• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

Enfants à haut potentiel.

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Je fais une petite digression: je voudrais parler d'un élève diagnostiqué HP, en CE2. C'est la 2ème année que je le suis, je commence à bien le connaître, mais on n'arrive toujours pas à le faire bosser.
Le gros gros problème, c'est la production d'écrits: à l'oral il a des supers idées, il a plein de vocabulaire et il est très pertinent, mais à l'écrit c'est le blocage le plus complet. Pourtant on a essayé de donner du sens au passage à l'écrit, qu'il devienne indispensable: écrire un petit livre pour soi, écrire pour un magazine et être publié, écrire à des correspondants: rien n'y fait, il sort difficilement la moitié d'une phrase en 1 ou 2 séances d'1h :ennui:
Comment on pourrait faire pour que le passage à l'écrit soit plus facile? Franchement c'est rageant car on a des élèves en difficulté et qui finissent par arriver à produire des écrits longs, lui a des capacités énormes et il n'en fait rien :(
dictaphone? et ensuite il ape ce qu'il entend et corrige ce qui ne peut convenir à l'écrit.
ou alors ça peut-être toi qui tape ce qu'il a dit et le lendemain il relit et corrige.
 

Catherine06

Lactarium
Tu as raison sur les chercheurs, c'était une généralisation un peu bête :)
Mais je pensais a des collègues qui m'agacent, et qui par ailleurs ne sont peut-être pas HP.
Mais là question du lien entre genre et façon d'exprimer une éventuelle hypersensibilité m'intéresse beaucoup, c'est ton message qui m'a fait penses à ça :)
Je pense que les femmes aussi peuvent choisir de ne pas exprimer leur hypersensorialités ou hypersensibilités face à certains publics ou dans certaines circonstances.
Plus que du genre, cela peut dépendre beaucoup de la culture, des expériences passées, des apprentissages de gestion des émotions, de son milieu, etc.
 

Catherine06

Lactarium
Je fais une petite digression: je voudrais parler d'un élève diagnostiqué HP, en CE2. C'est la 2ème année que je le suis, je commence à bien le connaître, mais on n'arrive toujours pas à le faire bosser.
Le gros gros problème, c'est la production d'écrits: à l'oral il a des supers idées, il a plein de vocabulaire et il est très pertinent, mais à l'écrit c'est le blocage le plus complet. Pourtant on a essayé de donner du sens au passage à l'écrit, qu'il devienne indispensable: écrire un petit livre pour soi, écrire pour un magazine et être publié, écrire à des correspondants: rien n'y fait, il sort difficilement la moitié d'une phrase en 1 ou 2 séances d'1h :ennui:
Comment on pourrait faire pour que le passage à l'écrit soit plus facile? Franchement c'est rageant car on a des élèves en difficulté et qui finissent par arriver à produire des écrits longs, lui a des capacités énormes et il n'en fait rien :(
Lui proposer une approche en plusieurs étapes (et qu'il soit au courant des étapes) ? Dessiner ses idées, organiser sa page de manière à ce que les dessins racontent une histoire, ajouter une page d'écrit pour rendre son dessin plus facilement compréhensible par les adultes (bien sûr, il n'est pas tenu de «bien» dessiner) ?

Ou alors, pour gérer l'imperfection : écrire son texte sur la page de droite et utiliser la page de gauche comme une immense marge dans laquelle il va «jeter» ses pensées et ressentis pendant l'écriture à proprement parler du texte.
Par exemple : à droite «Le jour de la rentrée, j'étais content de retrouver tous mes amis. Nous nous sommes raconté nos vacances blabla». Et à gauche : «énervé, trop à dire, pas assez de mots. Très grande joie de se retrouver. Tristesse de la fin des vacances. Que mettre en premier ? Bleu, jeune, soleil, pluie... fatigué».

Juste un exemple qui peut ne pas du tout vous correspondre. Cela peut être un moyen de gérer le trop plein d'idées et l'impossibilité de tout écrire comme cela vient.

Et puis aussi, lui apprendre à reconnaître les moments où les mots se bousculent, à créer une image mentale de «stop» et un geste corporel associé pour se calmer (on souffle, on fait dégonfler le paquet de mots, des trucs comme cela).

Juste quelques idées en vrac, j'espère que tu y retrouveras ton compte ;).
 
Dernière édition:

Vio59

Hyperlactation
@Liliju des fois je me dis aussi que l'ecrit, c'est un truc qui reste a jamais. Et ca veut dire laisser une trace de son imperfection (ressentie) a jamais.
Peut-etre que lire une fois son ecrit, et puis le bruler sous ses yeux (s'il est d'accord bien sur), ca pourrait lui enlever cette pression ?
 

MamanTroll

Hyperlactation
Adhérent(e) LLLF
Ce que tu évoques @Catherine06 me fait penser à la carte mentale qui permettrait de retranscrire un mode de pensée en arborescence sur un sujet (j'imagine car jamais testé) sans être bloqué par le 'il faut tout de suite bien faire et je commence par où' et peut-être d'aller dans un second temps vers un écrit plus 'classique'.
 

Catherine06

Lactarium
@MamanTroll Genre ce qui est appelé «mindmapping» ?

Oui, j'avais cela en fond de tête mais j'ai essayé d'adapter aux outils auxquels est habitué un petit à l'écrit (enfin à ce que je suppose).
Moi, je faisais cela dans toutes les matières qui demandaient de la production d'écrit un peu longue (français, hist-géo, sc nat etc.).

Plus dans l'idée de ne rien oublier, d'aller au bout de ce qui est possible et de prendre du plaisir à explorer sa pensée que dans l'idée d'exigence de perfection. Ça, c'était plutôt une interprétation d'adulte qui ne correspondait pas à mon ressenti.
Je serais plus dans l'idée que l'enfant veut aller au bout du bout de ce qu'il se sent capable mentalement de faire, et qu'il ressent confusément que son esprit ou son corps ne suit pas. D'où la frustration, l'angoisse, les sentiments mêlés, la procrastination.
On sent qu'on peut le faire, mais il manque un truc sans qu'on en soit sûr...
Du coup, c'est absolument insupportable de s'entendre dire que ce n'est pas grave : on ressent un besoin sans savoir poser le doigt dessus, et on a l'impression d'être incompris de tous.

C'est avec l'expérience que l'on arrive à identifier qu'il manque un outil conceptuel à notre cerveau (on ne peut pas tout ré-inventer et ce n'est pas évident d'identifier et d'adapter un outil conceptuel à notre problème du moment) ou une compétence motrice, comportementale, psychologique, etc.

Enfin bref, c'est ma vision du truc.
 

Liliju

Lactarium
Merci à toutes pour vos idées et vos ressentis sur cet élève.
Aujourd'hui journée très compliquée, voire très très compliquée… (on le sent dès qu'il passe le portail, c'est fou o_O). Il a réussi à écrire péniblement deux mots, trop occupé à faire le guignol et à jouer avec ses stylos et sa règle en mode avion de chasse :whistle:
Bref, j'ai vu la maîtresse et je pense qu'on va essayer d'abord de lui proposer un casque anti-bruit et un cache autour de sa table, pour qu'il ne soit pas dérangé par les bruits de la classe ou par les allés et venus des autres élèves.

@Catherine06 je trouve ton idée très intéressante: on sent que les idées arrivent en vrac et qu'il ne sait pas hiérarchiser; peut-être que lui proposer de les écrire telles qu'elles viennent lui permettra de s'organiser, ou tout du moins l'apaisera suffisamment pour en sélectionner une seule à écrire.

@Vio59 c'est vrai que la perfection ou non de son écrit le touche beaucoup: ça le freine même clairement. On peut lui proposer de détruire son écrit mais je me pose la question de la valorisation. Est-ce que le fait d'apporter si peu d'importance à sa production ne va pas le dévaloriser, dévaloriser encore d'avantage son travail?
 

Catherine06

Lactarium
@Liliju On peut aussi prendre l'approche opposée. Au lieu de détruire ce qui a été réalisé à gros efforts, multiplier les réalisations et souligner les progrès en les mettant côte à côte.
Et si la répétition de la tâche rend la chose inappétente, demander une petite variation.

Juste pour illustrer car je ne me rends pas compte de son âge et du programme : par exemple, décrire une forêt en Automne du point de vue d'un enfant, d'un hérisson, d'un Martien en visite, d'un serpent échappé d'un vivarium, etc.
 

Vio59

Hyperlactation
@Vio59 c'est vrai que la perfection ou non de son écrit le touche beaucoup: ça le freine même clairement. On peut lui proposer de détruire son écrit mais je me pose la question de la valorisation. Est-ce que le fait d'apporter si peu d'importance à sa production ne va pas le dévaloriser, dévaloriser encore d'avantage son travail?
j'avoue que je ne sais pas trop... apres ce serait dans une demarche transparente, ou on lui dit qu'on voit que son desir de perfection le freine. S'il veut, il ecrit un truc, on le lit une fois, et ensuite on detruit son travail ??? Et on voit si ca le branche ou non... eventuellement, il pourrait aussi decouper mot par mot pour changer le sens de ce qu'il avait ecrit, ou un truc rigolo du style...
 

Liliju

Lactarium
@vio @Liliju Faire du mandala au sable, du land art pour travailler la dédramatisation de l'acte abouti et imparfait ? Et de la calligraphie au pinceau pour travailler le plaisir d'améliorer sa cohésion geste + esprit ?
Merci pour toutes ces idées! C'est très intéressant, même si ce n'est pas forcément facile de le mettre en place dès le début d'année… Il faut qu'on y réfléchisse, car ce serait très intéressant pour tous les élèves aussi!

Jeudi les élèves travaillaient sur l'utilisation d'un dictionnaire à entrée phonémique. Comme il a vite compris le principe, je lui ai proposé de me raconter, sur une feuille de brouillon, quel manège il avait préféré la veille (je l'avais croisé à la fête foraine), en utilisant le dictionnaire si besoin.
bon, je l'ai perdu au moment où il a ouvert le dictionnaire :ennui:. C'est compliqué car s'il ne connaît pas l'orthographe d'un mot, il s'arrête, s'il le cherche dans le dictionnaire, il s'arrête aussi (trop de mots, de tâches simultanées).
Bref, je pense qu'effectivement il faut d'abord qu'on travaille sur des activités transversales.
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Merci pour toutes ces idées! C'est très intéressant, même si ce n'est pas forcément facile de le mettre en place dès le début d'année… Il faut qu'on y réfléchisse, car ce serait très intéressant pour tous les élèves aussi!

Jeudi les élèves travaillaient sur l'utilisation d'un dictionnaire à entrée phonémique. Comme il a vite compris le principe, je lui ai proposé de me raconter, sur une feuille de brouillon, quel manège il avait préféré la veille (je l'avais croisé à la fête foraine), en utilisant le dictionnaire si besoin.
bon, je l'ai perdu au moment où il a ouvert le dictionnaire :ennui:. C'est compliqué car s'il ne connaît pas l'orthographe d'un mot, il s'arrête, s'il le cherche dans le dictionnaire, il s'arrête aussi (trop de mots, de tâches simultanées).
Bref, je pense qu'effectivement il faut d'abord qu'on travaille sur des activités transversales.
Il sera peut-être prêt plus tard quand il aura compris et maitrisera son mode de fonctionnement. Est-ce grave au fond si la production d'écrit ce n'est pas son truc pour le moment. Il y a peut-être plein d'autres trucs dans lesquels il excelle.
 
Dernière édition:

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Toute ma scolarité (jusqu'au lycée) on m'a dit que je n'étais pas bonne en production d'écrit. Je me tapais des taules, à rendre des trucs non développés, sans plan. Et puis finalement j'ai obtenu des prix pour mes mémoires et ma thèse avec des félicitations pour ma façon de rédiger. J'avais juste pas envie de me creuser la tête pour des trucs qui ne m'intéressaient pas et j'ai appris à rédiger et construire un écrit quand mon cerveau était prêt et quand je me connaissais. Maintenant j'ai une technique, ma technique à moi.
 

Liliju

Lactarium
En soi ce n'est pas un problème, c'est juste que c'est un enfant qui fait peu de choses en classe de manière générale, que moi je ne suis là que sur le temps de production d'écrit et/ou lecture, et que mon boulot c'est de faire en sorte que tout le monde adhère à peu près au projet qu'on met en place pour progresser dans ce domaine.
Mais bon je sais que c'est un élève particulier, là le médecin parle d'augmenter la dose de son traitement pour l'hyperactivité, peut-être que ça changera la donne… (ce sera donc la troisième augmentation en 4 mois :()
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
En soi ce n'est pas un problème, c'est juste que c'est un enfant qui fait peu de choses en classe de manière générale, que moi je ne suis là que sur le temps de production d'écrit et/ou lecture, et que mon boulot c'est de faire en sorte que tout le monde adhère à peu près au projet qu'on met en place pour progresser dans ce domaine.
Mais bon je sais que c'est un élève particulier, là le médecin parle d'augmenter la dose de son traitement pour l'hyperactivité, peut-être que ça changera la donne… (ce sera donc la troisième augmentation en 4 mois :()
chambre à aire aux pieds de son bureau?
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Bon sinon ma douce commence à lire les trucs simples.
Elle sait déjà écrire caca et pipi. Tout à l'heure elle a lu 'ami' et 'alila' (marque de l'évier). Elle me demande de lire ce qu'il y a dessus quand moi j'étais aux toilettes. Je lui crie "Paris"
réponse: "Ben alors pourquoi y'avait un s à la fin?"
Elle va s'éclater en grande section, ça va lui plaire les alphas.
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Ah ben je vois qu'elle a les mêmes goûts que la mienne :p (et "papa", "maman" elle sait aussi ou juste "caca" et "pipi" ? :p)
Et elle ne t'a toujours pas demandé comment on écrit "cloaque" ? :p
papa et maman elle l'écrit mais de mémoire, c'est pas elle qui trouve les lettres en fonction de ce qu'elle entend.
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Ah ben je vois qu'elle a les mêmes goûts que la mienne :p (et "papa", "maman" elle sait aussi ou juste "caca" et "pipi" ? :p)
Et elle ne t'a toujours pas demandé comment on écrit "cloaque" ? :p
Après avoir écrit caca et pipi par sms à ma mère elle m'avait demandé "comment on écrit prout?"
 
Haut