• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

[ENV] Et les plus grands ?

Moumoune64

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Je ne sais pas où poster ça
Dans haut potentiel ça n'a pas sa place
Car c'est lié aux émotions
(Bon je pose ça là, déplacez le si ça ne convient pas.)

J'ai eu rdv avec la maîtresse de loulou qui a été à l'écoute, elle sera désormais plus attentive au comportement de loulou en classe pour voir comment il agit lorsque une difficulté se présente.
Elle m'a donné le nom d'une psy chez qui elle a amené son propre fils
Mais c'est une psy de plus qui ne répond pas au téléphone ni au message vocal...

Au laep non plus ça ne répond pas.
C'est dur de trouver de l'aide pour accompagner son enfant.

Bref aujourd'hui c'est pas une bonne journée, j'en ai ras le bol de tout et ce confinement me pèse bcp plus que le premier.
Désolée du pavé.
 

Marnie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Si jamais ça peut être utile à quelqu'un ^^ : je vous ai parlé de l'histoire du lutin de Noël que j'improvise le matin pour distraire Nounours de sa maussaderie au lever ? J'ai testé deux fois en cas de crise aigüe : "Et là, Nounours, le lutin de Noël et la petite girafe en caoutchouc se mirent à hurler tous trois en même temps. Ils criaient si fort que je dus me boucher les oreilles. Le sol tremblait, les murs vibraient..." Et ben c'est hyper efficace (pour le moment...), car l'enfant, trop curieux d'entendre la suite, est bien forcé de se taire : impossible de hurler et d'entendre à la fois :p
 
Dernière édition:

Elyuna

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Question:
Minimoi a un langage hyper violent quand elle joue et passe son temps à gronder ses poupons, à leur confisquer des choses, à leur dire qu’ils sont sots ou sottes et qu’ils vont finir chez la directrice...

Clairement tout cela vient de l’école et je trouve ça hyper violent... Elle a été élevée dans la bienveillance, même à la crèche elle a connu cela. Et là je suis dépassée et ne sais comment réagir.

Avec son papa, on vient d’essayer de poser les choses, d’expliquer mais je ne sais pas quelle est la bonne stratégie...

Vous feriez (faites) quoi face à ca??
 

Elyuna

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Vous avez raison! Mais ça me perturbe beaucoup de l’entendre crier sur ses poupons non stop et de les rabaisser!!

Je lui ai dit de dire: « Tu fais des bêtises/sottises » plutôt que « Tu es sot » pour dissocier l’être de ses actions (comme dans la santé, on n’est pas diabétique, on a du diabète, bref!). Je ne sais pas si ça va prendre!

Je vais voir si ça s’aggrave ou pas!

Merci de vos avis les filles!
 

Bezapot

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Peut-être que tant que ça reste adressé à ses poupées c'est aussi une façon d'évacuer ce qu'elle entend.
Tu lui as demandé si on lui parle comme ça ou ce qu'elle ressent quand elle entend ces mots ?
 

cerise

Modératrice
Adhérent(e) LLLF
@Elyuna Framboise a eu une phase pareil où elle criait sur sa poupée, le grondait. Parfois quand j'avais du temps j'essayais de verbaliser ce que poupée pouvait ressentir, d'autres fois je laissais faire.
Effectivement ça correspond à un besoin d'extérioriser.
 

Cactus2002

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
ma grand mère m'a raconté que quand j'étais petite, je prenais ma poupée et la jetais par terre, je lui donnais des coups de pieds et la frappais violemment en disant que c'était parce qu'elle était méchante. Ma grand mère était plutôt inquiète de ce type de comportement (surtout qu'un jour j'ai voulu trucider ladite poupée avec un couteau)...ben elle avait peut-être raison je ne suis pas sûre d'être totalement saine d'esprit aujourd’hui :whistle: (mais promis, je ne bats pas mon enfant)

(mais je trucide toujours des chats dans ma cave🏃‍♀️🚪)
 

Elyuna

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
Je crois qu'il y a sur ce forum quelques tortionnaires de Barbie.
Leur couper les cheveux et leur peinturlurer le visage n’est pas de la torture 😇

@Bezapot Je n’ai pas pensé à lui demander ce qu’elle ressent quand elle entend ça! J’essaierai d’en discuter avec elle.
Après je ne pense vraiment pas que ce soit à elle qu’on dise cela 🤔J’ai plutôt le modèle bonne élève, toute mimi, gentille et réservée! Mais je peux idéaliser ma fille sans m’en rendre compte... elle est peut-être sotte au final😅😂
 

marion25

Hyperlactation
Adhérent(e) LLLF
je vous lis très assidument et vos propos des unes et des autres me rassurent un peu sur notre fils.
j'ai quand même besoin de votre aide parce que là, je suis démunie face à ses comportements.
il a encore et toujours des difficultés à gérer la frustration et la colère. on verbalise, on explique à froid, on lit les livres.... bref, ça reste compliqué. en ce moment, ça dégoupille dès le réveil et ça me met sur les nerfs. il dit sans arrêt qu'il est en colère, crie, peut aussi taper... il nous dit sans cesse qu'on est méchant... bref, je sais que vous allez dire que c'est un peu partout pareil.
ça continue aussi d'être très difficile avec son papa. il est toujours 100% maman et son père s'en prend plein la tête. c'est dur pour lui.
ce qui m'embête le plus, c'est à l'école. il semble qu'il se soit lié d'amitié avec un élève de 5 ans 1/2 qui semble être assez turbulent et du coup, il développe un comportement qui nous gêne. par exemple, il était content de nous raconter que V. était en colère et qu'avec E. ils lui ont tiré la langue et l'ont embêté.
du coup, on a verbalisé sur ce que V. pouvait ressentir, ce qui lui ressentirait.... j'en viens à redouter qu'il devienne la terreur de la classe, alors qu'à la crèche, il a toujours été bienveillant, attentionné avec les autres.... on va demander un RDV à l'école pour savoir ce qui se passe réellement là-bas;
j'ai l'impression d'être perdue, je ne sais plus quoi faire. est ce qu'on est trop laxiste et qu'on est en train de se faire "bouffer" par notre fils?
 

Lumi

Fontaine de lait
@marion25 Je compatis... Ici aussi on se pose des questions sur ce qui se passe à l'école, mais aussi sur l'influence qu'on peut avoir. As-tu eu le rendez-vous que tu souhaitais ?

De mon côté je suis confrontée à un gros doute 😟
J'ai déjà parlé ici et là, en riant plus ou moins jaune, du penchant immodéré de l'hippocampe pour les batailles, les bagarres, les épées, les arcs, etc. Avec lui n'importe quel jouet peut devenir une massue ou une épée. Quand je lui dessine quelque chose, il réclame fréquemment une scène de bataille. Il adore les jeux avec figurines de son père.
Or aujourd'hui la nounou a pointé cet engouement comme à l'origine de sa violence (avérée, parfois avec elle, très souvent à l'école). Évidemment on s'était déjà posé la question, mais je m'étais dit que s'il s'était passionné pour les trains, les pompiers ou les dinosaures, personne ne s'en serait inquiété. Mais du coup j'ai peut-être tort. Peut-être qu'on lui a fait du mal en le laissant développer cet imaginaire guerrier.
C'est à un tel point que maintenant je ne saurais plus comment sortir de ça, à moins de tout confisquer et stopper brutalement : serait-ce vraiment une solution ?
Je me tourne donc vers vous pour des avis extérieurs : ça vous choque, un petit garçon de 3 ans qui ne jure que par les chevaliers, et qui a accès à des jeux avec figurines comme sur la photo ?IMG_20201203_182030.jpg
 

Liliju&Co

Lactarium
Ça me semble excessif de tout stopper net... Il risquerait de ne pas comprendre et créer un interdit c'est aussi créer un désir...

Ça ne me choque pas que les chevaliers soient la passion d'un petit garçon, mais que la guerre soit aussi une passion ça me questionne. Avec les chevaliers il y a un équipement qui peut faire rêver, un univers qui l'accompagne avec des châteaux et des princesses aussi.
Mais la guerre c'est différent je trouve, il y a des morts, deux camps qui s'opposent... Il ne faudrait pas qu'il fasse un amalgame et qu'il confonde ces scènes avec celles de la vraie vie.
Il est bien au clair lui avec le fait que tout ce qu'il joue c'est pour de faux? Que dans la vraie vie ces scènes ne nous concernent pas/plus?
 

Lumi

Fontaine de lait
@Liliju&Co Alors il n'a pas du tout la notion de mort, en tout cas ça ne joue pas de rôle dans ses jeux. Il a un vocabulaire guerrier en revanche (mea culpa) : vaincre, achever. Mais pour lui ça se limite à voir son adversaire (généralement son parent) au sol... Et ensuite on rigole et on se relève.
Il aime les histoires où des gentils affrontent des méchants. C'est totalement dans l'imaginaire et il paraît en avoir conscience. On ne parle pas de vraie guerre, il y a une histoire d'aventures derrière (les jeux Zelda, Robin des Bois, Zorro...). Et puis il ne raconte pas ce qui se passe à l'école sous ce prisme-là, il dit plutôt qu'il était en colère si on essaie de creuser ce qui s'est passé.
Je ne sais pas si tu vois Pétronille ? Il a été fasciné par la double page de la bagarre contre le monstre. C'était son passage préféré.
 

Catherine06

Lactarium
@Lumi Alors, pour ma part, ça ne me choque pas, car j'estime que chaque famille peut avoir ses propres références culturelles, jeux, environnements etc. Que ça regarde leur noyau familial et que je n'ai pas à y porter un regard jugeur.

Par contre, si derrière ta question, il y a un "auriez-vous fait cela ?", alors, je peux te répondre en toute sincérité que non, je ne laisserais pas ce matériel à disposition du minot, ni à sa vue.
La question s'est posée, car on a beaucoup de BDs, dont certaines avec des visuels d'armes, de soldatesques etc. Il sait qu'il n'y a pas accès (mais accès à tous les autres), ce sont des livres pour quand il sera plus grand (8-9 ans certains, plutôt 12 ans d'autres).
Si son père avait été passionné par les reconstitutions de bataille, j'aurai œuvré avant la procréation pour que les petits soldats soient hors de la vue du petit durant ses premières années de vie, tu vois mon genre ;).

Après, on ne fait pas un black-out complet.
Il a déjà vu de vrais soldats et de vraies armes (en passant près d'écoles menacées), ça s'est passé comme cela, j'ai accueilli ses questions (il a surtout remarqué l'allure martiale des gars, pas leur armement) et y ai répondu de manière appropriée. Pareil pour les objets guerriers qu'il a pu remarqué dans des musées.
Le canon tonne tous les jours, mais on a juste dit que c'était un objet qui servait à défendre la ville contre les attaques bien avant notre naissance.
Il sait repérer le passage de sanglier sur le terrain et ce midi, sait avoir mangé une épaule de sanglier que le voisin de mes parents a attrapé et nous a donnée. Mais il ne fait pas encore les connexions, et cela correspond à ce que je considère raisonnable pour mon enfant, à cet âge. Cela viendra.
On a les contes des 5 continents, et je sais que l'histoire de petite masaï le questionne un peu, mais pour l'instant, il a choisi de ne plus la demander, je laisse venir, je sais qu'il me posera des questions en son temps.

Mais c'est simple pour moi : il n'a pas d'aîné qui puisse lui faire entendre ces thématiques par un jeu régulier. Un jeu exceptionnel avec des cousin.es, je verrais en gardant une oreille attentive, puis interromprais en proposant un truc plus attractif pour tous si le vocabulaire ou les gestes deviennent trop inappropriés à mon goût pour cet âge.

Il a un imaginaire très concret, et dans la mesure du possible nous ne lui imposons pas nos imaginaires de grands. Là encore, ce n'est pas un black-out. On lit parfois des histoires empruntées avec des animaux anthropomorphisés, il a un petit imagier fantastique, un jeu de société avec des dragons mineurs et un dragon sur sa brosse à dent. Mais pas trop, aussi peu que possible en fait. Je sais d'expérience qu'il n'est pas besoin d'avoir à sa disposition beaucoup d'histoires imaginaires pour créer un imaginaire foisonnant (et pas forcément du tout concret).

Petit-à-petit en grandissant, il va acquérir la capacité de différencier le réel de l'imaginaire de plus en plus finement (je ne sais plus quelle est la fin de l'âge des "mensonges" qui n'en sont pas vraiment, juste un imaginaire aussi "vrai" que la réalité). Et alors, la littérature suggérée et les univers proposés vont évoluer aussi vers toujours plus de diversité.

Donc, voilà, c'est notre manière de faire. Genre, un jeu de société guerrier avec épées ok, mais à l'âge où on a commencé à aborder les enjeux politiques et les rivalités et batailles qui ont façonné notre région (encore quelques années, ça va se faire petit à petit. Mais les jeux de chevalier viendront après les questions sur les villages médiévaux, pas l'inverse). Genre un jeu vidéo de thématique guerrière ok, mais à un âge où il a eu un cours pour savoir comment se comporter face à un couteau tenu par un agresseur (faut encore ajouter d'autres années).
En fait, on est des pacifistes très prosaïques ^^'.
Bref, voilà pour mon point de vue sur ce que l'on fait chez nous concernant ces thématiques.
Reste bien sûr l'épreuve du feu des copains et copines qui ont le jeu super (forcément) qui ne nous plaît pas. On verra à ce moment comment composer (ou pas, selon les parents et les enfants et le nôtre et nous).

Tu te demandais aussi si tout confisquer et stopper brutalement serait vraiment une solution. Je ne sais pas te répondre de manière sûre, mais je ne le présenterais pas de cette manière si je souhaitais ôter figurines et jeux de son univers courant.
Franchement ? Je mentirais, après décision conjointe des parents. Les figurines, papa choisirait d'en prêter 1/3 à un collègue de bureau qui veut apprendre à les dessiner. Qui en rend 2 mais en emprunte un autre gros tiers. Et ainsi de suite jusqu'à ce que toutes les belliqueuses partent. Et boum, j'aurais des trucs plus kawaï à dessiner en tête. Le jeu, je le prêterais à une collègue de travail qui a un enfant grand qui veut le tester (et j'en aurai de plus neutres à proposer sous le coude).
Quitte à ressortir le tout dans quelques mois ou années.
Ne pas interdire, mais aider à cultiver d'autres choses.
Ne pas interdire, mais identifier les héros qu'il a totalement fait sien. Par exemple, si Link l'aide dans sa tête à se défendre à la récré, ça serait rude de lui ôter cet ami. Mais par contre, Link peut se marier avec Zelda, avoir un bébé, apprendre la méditation et devenir ambassadeur auprès des monstres 🤪 .

Enfin, je dis peut-être un peu n'importe quoi, j'espère pas trop non plus :calin:.
 
Dernière édition:

Lumi

Fontaine de lait
@Catherine06 Je sais bien que ce n'était pas ton intention - et d'ailleurs je demandais des avis sincères, ce n'est pas pour me plaindre ensuite d'en recevoir... - mais ta réponse m'a été douloureuse à lire. Parce que je n'ai pas anticipé pour l'hippocampe le quart de ce que tu anticipes pour ton minot.
Je suis contre les représentations réalistes, les mitraillettes en plastique, etc. Mais je n'ai pas vu de mal à ce que l'hippocampe admire les amiibos de son papa, ni à ce que plus tard il observe avec lui les boîtes de jeux (sur lesquelles un gros tri avait été fait quand même, hein ! Il n'a jamais rien vu de plus violent qu'un pistolet à eau et des épées, donc...). Ni à ce qu'on joue à la bataille avec des bâtons.

Je me sens perdue à plus d'un niveau. Déjà, parce que ça fait si longtemps que j'ai l'impression que si du mal a été fait, c'est presque irréversible. Je sais que c'est bête mais on parle de quasiment un tiers de sa vie. Et puis je ne suis pas à l'aise avec l'idée de lui mentir. Et ensuite, parce que la relation père-fils s'est beaucoup développée autour de ces moments. Je ne dis pas que mon mari ne pourrait pas entendre une critique à ce niveau-là - mais au contraire, il risque de trop l'entendre. Il doute et culpabilise déjà. Le risque à mes yeux est vraiment de briser sa confiance dans ses capacités de père, et ça m'inquiète beaucoup.

Pour le moment, j'ai proposé le plan suivant : faire systématiquement dévier tout scénario de bagarre. On avait déjà commencé (dans le sens de ce que tu suggères à la fin) et d'ailleurs ça commence à se sentir (les personnages ne se battent pas forcément, ils peuvent devenir amis). Mais on va essayer d'aller encore plus dans ce sens et d'en rajouter sur la fantaisie/l'humour pour qu'il y adhère. Plus souvent proposer d'autres jeux aussi, pour essayer de le détourner de ses "classiques". On verra dans un second temps s'il faut vraiment les soustraire à sa vue...
 

LaVosgienne

Lactarium
Le mal ne peut pas être irréversible. Le cerveau des enfants est tellement malléable qu'avec un peu de temps vous allez réussir à le guider vers des intérêts plus adaptés.
De ce que tu racontes @Lumi ton loulou il aime l'aventure aussi. Alors il faut sûrement le diriger vers des aventures palpitantes et plus pacifistes.
C'est aussi une question de génération peut être : ce genre de passions n'aurait pas choqué il y a quelques décennies je pense. Et ce n'est pas si exceptionnel. Ma grande est rapidement revenue de l'école avec les mots fusils, guerre, je vais te tuer. Chez nous elle ne les a pas appris mais ses camarades de maternelle jouaient avec ces mots et ces idées. Vous n'êtes pas les seuls à développer des intérêts guerriers chez vos enfants.
 
Haut