendemain, j'appelle mon maïeuticien : je suis dilatée à 1 doigt. Ok ça va être long : on se tient au courant dans la journée. Avec mon chéri, on se recouche, on se câline, on somnole entre deux contractions mais rien ne s'accélère. Mon maïeu me demande d'aller faire un monito à la mater. Verdict : après 24h de contractions, toujours en pré-travail et on m'hospitalise. Génial! On doit me donner un antalgique pour que je puisse me reposer un peu dans la nuit et reprendre les choses sérieuses le lendemain. Dans la nuit, je contracte aux 3 minutes, je souffre, c'est l'horreur. On m'examine, on me fait des monitos : dilatée à 2, contractions encore un peu irrégulières. Je suis toujours en pré-travail. Le matin vers 6h, on m'examine, je suis à 3, et enfin en travail. Malgré ces 40h sans dormir, je suis au taquet : je veux mon accouchement naturel...ou presque. Mon maïeu me perce la poche des eaux pour accélérer les choses. Et ça marche! Contractions toutes les minutes, très intenses, je gère entre la position debout puis le ballon. J'ai très mal mais je suis galvanisée. A 12h, on m'examine : dilatée à 5. Là, c'est le coup de massue : je n'affiche rien mais intérieurement, je sais que je ne pourrai pas tenir encore pendant des heures et des heures. Mon maïeu pourtant anti péridural me la propose car l'accouchement dure beaucoup trop surtout pour un utérus cicatriciel.

Pour faire court, une heure plus tard, l'anesthésiste arrive. 15min après l'injection, mon bébé ne va plus bien, j'ai une contraction qui dure plus de 15min. Tout le monde s'agite. J'ai encore très mal malgré la péri. Je tremble, mes bras tétanisent et peu à peu, le haut de mon corps se paralyse. On m'envoie au bloc pour césa en urgence. Entre temps bébé va mieux mais mon état à moi empire. Je lutte pour ne pas perdre connaissance. Je sens que l'anesthésie ne fonctionne pas pour le bas mais pour le haut de mon corps. Je le signale, on me répond qu'on va me mettre une dose au bloc. On m'ouvre, je sens tout, je crie, je leur dis de tout arrêter, on me dit que c'est trop tard, qu'il faut sortir le bébé. On me réinjecte des doses mais cela ne marche qu'après de longues minutes.

Ma grenouille est sortie. Je ne connais pas le sexe, je l'embrasse rapidement, on l'emmène. C'est mon maïeu qui l'accueille et qui l'emmène au papa. Je suis heureuse, elle est entre de bonnes mains. On me demande si je veux savoir le sexe. Je réponds que je veux que ce soit le papa qui me l'annonce. Dans la brume, je crois comprendre que c'est une fille mais au fond, je le savais déjà. Je pleure de joie mais j'ai peur. Je passe encore presque deux heures au bloc où je m'efforce de rester consciente.

On m'amène enfin en salle de réveil. J'ai des spasmes terribles au niveau des bras, je tremble, je suis vraiment très mal physiquement. Mais mon homme arrive avec un tout petit cœur emmailloté et me dit : "je te présente Apolline". Il la pose sur moi, je ne peux pas la câliner, les spasmes sont trop forts. C'est mon plus gros regret : je n'ai pu serrer ma fille dans mes bras que 3h plus tard.

Je suis comme ça moi, je commence à contracter et à peine 48h plus tard, j'ai un bébé dans les bras! ;)

La suite, pour autant, c'est que du bonheur : un allaitement merveilleux, une sensation incroyable de déjà connaître ce petit bout.

Voilà notre histoire! Toujours dur d'en parler et de lire vos merveilleux récits.
 

aurellly

Hyperlactation
Et bien moi , j'en ai 4 à raconter...!
Nous avons fait le choix avec mon chéri d'accoucher à la maison avec une sage femme spécialisée tout en faisant un suivi classique à l'hôpital au cas où. J'ai donc pu accueillir mes 4 enfants chez moi.

pour la naissance de mon ainé, Clément, j'avais 21 ans, le travail a été très long : 40h . les contractions ont commencées le jeudi matin tranquillement, toutes les 10min mais supportables. la sage femme est venue on était tout excités, ça y est on va avoir notre bébé! mais le col était à peine à 2cm donc elle est partie manger chez sa sœur et est revenue le soir, et là je commençais à moins rigoler, et comme j'avais lu 10h de travail en moyenne pour un 1°, je pensait que c'était bientôt fini. mais j'était qu'à 3 cm et le travail , théoriquement, commençait juste. on a fermé les volets et on a attendu que ça avance , je contractais toutes les 8 min, sans crier mais je "douillais" . mon chéri ne savais plus trop quoi faire à part dormir et de toute façon j'avais pas envie qu'on me touche je voulais être seule. un monitoring toute les 2h et 1 ou 2 bains pour me détendre (mais pas idéal dans une baignoire sabot avec le robinet dans le dos). le matin, on a rouvert les volets, il faisait jour, j'étais très fatiguée et je n'avais toujours pas mon bébé. et la sage femme me dit "bientôt 5cm" et moi" quoi c'est tout?" et là j'ai eu l'impression que mon corps me trahissais, ma mère m'avait dit " moi? comme une lettre à la poste!". j'en avais ras le bol, j'ai crisé
 

aurellly

Hyperlactation
ça fait que planter, ça m'a effacée la moitié de mon message!!
Donc j'ai crisé, " qu'on me le sorte, que ça s'arrête" J'ai fini par me calmer et je suis allée manger un bol de flocons d'avoine et un chocolat chaud. ça allait mieux mais je trouvais ce travail interminable.
elle m'a percée la poche , + piqure de magnésium et d'antibio, je contractais toutes les 3min, et je dormais entre!! oui, oui ça se peut!!! En fin d'aprèm , la sage femme a demandé à mon chéri de préparer des affaires pour aller à l'hôpital, mais c'était tellement improbable pour nous que ça m' a fait un choc, et je me suis dit "là on s'y mets vraiment" la douleur était toujours aussi intense mais j'ai plongé dedans au lieu de lutter et ça a tout changé, les contractions sont devenues plus efficaces ; nous avons refermé les volets et finalement bébé est né à 23h , presque sans pousser, sur un siège d'accouchement, où la gravité et les contractions font la poussée.
enfin le voilà, il nous regardait, nous étions comme saouls, de soulagement et de fatigue. Avec le recul , je pense que je n'étais pas du tout préparée à la douleur et au fait que ça puisse être aussi long pour moi. j'appréhendais beaucoup une déchirure qui finalement m'a beaucoup moins marquée que la douleur et la durée du travail. Encore merci à Delphine d'être restée ainsi auprès de nous, il nous fallait ce chemin pour être parents.

la suite dès que j'ai du temps pour vous.
 

Elody1391

Hyperlactation
Bonjour les mamans,

J'ai très mal vécu mon accouchement. Je l'ai d'ailleurs relaté sur "mon corps, mon accouchement".
En gros, déclenchée 4 fois, la péri que je ne voulais pas, et qui de toute façon n'a pas fonctionné. 37h30.
 

Anais

Hyperlactation
1er accouchement : grossesse super, les contractions arrivent, j'essaye d'aller le plus loin possible sans péri mais dur dur donc péri (qui n'a marché que d'un côté d'ailleurs)...mais une fois couchée ma pépette a un rythme qui ralenti, je dois me mettre sur le côté. Au bout de quelques minutes ça recommence, heureusement mon col est bien dilatée et je ressens l'envie de pousser donc c'est parti, le gynéco est là avec les forceps parce qu'il faut qu'elle sorte vite ! heureusement Super Maman est là et en 3 poussées la petite est dehors lol sans déchirure ou épisio ouf ! et 2h après j'étais debout !

2e accouchement : grossesse super mais bébé décédé pendant l'accouchement, l'accouchement en lui-même c''est plutôt bien passé, à un moment le rythme de ma fille a ralenti, comme pour ma 1e, en 3 poussées elle était dehors mais c'était trop tard...cause pas vraiment connue, je pense que c'est une accumulation de petites choses...bref :(

3e accouchement : grossesse super, césarienne programmée car gros bébé et antécédents pas top (c'était aussi un gros bébé), la césarienne se passe plutôt bien sauf que j'ai des effets secondaire pas cool (vomissements, tête qui tourne...) mais pas grave. L'après-midi a été dur je somnolait régulièrement, mais en fin de journée j'ai pu mangé un peu et zou Super Maman était debout !

Pour résumé, j'ai toujours des grossesses super mais des accouchements merdiques...Je me demande quand même si c'est pas lié à la péri tout ça...et en même temps, j'ai vraiment du mal à gérer la douleur, je ne sais pas comment je vais faire si on a un ptit dernier...
 
Haut