1. ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
    Rejeter la notification

Ma fille a 12 mois et je pense au sevrage… Gros questionnements !

Discussion dans 'Sevrage' démarrée par CelineD, 20 Janvier 2015.

  1. CelineD

    CelineD Colostrum

    Bonjour,

    Je pense que mon sujet a déjà été abordé de nombreuses fois mais je voulais quand même lancer une discussion ici car voyez-vous, je suis un peu perdue et j'ai besoin, je crois, d'être écoutée.

    Ma fille a plus d'un an. c'est une petite très indépendante qui n'a pas de mal à dormir, qui s'apaise très facilement (c'est une dur à cuire :p ), qui joue de plus en plus avec son papa et qui délaisse un peu sa maman en ce moment. Ma fille ne tète depuis ses 9 mois que deux fois par jour : une fois le matin, et une autre le soir. La tétée du matin arrive (trop) souvent pendant la nuit…

    Depuis quelques semaines, ma petite loutre a tendance à oublier la tétée certain soir. Petit à petit, lorsqu'elle rentre de chez sa nounou, je me suis mise à espérer qu'elle ne voudrait pas téter, qu'on allait faire toutes les deux autre chose en attendant son papa. Parfois elle me demande une tétée de façon très claire, d'autre fois elle oublie complètement.
    Je suis un peu partagée. Je voudrais à la fois qu'elle laisse tomber totalement les tétées (et d'autant plus celle du matin-nuit) et l'encourager dans ce sens en lui proposant d'autres aliments à la place, et tout à la fois faire durer cet allaitement qui m'a jusque là que contenter.

    Si elle arrête, je vais craindre qu'elle manque de quelque chose (du point de vue nutritionnel -faut dire qu'elle est pas trop potelée- du point de vue affectif aussi, j'ai peur d'oublier de lui faire suffisamment de câlin), si elle arrête son petit signe "téter" ne lui servira plus à rien et c'est tellement chouette de la voir signer avec nous !

    J'ai peur de regretter, quand je pense au sevrage je suis un peu triste. A la fois j'espère qu'elle ne tardera pas trop à me dire stop, cet allaitement irrégulier m'angoisse un peu. J'ai peur de ne plus avoir de lait au bon moment le jour où elle repensera à me demander après une longue absence. J'ai peur que mon lait se tarisse car elle ne tète plus assez.

    Je ne cherche pas particulièrement de réponses, je sais qu'il suffit souvent de laisser faire les choses et de faire confiance. Cependant, j'ai trop peu entendu parler de la période de sevrage et je me sens ici très isolée. Je n'ai vu que de grands enfants qui tétaient à la demande un peu tout le temps dans la journée (je ne voulais pas de ça) ou des petits au biberon (ça me parait un peu bête de proposer un biberon maintenant que ma fille mange presque entièrement seule et boit très bien au verre…) Enfin, je n'ai rien vu d'inspirant pour moi.

    Mon histoire fait-elle écho à votre propre expérience ? Avez-vous déjà vécu un moment similaire ? Savez-vous ce qui m'attend dans les prochaines semaines ?
     
  2. toupidek

    toupidek Période de pointe

    CelineD
    mon (grand) bonhomme s'est sevré il y a quelques mois maintenant, il avait 29 mois. En fait autour depuis ses 18 mois il n'y avait plus que 2 tétées par jour : le petit déjeuner et le câlin du soir. Il a été très assidu à ce rythme pendant quasiment 1 an (jusqu'à ses 2 ans) puis la tétée du matin a disparu. Vers 26 mois il a commencé à "zapper" une tétée du soir de temps en temps, je lui ai dit à ce moment là que la tétée était à sa demande et que je ne la lui proposerait plus verbalement. A l'aube de ses 29 mois il n'a plus du tout demandé à téter avant d'aller au lit du jour au lendemain : c'est au bout de 3 soirs que j'ai réalisé ça (ensuite j'ai compté 5 soirs... 10 soirs... et au bout de 3 semaines je me suis dit que c'était terminé). Depuis il a demandé 1 seule fois à retéter, juste pour vérifier qu'il avait encore le droit (il n'a même pas pris le sein en bouche !).
    Depuis également il s'est mis à mâchouiller régulièrement son doudou ou mettre ses doigts dans la bouche (besoin de succion non assouvi !)

    Au fur et à mesure de ces diminutions progressives, de son fait mais aussi du mien puisque j'ai profité qu'il soit moins accro pour faire des déplacements (formations, vacances) de plusieurs jours sans lui, je me suis beaucoup interrogée sur les modalités du sevrage... voici quelques échanges où tu pourrais éventuellement te retrouver (ou pas ;))

    ces questionnements me semblent inhérents à l'évolution de notre histoire d'allaitement et à l'attention que l'on porte à nos enfants... tiens-nous au courant :)
     
  3. LolaQC

    LolaQC Voie lactée

    Bonjour CelineD,

    Désolée, je ne vais en réalité pas t'apporter trop d'aide (mon bébé a 6 mois, donc on est encore loin du sevrage), mais plutôt te poser une question ! Tu écris que tu signes avec ta fille : nous voulons nous aussi commencer le langage des signes, mais je trouve que le signe "papa" est très proche du signe "téter". Comment arrives-tu à distinguer les deux? As-tu changé un des deux signes pour simplifier?

    Merci d'avance pour ta réponse!
     
  4. CelineD

    CelineD Colostrum

    Merci beaucoup pour vos réponses ! J'avais peur que mon message se perde dans l'activité du forum… Je suis soulagée !

    Je suis contente d'avoir eu l'occasion de lire l'évolution du sevrage de ton (grand) loup. Je vois donc qu'on peut rester à deux tétées par jour pendant looongtemps. Lorsque je regarde ma petite loutre, je me dis que c'est une petite pressée de grandir et je ne crois pas, mais seul l'avenir nous le dira, qu'elle tétera aussi longtemps. Je comprends ton questionnement vis à vis de tes absences. Si ma fille ne tète plus que deux fois par jour depuis ses neuf mois, c'est parce que j'ai effectué un stage d'une semaine de langue des signes et que je ne pouvais plus l'allaiter durant la journée (où ce n'était plus que des tétés éclairs de toutes façons). Je lui ai fait progressivement comprendre qu'elle n'avait plus le droit que le matin et le soir et elle l'a très bien pris. En deux jours, elle ne voulait plus le sein la journée. Alors je me suis demandée : "l'ai-je forcée à arrêter ?" Je me suis rassurée en me disant qu'elle n'avait vraiment pas l'air malheureuse de la situation et que, peut-être, je lui avais proposé un changement de situation qu'elle n'osait pas demander elle-même ?

    Depuis le début de la semaine, ma fille a reprit son rythme classique : tété en rentrant à la maison + au réveil le matin.

    Je te réponds avec grand plaisir Lola !
    Pour les signes, j'utilise ceux de la langue des signes que j'ai appris auprès des sourds des villes de Grenoble et de Mulhouse. Comme je ne simplifie pas mes mots pour parler à ma petite loutre, je ne simplifie pas les signes. C'est plutôt ma fille qui les fait à sa façon au début avant d'adopter la forme officielle. Un peu je pense comme lorsque les enfants commencent à parler et qu'ils ne prononcent pas très bien les mots. Pour le signe "téter" par exemple, elle le faisait au début à l'envers : le dos de la main vers la bouche, au lieu d'orienter ses doigts vers elle. Pour "je veux", elle le fait toujours à l'envers !
    Je pense que le signe "papa" est bien différent du signe "téter", du moins comme je les ai vus faire. "Papa", en LSF, on pince le pouce et l'index au dessus de la lèvre, comme pour se lisser la moustache. "Téter", je remues les doigts tendus devant ma bouche, un peu comme pour "manger" mais avec les doigts séparés et qui font des petites vaguelettes. "Manger" ressemble plus à "téter" et ma fille les différencie très bien.
    Après, elle ne signe pas "Papa", ni "maman" d'ailleurs (je ne lui ai pas montré, j'aime bien qu'elle essaie de nous appeler par la voix), je ne sais pas quelle adaptation elle peut faire de ces signes.
    Ma fille a commencé à bien utiliser les signes vers 10 mois. Elle faisait des pseudo-signes sans conviction avant, comme si elle n'était pas sûre que j'allais la comprendre. C'est super cool de les voir faire, ils sont si fiers de savoir signer !! Ma fille a même signé chez sa nounou hier, ahah, elle lui en a bouché un coin, j'étais là pour "traduire".
     
  5. CelineD

    CelineD Colostrum

    Les tétés sont terminées pour moi. Ma petite bulle ne demandait plus du tout à téter le soir et puis, un matin, elle m'a fait non de la tête avant de s'installer sur la canapé, là où nous prenons notre petit déjeuner. Par contre elle boit énormément de lait (de vache), je ne sais pas pourquoi elle ne veut plus comme ça de mon lait. Mais n'est-ce pas le cours naturel des choses ? Ma fille gagne en autonomie, et c'est ça devenir adulte, n'est-ce pas ?

    J'ai écris sur mon blog un petit article pour parler de ce moment. Je voulais le partager avec vous :

    Ce n'est plus un bébé !
    Je voulais un enfant depuis longtemps ! Il était là, tout prêt de moi, à mon épaule, comme un perroquet fantôme, à me sourire à chaque bourrasque de vent. Quand je tournais ma conscience vers lui, sa présence gonflait et m'emplissait de joie. J'ai fini par ne plus le cacher. Je veux un enfant, il viendra bientôt, il sera là avant qu'on ait le temps de se retourner. Et puis l'Explorateur s'est pointé, une fois, pouf, le perroquet avait disparu : il s'était incarné.

    Pendant des semaines je l'oubliais. Pendant les suivantes je l'ai porté avec fierté. Pendant les deux dernières j'ai bien cru qu'il ne viendrait jamais. Et on a posé quelque chose sur mon torse. C'était petit. C'était beau mais c'était petit. Moi qui voulais un enfant, voilà qu'on m'avait donné un bébé !

    Voyez le problème ?


    Je vous jure que je n'ai pas fait cette tête en me rendant compte de la méprise.
    J'ai pas vraiment saisi où je m'étais mal fait comprendre mais ça ne m'a pas empêché d'en prendre soin et d'apprécier jusqu'aux tréfonds de mon coeur la compagnie de ce bébé. Une petite bulle adorable qui me souriait de toutes ses dents histoire de bien me faire comprendre que enfant ou pas mon coeur allait fondre.

    Et la petite bulle a bu de mon lait. Normal, faut être un bébé pour boire du lait. Dans toute une vie d'humaine, on n'a pas beaucoup l'occasion de se servir de nos seins. Je n'avais pas trimballer les miens pendant 24 ans pour rien et c'est tant mieux. Ça me plait toujours autant de penser à l'allaitement. Même si les semaines ont passé, passé, passé jusqu'à ce qu'elles deviennent une année complète. Même si les tétés devenaient de plus en plus rares. De 8-12 fois par jour, on en était venu à 2, voire 1 ! Et puis zéro.

    Un jour ma fille a commencé à parler. Elle a dit Dadaï pour nommer notre chien, Maman pour appeler son Papa et Papa pour sa Maman jusqu'à ce qu'on lui dise qu'elle faisait erreur. Après elle a dit Maman quand ça n'allait pas et Papa quand elle voulait jouer jusqu'à ce que je me plaigne parce que c'était pas juste, moi aussi j'aime rigoler. Alors elle a dit Encore pour réclamer du pain d'épice. J'étais baba.

    Le lendemain, elle a pris une poupée et l'a couché dans son lit en lui faisant un petit bisou pour qu'elle fasse de beaux rêves. Le soir même, elle avait partagé son repas avec elle. Elle avait pris sa petite main en plastique pour lui apprendre à dire au revoir. Il y avait tant de précision, tant de douceur, tant de prévenance dans ses gestes… Et elle inventait tout, toute seule… J'étais baba.

    Un matin, elle me demande à téter avec son tout petit geste. Nous nous installons. Elle me regarde dans les yeux en souriant. Elle me dit non avec la tête. La petite bulle prend mon T-shirt pour le remettre par dessus mon sein. Les tétés, c'est fini, me dit-elle. "Tu veux un petit déjeuner ?"

    J'étais baba parce que enfin, le bébé qu'on m'avait refilé n'en était plus un. La petite bulle est un enfant. Cet enfant invente, crée, communique clairement, a une volonté de fer, mélange, partage, demande à notre chien de s'asseoir, lit le petit imagier des animaux à sa poupée.

    Finalement, un enfant, ça se fait en 23 mois.


    Plein de bisous à toutes !

    Céline.
     
  6. voyageuse

    voyageuse Colostrum

    Bonjour Céline,

    Tout d'abord, bravo pour ton magnifique texte! Il me parle énormément et ressemble beaucoup à ce que j'ai pu / je peux encore ressentir...
    Je voudrais aussi en profiter pour te dire un immense bravo pour ce beau parcours d'allaitement, tout en douceur à ce qu'on en lit, et t'envoyer des pensées douces, car j'imagine que même si on est baba de voir nos petits grandir et devenir indépendants, on est aussi nostalgiques quand une phase se termine.

    Je partage totalement ta vision de l'allaitement, quand tu dis ne pas te retrouver ni dans ces bébés au biberon, ni dans ces "grands" allaités à la demande qui réclament tout le temps le sein. Et je trouve pas évident de trouver des témoignages et des informations sur ce type d'allaitement qui me correspond. En effet, quand on lit sur le sevrage par exemple, je trouve (en exagérant bien sûr) qu'on nous parle soit de remplacer des tétées par des biberons de LA (ce qui serait idiot avec une puce de plus d'un an), soit d'allaiter à la demande - ou presque - jusqu'à ce que l'enfant cesse de réclamer, même si cela prend 3, 4, 5 ou 6 ans.

    Je me retrouve aussi dans les sentiments ambigus que tu exprimes par rapport au sevrage. Ma puce a 16 mois, et depuis qu'elle a soufflé sa bougie, je n'arrête pas d'osciller. D'un côté, j'ai envie parfois de "passer à autre chose", et je l'incite à moins demander (la différence entre ma fille et la tienne est que la mienne semble beaucoup plus "accro" et jusqu'ici, c'est plutôt moi qui pose des limites, quand - par exemple pour une maladie - je reprends vraiment à la demande, elle me réclame le sein toutes les 15 minutes!). De l'autre, je suis triste quand je pense au sevrage, à ces moments d'intimité qui n'existeront plus - plus de cette manière bien sûr, car ce sera à nous de les réinventer autrement -, à sa petite main qui cessera de caresser doucement mon avant-bras pendant qu'elle tète, etc.

    Bref, le but n'était pas de m'étendre sur mon expérience, mais tu demandais des avis sur les sentiments face au sevrage, et du peu que j'en ai discuté avec d'autres mamans, il me semble que l'ambiguïté, ce mélange entre fierté et nostalgie, satisfaction et tristesse, est clairement partagé par beaucoup de mamans quand la fin s'approche.

    Bon, mon message ne sert pas à grand-chose, mais je voulais surtout te dire que ton témoignage m'a touché et résonne avec beaucoup de choses que je ressens.

    Si j'ose aussi te poser une question beaucoup plus terre-à-terre, vu que tu as suivi un cheminement qui me correspond beaucoup mieux que ceux que je lis dans de nombreux livres: comment as-tu remplacé les tétées, au point de vue purement pratique? Est-ce que tu lui as donné du lait de vache? Déjà avant qu'elle s'arrête, pour amorcer la transition, ou seulement une fois qu'elle ne tétait plus? Ou est-ce que tu as remplacé par un moment ensemble différent (lecture, massage...)?

    Je te souhaite une très belle suite avec ton bébé devenu grand, profitez bien!!!
     
  7. CelineD

    CelineD Colostrum

    Bonjour Voyageuse,

    Je suis ravie de lire que tu partages cette vision de l'allaitement ! Tu as raison d'imaginer ma nostalgie. Dès que je parle de l'allaitement de ma fille (ou de l'allaitement en général) j'ai tendance à oublier que ma petite loutre ne téte plus. C'est un peu douloureux lorsque ça me revient…*Mais au quotidien, c'est finalement très plaisant de la voir grandie comme ça ! Je suis fière d'elle !

    Je me souviens que je disais un soir sur deux à mon compagnons : "Bon, demain, l'allaitement, c'est fini !" Il me regardait un peu bizarrement, il m'a avoué ensuite qu'il craignait que notre fille manque de calcium si j'arrêtais de l'allaiter. Mais, ma résolution du soir n'était jamais appliquée le lendemain matin, je n'arrivai pas à passer le cap.

    Pour répondre à ta question pratique, en réalité le moment consacré à la tétée n'a pas vraiment disparu. J'ai eu du mal à comprendre ce que ma fille voulait vraiment car le matin à son réveil, lorsqu'elle vient dans notre lit, elle fait encore le signe "téter" dès qu'elle me voit. La seule différence c'est qu'elle ne prend pas le sein (même quand je lui propose). Elle se blottit simplement contre moi en disant un petit "aaaah" de contentement (très mignon !) et nous restons ainsi l'une contre l'autre pendant plusieurs minutes.
    Cela faisait quelques temps que je lui proposais un bol de lait plusieurs fois dans la journée, mais jamais à la place des dites tétées du soir ou du matin. Je voulais noter une différence entre le lait bu au bol et mon lait. Au début, elle ne voulait pas de lait de vache et petit à petit, elle y a prit gout. Pour l'amuser, j'ajoute certains jours quelques pointes d'arômes : vanille, pêche, un peu de cacao instantané… Elle adore mélanger ! Je la soupçonne même parfois de boire du lait juste pour pouvoir jouer avec les couverts quand elle le boit à la cuillère ! Ca prend un temps fou… !
    En ce moment, elle ne boit plus d'eau du tout. Elle réclame tout le temps du lait (elle apprend un nouveau signe car son petit "peuh" pour dire "lait" ressemblait trop à mon gout à tous les autres aliments —"pain", "pâte", "patate", "poivron", "je peux ça ?"— et c'est difficile de la comprendre) et son papa n'est plus du tout inquiet quant aux apports en calcium.
     

Partager cette page

Chargement...