• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page fecebook "réunions virtuellles LLL France")

Traitement fertilité et allaitement ?

Bazinette

Montée de lait
Bonjour à toutes,


J'allaite encore mon petit garçon de bientôt 8 mois. Tout se passe bien sauf que nous aimerions concevoir bébé 2.... (Pour information je suis OPK et nous avons mis un peu de temps à concevoir notre 1er enfant).

Depuis trois mois j'ai des pseudo ovulations (tous les signes sont la sauf que l'ovulation n'a pas lieu).

Je ne veux pas avoir à sevrer mon garçon pour faire revenir ma fertilité.

Savez vous s'il y a des traitements pour provoquer l'ovulation qui soient compatibles avec l'allaitement ?
 

Myriam

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice à la retraite
Bonjour @Bazinette,

Je peux t'envoyer par courriel si tu le souhaite un Coin du Prescripteur consacré à la PMA. Comme ça tu pourras le lire et le transmettre à ton professionnel de santé.
 

Bazinette

Montée de lait
Pensez vous qu'un gynécologue pourrait me demander de sevrer mon enfant pour mettre en route le second ?

Sachant que l'allaitement bloque l'ovulation, il est fort probable que mon gynécologue me demande de commencer par sevrer bébé pour espérer un retour à une fertilité normale, et si ce n'est pas le cas après plusieurs mois et après sevrage, penser à un traitement ?
 

Axb

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Étant moi aussi passée par la PMA et selon leur "philosophie" je pense que oui. En effet, ils font toujours en sorte de mettre toutes les chances de notre côté (c'est en tout cas la façon de faire de mon centre PMA) quitte à en faire trop... mais c'est aussi pour ne pas nous faire subir des traitements lourds "inutilement"... mais ce n'est que mon avis et je n'ai pas été confrontée à cette situation.
Tu es très courageuse de t'y replonger "si vite" en tout cas. Bon courage!
 

Bazinette

Montée de lait
Oui nous voulons que nos deux enfants soient proches en âge pour qu'ils jouent facilement ensemble.

Mais je ne veux pas sevrer mon premier pour laisser la place à un enfant qui n'existe pas encore. Surtout que mon petit garçon a encore beaucoup besoin de téter.... Et je tiens encore beaucoup à nos tétées câlin.
 

Axb

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Je comprends tout à fait!
Parles en avec ton centre tu verras bien ce qu'ils en pensent...
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Si je ne dis pas de bêtise, lors d'une grossesse d'une maman allaitante, la lactation finit par se tarir au bout de quelques mois et les bébés se sèvrent donc d'eux même (même si certains continuent de téter jusqu'à la naissance et sont ensuite co-allaités)
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Je connais (enfin, via des forums...) plusieurs personnes qui sont tombées enceintes avec une PMA tout en allaitant leur aîné.
Chez la plupart des femmes, l'allaitement ne bloque pas l'ovulation, dans le cas d'une ovulation naturelle il la retarde, mais une fois le retour de couches passé, les cycles reprennent leur rythme normalement.
Si le médecin est réticent, tu peux toujours lui dire que tu as sevré même si en vrai ce n'est pas le cas...
 

Bazinette

Montée de lait
Oui mais je crains que le traitement qu'il me prescrive ne soit pas compatible avec l'allaitement.

Me concernant, je n'ai pas eu de retour de couche encore et aucune ovulation (prise de température quotidienne, et aucun plateau haut). Bébé tète encore plusieurs fois la nuit... J'ai l'intime conviction que le retour à des cycles "normaux" ne se fera pas tant que j'allaiterais mon premier.
 

Myriam

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice à la retraite
En fait, si je comprends bien, tu aimerais aménager ton allaitement pour permettre un retour à la fertilité ?

Je te mets un très court extrait d'un article :
Allaitement et fertilité : Christine Foster, Mountain View, USA.
Extrait de la revue New Beginnings, sept-oct. 2006, traduit de l’anglais pour La Berceuse, revue de La Ligue La Leche du Québec.
[...]

FAVORISER LE RETOUR DE LA FERTILITE
Certaines mères apprécieront cette liberté de ne pas avoir de saignements menstruels. Gwen Fancy, animatrice LLL à Dallas, Texas, USA, et mère de deux filles, a passé deux ans puis deux ans et demi sans règles après la naissance de ses enfants. « C’était agréable de vivre sans syndrome pré-menstruel et ses inconvénients », dit-elle. D’autres mères pourtant souhaiteraient redevenir plus rapidement fécondes. Par une bonne connaissance, les mères peuvent exercer un contrôle sur le retour de la fertilité. Dans Mothering your Nursing Toddler (titre français le Bambin et l’Allaitement), Norma Jane Bumgarner écrit que rompre la fréquence des tétées pendant six à huit semaines, surtout la nuit, peut suffire à provoquer le retour de la fertilité .
Quand la fille d’Alane Kasrawi, Ellie, fêta son premier anniversaire, Alane commença à paniquer car elle voulait être enceinte à nouveau.
Elle se souvenait s’être sentie exclue, en tant qu’enfant, quand ses soeurs jouaient ensemble. Elles avaient quatre et six ans de plus qu’elle, et Alane souhaitait moins de différence d’âge entre ses enfants. Mais A. Kasrawi, animatrice LLL dans le nord de la Californie, continua à allaiter régulièrement son bébé sans voir aucun signe de règles.
Parmi les femmes qui allaitent fréquemment, le cas d’Alane n’est pas inhabituel. Souvent les mères ont un projet, mais leur corps en a d’autres pour elles. Certaines familles peuvent s’accommoder d’un nouveau planning, mais d’autres peuvent vouloir ou ressentir le besoin d’enfants plus proches en âge. Pour Kasrawi, c’est une association de plusieurs choses qui a fait l’affaire. Une interruption de l’allaitement pendant 24 heures a favorisé le retour de ses règles deux mois après ses premières tentatives de grossesse, mais sa phase lutéale est restée courte, et elle fit une fausse-couche précoce cinq mois plus tard. Finalement, après huit mois d’essai, elle fut à nouveau enceinte, et des suppléments de progestérone l’ont aidée à le rester. « Je suis heureuse d’avoir eu ce temps en plus », dit-elle maintenant. « Cela m’a permis de mieux concilier les besoins de chacun. »

UNE PART NATURELLE DU CYCLE DE REPRODUCTION
L’allaitement a un effet puissant sur le corps. L’aménorrhée de la lactation est une période normale du cycle de reproduction, qui protège les femmes par une interruption naturelle de la fertilité.
Plusieurs scientifiques pensent que les périodes prolongées d’aménorrhée de la lactation peuvent aider à expliquer le faible taux de cancers des ovaires, de l’endomètre et du sein chez les femmes qui allaitent.
En comprenant les effets de l’allaitement sur votre cycle menstruel, en évaluant les besoins de votre bébé qui grandit, et en déchiffrant les clés que votre corps vous donne, vous apprendrez à reconnaître les signes de fertilité.
_____________________________
Christine Foster est animatrice LLL . Avant d’avoir des enfants, elle travaillait comme reporter dans plusieurs journaux et magazines, dont ‘Forbes’ et ‘The Philadelphia Inquirer’. Elle se consacre maintenant à ses enfants, Katie, William et Andrew. Christine et son mari David habitent Mountain View, Californie, USA.
[...]
Quelques idées pour favoriser le retour de la fertilité, et pour trouver un équilibre entre les besoins de votre bébé actuel, et votre désir de lui donner un petit compagnon :
  • Soyez patiente. Parfois les choses se font pour une bonne raison. Un bébé qui continue à téter constamment peut ne pas être prêt à partager l’attention de sa mère avec un autre. Un retard de la fécondité peut signifier qu’au moment où vous retombez enceinte, vous avez un enfant plus mature qui peut mieux cohabiter avec un nouveau bébé à la maison.
    Faites des changements brusques dans vos habitudes d’allaitement. Ils ont tendance à faire repartir le cycle plus vite que les changements progressifs.
  • Etudiez la possibilité de sevrer pendant une période conséquente chaque jour. Pour certaines mères, le sevrage de nuit est la solution miracle, alors que pour d’autres, sevrer pendant une partie de la journée peut faire l’affaire aussi. Pour certaines mères, une période de seulement quatre heures sans tétée peut aider à revenir au taux hormonal de fécondité.
  • Si vous avez des règles, mais que votre phase lutéale est trop courte pour rester enceinte, pensez à évoquer avec votre médecin la possibilité de suppléments. Certains médecins croient qu’ils peuvent aider à allonger la phase lutéale, et augmenter les chances de maintenir une grossesse.
  • Voyez si vous pouvez passer 24 heures sans allaiter. Pour certaines femmes, cette interruption peut les faire redevenir fécondes.
  • Si votre enfant le veut bien, le nourrir de plus de solides peut diminuer son besoin de téter.
  • Soyez réaliste. Comme il est dit dans le Traité de l’allaitement maternel, certaines femmes trouveront difficile voire impossible de concevoir pendant l’allaitement, même si leurs menstruations ont repris. Beaucoup de femmes, pourtant, semblent pouvoir concevoir pendant cette période.
 

Bazinette

Montée de lait
Merci Myriam pour cette aide précieuse.
C'est une des solutions que j'envisage.

En fait j'ai déjà tenté de limiter les tétées en donnant le biberon et en ne tirant mon lait qu'une fois par 24h. Visiblement ce n'est pas suffisant.

En revanche, fin février je pars 3 jours en thalasso sans mon fils. Du dimanche aprèm ou mardi aprèm. Donc en gros je n'aurais aucune tétée toute la journée du lundi. J'hésitais à prendre mon tire lait mais je vais peut être le laisser à la maison.

Si je ne le tire pas pendant cette durée, je ne risque pas de voir ma production de stopper d'un coup ?

Il est vrai que la nature est très bien faite et peut être que si je n'ai pas encore mon rdc c'est parce que bébé tète beaucoup et qu'il n'est ainsi pas encore prêt à partager sa maman. Néanmoins je me dis que ce serait génial pour lui d'avoir un compagnon de jeu qui soit proche. L'ayant moi même vécu, je préfère vraiment cela pour lui plutôt que de devoir partager ses parents avec un frère ou une soeur trop petit avec lequel il ne pourrait pas s'amuser facilement.
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Oui mais je crains que le traitement qu'il me prescrive ne soit pas compatible avec l'allaitement.
À ma connaissance il n'y a pas d'incompatibilité entre les traitements pour la fertilité et l'allaitement. Mais si tu as un doute, tu peux vérifier toi-même sur le site du crat.
 

Bazinette

Montée de lait
Je n'aime pas mentir puis je suis pas trop douée pour cela mais bon.... On verra lors de mon rdv le 6/02.

Je pense que je ne serais pas la première à déformer un peu la réalité
 

Bazinette

Montée de lait
Voici les nouvelles.

Comme je le disais précédemment, je n'aime pas mentir. Et j'ai bien fait de ne pas le faire.

J'ai donc expliqué la situation à mon gynécologue (celui même qui m'avait trouvé le SOPK il y a presque deux ans). Il m'a prescrit du Duphaston pour faire venir le retour de couche en me disant que c'était compatible avec l'allaitement.

Il m'a dit d'essayer pendant deux mois sans stimulation ovarienne. Si toujours rien dans deux mois, on reprend rendez-vous.

Voilà pour les news. J'espere que le traitement ne risque pas de diminuer la lactation...
 

Christine13

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Re bonjour @Bazinette

Désolée j'ai connaissance de cette conversation APRÈS t'avoir répondu en mode. Du coup ma première réponse à dû te sembler bien inappropriée (genre "j'ai attendu que mes règles reviennent d'elles-mêmes"), je m'en excuse je ne connaissais pas ta situation.
 
Haut