• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

 Tristesse après sevrage

luth

Colostrum
Bonjour à tous,

Je suis nouvelle inscrite, bien qu'ayant éclusé quasiment quotidiennement le site de la LLL depuis quelques mois :) Merci donc à toutes les personnes qui font vivre cette source d'informations si précieuses.

J'ai besoin de poster un message, ou ouvrir une discussion, suite au sevrage de mon fils.
Je l'ai allaité exclusivement jusqu'au 1er aout, quand j'ai repris le travail, il avait 5.5 mois (il n'a jamais accepté de prendre le biberon, que ce soit de mon lait ou de lait maternisé). L'allaitement s'est bien passé, malgré un REF, que mon fils a fini par gérer.
Fin juillet, avant la reprise du travail je n'en pouvais plus d'allaiter, avec la canicule et le refus de boire de l'eau de mon fils, je l'avais littéralement au sein tout le temps et j'ai trouvé ça particulièrement pénible, donc j'ai décidé que la reprise du travail signerait la fin de l'allaitement.

A la reprise du travail, il a accepté dès le premier jour de prendre des biberons de lait maternisé, sans aucun problème. Ca a été un énorme soulagement pour moi, et j'ai pu pour la première fois en 6 mois passer une journée seule ; et alors que je pensais maintenir une tétée le matin et le soir, j'ai laissé tomber, pas lassitude ou fatigue, et parce qu'il adore les biberons...

Il a été complètement sevré en une semaine, passant de 10 tétées à 4 biberons (mes seins ont sacrément souffert, soit dit en passant). Mon fils n'a pas du tout été perturbé par ce sevrage express, mais j'ai continué à lui proposer le sein le soir après le biberon pour un moment câlin, ou certain matin trop matinaux, pour une tété-dodo-câlin avant de partir au travail, mais il ne se précipitait plus dessus, trop rassasié, pas besoin et plus assez de lait. Bref il semble être passé à autre chose.

Avant d'arrêter je n'en pouvais plus, je voulais me retrouver, "récupérer mes seins", et ne plus avoir ce sentiment que tout reposait sur moi... Maintenant que j'ai pu souffler quelques jours, je suis triste que ce soit fini, et les tétées me manquent, et je suis incroyablement triste. Les moments de calme, câlins, les rigolades sur mon sein me manquent.

Il n'est pas tellement question de relancer ma lactation, car je n'ai pas l'impression que mon fils en ait besoin, et je ne sais pas si ça marcherait, mais je voulais simplement partager ce que je traverse, savoir si certaines d'entre vous l'ont vécu, si c'est "normal" que je m'accroche plus que mon fils ?... Bien sûr tout ça se cumule avec la reprise du travail à temps plein, les déplacements et le fait que je ne passe plus qu'une heure avec lui par jour, ça fait beaucoup, finalement ;-)

Bonne journée à tous
 

Symphorine

Lactarium
Bonjour @luth
j'ai trouvé ton message très touchant.
Je pense que plein de mamans ici auront des mots réconfortants. Juste, ce que je peux dire, c'est qu'on a certainement toutes un petit (ou un gros) pincement au cœur quand l'allaitement se termine, peu importe la durée et la façon dont ça se termine. Ça marque la fin d'un "lien" particulier, on tourne une page. Et dans ton cas, comme tu le dis, cela se cumule avec la reprise du travail et la séparation avec ton bébé. Dans ce contexte, je trouve ça normal que tu te sentes triste.
En tous cas, c'est déjà un bel allaitement que vous avez partagé, ton fils et toi.
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Bonjour à tous,

Je suis nouvelle inscrite, bien qu'ayant éclusé quasiment quotidiennement le site de la LLL depuis quelques mois :) Merci donc à toutes les personnes qui font vivre cette source d'informations si précieuses.

J'ai besoin de poster un message, ou ouvrir une discussion, suite au sevrage de mon fils.
Je l'ai allaité exclusivement jusqu'au 1er aout, quand j'ai repris le travail, il avait 5.5 mois (il n'a jamais accepté de prendre le biberon, que ce soit de mon lait ou de lait maternisé). L'allaitement s'est bien passé, malgré un REF, que mon fils a fini par gérer.
Fin juillet, avant la reprise du travail je n'en pouvais plus d'allaiter, avec la canicule et le refus de boire de l'eau de mon fils, je l'avais littéralement au sein tout le temps et j'ai trouvé ça particulièrement pénible, donc j'ai décidé que la reprise du travail signerait la fin de l'allaitement.

A la reprise du travail, il a accepté dès le premier jour de prendre des biberons de lait maternisé, sans aucun problème. Ca a été un énorme soulagement pour moi, et j'ai pu pour la première fois en 6 mois passer une journée seule ; et alors que je pensais maintenir une tétée le matin et le soir, j'ai laissé tomber, pas lassitude ou fatigue, et parce qu'il adore les biberons...

Il a été complètement sevré en une semaine, passant de 10 tétées à 4 biberons (mes seins ont sacrément souffert, soit dit en passant). Mon fils n'a pas du tout été perturbé par ce sevrage express, mais j'ai continué à lui proposer le sein le soir après le biberon pour un moment câlin, ou certain matin trop matinaux, pour une tété-dodo-câlin avant de partir au travail, mais il ne se précipitait plus dessus, trop rassasié, pas besoin et plus assez de lait. Bref il semble être passé à autre chose.

Avant d'arrêter je n'en pouvais plus, je voulais me retrouver, "récupérer mes seins", et ne plus avoir ce sentiment que tout reposait sur moi... Maintenant que j'ai pu souffler quelques jours, je suis triste que ce soit fini, et les tétées me manquent, et je suis incroyablement triste. Les moments de calme, câlins, les rigolades sur mon sein me manquent.

Il n'est pas tellement question de relancer ma lactation, car je n'ai pas l'impression que mon fils en ait besoin, et je ne sais pas si ça marcherait, mais je voulais simplement partager ce que je traverse, savoir si certaines d'entre vous l'ont vécu, si c'est "normal" que je m'accroche plus que mon fils ?... Bien sûr tout ça se cumule avec la reprise du travail à temps plein, les déplacements et le fait que je ne passe plus qu'une heure avec lui par jour, ça fait beaucoup, finalement ;-)

Bonne journée à tous
:calin:

Bien sûr que c'est normal ce sentiment, que l'allaitement se termine à 1 moi sur décision de la maman ou à 5 ans sur décision de l'enfant.
 

leeloo7131

Période de pointe
Adhérent(e) LLLF
Bonjour. J'ai ressenti moi aussi cette sensation lorsque ma fille a subitement arrêté de têter à 9,5 mois.
J'avais l'impression de ne plus servir à rien, d'être rejetée par bébé, qu'en plus, mon conjoint avait développé pendant ce temps là une toute autre relation avec ma fille que je jalousais.
Elle ne voulait plus de mon lait au bib non plus, au final je me faisais ch*** à tirer pour rien car ma bourrique n'en voulait pas. Ça a été dur !! J'ai pleuré pendant une semaine...

Je pense que c'est normal d'être un peu triste, tu passes à une autre étape de votre relation. Il faut en quelque sorte vous reaprivoiser en dehors du tetou magique.
 

ParisianLawyer

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Après des mois a entretenir ma lactation, ça a été difficile de décrocher aussi. C'est venu un peu tout seul ici. Ce sentiment me semble parfaitement normal a tous cas :) :calin:
 

luth

Colostrum
Merci pour vos messages, ce matin c'était très difficile parce que je réalisais que c'était vraiment fini, je ne pensais pas que ça irait si vite, alors vous lire m'a fait du bien... à tellement m'inquièter pour mon fils, et ses ressentis vis à vis du sevrage, je n'avais même pas envisagé que ça puisse m'atteindre, moi, à ce point. Décidément, cet allaitement m'aura appris tellement de choses, quelle expérience incroyable <3...
 

Tatian@

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice LLL
Bonsoir @luth , de nombreuses mères ressentent un "coup de blues" à l'arrêt de l'allaitement, qu'il soit choisi ou non, que ce soit à 3 mois ou à 3 ans ;)
Il y a une raison physique à ces sentiments : lorsqu'on allaite, on est "baignées" d'hormones, on sécrète de l'ocytocine et des endorphines (morphines naturelles). Lors de l'arrêt (d'autant plus si il est brutal) notre corps n'est plus autant sous l'influence de ces hormones ce qui explique en partie le coup de "blues" du sevrage.
Bonne nouvelle : les câlins, les contacts physiques font sécréter de l'ocytocine, même sans allaiter. Donc le peau à peau, les massages, le portage ou les tétées "câlins" peuvent être des moyens de se réconforter ;)
 
Haut