• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

Lymphangite

Meloune29

Colostrum
Et voila fièvre a 38,9 frisson ... Mince la grippe direction le médecin .... Et non mon sein droit et engorger elle m'a dit début de Lumphagite (désolé je sais pas comment ca s écrit) alors me voila sous Antibio .... Avait vous des conseils .... Je viens de mettre une compresse avec de l'argile sur mon sein là où Ç est douloureux ...
 

CarameLLL

Animatrice LLL
Animatrice LLL
Mince alors :( j'espère que tu vas vite aller mieux!

Voila ce qu'on peut trouver dans le dossier qui concerne les mastites aigues (lymphangites) sur cet page (http://www.lllfrance.org/1486-masti...ites-chroniques-et-recidivantes-abces-du-sein)

"Quel traitement

Il est important de commencer le traitement dès l'apparition des premiers symptômes, généralement apparition d'une plaque rouge et douloureuse sur le sein, avec sensation de malaise général. Il sera donc utile que toute mère connaisse ces signes et que vous lui expliquiez que faire dans ce cas.
Allaiter fréquemment du côté atteint

C'est un facteur capital du traitement. Le fait de drainer le sein est essentiel pour éviter les complications. La mère devra être encouragée à mettre son bébé au sein toutes les deux heures dans la journée et au moins une fois la nuit, jusqu'à disparition des symptômes. Il sera essentiel de s'assurer que le bébé est bien mis au sein et qu'il tète efficacement, tant pour la guérison de la mastite en cours que pour la prévention de récidives. Revoir avec la mère la technique de mise au sein, et comment elle peut s'assurer que son bébé tète efficacement.

Le sein étant douloureux, vous pouvez conseiller à la mère de commencer la tétée par le sein non atteint. Une fois le réflexe d'éjection déclenché, elle changera le bébé de sein. Le lait coulera facilement et le bébé n'a pas besoin de téter aussi vigoureusement. Il sera aussi utile de varier les positions d'allaitement. Le fait que le bébé pose ses gencives à des endroits différents du sein aidera à déboucher un canal lactifère bouché. Cela pourra aussi rendre la tétée moins douloureuse.
Se reposer

La mère devra être encouragée à se reposer jusqu'à la fin de l'épisode de mastite. C'est là aussi une part importante du traitement. Cette mère pourra avoir besoin de reconsidérer ses priorités par rapport à ses diverses activités. L'idéal est que la mère puisse s'installer au lit avec son bébé pendant un ou deux jours, en ne faisant rien d'autre qu'allaiter. Ensuite, il est souhaitable qu'elle continue à se reposer davantage pendant encore quelques jours afin d'éviter une rechute. Si c'est impossible, vous pourrez lui suggérer de prendre au moins le temps de s'allonger quelques heures dans la journée.
Massages et applications

La mère pourra masser délicatement la zone atteinte avec toute la main. Elle pourra faire des applications froides ou chaudes (en fonction du soulagement ressenti), voire alterner les deux. L'application de chaleur pendant quelques minutes, suivie d'un massage même doux juste avant de mettre le bébé au sein pourra apporter un soulagement apprécié. Si la douleur rend le massage très doux très pénible, il est possible d'exercer un « massage doux » par le simple fait d'effectuer quelques mouvements de circumduction de l'épaule côté atteint.

Mastites et lait « grumeleux »
D’après : « Theady »milk ». D DiSandro. Lactnet, 08/07/97.

Cette mère s’est présentée en consultation de lactation à 3 semaines post-partum pour mastite (le second épisode depuis l’accouchement). Elle avait des seins très volumineux. Elle ne voulait pas mettre son bébé au sein, mais elle souhaitait qu’il soit nourri avec son lait ; en conséquence et depuis la naissance, elle tirait son lait pour le donner au biberon à son bébé. Pendant la durée de la mastite, le lait qu’elle exprimait contenait des « grumeaux » gélatineux, jaunâtres, et d’une taille impressionnante (2 à 5 cm de diamètre) ; la sortie de ces grumeaux était très difficile et douloureuse ; la mère devait filtrer son lait car ils bouchaient la tétine. La consultante en lactation a suggéré à la mère d’effectuer 2 fois par jour une technique particulière de massage du sein ; ce massage était un véritable « pétrissage » profond du sein, effectué énergiquement avec les deux mains. Cela aidait cette mère à venir à bout des mastites, même si elle a continué à en présenter régulièrement (elle en a eu en tout 10 à 12 pendant les 12 mois pendant lesquels elle a tiré son lait pour le donner au biberon à son bébé). Il n’a pas été possible de savoir à quoi étaient dûs ces grumeaux, ni d’arriver à empêcher la survenue de fréquentes mastites.
Après son second accouchement, cette mère a présenté un premier épisode de mastite à J8, puis plus aucun par la suite. Son bébé est actuellement âgé de 7 mois. Cette fois encore, la mère a préféré tirer son lait pour le donner au biberon que de mettre son bébé au sein (elle obtient près de 1800ml/j). Elle n’a plus jamais observé de grumeaux dans son lait.
L’auteur a utilisé avec succès cette technique de massage chez des mères qui souffraient de mastites très fréquentes. Elle l’avait conseillée pour la première fois à une mère qui s’était présentée à 6 semaines, pour son 4ème épisode de mastite depuis l’accouchement. La mère et la soeur de cette femme avaient, elles aussi, souffert de très fréquentes mastites, et avaient sevré précocément pour cette raison. Grâce à ces massages, elle n’a par la suite plus jamais présenté de mastite jusqu’au sevrage de cet enfant (à 17 mois), ni pendant l’allaitement de son second enfant (plus de 24 mois) ; sa soeur a utilisé la même technique avec un égal succès.
Le lait maternel peut contenir des « grumeaux » ou des filaments ressemblant à du vermicelle après un épisode de canal lactifère bouché ou de mastite. Cela peut se voir aussi en cas de candidose chronique des canaux lactifères. Il semblerait aussi que cela ait un rapport avec un déséquilibre des apports alimentaires en lipides ; la prise de compléments de lécithine a aidé un certain nombre de mères présentant de fréquents épisodes de canal lactifère bouché. Des massages énergiques peuvent apparemment aussi faciliter l'expulsion de ces aggrégats.
Eviter la pression sur les seins

Il sera utile de ne pas porter de soutien-gorge pendant quelques jours. Si la mère trouve cela inconfortable, vous pouvez lui suggérer d'utiliser un soutien-gorge de taille supérieure et d'éviter d'en porter un pendant la nuit. La mère devra reconsidérer l'adaptation des soutien-gorge qu'elle porte habituellement, ainsi que l'usage de coupelles ou boucliers. Proscrire les vêtements trop serrés. Porter le bébé de préférence avec un porte-bébé pouvant être mis sur le dos.
Traitement médicamenteux

Dans la plupart des cas, si le traitement est commencé précocement, les mesures ci-dessus suffiront à entraîner une disparition ou une amélioration franche des symptômes en 24 à 48 heures. Si aucune amélioration quant à la fièvre et aux signes généraux ne se manifeste au bout de 48 heures (voire plus rapidement si la mère présente un ou plusieurs des signes d'alertes décrits au début de cet article), vous pourrez souhaiter lui
prescrire en outre un traitement médicamenteux : antibiotiques, antalgiques... Les tétées fréquentes et le repos restent cependant une part essentielle du traitement.

Les souches bactériennes pouvant être responsables de la mastite sont de plus en plus souvent résistantes aux antibiotiques. La plupart des auteurs recommandent donc, en cas de traitement antibiotique, l’utilisation d’une pénicilline résistante à la pénicillase pendant 8 à 10 jours. Les antibiotiques classiquement utilisés sont l’oxacilline (Bristopen°), la cloxacilline (Orbénine°), la céfalexine (Céfacet Gé°, Céporexine°, Keforal°) ou le Céfaclor (Alfatil°), données pendant dix jours, pour prévenir les récidives. En cas d'étiologie streptococcique, on préférera la pénicilline V (Oracilline°). Après un mois post-partum, et/ou devant une mastite non compliquée, la pénicilline V ou l'érythromycine (Ery 500°, Propiocine 500°) peuvent être utilisées en première intention.
Les suites

Après une mastite, la concentration en chlorure de sodium dans le lait maternel provenant du sein atteint peut être plus élevée, ce qui donne au lait un goût salé qui disparaîtra en moins d'une semaine.
Certains bébés pourront ne pas apprécier et montrer une nette préférence pour l'autre sein. Vous pourrez suggérer à la mère quelques techniques pour l'aider à faire accepter le sein au bébé (voir LLLettre des AM n° 9, bébé refuse un sein). Elle pourra aussi, si le bébé refuse absolument de téter le sein concerné, tirer son lait jusqu'à ce que celui-ci retrouve un goût acceptable, afin d'éviter l'engorgement."
 
Haut