• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

Maman tres en colere!!!

Papillon

Voie lactée
Je viens pousser ici un gros coup de gueule car je n'arrive pas à ma calmer depuis ce matin!!!!:mad::mad:
Je sors de chez mon pédiatre, pour remettre dans le contexte bébé à 4 mois ½ (il mesure 68cm et pèse 7,2kg) et revient encore 2 fois la nuit. Mon pédiatre est catégorique : un bébé de 4 mois n’a pas besoin de manger la nuit, il doit faire ses nuits, il me dit que les mamans allaitantes ont toujours la manie de bondir trop vite lorsque bébé se manifeste, je lui dis que non, que j’essaie de lui redonner d’abord sa sucette et que s’il se met à pleurer en effet je le prends et lui donne à manger. Mon pédiatre me dit : « erreur !! » et il s’en réfère au dernier ouvrage de Marcel Ruffo le pédopsy pour me dire qu’il faut que je laisse mon bébé pleurer pendant quelques nuits pour qu’il perde l’habitude de se réveiller. Et attention les yeux la phrase assassine de conclusion : « Autrement j’ai peur que vous ne soyez en train de générer chez votre enfant un trouble du sommeil ». Arggggggggggggggghhhhhhhhhhhhh !!! Donc les mamans allaitantes qui donnent à manger à leur bébé la nuit au-delà de 4 mois sont toutes coupables d’induire chez leur enfant un trouble du sommeil !!!! Je suis très énervée !!! J’ai dit au pédiatre que je n’étais pas une fervente admiratrice de Marcel Ruffo, que ce n’était pas le style de maternage que j’avais choisi et donc que non !! je ne laisserai absolument pas mon bébé pleurer de faim la nuit !! Quelle honte !!!!
 

machouchou

Période de pointe
comme je te comprends papillon !! ma fille ne fait plus ses nuits...ma mère (qui n'a pas allaité) a eu l'air limite choquée que je lui donne le sein à chaque réveil...je lui ai dit que je me voyais mal réveiller tout un immeuble en pleine nuit...
la plupart des ouvrages sur le sommeil des bébés se résument en fait à "laissez pleurer !!!" c'est assez culpabilisant quand on essaie de faire autrement !! et les gens ne veulent pas admettre qu'il ne s'agit pas que de faim..."ah mais le sein n'est pas un doudou !!!!" dixit la sage-femme ! ouais ouais c'est juste un biberon en peau de maman, pfffff ça m'énerveuuu moi aussi
et l'histoire du "trouble du sommeil"mouais mouais mouais ! toute une génération ou presque qu'on a laissé pleuré, c'est pas eux qui consomment les somnifères maintenant qu'ils sont grands ??
ps dans un autre post j'ai appris que très récemment rufo avait exprimé sa non opposition au cododo, hihihi, comme quoi....
allez, bonne journée malgré tout avec ton grand petitou
 

Isabelle

Fontaine de lait
Tien, voici une autre école :
http://www.lllfrance.org/Autres-tex...ir-a-propos-des-pleurs-des-bebes.html?q=sears

http://www.lllfrance.org/Allaiter-A...er-quand-le-bebe-pleure-beaucoup.html?q=sears

http://www.lllfrance.org/Allaiter-A...-il-apprendre-aux-bebes-a-dormir.html?q=sears

Courage ! Va prendre l'air.... et n'hésites pas à lui dire que tu n'es pas du tout d'accord avec lui ! Un pédiatre n'est pas censé donner des leçons de maternage !

Fait bien la différence entre son avis personnel et un avis médical !

Le lait maternel reste prioritaire TOUJOURS !!! Même la nuit !!!! Ce n'est pas comme une autre nourriture. Ce pédiatre ne sait pas du tout traiter des enfants allaités, c'est évident. La lactation humaine est d'ailleurs faite pour la proximité avec le bébé !!!! Un bébé allaité peut prendre beaucoup de lait la nuit, son âge n'a aucune importance !

De plus il est prouvé que le lait maternel aide à dormir !
http://www.naitreetgrandir.net/fr/N...91103_tirer-donner-lait-maternel-meme-periode
http://www.yamilk.com/fr/newsletters/27-newsletter-4-allaiter-le-soir-aide-votre-enfant-a-dormir-

D'un autre côté si il se base sur son expérience à traiter les enfants non allaités qui sont intolérants aux PLV, alors oui, donner un complément la nuit favorise les troubles du sommeil si l'enfant va souffrir de reflux pendant toute la digestion ! Donc je suppose que ce pédiatre se base sur ce genre d'expérience. N'oublie pas que traiter un enfant allaité ne fait pas partie de leur formation, beaucoup de pédiatre traitent un enfant pareil qu'il soit allaité ou non.

Donc n'oublie pas qu'il est probablement de bonne fois quand il affirme de telles âneries, il n'a pas de formation pour suivre un bébé allaité.

La prochaine fois si tu ne changes pas de pédiatre, tu peux soit l'informer qu'il existe des documents pour les professionnels de santé si il veut s'informer sur le lait maternel, l'allaitement et le sommeil d'un bébé allaité. Sinon que pour les questions de maternage, tu as fait tes choix en mère bien informée. Qu'il te dise où il a lu que les tétés de nuit nuisent au sommeil d'un enfant ! C'est très étrange, j'ai jamais lu ça ! Donc sur quoi il se base pour dire ça ?

Heureusement que toi tu sais qu'il dit des horreurs, les pauvres mères qui le croient sur parole ! Toi tu es en colère parce qu'il ose te faire la morale et te dire en gros que tu ne sais pas t'occuper de ton bébé, donc c'est normal d'être en colère, c'est un manque de respect de tes choix et il se met en position de supériorité par rapport à toi, alors que c'est quand même à toi, de décider comment tu veux materner tes enfants ! C'est pareil quand c'est une autre mère ou une grand mère qui vient te dire comment élever tes enfants, c'est un manque de respect. ça nous touche beaucoup car il s'agit de nos enfants. D'un côté il dit que l'allaitement de nuit, favorise les troubles du sommeil, ce qui est faux et c'est même l'inverse, et en plus il ne respecte pas tes choix et ta position de mère ! Si c'était la boulangère encore, tu te dirais qu'elle pense bien ce qu'elle veut, mais venant d'un professionnel de santé, on attend plutôt de l'aide, une écoute bienveillante et du soutien, et là, ben ya rien que des reproches ! De quoi être déçue effectivement.

Mon avis sur laisser pleurer les bébés, c'est barbare, c'est une forme de maltraitance selon moi.

Bises ma belle
 
Dernière édition:

Myriam

Modératrice
Membre de l'équipe
Animatrice à la retraite
Je me permets de mettre aussi ce texte de l'Association Australienne pour la Santé Mentale Infantile, à retrouver sur le site et dans les Dossiers de l'allaitement n°61, Octobre – Novembre – Décembre 2004, Ne laisser pas pleurer les bébés :

L'Association Australienne pour la Santé Mentale Infantile (Australian Association for Infant Mental Health, AAIMH) se dit préoccupée par la tendance actuelle, dans les pays industrialisés, à vouloir contrôler les pleurs des jeunes enfants. Le contrôle des pleurs est défini comme un ensemble de tactiques destinées à amener les enfants à moins pleurer et à ne plus se réveiller la nuit : laisser le bébé pleurer de plus en plus longtemps avant de s'occuper de lui, ne pas se lever s'il pleure la nuit afin qu'il apprenne à se rendormir seul. L'AAIMH estime que ces pratiques ne correspondent pas aux besoins émotionnels et psychologiques des jeunes enfants, et qu'elles peuvent avoir des conséquences négatives à long terme sur leur santé psychologique.

L'AAIMH fait les commentaires suivants sur le contrôle des pleurs chez les bébés :
- Les pleurs du bébé sont un signal de détresse physiologique ou émotionnelle.
- Les bébés doivent s'adapter à un monde totalement nouveau, et même de petites choses aux yeux des adultes peuvent être très difficiles à vivre pour eux. Laisser un bébé pleurer sans lui apporter de réconfort, même pendant une courte période, peut être très angoissant pour lui.
Entraîner un jeune enfant à ne pas pleurer pourra effectivement amener un enfant à ne plus pleurer. Mais cela pourra aussi lui apprendre qu'il ne peut
espérer aucune aide lorsqu'il en a besoin.
- Les bébés à partir de 6 mois éprouvent souvent de l'anxiété lorsqu'ils sont séparés des personnes qu'ils connaissent bien. Cette angoisse s'atténuera lorsqu'ils auront compris que l'absence est un phénomène temporaire et ne présente pas de danger pour eux. Cet apprentissage peut aller jusqu'à l'âge de 3 ans.
- Presque tous les enfants cessent d'avoir besoin qu'on les rassure à l'occasion de leurs réveils nocturnes vers 3 à 4 ans, et beaucoup y arrivent plus tôt.
- Les enfants se sentiront beaucoup plus en sécurité si leurs pleurs déclenchent rapidement et systématiquement une aide adéquate de la part de la personne qui s'occupe d'eux. Un attachement lié à un solide sentiment de sécurité représente le fondement d'une bonne santé mentale.
- Les enfants dont les parents répondent rapidement lorsqu'ils pleurent apprennent à se calmer plus rapidement et facilement, au fur et à mesure qu' ils prennent conscience que leurs besoins émotionnels sont pris en compte.
- Le mode de vie occidental et les avis de certains « experts » ont amené à penser que les jeunes enfants doivent dormir toute la nuit sans interruption au bout de quelques mois, voire de quelques semaines. En réalité, les jeunes enfants se réveillent plus souvent que des enfants plus âgés ou des adultes, car leurs cycles de sommeil sont plus courts. Ces cycles courts ont pour objectif d'augmenter le temps de sommeil paradoxal, dont on pense qu'il est important pour le développement du cerveau.
- De nombreux parents se disent épuisés en raison des réveils nocturnes de leur enfant, d'une part en raison de la fatigue physique induite par ces réveils, et d'autre part en raison des attentes irréalistes en matière de
sommeil chez un jeune enfant.
- De nombreux bébés et de nombreux parents dorment mieux quand ils dorment ensemble. Il n'existe aucune raison valable pour dire qu'un enfant ne devrait pas dormir avec ses parents, et dans la majeure partie du monde l'enfant doit avec ses parents ou avec d'autres membres de la famille, soit dans le même lit, soit dans un berceau près du lit des parents. Ces derniers ne devraient pas prendre leur enfant dans leur lit s'ils ont consommé de l' alcool ou des médicaments affectant la vigilance, et certaines conditions doivent être respectées (matelas, couvertures.) pour que l'enfant soit en sécurité dans le lit parental.
- De nombreux parents ont constaté qu'il était efficace de laisser un bébé pleurer. Dans d'autres cas, cela n'a eu aucun résultat positif, ou cela a été tellement difficile à vivre pour l'enfant et les parents que ces derniers ont renoncé à ce type de stratégies.
- Aucune étude n'a été entreprise pour évaluer le niveau de stress vécu par un bébé qu'on laisse pleurer, ou pour en évaluer l'impact psychologique et
émotionnel à long terme.
-
En conséquence, l'AAIMH fait les recommandations suivantes :
- Le fait de se réveiller la nuit est normal chez les bébés et les bambins. Cela ne doit pas être qualifié de « problème » sauf si le comportement de l' enfant est tel qu'un problème est évident.
- Les parents doivent être rassurés sur le fait que répondre immédiatement aux pleurs du bébé ne risque pas de lui donner « de mauvaises habitudes ».
- Le fait qu'un bébé ou un jeune enfant se réveille la nuit peut être dû à l' anxiété générée par la solitude. Dormir avec les parents ou près d'eux est une bonne option, qui permet souvent une bonne nuit de sommeil.
- Les pratiques parentales destinées à assurer aux parents une bonne nuit de sommeil ne doivent pas nuire à la santé émotionnelle de l'enfant ou compromettre son développement mental.
- Si les parents souhaitent « contrôler les pleurs de leur enfant », cela ne devrait se faire que lorsque l'enfant a acquis suffisamment de maturité pour comprendre que ses parents seront bientôt là, et pour être capable de se sentir en sécurité en l'absence de ses parents. Une telle maturité n'est acquise que vers environ 3 ans ; cela varie suivant les enfants ; observer l'enfant et répondre à ses besoins est le meilleur moyen de déterminer quand un enfant est prêt à dormir seul.
- Avant de démarrer un programme de contrôle des pleurs, un professionnel de santé qualifié devrait évaluer soigneusement la santé de l'enfant et la qualité des relations entre les membres de la famille. Les parents devraient être mis en contact avec des associations susceptibles de les aider à gérer les angoisses et difficultés rencontrées par tous les nouveaux parents. Les autres stratégies de gestion des pleurs devraient être discutées avec les parents.
- Si l'enfant a déjà expérimenté une séparation d'avec ses parents (maladie, absence.), le programme de contrôle des pleurs ne devrait pas être utilisé. Les enfants qui ont déjà subi une séparation traumatique sont plus vulnérables encore aux effets négatifs du stress qu'ils subissent lorsqu'on les laisse pleurer.
- Dans la mesure où les pleurs d'un enfant peuvent amener un parent à maltraiter l'enfant, il est essentiel que les parents puissent bénéficier d' un soutien social, ou d'une aide thérapeutique.
- Les parents doivent être avertis qu'il n'existe aucune donnée sur l'impact à long terme, sur le développement émotionnel et sur la santé mentale, du programme de contrôle des pleurs. S'ils souhaitent quand même suivre un tel programme, leur conseiller de prêter attention au niveau de détresse exprimé par l'enfant plutôt qu'au temps pendant lequel on le laisse pleurer, et d'arrêter immédiatement le programme s'il semble poser un problème quelconque.
 

Vervaine

Voie lactée
Bonjour,
je tombe sur ce message et ça me fait du bien de lire cette réaction. C exactement pareil pour moi !!! Pas de pédiatre, mais un médecin (homéopathe de surcroit) qui me dit que ce n'est pas "normal" -je déteste ce mot!- qu'un bébé de 9 mois ne fasse pas ses nuits. Pour info, ma fille a fait ses nuits à partir de l'âge de 10 semaines ! Et c'est depuis cet été (ses 6 mois) et l'apparition des premières dents qu'elle ne les fait plus. Elle ne se réveille "plus" qu'une fois par nuit et c'est vrai que c'est très fatiguant, car cela coupe la nuit, déjà bien courte, mais c'est comme ça. Je ne me vois pas du tout la laisser pleurer, je dormirais encore moins !
Pourtant, ce médecin ne dit pas que des bêtises, il me disait bien d'attendre les premières dents avant l'introduction de solides. Mais oui, ils se croient souvent autorisé à sortir des affirmations sentencielles car ils ont fait de études, eux. Moi aussi d'ailleurs, mais pas les mêmes. Et puis d'abord, c'est moi la maman, non mais. Son avis médical, je le veux bien, son avis sur l'éductation, non merci.
Osons le dire et informer, car toutes les mamans ne réagissent pas de la même façon, on a toujours tendance à obéir au sacro-saint médecin...
 

allreset

Lactarium
Bonjour,

il a bon dos Marcel Rufo qui disait pas plus tard qu'hier dans son émission quotidienne sur France 5 que le cododo était une bonne solution si cela permettait à l'enfant de faire de bonnes nuits.
Tu lui demanderas au Pédiatre le nom du bouquin, çà m'intéresse.
Mon praticien à l'attitude plutôt tolérante m'a en effet dit que mon bébé (1 an) était capable de dormir sans avoir besoin de manger (et cela dès 6 mois, avec la diversification) et que j'entretenais les tétées, ce qui est vrai. Nous en sommes restés là sans polémiquer.

Parfois je songe à arrêter, surtout quand mes tétons sont malmenés mais au fond j'aime ces moments nocturnes où nous sommes blottis.
Rien ne dure sauf les taxes...
 

Vervaine

Voie lactée
euh, en fait, le bouquin, je l'ai (offert par mon chéri à la naissance de bébé...) Il y a du bon et du moins bon, comme pour tout, je crois. Cela s'appelle "Elever bébé". Ecrit avec une journaliste dont je n'ai pas retenu le nom.
C'est un gros pavé du genre "J'élève mon enfant", mais en plus moderne. Mon chéri ne voulait pas acheter le livre d'E. Antier, alors il a pris Rufo (que je ne connaissais pas à l'époque). Maintenant, je déchante... Mais je dois reconnaitre que le ton du livre n'est pas trop péremptoire, il reste assez ouvert. Il est même assez léger sur certains sujets, c'est la contrepartie de vouloir parler de tout. Il donne cependant de bonnes indications et quelques "bases".
J'ai juste rayé avec rage la partie sur le sevrage, préconisé à partir de 4 mois, avec le fameux, "mettez un peu de jus de légumes dans le biberon pour l'habituer au gout". Et si on allaite, on fait comment ? D'avord, le lait maternel change de goût tous les jours, alors ! GRRRRRR....
 

Papillon

Voie lactée
Merci pour toutes vos réactions et informations, c'est vrai qu'il faut vraiment distinguer ce qui est de l'ordre de l'avis médical de l'avis personnel... Je ne sais pas si je vais retourner voir ce pédiatre, j'avais déjà du mal à accepter qu'il ne parle pas à bébé avant de le manipuler et qu'il banalise le fait que bébé pleure alors qu'il vient de lui injecter plusieurs vaccins... bref pas très respectueux de bébé tout ça... mon médecin traitant est beaucoup plus humain, il prend le temps d'écouter et parle toujours à bébé avant de lui faire des examens, il lui dit même aurevoir, même s'il n'est pas aussi pointu que le pédiatre je crois que je vais me réorienter vers lui...
 

Isabelle

Fontaine de lait
C'est très bien si tu as un médecin à l'écoute de ses patients. Il n'est pas obligatoire que l'enfant soit suivi par un pédiatre, si ton médecin de famille vous respecte plus, alors c'est très bien.

J'ai rencontré la pédiatre de ma région suite au sevrage de Paul, il avait 6 mois et souffrait de constipation. J'ai testé plusieurs pédiatres et avec celle qui je revois, nous avons une bonne relation de confiance, c'est important d'avoir confiance en son médecin et de pouvoir parler sans mentir en évitant les sujets où l'on n'est pas d'accord.

On n'est pas obligé de suivre l'avis d'un médecin, surtout sur des sujets de maternage. C'est personnel et chaque famille fait au mieux. Il n'y a pas de "notice".

Pour en revenir aux nuits du bébé allaité, c'est vrai que les nuits peuvent être coupées lors des poussées dentaires, lors des débuts en crèche etc... comme pour les enfants non allaités. Pouvoir endormir et rassurer le bébé ( ou bambin ) avec le sein et un peu de lait, reste une chance et une facilité que nous envient les mères qui n'allaitent pas ou nos maris. Après la période où on nous expose les bienfaits de la séparation mère-enfant, il reste son mari qui nous dit pour avoir le calme : donne-lui le sein !!!!

ça fatigue de materner, ça fatigue les réveils nocturnes, mais l'allaitement nous facilite quand même le rendormissement, c'est fait pour ça.

La lactation ne peut tenir qu'avec un nombre suffisant de tétés, surtout les premières années où l'enfant n'est pas beaucoup diversifié. Les bambins sont parfois difficiles à nourrir et c'est rassurant que le lait maternel puisse compenser en attendant que l'enfant mange mieux. Il ne faut pas croire qu'un enfant de 6 mois mange comme un adulte ! Et on ne supprime pas les tétés comme un biberon qui serait remplacés par une collation ou un repas solide. Les tétés ne sont pas que de la nourriture, ce pédiatre ne boit pas la nuit ? Il n'a jamais de mal à trouver le sommeil ?

Vous savez aussi que le sein, ce n'est pas que du lait et quand bébé a mal aux dents, ou a besoin de contact avec sa maman qu'il n'a pas vu assez la journée, quoi de mieux que le normal pour lui ?

Ce pédiatre oublie que le sein pour un nourrisson c'est le normal pour lui, la nuit aussi. Sait-il que la lactation est plus abondante la nuit ? Le pic de prolactine il connait ? C'est dangereux pour la lactation d'encourager le sevrage de nuit, surtout si le bébé est en crèche ou est diversifié. Si l'enfant ne tète plus assez, la lactation de suit pas et de nos jours, les mères ne se laissent plus piéger par le sevrage précoce.

Donc limiter l'accès au sein, c'est aussi favoriser le sevrage précoce du sein, et heureusement, on n'est pas obligée d'être pour le sevrage précoce et la séparation mère-enfant.

L'écoute bienveillante c'est la base de LLL, que ce soit pour les bébés ou les mères, ou les papas, les bébés allaités ou pas, cododotés ou pas. Mais cette écoute on ne la trouve pas souvent. Moi aussi j'ai la chance d'avoir un médecin à l'écoute de ses patients. Même si il n'y connait rien en lactation, être à l'écoute reste une grande qualité pour un médecin !

Je vous mets une vidéo qui m'a bien fait rire, je faisais des recherches sur l'hyperactivité et je suis tombé sur cette vidéo :
http://www.youtube.com/watch?v=Pwmodas1dC0

Chacun sa méthode ! Du moment que ça marche ! Mais le papa, avec le temps de maquillage et démaquillage, je ne suis pas sur qu'il gagne du temps.... quoi que...

Bises
 
Dernière édition:

Annaëlle

Hyperlactation
Oh la la, comme je te comprends Papillon! Mon médecin (homéopathe de surcroit) m'a dit aussi de laisser pleurer bébé dès 6 semaines. Je ne l'ai pas revu (car j'habite au Maroc) et pourtant je le sais très compétent dans d'autres domaines. J'ai bien envie de le revoir à mon prochain séjour en France mais s'il sait que j'allaite "encore" (lol) à 11 mois et que je cododote avec mon fiston, je n'imagine pas sa réaction. Et pourtant je suis adulte, je fais mes choix de maternage mais il est difficile pour moi de les affirmer.En ce moment bébé se réveille x fois et ne se rendort parfois pas avant 2 ou 3h de veille, les 5èmes et 6èmes dents sortent en même temps plus les premiers pas de bébé, tout ça doit le perturber je pense, en tout cas c'est dur pour moi et je doute beaucoup. J'ai l'impression d'emprunter un chemin dans le noir, de tatonner tout le temps. Es-ce que je fais bien? Est-ce que je ne me trompe pas quelque part? J'ai la chance d'avoir un mari qui me fait confiance et qui me soutient à fond, et d'habiter dans un pays ou l'allaitement et le sommeil partagé sont encore la norme (les petits enfants dorment avec les parents et les plus grands avec les mamies dans les familles "traditionnelles"). La France me manque pour beaucoup de choses et pourtant j'appréhende de rentrer pour Noel avec mon bambin qui tète et qui dort contre sa maman... car j'ai peur de douter encore plus... Je ne lis plus les livres qui traitent du sommeil des bébés et vendent le laisser pleurer comme tellement efficace (c'est juste un mauvais moment à passer :-/), je vous lis sur ce forum et je respire!! Merci encore à toutes (Isabelle je vais lire tes liens qui m'ont l'air très intéressants comme d'habitude!) et bonnes tétées contre vos bouts de choux!
 
Dernière édition:

machouchou

Période de pointe
moi aussi ce soir chez l'homéopathe....d'un côté "ah oui les dents..l'infection urinaire...et vous qui êtes stressée etc etc" (donc logique que ma fille ne dorme pas bien) et puis powerpoint à l'appui (lol) les "grands classiques"...."votre fille doit apprendre à s'endormir seule ! c'est pour son bien ! vous ne serez pas toujours là à pouvoir lui proposer le sein ! elle doit comprendre ! ah bien sûr elle va pleurer"...et moi juste "pour rire" "et je dois la laisser hurler combien de temps ??" pas de réponse précise...."vous verrez c'est l'affaire de qqs jours..à son âge elle n'a plus besoin de manger la nuit, sinon elle va associer sommeil et repas" etc etc pfffffffff je m'en doutais un peu

-bon, y a-t-il un fondement scientifique à cette idée de "devoir s'endormir seul" ??
et les soucis éventuels d'endormissement relèvent-ils de la même problématique que les réveils nocturnes ??
ma fille s'endort en tétant, depuis sa naissance...je devrais alors la réveiller pour qu'elle se rendorme "seule" dans son lit ?? je ne comprends pas toutes ces idées arrêtées...
ma fille s'endormait très tard en ayant tété longtemps mais très tôt elle a dormi 6h d'affilée....maintenant elle s'endort plus tôt et se réveille plusieurs fois et se met à pleurer....et le "remède" serait donc une sorte d'éducation à l'autonomie dans le sommeil...ça a du mal à rentrer dans mon cerveau fatigué..allez, je vous dis "bonne nuit" !
 
Dernière édition:

Annaëlle

Hyperlactation
Isabelle, je viens de regarder la vidéo, pauvres petits quand même!! ils ont l'air d'avoir vraiment eu peur, faut dire qu'il est vraiment effrayant!
En tout cas ça cododote joyeusement là bas, ça donne envie d'aller se blottir avec eux sous la couette!
 

Tigrou

Voie lactée
Il parait que les médecins n'ont que deux heures de cours sur l'allaitement durant leur 8 années d'étude (une puer m'a dit ça mais ce serait à vérifier!) Mon pédiatre m'a dit qu'il fallait que j'arrête d'écouter les pleurs de mon bébé et de le gaver à chaque fois!! super!! Du coup je le laisse faire ce pour quoi il est pro et pour le reste (allaitement, maternage, cododo) je lui dis ce qu'il a envie d'entendre... Je rejoins Anaelle, j'ai du mal à affirmer mes choix. Ou plutot je crois que j'en ai marre de devoir les argumenter sans arret et d'etre critiquée. Mais c'est vrai que c'est trèèès agaçant ce genre de réflexion!!
 

Isabelle

Fontaine de lait
Dans ta situation Tigrou, c'est différent, ton bébé souffre probablement de coliques et reflux interne et la tété continue lui assure qu'il arrive à amorcer le sein. La succion au sein est d'un grand réconfort pour les bébés qui souffrent. Encore faut-il que le médecin connaisse l'impact de l'ankyloglossie sur la digestion et l'allaitement. Et pour toi, l'hyperlactation n'est pas très confortable non plus ! Avec des freins serrés, si tu espaces les tétés, c'est le sevrage assuré ! Heureusement que tu t'informes par toi-même et que tu vas voir un spécialiste. Je te souhaite que ça s'arrange aussi vite que pour moi et Eléonore ! Dans ta situation, tu n'as pas vraiment le choix, le médecin ne s'en rend pas compte et pense qu'on se relève la nuit calmer les pleures ou qu'on garde le bébé au sein en continu juste à cause du stress.... mais tu vois, moi je n'interprète pas du tout la situation comme lui !

Oui, c'est dommage qu'on doive se justifier de materner nos bébés, surtout quand ils pleurent. Avec un adulte ou un ados, ce comportement serait inacceptable ! Alors pourquoi est-il normal de laisser pleurer les bébés dans notre culture ? Car évidemment ce n'est pas comme ça partout !

Vous savez que les questions de maternage et allaitement ne sont traités que depuis peu par les médecins. Avant on gérait ça entre femmes, entre mères. C'est encore comme ça dans certaines cultures. Mais en France, on a tellement travaillé sur la séparation mère-enfant et lutter contre sa nature maternante que même nos mères ne savent pas comment nous aider à calmer les pleures de nos bébés. J'ai constaté cela avec ma mère et ma belle mère. Elles savent donner un biberon et il y a aussi le rot qu'il ne faut pas oublier.... Si bébé pleure, elles ne savent pas trop quoi en faire.... et la réponse du médecin est souvent, ben on fait rien, on attend qu'il se calme et qu'il dorme.

Nous avons de la chance d'être une génération internet !

Pour la vidéo, tu sais Annaëlle, je pense que c'est aussi dans leur culture, je comprends rien, mais je pense que c'est "l'esprit de la nuit" qui vient voir pourquoi les enfants ne dorment pas... et tu vois qu'il ne crie pas, il parle et évidemment les enfants ont peur au début, surtout le petit trompettiste, mais c'est fait pour, justement ! J'ai bien retrouvé mon petit Paul qui joue au lit ou saute dans le lit quand mon mari et moi on voudrait dormir.... et ce petit empêche toute la famille de dormir, ses soeurs aussi.... donc en calmant le petit, ça permet de calmer tout le monde. J'observe ça avec Paul, quand il se fait disputer, cette montée émotionnelle l'aide ensuite à se calmer. Bon, mon mari n'a jamais testé de lui faire peur, mais là, ce papa a fait preuve d'imagination pour aider à calmer le petit. Je suppose aussi qu'il suffi d'une fois pour le calmer pour un moment. Mais tu sais, je ne pense pas que les enfants soient traumatisés car ils dorment avec leur maman et vu la réaction de Paul.... Paul voulait revoir le "méchant", je lui ai expliqué et lui il a plutôt trouvé ça super que le "méchant" vienne pour mettre les enfants au lit ! Par chance Paul ne fait pas de la trompette le soir au lit exprès pour que le méchant vienne le coucher.... ouf ! Avec un enfant hyperactif, il a besoin qu'on l'aide à se calmer et on peut l'aider à faire sortir le trop plein d'émotion qui l'empêche de trouver le calme. Que ce soit en une partie de polochon ou un jeu qui défoule, au final, ça l'aide à libérer toute l'énergie qui l'empêche de trouver le calme. J'observe ça avec Paul et mon mari. Donc l'histoire pour le calmer le soir, ça ne marche pas, au contraire, comme ça lui demande du calme et un effort de concentration pour écouter une histoire, ça va l'énerver encore plus. Alors qu'un bain ou une partie d'hyppoglouton ou de badaboum ou un jeu "qui défoule", ça va l'aider bien mieux pour trouver le calme nécessaire à l'endormissement. Moi quand j'étais petite, si je ne voulais pas aller au lit, j'avais droit à un coup de martinet... je pense que j'aurais préféré "le méchant". Avec le martinet on fait croire à l'enfant qu'il a mérité de se faire taper. Là au moins il n'y a pas de violence, les enfants sont avec leur maman, c'est juste une façon très théâtrale de faire comprendre au petit trompettiste que la nuit, on dort !

Bises
 
Dernière édition:

cindirella

Hyperlactation
je crois que ces idées sur le sommeil ne sont pas liés al'allaitement mais à des philosophies d'education,veut on repondre a son enfant,l'accompagner au maximum,lui donner la securité affective,ou veut on lui apprendre "l'autonomie"(soi -disant car on sait qu'elle n'est que passagere)pour ses nuits?
 

Tigrou

Voie lactée
Merci Isabelle! C'est pour ça que je n'écoute pas mais c'est rageant!! Je me pose quand même certaines questions sur la capacité de bébé à refuser le sein mais là c'est HS, j'ai fait un autre post!
 

Isabelle

Fontaine de lait
Ne pas confondre un bébé qui refuse le sein et un bébé qui ne peut pas téter, ou qui n'arrive pas à amorcer le sein. Et refus du sein aussi à l'inverse quand le bébé ne peut gérer un flux de lait trop puissant par rapport à ses capacités.

Bises
 
Dernière édition:
Haut