• ENCOURAGEZ-NOUS !

    Les animatrices donnent bénévolement de leur temps et de leurs compétences pour répondre aux questions que se posent les mamans qui allaitent et accompagner celles qui le souhaitent tout au long de leur allaitement : en réunion, par courriel et au téléphone... et sur le forum !
    Si vous appréciez notre travail, nous vous invitons à nous le faire savoir par quelques mots d'encouragement à notre intention, et/ou par un don ou une cotisation - si ce n'est déjà fait - qui nous permettront de continuer à nous former pour toujours mieux répondre aux besoins des mamans qui choisissent d'allaiter.
    Rendez-vous sur le site LLL et choisissez le groupe 00-Forum pour soutenir l'équipe du forum LLL.
  • Compte tenu de l'épidémie de COVID-19, LLL France a décidé de suspendre toutes les réunions jusqu'à septembre. Les animatrices LLL restent disponibles pour répondre aux questions des mères par téléphone, par mail, Facebook ou sur le forum. Des réunions virtueLLLes via visioconférence sont organisées (infos sur la page facebook "réunions virtuellles LLL France")

Enfants à haut potentiel.

bad mom

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
@SEmilie . Petite question pratique sur les crises de decharges. Je l'ai beaucoup lu, j'utilise cette notion, mais sans savoir exactement ce que c'est. Comment on reconnait une décharge, d'un "caprice", ou de l'expression d'une frustration. Et question subsidiaire, que mets tu en place pour gérer une "décharge" ?
Les caprices ça n'existe pas
Un blocage sur un truc pour exterioriser un problème ça Oui... Genre je me mets en transe parce que ma petit cuillère est tombée parce que j'ai pas dormi ni fait de sieste
Ou je me mets en transe parce que maman me demande de me Brosser les dents alors que je stresse parce que demain rdv docteur....
J'en ai des t'as😁

Et décharge moi il est "plus là"
C'est un fauve deraisonné
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
@SEmilie . Petite question pratique sur les crises de decharges. Je l'ai beaucoup lu, j'utilise cette notion, mais sans savoir exactement ce que c'est. Comment on reconnait une décharge, d'un "caprice", ou de l'expression d'une frustration. Et question subsidiaire, que mets tu en place pour gérer une "décharge" ?
je ne pourrais pas te répondre avec des explications très claires. La décharge, je la sens dans la façon de pleurer. ça sent le pleur de fatigue. Et souvent ça suit une phase d'agressivité verbale de sa part, d'attitude grognon. Bref je sens qu'il y a eu un truc dans la journée ou que l'accumulation de la journée lui a pesé. Je pense d'ailleurs que par son comportement elle cherche la confrontation pour déclencher un refus de ma part ou un rappel de la politesse pour exploser. Je me rappelle moi même que je faisais ça. Je cherchais à ce que ça pète car je savais qu'après la tempête il y avait le calme (sauf que moi je devais retrouver le calme seule)
Et parfois je sais que c'est une décharge lorsque la crise est passée et qu'on en discute et qu'il ne ressort que des évènements qui se sont mal passés dans la journée (ou dans la semaine :ennui: )

J'avoue que des crises de frustration elle n'en fait pas en fait. Ma mère disait avant "elle est docile ". Maintenant (après un bon coup de gueule de ma part) elle utilise le terme raisonnable. Moi je dis juste merci à Isabelle Filliozat. J'ai une enfant 100% Filliozat-répondante 🎉.

Comment je gère, ben ça dépend de ma patience. Si j'en ai pas trop, je fais péter ma colère assez vite et j'attends de la sentir dispo pour le câlin final, qu'elle réclame elle-même quand elle est épuisée (après je regrette mais bon j'ai pas toujours mon semi-remorque de patience derrière moi)
Quand j'ai de la patience à revendre, je lui demande si elle veut me parler d'un truc qui s'est mal passé aujourd'hui. Des fois elle me hurle dessus alors je reviens à la charge plus tard. Je lui demande si elle veut que je reste avec elle (le lieu de décharge c'est la chambre, je ne veux pas que le salon soit le lieu de décharge. C'est notre lieu de vie qu'on partage et si l'un de nous est en colère ça contamine tout le monde...enfin surtout papa et après je dois supporter la crise de ma douce et les soufflements du papa)
Avant elle me disait de rester puis m'envoyait bouler et hurlait quand je partais donc je restais et elle m'envoyais bouler alors... Mais maintenant je la trouve assez grande pour lui dire que si je pars je ne reviens pas avant un petit moment. Donc maintenant elle choisit très rapidement si elle veut que je reste ou que je parte.
Généralement je la touche, ou lui fais un câlin puis j'écoute et on discute de ce qui lui a causé de la peine ou du stress ou de la colère ou de la douleur (je vous raconte pas la soirée du jour de la piqure d'abeille chez nounou où elle a même pas pleuré :ennui: ). Je lui lis une histoire aussi. On fait des blagues et après on retourne au salon. Après une crise de décharge elle a besoin de me coller toute la soirée. Et en grandissant c'est elle qui réclame le câlin maintenant (pratique quand je suis trop en colère pour y penser moi même) et ça nous calme toutes les deux. C'est instantané chez nous deux.

C'est pas des trucs que je fais depuis toujours, c'est des trucs mis en place sur 5 ans en fait, au feeling et en fonction de nous. Mais ça marche pour nous en tout cas. J'oublie surtout pas de lui rappeler que je l'aime toujours même si elle crie, pleure, me dispute, me tape (ça elle le fait plus). Que je l'aimerai toute ma vie même si on se dispute. Si j'ai crié sur elle je m'excuse et j'explique ce qui m'a poussé à le faire (colère qui était trop grande pour mon corps et que je devais faire sortir, petite patience à cause de ma journée, pas d'autre solution pour faire cesser la crise...). Elle aussi s'excuse et m'explique ce qu'il s'est passé pour elle
Plus petite je lui disais de me faire un câlin pour partager sa colère ou sa peine car c'était trop gros pour elle, que j'allais lui en prendre un peu pour la débarrasser.
Et c'est vraiment du mimétisme, elle applique les mêmes choses pour moi (elle me questionne sur ma journée, me propose des câlins pour me soulager, me fait des massages, s'excuse, me dit qu'elle m'aime un millier de fois par jour...)

Voilà des trucs en vrac et probablement plein de fautes d'orthographe (désolée la flemme de relire maintenant)
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Et puis j'accepte de la voir au sol, pleurer. Je ne cherche pas à tout prix à stopper ses pleurs. Ils sont là pour qu'elle puisse évacuer le trop plein d'émotion (papa ne supporte pas les pleurs et tout signe extérieur d'émotion négative car lui-même élevé dans le paraitre)
 
Dernière édition:

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
@SEmilie . Petite question pratique sur les crises de decharges. Je l'ai beaucoup lu, j'utilise cette notion, mais sans savoir exactement ce que c'est. Comment on reconnait une décharge, d'un "caprice", ou de l'expression d'une frustration. Et question subsidiaire, que mets tu en place pour gérer une "décharge" ?
Ah et ce que tu nommes "caprice" je n'en ai jamais constaté chez ma douce (alors que plus jeune je nommais caprices des crises que je voyais chez les enfants, comme quoi on change). Quand elle pleure ou hurle, pour moi c'est qu'elle est triste ou en colère ou qu'elle a peur. On cherche à identifier l'origine de cette émotion et on en discute, je réconforte, rassure et on cherche des solutions ensemble. Elle sait identifier ses émotions depuis longtemps (la couleur des émotion ;) ) et elle connait leurs manifestations physiques, elle sait aussi très bien les exprimer, les expliquer.

ça se construit petit à petit.
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Autre truc pour les décharges, je lui dis que je ne vais m'occuper que d'elle, que je vais prendre soin d'elle et ça la calme beaucoup. Je repense notamment à un pique-nique au parc où elle avait pleuré au moins 5 fois (maman voulait vraiment rester avec ses copines à siroter sa despé) et au bout d'un moment j'ai remis ma cape d'empathie et j'ai décidé de rentrer à la maison (tant pis pour la soirée). Elle a arrêté de pleurer dès que je lui ai dis qu'on rentrait et que je n'allais m'occuper que d'elle: lui laver les dents, la mettre en pyjama, lui faire des câlins et lui lire une histoire, lui caresser le dos, les oreilles et les cheveux pour qu'elle s'endorme.
Et puis y'a eu d'autres pique nique où l'appel de la despé à été plus fort et m'a fait devenir un peu plus sourde aux pleurs de décharge :whistle:
 
Dernière édition:

Maman-chat

Période de pointe
Merci @SEmilie . En fait il y a beaucoup de similitudes : on le monte dans la chambre, pour atténuer pour nous et sa petite soeur les décibels. Et il est encore dans la phase quantique "viiiieeennt, non paaaarrt, viieeennt, non paaaarrt". Donc on monte toute les 2 a 5 min et a un moment il se calme, parfois il reste un petit peu de colère qu'on attrape et qu'on jette. J'utilise le terme de barrière contre la colère : quand l'émotion est trop forte, elle casse la barrière et sort. Quand on est fatigué, faim... la barrière est moins solide et casse plus facilement. Une grosse colère chez qq d'autre casse les barrières des autres. Les câlins ou dormir reconstruit la barrière.
Il parle très bien, mais n'est pas capable de dire ce qui n'a pas été dans sa journée.
En gros il faut juste que la cocotte minute pète !
Et avais la même interrogation que @bad mom : est ce qu'on peut "déclencher" la décharge a un moment ou on est dispos pour être tranquille plus tard ? Ça fonctionne ? Ça fait une peut "mauvaise mère" de faire péter un câble a son enfant, mais si ça évite la décharge au moment de se coucher ou de passer à table...
 

SEmilie

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Merci @SEmilie . En fait il y a beaucoup de similitudes : on le monte dans la chambre, pour atténuer pour nous et sa petite soeur les décibels. Et il est encore dans la phase quantique "viiiieeennt, non paaaarrt, viieeennt, non paaaarrt". Donc on monte toute les 2 a 5 min et a un moment il se calme, parfois il reste un petit peu de colère qu'on attrape et qu'on jette. J'utilise le terme de barrière contre la colère : quand l'émotion est trop forte, elle casse la barrière et sort. Quand on est fatigué, faim... la barrière est moins solide et casse plus facilement. Une grosse colère chez qq d'autre casse les barrières des autres. Les câlins ou dormir reconstruit la barrière.
Il parle très bien, mais n'est pas capable de dire ce qui n'a pas été dans sa journée.
En gros il faut juste que la cocotte minute pète !
Et avais la même interrogation que @bad mom : est ce qu'on peut "déclencher" la décharge a un moment ou on est dispos pour être tranquille plus tard ? Ça fonctionne ? Ça fait une peut "mauvaise mère" de faire péter un câble a son enfant, mais si ça évite la décharge au moment de se coucher ou de passer à table...
il m'arrive de déclencher la crise quand on passe un sale moment. C'est comme un pansement qu'on arrache au lieu d'enlever progressivement.
 

Nat08

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
Ce soir en allant le chercher, je discute un peu avec celle qui s'occupait des enfants et qui connait Nolan depuis un moment mais ne s'était pas occupé de lui depuis un moment.
"Il a grandit !" Avec de grands yeux impressionnée.
Elle me dit que deux autres enfants ont 3 ans et qu'elle voit bien la différence. Car à 3 ans, Nolan était bien plus avancé déjà !

Moi qui pensais que finalement, il revenait au même niveau que tout le monde en voyant ses copains d'école. Quand on me redit ça... j'ai un doute.
 

Trefle

Lactarium
Adhérent(e) LLLF
L'autre jour sur le groupe Facebook des mamans solo par choix quelqu'un disait qu'il y avait une plus grande proportion de HP parmi ces mamans que dans la moyenne . Elle a pas su me dire d'où elle tenait ça.
Ça fait toujours rire quand je dis que ça me va bien d'être seule car je ne sais pas gérer une relation amoureuse ( apparemment ça se gère pas... ) . C'est comme si j'avais pas les outils pour être en mesure d'être avec quelqu'un.
J'avais jamais rattaché ça au côté HP mais sa remarque me fait douter.
Etre avec quelqu'un ça a été simple pour vous?
 

bad mom

Fontaine de lait
Adhérent(e) LLLF
L'autre jour sur le groupe Facebook des mamans solo par choix quelqu'un disait qu'il y avait une plus grande proportion de HP parmi ces mamans que dans la moyenne . Elle a pas su me dire d'où elle tenait ça.
Ça fait toujours rire quand je dis que ça me va bien d'être seule car je ne sais pas gérer une relation amoureuse ( apparemment ça se gère pas... ) . C'est comme si j'avais pas les outils pour être en mesure d'être avec quelqu'un.
J'avais jamais rattaché ça au côté HP mais sa remarque me fait douter.
Etre avec quelqu'un ça a été simple pour vous?
Avec mon mari oui
Les autres 🙄
 
Haut