• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

Réunion virtueLLLe spéciale forum le 8 juillet

Sekhmet

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Ce serait bien de faire une réunion forum lll spéciale allaitement bambin! Hi hi, je pourrais participer!
De toutes façons on ne s'est pas très bien collées au thème "prévu". En fait il a plus servi à démarrer la discussion, après on est parties un peu à droite, à gauche, en avant, en arrière et dans plusieurs dimensions parallèles. 😝
 

Adso

Voie lactée
Adhérent(e) LLLF
Coucou :)
Ça fait longtemps que je n'ai pas posté sur le forum (Je profite de l'été avec Minus et j'avoue, je vous trompe avec tout plein d'autres réunions virtuelles depuis quelques mois...), mais pour celles qui se souviendraient de moi, j'étais la maman dont le pseudo manquait à côté de mon nom complet pendant la réunion 😛
Ça m'a paru très étrange de mettre enfin des visages sur vos pseudos, mais vous étiez toutes aussi sympathiques et intéressantes que vous l'êtes habituellement ici!
Difficile de trop parler par contre, c'est l'inconvénient du virtuel par rapport au présentiel, ça et le bruit de fond de mon homme en cuisine qui m'empêchait de garder le micro ouvert :/
En tous cas vivement d'autres réunions du forum ;)
Ah, et je n'ai pas eu le temps d'en parler tout à l'heure, mais je rejoignais complètement l'avis d' @Apicobi sur le féminisme pour le coup. Cette force animale qui nous étreint, comme tu l'as si bien décrite @Doobida , et nous pousse à materner et pouponner, fait pour moi partie de ces libertés d'être nous-même (bon je ne sais pas si je suis très claire, mais je suis kaput, je voulais juste donner mon avis là-dessus, lol)
 

Doobida

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
@Adso c'est rigolo de mettre un pseudo sur ton visage après-coup :)
Oui je trouve ça chouette de dire les choses comme ça. Mais du temps du petit Grec j'ai eu du mal à l'exprimer auprès de mes copines quand je disais que je ne voulais pas rentrer tard parce que je ne laissais pas le petit Grec même au papa..
Et @Apicobi j'y ai encore pensé ce soir en courant vers ma toute douce après avoir endormi le petit Grec : ben non je ne peux pas laisser mon mec prendre confiance en son rôle de père contenant puisqu'il ne cherche pas à trouver des stratégies pour la calmer. Il essaie un truc et continue alors qu'elle hurle... On en discute beaucoup mais il est trop fainéant pour se lever quand elle a besoin de mouvements, trop impatient pour la prendre sur son épaule...
Je ne sais pas comment faire autrement 🤷‍♀️

Merci @Tatian@ pour la réunion j'adore vous "rencontrer"
Ca me rend impatiente de retrouver mes réunions LLL en irl :)

[EDIT] je suis dure avec mon mari : il a quand même beaucoup évolué et essaie plein de choses qui marchent : il la prend en porte-bébé et part se promener avec souvent. Je vais lui dire à quel point je trouve qu'il est un super papa. Même si je veux beaucoup plus...! Mais je sais qu'il est capable et compétent 😇 Happy sandwich
 
Dernière édition:

Sekhmet

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Moi aussi j'ai hâte de réunions IRL, en plus je suis une grosse chanceuse y'en a dans ma ville de manière régulière ! Sauf que... en fait je ne peux pas y aller. Il n'y en a pas pendant les vacances scolaires et c'est évidemment à un créneau où je suis pas dispo... du coup la dernière fois que j'y suis allée c'était pendant le congé mater', Petit Loup avait 2 mois.
C'est pas la faute de l'animatrice qui a sûrement des gamins à gérer durant les vacances, ou simplement envie de temps pour elle, et puis c'est déjà top d'avoir des réunions si près de chez moi. C'est juste un peu frustrant ! ^^
 

Tatian@

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice LLL
Bon désolée d'avoir piqué une place pour rien finalement... grosse crise de ma grande une demi heure avant et j'ai du coup zappé :eek:
Vivement qu'elle refasse des siestes pfff... -oui, j'y crois encore!-
Tu n'as piqué la place de personne, il me restait encore des places ;)
Il est très fréquent qu'une maman ou deux ne viennent pas (oubli, enfant qui réclame de l'attention ou souci de connexion) le nombre d'inscription est prévu en fonction.
Tout va bien
 

Tatian@

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice LLL
@Doobida , je dis souvent aux mamans qu'elles font du mieux qu'elles peuvent avec les ressources dont elles disposent à l'instant "T" (ressources matérielles, information, ressources physiques, psychiques....). C'est pareil pour les papas je pense. Il peut néanmoins arriver que certaines choses ne nous satisfassent pas dans un couple, cela arrive dans beaucoup de couples (tous je pense en fait). Les mamans ont besoin de parler de ça aussi (notre réunion locale de février avait pour thème "allaitement et vie de couple" et c'était passionnant).

@Sekhmet , c'est vrai que les réunions LLL sont souvent en semaine et pendant les périodes scolaires. Et en effet les mamans qui travaillent peuvent rarement se libérer sur ces créneaux. Certains groupes organisent des réunions l'été (bon, pas cet été bien sûr...) ou des réunions le WE.
Parfois il suffit qu'une maman propose à l'animatrice d'être hôtesse pour que l'animatrice se laisse tenter et anime un samedi par exemple. C'est ce qu'on avait commencé ici avant le confinement : une maman de ma commune nous accueillait pour une série de 3 réunions "bambins" a un rythme plus espacé que les réunions habituelles (une réunion tous les deux mois). Peut être qu'en proposant à l'animatrice y a moyen de? :whistle:

Concernant nos échanges de cet après midi
(auteur du livre "le problème avec l'allaitement")

Enjoy ;)
 

c_elo

Période de pointe
Adhérent(e) LLLF
Ça m'a fait très plaisir de mettre des visages sur des pseudos que je lis avec beaucoup d'intérêt (sans toujours oser participer).

Ah, et je n'ai pas eu le temps d'en parler tout à l'heure, mais je rejoignais complètement l'avis d' @Apicobi sur le féminisme pour le coup. Cette force animale qui nous étreint, comme tu l'as si bien décrite @Doobida , et nous pousse à materner et pouponner, fait pour moi partie de ces libertés d'être nous-même (bon je ne sais pas si je suis très claire, mais je suis kaput, je voulais juste donner mon avis là-dessus, lol)
@Adso merci d'exprimer cela ! Pour moi c'est très clair et c'est surtout une forme de réponse à une question que je me posais. Je suis féministe et j'étais fortement perplexe quant à cet instinct. Je me demandais comme @Doobida où avait disparu mon militantisme féministe (je me disais qu'il était parti avec mes neurones), mais je trouve cette façon de voir les choses très intéressante. Je vais y réfléchir !!
 

Adso

Voie lactée
Adhérent(e) LLLF
@c_elo pour moi (et je dis bien pour moi) il y a principalement deux pensées féministes distinctes. Il y a celles qui veulent à tout prix ressembler aux hommes, ce qui inclus le non-allaitement, non-maternage («je ne suis pas une vache et maintenant la société peut s'occuper des enfants à ma place» [c'est extrêmement résumé et du coup peut prêter à confusion, j'espère ne blesser personne]), et s'intégrer par tous les moyens dans des métiers dits «d'hommes» (demande de quotas féminins, etc)...
Et il y a celles qui, je pense, en tous cas c'est mon cas, veulent être reconnues à leur juste valeur, ni plus ni moins, sans passe-droit, au même titre que les hommes. Que ça soit l'homme ou la femme aux fourneaux et ménage ou à bricoler dans le garage on s'en fiche, pour moi le féminisme c'est de faire ce que l'on veut sans se poser de question à ce sujet (d'ailleurs chez moi c'est Mr qui gère le ménage, vaisselle et repas, et moi qui m'occupe des travaux lourds parce qu'on aime ça, mais il nous arrive parfois de nous incruster dans le «domaine» de l'autre sans nous poser de question).
En ce qui concerne le maternage, la nature nous a faites ainsi, et même si ça n'est pas forcément le cas de toutes les femmes, si ton instinct te pousse à pouponner tu dois te sentir libre de le faire.Ça n'est pas non plus pour ça que tu tomberas dans le cliché chichi-gnangnan de la mère au foyer nunuche aux synapses inexistantes. Moi j'ai toujours détesté ces conversations de mamans autour du bac à sable où tu essaies vaguement de t'intégrer en parlant développement psychomoteur des enfants (très très simplifié et adapté au vocabulaire local) et où, sans que tu ne saches comment, la conversation a dévié sur Brandon et Kevina des anges-machin que regardait une maman en faisant son ménage bi-quotidien avant le retour de son mari (j'extrapole mais c'est du vécu)...
Materner peut être un choix éclairé, je pense que c'est notre cas à toutes ici, et les discussions sont autrement plus intéressantes, ça n'est certainement pas moins valorisant ni féministe que n'importe quelle autre activité que la société considérerait comme purement masculine.
Bon je ne sais pas si je me suis exprimée clairement, j'ai envie de faire pipi et Minus qui vient de s'endormir en me transpirant dessus, ça colle et faut que je réussisse à m'exfiltrer, c'est pas gagné.
@cerise désolée je ne voudrais pas te répondre à la place d' @Apicobi , en plus il y a eu des passages hachés :/ Mais je serais curieuse d'avoir un avis plus détaillé :)
 
Dernière édition:

c_elo

Période de pointe
Adhérent(e) LLLF
Merci @Adso ! J'avoue que venant d'accoucher (même si je suis maman d'un ado, j'ai l'impression que c'est un deuxième premier enfant, car pour diverses raisons, ma vie est aux antipodes de celle que j'avais lors de la naissance de mon grand), je suis encore dans le "vécu" et je n'ai pas assez de recul pour analyser les ressorts des sentiments qui m'animent. Hier quand @Doobida a évoqué la question, ça a résonné en moi. Et oui, je me reconnais bien dans ta deuxième analyse. La question des quotas me dérange d'ailleurs : pourquoi mettre une femme à tout prix, il faut plutôt mettre la bonne personne au bon poste, selon les compétences, peu importe le genre. Et pour cela, il faut permettre aux femmes d'accéder aux bonnes études, aux bons diplômes, ne pas sanctionner les grossesses... Bref, il y a un peu de travail encore malheureusement.
Et en effet, cela devrait être naturel de s'autoriser à s'écouter et à faire ce que l'on a envie de faire sans se préoccuper des stéréotypes sociaux (que ce soit parce qu'on s'y conforme ou au contraire parce qu'on ne s'y conforme pas). Mais comme pour toutes les "révoltes", le féminisme est un peu "extrême" dans le rejet, afin j'imagine de pouvoir s'imposer.
Le livre "lâchez nous l'utérus" de Fiona Schmidt (je vous le conseille, c'est un excellent essai sur la maternité et la non maternité) va justement dans ce sens : quels que soient nos choix, qu'on nous laisse tranquilles...

On fait peur ? 😱
Nan, mais vous êtes "entre anciennes" et vous vous connaissez bien / depuis longtemps.. c'est un peu comme dans la vraie vie, quand je vois des gens qui discutent et se connaissent manifestement bien, je reste poliment à distance 😅. Mais la sociabilité, tout ça, n'est pas mon fort 😁.
 

bad mom

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Merci @Adso ! J'avoue que venant d'accoucher (même si je suis maman d'un ado, j'ai l'impression que c'est un deuxième premier enfant, car pour diverses raisons, ma vie est aux antipodes de celle que j'avais lors de la naissance de mon grand), je suis encore dans le "vécu" et je n'ai pas assez de recul pour analyser les ressorts des sentiments qui m'animent. Hier quand @Doobida a évoqué la question, ça a résonné en moi. Et oui, je me reconnais bien dans ta deuxième analyse. La question des quotas me dérange d'ailleurs : pourquoi mettre une femme à tout prix, il faut plutôt mettre la bonne personne au bon poste, selon les compétences, peu importe le genre. Et pour cela, il faut permettre aux femmes d'accéder aux bonnes études, aux bons diplômes, ne pas sanctionner les grossesses... Bref, il y a un peu de travail encore malheureusement.
Et en effet, cela devrait être naturel de s'autoriser à s'écouter et à faire ce que l'on a envie de faire sans se préoccuper des stéréotypes sociaux (que ce soit parce qu'on s'y conforme ou au contraire parce qu'on ne s'y conforme pas). Mais comme pour toutes les "révoltes", le féminisme est un peu "extrême" dans le rejet, afin j'imagine de pouvoir s'imposer.
Le livre "lâchez nous l'utérus" de Fiona Schmidt (je vous le conseille, c'est un excellent essai sur la maternité et la non maternité) va justement dans ce sens : quels que soient nos choix, qu'on nous laisse tranquilles...



Nan, mais vous êtes "entre anciennes" et vous vous connaissez bien / depuis longtemps.. c'est un peu comme dans la vraie vie, quand je vois des gens qui discutent et se connaissent manifestement bien, je reste poliment à distance 😅. Mais la sociabilité, tout ça, n'est pas mon fort 😁.
Tu sais si on traîne la c'est qu'on est aussi des cas sociaux
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Tu sais si on traîne la c'est qu'on est aussi des cas sociaux
+1 !
J'arrive beaucoup mieux à me sociabiliser sur un forum que dans la vraie vie ;)

Sur l'histoire du féminisme et des quotas...
Dans la recherche en maths, il y a beaaaucoup plus d'hommes que de femmes. Des quotas ont été instaurés dans les comités de sélection (je sais plus quel pourcentage minimum de chaque sexe, un truc genre 30 ou 40%...).
Normalement le but est qu'on recrute ainsi plus de femmes.
En pratique, je ne sais pas si ça fait vraiment recruter plus de femmes, mais ce qui est sûr, c'est que les femmes déjà en poste, étant peu nombreuses, se retrouvent à participer à des tonnes de comités de sélection pour réussir à remplir les quotas. Et donc ont moins de temps pour faire de la recherche. Et du coup leur carrière progresse encore moins vite...
 

Sekhmet

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
Je n'aime pas les quotas et la discrimination positive par principe, mais je vois ça comme un moyen et non une fin. Si c'est bien foutu (ce qui n'est pas partout le cas), ça débloque des choses petit à petit et on n'en a plus besoin.

J'ai fait ma thèse dans un labo d'informatique, avec à peu près 50% de filles. Si, si, je vous assure ! Par quel miracle ? Ben il y a UNE cheffe de projet. Et d'autres nanas parmi les "permanents". Mais aussi parmi les thésard(e)s et sagiaires qui n'étaient que de passage... parce qu'avoir un labo "à visage" féminin, ben ça a attiré des femmes. Et du coup y'a plein de nanas dans l'équipe. Et ça attire encore. Bref c'est un cercle vertueux. Parfois elle nous disait qu'elle recevait certaines candidatures un peu à l'ouest juste parce que c'était un labo "assez féminin", mais bon :lol:

Je ne sais pas comment on en est arrivées là, mais y'a clairement un effet positif quand il commence à y avoir un minimum de femmes dans un domaine, et plus précisément quand il commence à y avoir des femmes *visibles*.
 

Apicobi

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Coucou, ça m'a fait super plaisir de voir vos têtes :)

Sur le truc du féminisme, je disais juste que en fait c'est pas les activités "femelle" ou "mâle" qu'on choisit qui feraient de nous des féministes, mais qu'être féministe ça peut aussi être de choisir librement ce qu'on veut faire et comment, sans que le fait d'être une femme n'intervienne de façon limitante dans ce choix.

Ce point de vue est l'objet d'un débat classique et récurrent, l'autre point de vue étant que vu que les femmes s'étaient battues pour sortir de la cuisine, des couches et de la lessive, y retourner volontairement pouvait être vu comme une négation de ce combat.

Au final, le refus des activités de femelle (mère au foyer, la cuisine, le ménage tout ça) m'apparait tout de même comme une première étape qui fut nécessaire dans le progrès féministe, étape grâce à laquelle nous avons le luxe (relatif) de choisir aujourd'hui ....

La prochaine fois, on parlera d'anarchisme si vous voulez (mais en vrai j'y connais pas grand chose)...... 😝🙃🤪


PS : sinon sur la question des maths, de sciences, et des ovaires, la thématique des "pensées limitantes" étudiée en psychologie apporte un éclairage intéressant... Mais là faut que je repique mon pied nain de potimarron avant d'oublier.... (J'adore les potimarrons!!) (Heu, désolée, je crois que là je dis verge) 🤪
 
Haut