• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

parentage proximal et le couple

toupidek

Période de pointe
Les messages montrent qu'il est souvent plus difficile à l homme d accepter le maternage proximal. Je pense que malheureusement, si les femmes subissent une pression sur ce type de maternage, les hommes ont une pression plus lourde, même si elle est plus silencieuse. Les pères actuels ont été élevés à la "dure" ( tout est relatif), l homme ne pleure pas, ne se laisse pas contrôler par ses sentiments et est l homme fort qui sépare la faible mère de son enfant. Ils ont la pression de leur éducation et de la société qui est extrêmement forte. De plus, comme ils n'ont pas le droit d écouter leurs sentiments, ils ont plus de mal à changer leurs regards (attention c est une généralité...) et je pense que lorsqu'on leurs demande d écouter leurs sentiments cela peut provoquer en eux une souffrance qui rend difficile la conversation.
Je le redit c'est une hypothèse généraliste et pas une vérité absolue !

S il est parfois difficile pour nous d assumer le parentage proximal, je pense qu'il faut reconnaître que c'est encore plus difficile pour les pères.

je suis plutôt d'accord mais il y a quand même un biais important dans cette réflexion : nous sommes sur un forum de maman allaitantes et sur un post de convaincues !!! alors forcément on ne vois aps beaucoup de messages de pères nous disant qu'ils sont maternant et qu'ils sont en désaccord avec leur femme !
 
Dernière édition:

toupidek

Période de pointe
chez nous, c'est également moi qui pousse pas mal mais le père avait jusque là l'air de suivre avec conviction même si j'ai eu du mal à lui faire lire des bouquins là-dessus (pas envie de faire de la psycho juste avant le sommeil, les bd c'est drôlement mieux :rolleyes:)

2 choses ont bougées récemment :
1/ notre petit bonhomme s'est mis à hurler sur son père quand celui-ci essaie de le coucher, en m'appelant de toutes ses forces et le père en a marre (à sa place j'aurai râlé - sur le conjoint - plus tôt d’ailleurs !) de se faire bouler systématiquement et que j'intervienne (au bout de 15min de hurlements dans ses bras !)
j'ai du mal à leur faire entendre à l'un que le papa est très triste d'être rejeté quand il veut simplement faire des câlins et aider la maman à se reposer et à l'autre que le petit a un passage ou il a besoin de sa maman pour trouver le sommeil
2/ j'ai trouvé une formation 'parler pour que les enfants écoutent...' pas loin pour cet automne et quand j'en ai parlé à mon homme pour voir s'il pouvait gérer les soirées avec le petit et faire un point budget il m'a répondu qu'il nous faudrait trouver une baby sitter pour qu'on y aille ensemble :D

bref, ce n'est pas tous les jours roses, même dans les couples qui sont a priori d'accord sur le fond mais je reste convaincue par ce mode de maternage qui a également fait que je me suis retrouvée moi-même, et par là-même je me suis retrouvée avec mon homme (bon heu... ça a mis des mois cette phase là !:p)
 

batmarie

Voie lactée
ne trouvant pas le dessin dont je te parlais sur le net, j'ai scanné mon propre exemplaire, car je trouve vraiment l'idée très saisissante!
 

Pièces jointes

  • planteverte.jpg
    planteverte.jpg
    91.5 Ko · Affichages: 18

batmarie

Voie lactée
bref, ce n'est pas tous les jours roses, même dans les couples qui sont a priori d'accord sur le fond
mais je reste convaincue par ce mode de maternage qui a également fait que je me suis retrouvée moi-même, et par là-même je me suis retrouvée avec mon homme (bon heu... ça a mis des mois cette phase là !:p)
tout à fait! j'ai l'impression d'être en accord avec moi même quand j'entoure mes enfants que ce soit physiquement ou moralement, et quant à la phase 2, je l'attends toujours! (mais chaque chose en son temps!)
 

Calvin

Voie lactée
Je suis étonnée d'une chose c'est le nombre de personne qui lisent des bouquins sur l'éducation. Non pas que ce soit un mal ou quoi, mais objectivement je comprends pas parce que au final ce que je retiens c'est que vous faites à l'instinct. C'est pas contradictoire? Et puis, lire des livres qui théorisent ce dont vous êtes déjà convaincues ça vous apporte quoi? Ca renforce votre conviction j'imagine, mais liriez-vous un livre qui démontre du contraire?

Je précise que ce sont des questions sincères, et pas du tout du jugement, surtout qu'au final je pense que je fais comme vous ou presque. Je vois aucun intérêt à laisser pleurer sauf nécessité (genre j'ai besoin d'aller au toilette ou de prendre une douche... :rolleyes: )

Pour revenir à la vie de couple, le papa suit globalement une éducation bienveillante, il écoute parfois un peu trop les conseils avisés de ses frères qui sont de la génération de mes parents et donc où le "laisser pleurer" est important. Il est terrorisé par les caprices et s'inquiétait de savoir si Chouchou faisait des caprices à 2 mois... Mouais... Mais bon à part cette peur des caprices il est vraiment bien et comprend plutôt bien bébé. Il traine parfois à résoudre les problèmes à mon gout, mais objectivement ce n'est jms pour laisser crier "par plaisir" ou tradition du bébé qui doit pleurer.
Le co-dodo, par contre il a pas voulu parce qu'il avait peur d'écraser Chouchou donc j'ai dormi dans la chambre de Chouchou et parfois (souvent) co-dodoter sans qu'il ne s'y oppose. Depuis qu'il fait ses nuits je ne dors plus dans sa chambre mais bon la vie de couple est tjs entre parenthèse depuis la grossesse. Ca nous convient vu la fatigue et les contraintes qu'on a pour le moment.
Pour le moment donc il suit et à priori ça devrait continuer, il est plus prévenant et calin que moi. :) Pourvu que ça dure!
 

Stephs13

Lactarium
Je lis pour ma part beaucoup sur l'éducation
Ça m aide justement à être ce que je veux être.
Par exemple pour moi les messages je sont une révolution. Je n'ai pas été élevée du tout dans cette écoute et je trouve justement que ce n'est pas instinctif de parler comme ça et pourtant oh combien plus respectueux!!!!!
Comme je ne fais pas de tri je lis aussi parfois des choses sur lesquelles je suis opposée ( fessée ...) et ça m'aide aussi à comprendre d'autres modes etc.
Après je prends aussi du recul: dans le fillozat ce qu'elle écrit preuve scientifique à l'appui ne s'applique pas du tout sur mon fils qui est capable de bien plus que ce qu'elle écrit à deux ans.
J'ai été élevée par des parents qui ne se remettent pas en question et je trouve que les livres aident à le faire.
Quand tu lis faber quelle révolution! Quelle écoute! Oui on fait déjà certaines choses naturellement mais ça aide à aller encore plus loin.
 

Alba Mamma

Période de pointe
Dans mon cas, je lis non seulement pour "aller encore plus loin", comme le dit Stephs13, parce que ces lectures donnent des pistes intéressantes, mais aussi pour étoffer mon argumentation face à l'entourage quand il critique ma manière de faire. C'est plus facile de parler de quelque chose quand on sait que ça a été testé et qu'on est sûr que ça marche, que quand on fait uniquement à l'instinct. Enfin, ça l'est pour moi. Les méthodes inverses sont déjà tellement cautionnées par l'habitude et la "tradition", qu'il me faut de quoi étayer et justifier mon approche. C'est dommage, mais c'est ainsi que je le ressens.
C'est certainement plus facile pour les mamans qui ont plus de caractère que moi et ne se laissent pas impressionner ! :eek:
 

Alba Mamma

Période de pointe
Eh puis certaines personnes sont davantage convaincues par les "bouquins" que par ce que tu peux leur dire... Nul n'est prophète en son pays ! C'est donc aussi un moyen de leur faire connaître notre approche sans qu'elle soit estampillée "made at home" et donc suspecte.
 

batmarie

Voie lactée
Je suis étonnée d'une chose c'est le nombre de personne qui lisent des bouquins sur l'éducation. Non pas que ce soit un mal ou quoi, mais objectivement je comprends pas parce que au final ce que je retiens c'est que vous faites à l'instinct. C'est pas contradictoire? Et puis, lire des livres qui théorisent ce dont vous êtes déjà convaincues ça vous apporte quoi? Ca renforce votre conviction j'imagine, mais liriez-vous un livre qui démontre du contraire?

Dans mon cas, l'éducation que je mène aujourd'hui est justement le fruit de ce que j'ai appris en devenant mère, à la fois par l'expérience mais aussi au fil de mes lectures. Elle n'est absolument pas celle que j'avais en tête avant de devenir mère, et elle a encore évolué au fil des enfants.

Ma deuxième fille par exemple m'a beaucoup fait progresser. C'était un bébé très exigeant, puis une petite fille qui faisait beaucoup de colères. Mon habitude pour gérer la colère c'était de mettre l'enfant en colère dans sa chambre, comme dans les sports collectifs: tu fais une faute de comportement, tu es en exclusion du groupe, et tu le réintègres après un temps. Sauf que j'ai vu que cela ne fonctionnait pas du tout chez ma fille! J'ai donc été attentive aux infos sur la gestion des colères du petit enfant: je suis tombée par hasard sur youtube sur les chroniques radio de Brigitte Oriol. J'ai écouté celle traitant de la colère. "Accueillir la colère de l'enfant": quelle drole d'expression! Cela ne me parlait pas du tout, et je ne voyais pas en quoi cela allait résoudre mon problème, mais cela ne coutait rien d'essayer, et ô miracle, la colère s'éteignait aussi vite qu'elle était apparue! Du coup, j'ai lu à droite à gauche sur internet à propos d'education positive, bienveillante, etc... et j'ai demandé à ma belle mère à noel quelques livres sur la question (elle ne sait jamais quoi m'offrir!).

Je répondrais donc oui, je suis prête à lire un livre qui démontre le contraire de ce que je pense. Mais pas à tout croire sous prétexte que c'est écrit noir sur blanc! Et en multipliant les lectures, les documentaires, les rencontres, on étoffe sa base de connaissance sur une question, et cela permet de faire ses choix de façon plus éclairée.

Par exemple sur le laisser pleurer: l'expérience montre que oui ça marche (sur certains enfants).

Mais on apprend en se documentant pourquoi ça marche: l'enfant s'est résigné, sa confiance en lui et en l'adulte diminue.

Sachant cela, je ne peux pas me résoudre à laisser pleurer.

Bref, je crois que tu as l'esprit de ma démarche! Je lis sur la question pour augmenter mes connaissances et faire les choix que j'estime les plus judicieux. Cela me donne aussi des arguments pour expliquer à mon entourage en quoi mes choix sont favorables au developpement de mes enfants. Je me souviens d'avoir lu pour la première fois un document sur le maternage proximal ici même en 2007 pour ma première fille: il s'agissait d'une étude canadienne sur les bienfaits du cododo. J'etais rassurée dans mon instinct de dormir avec ma fille, et j'avais matière à repondre à ceux qui me predisaient une enfant en manque d'autonomie, ou capricieuse.

Mais cette demarche d'information concerne tous les domaines qui m'interessent et pas seulement le maternage! On regarde pas mal de documentaires à la maison sur des thèmes très variés: histoire, politique, géographie, science, animaux, médecine, économie... Tous ne me passionnent pas hein attention! Mais cela m'apporte un éclairage de plus pour mieux comprendre le monde qui m'entoure et où l'info est si vite traitée et si vite oubliée.

Dernier aspect: comme beaucoup ici je manque cruellement de temps, et finalement mes lectures ne sont pas si abondantes! J'aimerais d'ailleurs beaucoup finir le livre de divertissement que j'ai entamé depuis 6 mois et qui prend la poussière sur ma table de chevet!!
 

toupidek

Période de pointe
En ce qui me concerne, je me suis aperçue pendant mon travail psy lors de ma dépression post-partum que j'avais besoin d'avis extérieur pour me faire confiance. Je m'explique : je sens qu'il faut que j'intervienne pour rassurer mon petit qui pleure, je le fais mais je me questionne des heures là-dessus et suis mal à l'aise avec ce choix (et donc bébé pleure !) ; je lis un livre qui me confirme que c'est positif donc je me sens mieux moi-même avec ma pratique et suis plus apaisée (et donc bébé aussi !). Evidement ça paraît caricatural maintenant que tout va bien mais à l'époque c'était vraiment de ce niveau (gloups !:().

Maintenant tout va mieux (ouf !) mais j'aime me documenter pour approfondir ma démarche, trouver une astuce par ci, une astuce par là... j'ai toujours aimé apprendre et ça continue, dans la pratique et dans la théorie qui pour moi se complètent vraiment bien. Ça me permet aussi de mettre le doigt sur mes limites, sur ce que je n'ai pas envie de faire même si c’est écrit noir sur blanc dans un livre qui me plaît.

Et puis c'est aussi un moyen d'échange à sens unique avec l'auteur, mais aussi avec mon mari : "tiens tu as lu ça ? qu’en penses-tu ? j'ai l'impression que ça pourrait correspondre à ce qu'on a vécu tout à l'heure lorsque...", et depuis peu avec une collègue avec qui on s'est bien trouvées autour de la question du maternage (chouette une copine en perspective !) et avec laquelle on s'échange nos lectures ;).
 
Haut